Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !
Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !
Le Deal du moment : -40%
-40% Nike Waffle One – Chaussure pour Homme
Voir le deal
65.97 €

 

 Le diable trouve à faire - James Baldwin et le cinéma

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Emjy
Bookworm
Emjy



Le diable trouve à faire -  James Baldwin et le cinéma Empty
MessageSujet: Le diable trouve à faire - James Baldwin et le cinéma   Le diable trouve à faire -  James Baldwin et le cinéma Icon_minitimeDim 21 Juin - 10:25

L'excellente maison d'édition indépendante et cinéphile Capricci  a publié un essai de James Baldwin sur le cinéma inédit en français. Je l'ai ajoutée à ma PAL il y a peu et compte le lire bientôt.

Le diable trouve à faire -  James Baldwin et le cinéma BALDWIN_COUV_WEB-e1553159987940

Citation :
« Mon amie Ava Gardner m’a demandé un jour si je pensais qu’elle pouvait incarner Billie Holiday au cinéma. Je dus lui répondre que, même si elle avait sans doute tout ce qu’il fallait pour ça – elle était assez courageuse, honnête et belle -, il était presque certain qu’on ne le tolérerait pas, puisqu’il était de notoriété publique que Billie Holiday était noire et qu’elle, Ava Gardner, était blanche. Ce n’était pas vraiment une plaisanterie, ou alors une plaisanterie amère, car je connais assurément certaines filles noires bien plus blanches qu’Ava. »

Paru aux États-Unis en 1976 et jusqu’ici inédit en français, Le Diable trouve à faire révèle une autre facette du grand écrivain James Baldwin : celle d’un critique au regard incisif, attaché à explorer les fantasmes, illusions et préjugés des films qui ont marqué sa vie.
Dans son style à la fois vif et lyrique, il parcourt ses premiers souvenirs de cinéma, indissociables des difficultés familiales et de sa découverte de la société dans laquelle il vit. Naissance d’une nation, Lawrence d’Arabie, Devine qui vient dîner…, Dans la chaleur de la nuit, L’Exorciste, ou encore le physique de Bette Davis sont autant d’occasions de confronter son monde à celui d’Hollywood, et de constater le gouffre qui les sépare.
Écrits à Saint-Paul de Vence à la fin de sa vie, ces mémoires très littéraires qui font écho au texte de I Am Not Your Negro occupent une place unique dans l’œuvre de Baldwin. Ils sont aussi une forme de critique cinématographique inconnue de ce côté de l’Atlantique. Aux États-Unis, la vision du cinéma que propose Baldwin a été un véritable électrochoc pour la presse et de nombreux penseurs, tant il passe à l’acide les archétypes du Noir et du Blanc que Hollywood a largement contribué à banaliser.

_________________
Le diable trouve à faire -  James Baldwin et le cinéma 16482110


Dernière édition par Emjy le Mar 23 Juin - 8:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shelbylee
Bookworm
Shelbylee



Le diable trouve à faire -  James Baldwin et le cinéma Empty
MessageSujet: Re: Le diable trouve à faire - James Baldwin et le cinéma   Le diable trouve à faire -  James Baldwin et le cinéma Icon_minitimeDim 21 Juin - 19:17

Ce sera sans doute un de mes prochains achats chez Capricci.

_________________
Le diable trouve à faire -  James Baldwin et le cinéma Master11
Revenir en haut Aller en bas
 
Le diable trouve à faire - James Baldwin et le cinéma
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Harlem Quartet de James Baldwin
» La chambre de Giovanni de James Baldwin
» L'homme qui meurt de James Baldwin
» Blues pour l'homme blanc de James Baldwin
» Si Beale Street pouvait parler de James Baldwin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and live the American dream :: Littérature américaine contemporaine :: James Baldwin-
Sauter vers: