Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !
Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !
Le Deal du moment : -37%
Couette 2 places (220×240) – Polyester ...
Voir le deal
29 €

 

 Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !

Aller en bas 
5 participants
AuteurMessage
Mellana
gothic novel reader
Mellana



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeJeu 23 Déc - 14:17

Bonjour à tout le monde !
Je suis tombée sur plusieurs articles récemment sur Reddit (un réseau social principalement anglophone, concernant Mansfield Park.
L'autrice n'est pas une professionnelle, juste une amatrice d'Austen, mais j'ai pensé que ça pourrait être intéressant de poster une traduction de ses réflexions ici.





Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !



Je suis une grande fan de Mansfield Park, c'est de loin mon roman préféré d'Austen. Je suis consciente que parmi les fans d'Austen, Mansfield Park est peut-être son « enfant » le moins aimé.

Je pense que l'une des difficultés rencontrées par les lecteurs modernes avec Mansfield Park - qui a contribué à son manque de popularité - est que Jane Austen s'attendait à ce que ses lecteurs contemporains aient au moins une certaine compréhension de la pièce « Lovers' Vows ». Mansfield Park a 48 chapitres, au moins 8 de ces chapitres portent sur la tentative des personnages de jouer cette pièce, et les événements de la pièce sont mentionnés dans les chapitres suivants. Ils constituent une part importante du roman.

Des éléments clés se produisent dans ces chapitres qui éclairent le lecteur sur la vraie nature des personnages et fournissent même une préfiguration de ce qui leur arrivera à l'avenir. Les personnages et les événements de « Lovers' Vows » sont parallèles à ceux de Mansfield Park et, parfois, contrastent fortement avec eux.

Malheureusement, la plupart des lecteurs modernes ignorent complètement les personnages et les événements de la pièce. Cela signifie que la plupart des lecteurs passeront à côté d'une grande partie de ce qu'Austen essayait de nous montrer.

C'est doublement difficile parce qu'en tant que lecteurs modernes, nous nous plongeons dans une culture que nous ne comprenons pas complètement et il est difficile de comprendre exactement pourquoi la pièce, le choix de jouer en tant qu'acteurs et la pièce spécifique elle-même sont si importants. Dans notre culture, les acteurs sont vénérés comme des icônes, et les séries et les formes similaires de divertissement nous unissent parfois. Il est très difficile pour nous de comprendre l'état d'esprit totalement différent des personnes sur lesquelles Austen écrivait.

C'est encore plus déroutant pour les fans d'Austen qui en savent beaucoup sur sa vie. Non seulement Austen a joué dans des pièces à la maison, mais elle les a également écrites - il semble donc très difficile de comprendre pourquoi Austen semble présenter les pièces et le fait de jouer sous un jour si négatif. Une grande partie de cela peut être plus facile à comprendre lorsque vous avez quelques connaissances sur la pièce elle-même.

Sans cette compréhension, Mansfield Park peut laisser de côté de nombreuses personnes, comme si vous essayiez de vous joindre à une blague que vous ne comprenez pas. Et de façon peut-être plus dommageable, cela peut laisser le lecteur avec des sentiments inconfortables à propos de l'héroïne de Mansfield Park, Fanny Price. Sa décision de ne pas agir dans « Lovers' Vows » et sa désapprobation des gens qui le font peuvent la faire paraître froide, ennuyeuse et un peu snob. Je ne crois pas que c'était l'intention d'Austen et je pense qu'avoir une meilleure compréhension des « Lovers' Vows » montre clairement pourquoi.

Je voulais aider les autres fans d'Austen à mieux comprendre « Lovers' Vows » dans l'espoir que plus de gens pourront partager mon amour pour Mansfield Park.

Dans cet esprit, j'ai décidé d'écrire un résumé des événements de « Lovers' Vows ». Au départ, cela n'allait être qu'un bref résumé, mais je me suis retrouvée à explorer la relation de chaque personnage avec la pièce - et c'est devenu trop long pour un seul post Reddit. Je vais donc les publier dans des articles séparés au cours des prochains jours.

Je veux être très claire. Ce ne sont que mes idées, je ne suis pas une universitaire ou une professionnelle, donc toutes les erreurs sont les miennes. C'est à 100% ma propre interprétation des événements.

Je vous invite également, si cela vous intéresse, à lire par vous-même « Lovers' Vows ». Il est disponible gratuitement sur Project Gutenberg. C'est assez facile à lire et très accessible. Je peux voir pourquoi Austen a été attirée par la pièce.
Avant de commencer, sachez que cela contient des spoilers pour Mansfield Park !


Tout d'abord, qui a écrit « Lover's Vows » et pourquoi la paternité de l’œuvre est-elle potentiellement importante pour comprendre les perceptions des personnages de la pièce ?



« Lover's Vows » a été écrit à l'origine en allemand par August von Kotzebue dans les années 1780 et était connu sous le nom de « Das Kind der Liebe » qui se traduit vaguement par « Love Child », ce qui signifie enfant illégitime. La version de la pièce que Jane Austen semble avoir utilisée était une adaptation d'Elizabeth Inchbald, qui comprenait des révisions importantes par rapport à l'original.
Ces deux personnes sont intéressantes car elles étaient controversées à leur manière, ce qui peut avoir eu un impact sur la façon dont les personnages de Mansfield Park percevaient la pièce.

  • Kotzebue


Kotzebue est né dans le Saint Empire romain germanique, à Weimer qui est aujourd'hui une ville d'Allemagne. En plus d'être dramaturge, il était étudiant en droit et devait finalement travailler pour l'ambassadeur de Prusse à la Cour de Russie. Il épousa une femme russe et devint magistrat. Bousculé par les événements qui ont précédé et inclus les guerres napoléoniennes, il a vécu à la fois en Russie et en Allemagne. Il a finalement été assassiné en raison de ses opinions politiques. Sa vie était vraiment intéressante et cela vaut la peine de la lire sur sa page Wikipédia.

Son œuvre littéraire a d'abord été bien reçue et il a écrit plusieurs pièces de théâtre à succès. Cependant sa réputation a été profondément entachée lorsqu'une pièce satirique, publiée sous un autre nom, lui a été attribuée. Cette pièce accusait plusieurs personnalités politiques de diverses perversions sexuelles. Je n'ai pas été en mesure de savoir s'il l'a réellement écrite ou non. Il a affirmé qu'il ne l'avait pas fait lorsque la police a enquêté sur l'affaire. Quelle que soit la vérité, il ne s'est jamais vraiment remis de cette situation et des dommages qu'elle a causés à sa réputation.

  • Inchbald


Elizabeth est née sous le nom d'Elizabeth Simpson à Surrey, en Angleterre, en 1753. Elle était issue d'une famille relativement ordinaire, faisait partie d’une fratrie de 9 enfants et était catholique. Déjà, cela aurait fait d'elle une figure quelque peu controversée pour certaines personnes en Angleterre car il y avait une méfiance publique à l'égard des catholiques romains.

Finalement, Inchbald est devenue actrice et a épousé un autre acteur beaucoup plus âgé qu'elle et également catholique romain, Joseph Inchbald. Joseph avait déjà deux fils illégitimes. Le couple ne semble pas avoir eu d'enfants.

La vie d'Inchbald démontre la complexité morale de l'ère géorgienne. En tant qu'actrice, elle était déjà une personne marquée comme faisant partie d'une partie de la société moralement douteuse. Le lien entre les actrices et la prostitution est antérieur à l'ère géorgienne, mais il a été cimenté par l'essor d'une région de divertissement à Covent Garden, à Londres. Il y avait là-bas deux cinémas licenciés, mais il y avait aussi de nombreux bordels. Il n'était pas rare que des hommes de la société aient des liaisons avec des actrices, notamment George IV qui, alors qu'il était encore prince, avait une relation avec l'actrice Mary Robinson. Inévitablement, Inchbald ne pouvait pas entièrement éviter d'être associée à cela même si elle ne s'engageait pas elle-même dans ce comportement.

Tout en travaillant comme actrice, Inchbald s'est engagée dans une pratique controversée, assumant ce qui était connu comme un « rôle de culotte » dans la pièce « Philaster » en 1780», jouant le personnage de Bellario. Les rôles de culotte étaient ceux dans lesquels les femmes portaient des vêtements pour hommes. Cela a été controversé pour beaucoup parce que la nature bien ajustée de la culotte exposait la forme des jambes et des fesses de l'actrice - quelque chose qui était considéré comme risqué. D'autres ont désapprouvé pour des raisons religieuses, car la Bible interdit aux femmes de porter des vêtements pour hommes et vice versa, tout en estimant que ce comportement encourageait les femmes à se comporter de manière inappropriée.

Dans le même temps, cependant, Inchbald écrivait et parlait fréquemment sur des sujets moraux et était amie avec de nombreux philosophes et personnalités politiques notables. Elle semblait avoir un fort désir de promouvoir de bonnes valeurs morales. Elle s'est prononcée contre le harcèlement sexuel qu'elle avait subi alors qu'elle travaillait au théâtre. Elle avait été une bonne amie de William Godwin, le philosophe politique, mais désapprouva publiquement lorsqu'il épousa Mary Wollstonecraft en 1797, car cela révélait le fait que Mary n'avait pas été mariée au père de son premier enfant.

Fait intéressant, Inchbald a pu subvenir à ses besoins pendant de nombreuses années après la mort soudaine de son mari. C'est peut-être quelque chose qui a piqué la curiosité d’Austen ?

Inchbald a écrit une introduction à cette version de « Lover's Vows » qui, semble-t-il, a été publiée peu de temps après que sa version est devenue un succès, car elle parle de la pièce comme si beaucoup de gens l'avaient déjà vue et se réfère à sa popularité.

Dans son introduction, elle admet qu'elle a apporté plusieurs modifications à la pièce pour l’adapter aux sentiments délicats du public anglais. Elle admet également qu'elle ne connaissait pas l'allemand, mais qu'une femme allemande lui a donné une traduction approximative de la pièce, qu'elle a utilisée comme base de sa propre version.

Je ne parle pas allemand, donc je ne peux pas lire l'original et comparer les différences moi-même, mais Inchbald nous donne une idée de ce qu'elle a changé et pourquoi.

Cela vaut peut-être la peine de lire l'introduction par vous-même pour voir ce qu'elle a changé, car c'est beaucoup, à tel point qu'elle admet qu'il faudrait des pages pour expliquer ce qu'elle a changé et pourquoi. Elle admet qu'elle a radicalement changé les personnages et raccourci de nombreux discours.

Elle affirme que l'original n'était pas adapté à un public anglais, et semble impliquer qu'elle voulait dire moralement inadapté. Elle laisse entendre en outre que c'est peut-être pourquoi personne ne semble avoir entrepris de traduire ce travail particulier de Kotzebue alors que d'autres ont été traduits.

Elle déclare qu'elle a également apporté des changements importants à Amelia. Dans la pièce, comme vous le verrez si vous lisez mon synopsis, Amelia est indirecte au sujet de ses sentiments envers l'homme qu'elle aime, n'affirmant la vérité avec audace que lorsqu'elle est pressée de le faire. Elle dit que dans la version originale, Amelia était complètement directe - quelque chose qu'elle pense qu'un public anglais trouverait "révoltant". Elle pense que la popularité de ce personnage dans sa version confirme que son jugement était le bon. Je pense qu'il est éclairant que ce soit son point de vue sur ce que l'on attendait des femmes anglaises et de leur comportement à son époque.




Qu'est-ce qu'Austen savait et ressentait à propos de Kotzebue et Inchbald, et que pouvons-nous en déduire pour les personnages de Mansfield Park?

Ce qu'Austen savait ou ressentait à propos des deux personnes derrière « Lover's Vows » n'est pas clair, du moins pour moi en tant que non érudite.

Dans le cas d'Inchbald, il est fort possible qu'elle connaisse ses autres œuvres, y compris ses deux romans qui ont presque tous été publiés du vivant d'Austen. Elle l'a peut-être même respecté en tant que consœur. Cependant, sa véritable opinion des actrices n'est pas particulièrement bien connue. Austen n'avait que 5 ans quand Inchbald a assumé son rôle de "culotte" - il est donc très possible qu'Austen soit restée totalement inconsciente de cela et ne se soit peut-être pas souciée des aspects les plus controversés de sa vie.

En ce qui concerne Kotzebue, nous savons qu'Austen a vu au moins une de ses autres pièces, « The Birthday » lors de son séjour à Bath en 1799, bien qu'il s'agisse encore une fois d'une traduction en anglais par quelqu'un d'autre. Malheureusement, je n'ai pas pu découvrir de quoi parlait « The Birthday », à part que c'était une comédie. Je n'ai vu aucune preuve indiquant si Austen était au courant ou non de Kotzebue lui-même et des événements controversés de sa vie.




Que savent les personnages de Mansfield Park de la pièce et de son auteur ?

Austen n'explique jamais complètement l'intrigue de « Lovers Vows » dans Mansfield Park. Il semble qu'elle s'attendait à ce que ses lecteurs aient une compréhension décente de l'intrigue de la pièce et de la nature de ses personnages, et exactement pourquoi le comportement de ses propres personnages par-rapport à la pièce est si controversé.
Elle se rapproche le plus de l'explication lors du passage où Fanny, qui semble n'avoir aucune connaissance de la pièce, lit le texte et explique « [qu'elle l'a parcouru] avec un acharnement qui n'était suspendu qu'avec des intervalles d'étonnement qu’il puisse être choisi dans le cas présent, qu'il puisse être proposé et accepté dans un théâtre privé ! Agatha et Amelia lui semblaient chacune à sa manière si totalement inappropriées pour la représentation à domicile - la situation de l'une et la langue de l'autre, si impropres à être exprimées par une femme décente, qu'elle pouvait à peine supposer que ses cousins ​​pouvaient être conscients de ce dans quoi ils s'engageaient. »

Le sujet de la pièce est introduit pour la première fois dans le roman par M. Yates, un ami du fils aîné de la famille Bertram, Tom Bertram, qui visite Mansfield Park. Dans sa première scène, il parle longuement des personnages et des conflits et luttes de son propre groupe d'amis lorsqu'ils ont essayé de jouer la pièce - mais il n'est jamais expressément dit qu'il doit expliquer la pièce ou quelle était l'intrigue.

Plus tard, il commence à apparaître que les personnages ont différents niveaux de conscience de la pièce. Dans une dispute pour savoir si la pièce leur convient ou non, trois des personnages principaux semblent avoir différents niveaux de connaissances sur la pièce.

Edmund exprime à quel point il est choqué lorsqu'il apprend que ses frères et sœurs ont décidé de jouer « Lovers’ Vows » et soutient que c'est inapproprié pour les femmes - mais dans cette conversation, il n'explique jamais exactement pourquoi ce texte particulier est si inapproprié et il semble être tacitement compris par les autres personnages pourquoi Edmund aurait des objections, ce qui implique qu'ils ont au moins une certaine compréhension des événements clés de la pièce.

Lorsqu'il accule Maria sur son choix de représenter Agatha, Edmund lui demande de lire les premières scènes, pensant que cela la convaincra que la pièce est inappropriée, suggérant qu'il pense que ce sera la première fois qu'elle la lira. Cependant Maria dit "je connais bien la pièce". Bien sûr, elle pourrait simplement dire cela pour gagner son argumentation - mais dans une première scène dans laquelle ils choisissent leurs personnages, Maria semble connaître suffisamment la pièce pour savoir qu'Agatha interagit beaucoup avec Frederick, qu'elle veut voir joué par M. Crawford.

D'autres membres de la famille Bertram semblent n'avoir que peu ou pas de connaissance de la pièce. Tante Norris prétend qu'elle ne la connaît pas et Lady Bertram n'est pas non plus au courant de ce qu'elle contient. Ce n'est que lorsque Fanny a la chance de feuilleter une copie qu'elle apprend ce qu'elle contient.

Ceci est important car quels personnages savent ce qu'il en est de la pièce, et pensent savoir s'il est approprié ou non pour eux-mêmes ou pour d'autres de jouer dans la pièce - en apprend beaucoup au lecteur sur la nature de chaque personnage et donne également des indices sur ce que leur arrivera à l'avenir.

Aucun des auteurs de la pièce n'est mentionné dans Mansfield Park, nous n'avons donc aucun moyen de savoir si l'un des personnages avait des réserves quant à la représentation du travail de Kotzebue ou d'Inchbald en raison de qui ils étaient en tant qu'individus.

Il convient de noter cependant que certains des autres écrits d'Inchbald incluaient un sentiment anticolonialiste. Étant donné que Mansfield Park était financé par la propriété étrangère et l'esclavage, il peut certainement être considéré comme hypocrite de la part de la famille Bertram de représenter le travail d'Inchbald.




Alors, sur quoi porte réellement « Lover's Vows » ?

« Lover's Vows » est situé dans et autour du domaine de campagne d'un certain baron Wildenhaim, en Allemagne.

  • Scène 1


L’histoire commence avec une femme pauvre, probablement à la fin de la trentaine et au début de la quarantaine, appelée Agatha. Nous la rencontrons pour la première fois alors qu'elle vient d'être chassée d'une auberge faute d’argent. Elle est en très mauvaise santé car elle vit dans la pauvreté depuis longtemps.
Par chance, son fils adulte Frederick, qui est soldat, la retrouve. Frederick est parti en guerre depuis 5 ans. Il n'est revenu dans cette partie du monde que parce qu'il a besoin d'obtenir son acte de naissance pour quitter l'armée et trouver un emploi.
Cette situation oblige une Agathe honteuse à avouer que Frédéric n'en a pas, car il est un enfant illégitime et les lois du pays de l'époque l'interdisent. Frédéric croyait auparavant que sa mère était veuve.
Elle avoue qu'elle est née dans le village voisin, de fermiers pauvres mais respectables, mais qu'à l'âge de 14 ans, la Lady du domaine local a demandé à l'héberger et à l'élever, promettant qu'elle s'occuperait d'elle pour le reste de sa vie. vie. Ses parents acceptèrent et Agatha y vécut heureuse pendant trois ans.

La dame du domaine, dont le nom n'est jamais donné mais je dois supposer que c'est Lady Wildenhaim, avait un fils, le futur baron Wildenhaim, qui était parti dans l'armée. À son retour, il tomba amoureux d'Agatha, la séduisit et lui promit de l'épouser. Quand il a découvert qu'elle était enceinte, il a promis à nouveau qu'il l'épouserait, lorsque sa mère mourrait. Son congé de l'armée était alors terminé et il a été contraint de repartir. Il force Agatha à promettre qu'elle ne dira pas à sa mère que c'est lui qui l'a mise enceinte.

Après son départ, la grossesse d'Agatha est finalement découverte. Elle tient sa promesse et refuse de dire qui l'a mise enceinte – ce pour quoi elle est mise dehors par Lady Wildenhaim. Elle essaie de retourner dans sa famille, mais ils refusent de l'accepter. On lui ferme la porte et son Père la condamne (sa Mère est plus compatissante). Désespérée, elle cherche l'ecclésiastique du village et lui jure qu'elle se repent de sa conduite et tentera de s'amender. L'ecclésiastique l'aide à se rendre dans une autre ville. Là-bas, elle gagne sa vie comme enseignante et élève seule Frederick. Frederick grandit et part pour être soldat, après quoi Agatha tombe lentement si malade qu'elle n'est plus capable de travailler.
Je ne sais pas exactement pourquoi elle fait le voyage de retour au village, c'est peut-être pour montrer au gentil ecclésiastique qu'elle a tenu sa promesse ?

Quoi qu'il en soit, elle révèle en outre à Frederick qu'elle a tenté de contacter le baron Wildenhaim et l'a informé qu'il avait un fils, mais qu'il n'a pas répondu à ses lettres. Elle révèle également qu'il n'a pas tenu sa promesse et qu'il a en fait épousé une autre femme - une femme riche de noble naissance.

Frederick est furieux de la situation et pardonne à sa mère son rôle. Il essaie d'obtenir son aide et parvient finalement à persuader des propriétaires de cottages locaux de l'héberger. Il la laisse ensuite seule avec eux afin qu'il puisse obtenir une autre aide.
Au cours d'une conversation avec ces propriétaires, qui n'ont aucune idée de la véritable identité d'Agatha, il est révélé que le gentil ecclésiastique qui a aidé Agatha est décédé deux ans auparavant et a été remplacé par un nouvel homme beaucoup plus jeune, qui a le respect des propriétaires. Non seulement cela, mais le baron Wildenhaim, ayant évité son domaine depuis qu'il en a hérité, est soudainement revenu et réside dans la région depuis 5 semaines, aux côtés de sa fille.

Les propriétaires révèlent que la femme du baron est décédée en France. Ils semblent ne pas l'approuver, Cottager's Wife (on ne lui donne pas de nom) dit qu'il est "hautain" et mentionne des rumeurs selon lesquelles son mariage était malheureux. Ils réfèrent également en termes désobligeants à la séduction d'Agatha (ne sachant toujours pas à qui ils parlent) et mentionnent qu'ils pensent que l'incident a conduit son père à une mort prématurée - un fait dont elle n'était peut-être pas au courant auparavant. Ils spéculent sur ce qui aurait pu arriver à Agatha, pour qui ils semblent avoir une grande sympathie. Sous le choc, Agatha s'évanouit.

  • Scène deux


L'action se déplace ensuite au château du baron. Le baron est seul avec un de ses serviteurs. Il s'enquiert auprès de son domestique de son hôte, un dénommé comte de Cassel. Il précise qu'il n'aime pas le comte et qu'il craint qu’il veuille épouser sa fille Amelia. Il dit qu'il est réticent à laisser cela se produire et qu'il ne veut pas que sa fille épouse quelqu'un qu'elle ne peut pas aimer ou respecter, mais il ne sait pas ce qu'elle veut réellement.

Amelia entre et les deux discutent de ses sentiments pour le comte Cassel et si elle est consciente ou non qu'il est susceptible de lui demander de l'épouser. Pour tenter de connaître ses sentiments, il lui demande si elle rêve du comte, elle admet qu'elle ne le fait pas mais dit qu'elle a rêvé de leur ecclésiastique local, Anhalt, qui était autrefois son tuteur qui vivait avec eux en France. Le baron ignore cet indice, ainsi que d'autres indices qu'elle laisse tomber sur Anhalt, et continue de l'interroger sur le comte, soulignant qu'il est riche et a des connaissances, mais l'exhortant à ne pas épouser quelqu'un qu'elle ne respecte ou n'aime pas. S’ensuit une sorte de scène comique dans laquelle Amelia échappe aux questions de son père, bien qu'en toute justice, il ne lui demande pas vraiment directement ce qu'elle ressent.
Le baron dit qu'il enverra Anhalt lui parler de l'importance du mariage.

Suit alors une scène dans laquelle le comte entre et il se révèle un peu malicieux, essayant d'impressionner Amelia mais agissant un peu comme un idiot. Ceci est interrompu par un serviteur annonçant qu'Anhalt, l'ecclésiastique, est arrivé. En interrogeant Amelia sur qui il est, il est révélé qu'Anhalt est pauvre.

Le baron emmène le comte à la chasse pour qu'Amelia et Anhalt puissent parler en privé. En partant, il explique à Anhalt qu'il pense que le comte veut épouser Amelia. Le baron admet qu'il n'aime pas le comte, mais qu'en raison de son expérience d'avoir été contraint d'épouser quelqu'un qu'il ne voulait pas, il n'a pas l'intention d'influencer sa fille de toute façon. Anhalt est bouleversé par la nouvelle et demande au baron ce qu'il pense qu'Amelia pense du comte, mais le baron ne lui donne pas cette information.
Le baron dit à Anhalt qu'il veut qu'il explique les devoirs d'épouse et de mère à Amelia, dans l'espoir que cela la forcera à sérieusement se demander si elle peut vraiment épouser le comte.

Le baron révèle également qu'il a demandé à Anhalt de l'aider à trouver quelqu'un. Anhalt dit qu'il n'a pas réussi. Il n'est pas expressément dit à qui il fait référence, mais nous pouvons supposer qu'il s'agissait d'Agatha - à qui il a fait référence de manière indirecte tout au long de la scène. Le baron s'en va et Anhalt a un court monologue dans lequel il révèle sa détresse face à la nouvelle et tente de se calmer et de se résigner au possible mariage d'Amelia avec le comte. Il devient clair qu'il est lui-même amoureux d'Amelia.

  • Acte 3 - Scène 1


Dans un champ sur le chemin de la chaumière, Frédéric revient avec un peu d'argent, qu'il est fâché d'avoir dû mendier parce qu'il est lui-même pauvre. Il révèle en outre sa colère envers son nouveau père.
Il est alors pris dans les prémices d'une chasse, tandis que gardes-chasse et serviteurs courent autour de lui. Il se rend compte que cela doit signifier qu'un homme noble est à proximité et décide d'aller le voir et de mendier de l'argent pour sa mère, Agatha.
Il s'approche d'abord du comte qui le congédie sans aucune compassion. Le baron lui donne quelque chose, mais à la consternation du comte, il demande davantage au baron. Désapprouvant également, le baron le congédie et refuse de lui en donner davantage.

Désespéré, Frederick tente cependant de voler le baron, le saisissant par la poitrine et tirant son épée sur lui. Le baron appelle à l'aide ses serviteurs et Frederick est rapidement désarmé et capturé.
Le baron ordonne que Frédéric soit emprisonné dans le château. Plein de regrets et conscient qu'il risque désormais une condamnation à mort, Frédéric accepte son sort mais supplie le baron d'aider sa mère. Après l'enlèvement de Frédéric, le baron envoie un serviteur pour voir s'il y a vraiment une femme malade dans l'une des chaumières comme Frédéric le dit.

  • Acte 3 - Scène 2


Seule, Amelia entre dans un jardin.
Anhalt arrive. Il y a maintenant une longue conversation entre les deux dans laquelle Amelia fait allusion à ses sentiments pour Anhalt. Finalement, elle l'oblige à avouer qu'il l'aime en effet, comme elle l'aime. Anhalt est réticent à l'admettre et dit qu'il pense que c'est futile car ils ne peuvent pas se marier en raison de leur différence de statut. Amelia insiste sur le fait qu'elle croit que son père les soutiendra, d'autant plus que le sujet de son mariage a été mis en évidence par l'attention du comte.

Leur conversation est interrompue par le majordome, qui vient féliciter Amelia et dit qu'il va lui lire un poème à l'occasion de la récente échappée du danger de son père, une chose qu’Amelia et Anhalt ignorent encore totalement. Ils le pressent de leur dire rapidement, mais il insiste pour lire un poème sur Frederick tentant de voler le baron et ses affirmations sur le fait d'avoir une mère malade.
Doutant de son récit, ils voient alors Frederick être conduit en garde à vue au Château, accompagné du baron. Se sentant désolée pour lui, Amelia supplie son père d'avoir pitié de Frederick.

Le baron tente de demander à Amelia et à Anhalt comment s'est passée leur conversation, mais aucun ne lui donnera de réponse directe. Le baron demande à voir Anhalt en privé, mais Anhalt s'en va, affirmant que quelqu'un l'attend. Amelia demande à parler au baron en privé, mais il refuse, croyant qu'elle veut seulement plaider pour Frederick à nouveau, ce qu'il ne souhaite pas entendre. Il laisse Amélia seule.
Amelia a alors une conversation avec le majordome dans laquelle il révèle que Frederick ne reçoit que du pain et de l'eau. Amelia décide de lui prendre quelque chose de mieux.

  • Acte 4 - Scène 1


Emprisonné au château, Frédéric déplore la rapidité avec laquelle sa vie est passée de bonne à mauvaise en quelques heures seulement.
Amélia lui rend visite avec son panier de provisions. Frederick souhaite pouvoir les envoyer à sa mère. Amelia l'interroge sur ses motivations. Ce faisant, elle révèle à Frederick que l'homme qu'il a agressé est le baron Wildenhaim, son père, ce qui choque Frederick. Étonné, il répète la phrase qu'elle a prononcée « Mon Père ».
Amelia ne comprend pas sa réaction et pense que Frederick est peut-être fou et elle s'en va.

Anhalt entre dans la pièce, ignorant probablement qu'Amelia avait été là. Lui et Frederick parlent et Frederick lui demande de confirmer les détails qu'il a entendus d'Amelia. Après avoir confirmé que le baron qu'il a volé est bien le baron Wildenhaim, il demande à Anhalt d'organiser une entrevue avec le baron - à quoi Anhalt accepte conditionnellement et il emmène Frederick voir le baron. Pour lui-même, Frédéric se prépare à affronter l'homme qu'il considère comme son père négligent, pour le bien de sa mère.

  • Acte 4 - Scène 2


Le baron et Amélie discutent seuls à propos du comte Cassel. Il ressort de leur conversation qu'elle a récemment eu une conversation privée avec le comte. Amelia révèle qu'elle déteste le comte. Il l’a effectivement demandée en mariage et s'est vanté d'avoir eu tellement d'histoires d'amour que son mariage avec elle brisera le cœur de centaines de femmes. Le baron suggère qu'il exagère, mais Amelia croit que c'est vrai - parce qu'une connaissance de leur majordome a été séduite et ruinée par le comte. Le baron fait venir le majordome pour l'interroger sur cette information. Le majordome arrive et le baron envoie Amelia hors de la pièce. Le majordome insiste pour donner ses informations en vers. Il révèle que le comte avait courtisé une jeune femme et promis de l'épouser, mais a couché avec elle la nuit avant le mariage. Le jour même du mariage, il n'est jamais arrivé - ruinant la jeune femme sans nom.

Enragé, le baron appelle le comte. Il le confronte, mais le comte est assez indifférent et tente d'expliquer ses actes. Le baron devient agité par cette conversation parce qu'il est parfaitement conscient qu'il s'est comporté de la même manière que le comte l'a fait - et sent qu'il est sur un terrain instable. Confus, il demande au comte de quitter la pièce.

Amélie entre. Le baron lui interdit d'épouser le comte, ce qu'elle accepte avec joie et les deux discutent du fait qu'aucun d'eux ne l'a jamais aimé. Nerveusement, Amelia l'amène au sujet d'Anhalt et lui avoue finalement son amour pour lui et qu'elle aimerait l'épouser et réciproquement, et qu'Anhalt n'a pas demandé parce qu'il pensait que c'était inapproprié en raison de leur différence de statut.

Alors qu'ils discutent de la façon dont elle a découvert les sentiments d'Anhalt, Anhalt lui-même entre dans la pièce et dit au baron qu'il a amené Frederick avec lui, qui attend dans la pièce voisine. Le baron refuse d'abord de le voir malgré la plaidoirie d'Amelia, mais Anhalt le persuade que Frédéric a besoin d'entendre son sort directement du baron. Le baron demande à Anhalt d'attendre dans la pièce voisine pendant qu'il parle à Frederick.

Frederick entre. Le baron s'attend à ce qu'il utilise la maladie de sa mère comme un plaidoyer et souligne que cela ne suffit pas à excuser son crime. Frederick soutient qu'il a un deuxième motif, un père négligent. Soupçonnant lentement la vérité, le baron interroge Frédéric qui finit par lui révéler que son père n'est autre que le baron Willhaim lui-même.

Frederick réprimande avec colère le baron pour ses actions envers sa mère et lui-même. En entendant l'agitation du baron, Anhalt court dans la pièce alors que Frederick en sort en trombe. Le baron raconte à Anhalt ce qui s'est passé et l'envoie d'urgence chercher la mère de Frederick au village.

  • Acte 5 - Scène 1


Agatha attend dans la chaumière en émoi. Elle a reçu une bourse d'or d'un bienfaiteur inconnu (que nous savons être le Baron) mais elle est inquiète car Frédéric n'est pas revenu et demande au propriétaire du cottage de le chercher.
Anhalt arrive et il demande à parler à Agatha seule. Agatha dit à Anhalt qui il est, et Anhalth dit à Agatha ce qui s'est passé - en laissant de côté le vol et la condamnation à mort possible - et persuade une Agatha réticente et confuse d'aller au château avec lui.

  • Acte 5 - Scène 2


De retour au château, nous trouvons le baron et Frederick en train de parler beaucoup plus calmement. Le baron affirme qu'il subviendra financièrement à Frederick et à Agatha, et fera de Frederick son héritier légal.
Frederick demande, de manière détournée, si le Baron épousera sa Mère, mais le Baron refuse de le dire.
Quelque peu agacé, Frédéric quitte la pièce pour aller à la rencontre de sa Mère.
Anhalt entre, et il persuade le baron qu'il doit épouser Agatha. Il accepte, mais exprime son inquiétude à l'idée de la revoir et de ce qu'elle pourrait penser de lui.
Amelia entre et ils discutent de la découverte de son nouveau frère.
Reconnaissant pour l'aide d'Anhalt dans toute cette situation, il accepte le mariage d'Anhalt et d'Amelia, à la joie et à la gratitude de ce couple.

Une Agatha physiquement malade et submergée émotionnellement est conduit dans la pièce par Frederick. Elle est embrassée par le baron et aidée à s'asseoir. Elle lui dit qu'elle lui pardonne et il est sous-entendu que leur mariage se poursuivra.

FIN DE LA PIECE





Le texte que j'ai a un épilogue, un discours prononcé par quelqu'un d'autre qui parle des bienfaits de la poésie et n'a rien à voir avec la pièce ou les personnages. Je ne sais pas pourquoi c'est là-dedans. Je suppose que cela justifie les changements qu'elle a apportés au personnage de Butler auquel elle a fait référence dans l'introduction.





Source
Revenir en haut Aller en bas
Shelbylee
Bookworm
Shelbylee



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Re: Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeJeu 23 Déc - 18:18

C'est intéressant et je pense en effet que c'est une clé pour aimer Mansfield Park (c'est mon cas).
Il faudrait d'ailleurs que je le relise pour profiter pleinement de cet article.

_________________
mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Master11
Revenir en haut Aller en bas
Mellana
gothic novel reader
Mellana



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Re: Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeVen 24 Déc - 16:54

C'est rare de trouver des réflexions sur Mansfield Park, dans le milieu non universitaire en tout cas ^^
Il y a encore plusieurs "articles" :
  • Maria et Julia

  • Mrs Norris, Lady Bertram et Tom Bertram

  • Fanny, Mary Crawford et Edmund


Merci pour ton commentaire Wink
Revenir en haut Aller en bas
Mellana
gothic novel reader
Mellana



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Re: Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeVen 24 Déc - 17:02

Bref résumé des « chapitres de la pièce » à Mansfield Park (13 - 21)



(Merci pour l'aimable accueil réservé à mon message précédent. Il me vient à l'esprit que cela pourrait valoir la peine de résumer brièvement les chapitres auxquels je fais référence pour rafraîchir la mémoire. Veuillez noter que tous ces messages sont chargés de spoilers de Mansfield Park dans l’ensemble, je fais fréquemment référence au sort des personnages.)


En bref, les personnages acceptent de monter une pièce pour faire plaisir à l'invité de Tom Bertram, M. Yates - qui répétait une pièce, « Lovers' Vows » avec un autre groupe d'amis, mais a dû l'abandonner lorsque la grand-mère des hôtes est décédée.


Aucun d'entre eux ne peut s'entendre sur la pièce à jouer, certains veulent une tragédie, d'autres une comédie et à peu près tout le monde se montre mal élevé en ne tenant pas compte des souhaits des uns et des autres. Seul Edmund refuse activement de participer et essaie de les dissuader d'agir - croyant, à juste titre, que le faire serait contre la volonté de leur père. Fanny l’approuve discrètement mais personne ne lui demande son avis à ce stade donc personne ne le sait.


Finalement, ils tombent d’accord sur « Lovers' Vows » à la grande horreur de Fanny et Edmund qui pensent tous les deux que c'est inapproprié. Cependant, Edmund est ignoré par ses frères et sœurs et par Mme Norris et Lady Bertram.


Maria est choisie pour Agatha, Tom pour le majordome, M. Crawford pour Frederick, Mary Crawford pour Amelia et M. Rushworth pour le comte Cassel. M. Yates prend le rôle du baron. Julia est blessée parce qu'elle voulait jouer Agatha. Elle se rend compte que M. Crawford ne l'aime pas et préfère sa sœur et elle refuse de participer à la pièce dans un éclat de colère.


Ils se rendent vite compte qu'ils n'ont choisi personne pour être Anhalt. Tom décide de demander à un ami de prendre le rôle, au grand désarroi de Mary Crawford qui voulait jouer avec Edmund et non avec un inconnu. Les frères et sœurs tentent ensuite de faire pression sur Fanny pour qu'elle assume le rôle mineur de la femme du fermier, ce qu'elle refuse de faire, malgré la forte colère de Mme Norris. Finalement, Mme Grant est choisie pour ce rôle.

Edmund accepte finalement de jouer Anhalt pour protéger Mary Crawford, au grand désarroi de Fanny.


Les répétitions commencent sérieusement et M. Crawford et Maria passent une grande partie de leur temps à flirter et à répéter plus qu'ils n'en ont besoin, ce qui rend M. Rushworth de plus en plus mal à l'aise.

Agissant comme un souffleur, Fanny est obligée de regarder Edmund et Mary Crawford jouer leur scène comme Anhalt et Amelia, ce qui est très douloureux pour elle.


La « compagnie » est sur le point d'avoir une répétition complète, mais Mme Grant ne peut pas y assister en raison de la mauvaise humeur de son mari, le Dr Grant. Ils sont en train de harceler Fanny pour qu'elle assume le rôle, lorsque Sir Thomas revient soudainement et sans avertissement à Mansfield Park.


L'idée de la pièce est abandonnée et le lendemain, Sir Thomas réprimande ses enfants pour leur comportement.
M. Crawford quitte complètement la région, laissant sa sœur toujours au presbytère avec Mme Grant et le Dr Grant. Maria a le cœur brisé et se rend compte que M. Crawford n'avait pas l'intention de l'épouser.

Il est fait référence aux événements de la pièce dans divers chapitres après cela, par les personnages à différents moments.







Maria Bertram


Au moment du roman où l'idée de jouer dans la pièce est introduite, Maria est malheureusement fiancée à M. Rushworth. Elle est tombée amoureuse de M. Crawford – qui encourage ce comportement tout en flirtant avec Julia Bertram.

Nous commençons à comprendre que Maria a commencé à regretter ses fiançailles avec M. Rushworth et espère que M. Crawford lui demandera de rompre ses fiançailles et de l'épouser à la place.



Réputation

Maria se comporte de manière inappropriée de diverses façons lorsqu'elle est impliquée dans la pièce. Tout d'abord en acceptant d'incarner Agatha, une femme qui a des relations sexuelles avant le mariage et qui en a un bébé.


En tant que femme fiancée de sa classe sociale, Maria aurait dû faire très attention à sa réputation. Cela peut être difficile à comprendre en tant que personne moderne, la société géorgienne n'était pas aussi prude que la société victorienne qui suit, mais les attentes envers les femmes étaient toujours très strictes. Il était absolument vital qu'il n'y ait aucune trace de soupçon sur ses mœurs, en particulier qu'il n'y ait aucune suggestion qu'elle pourrait ne pas être vierge. En se produisant publiquement en tant que personnage qui a volontairement perdu sa virginité alors qu'elle n'était pas mariée, même si c'était dans la conviction qu'une promesse solennelle de mariage avait été faite - Maria prenait le risque qu'une partie du scandale entourant Agatha soit, même injustement, transférée sur elle.



De même, simplement en jouant dans une pièce de théâtre, Maria fait, même de manière distante, une association entre elle-même et les actrices. Comme je l'ai expliqué dans mon post précédent, les actrices n'avaient pas une bonne réputation et ce n'était pas considéré comme une profession respectable.



Sottise

Sa décision d’agir ainsi, sachant qu'elle est largement motivée par son désir pour M. Crawford, l'expose comme une jeune femme qui est non seulement un peu stupide, mais aussi une preneuse de risques qui est prête à risquer sa réputation et son avenir pour obtenir ce qu'elle veut.

En mettant cela en lumière, je crois qu'Austen essaie de nous montrer que Maria n'est pas une jeune femme sage, mais aussi quelque peu impitoyable, et préfigure les choix qu'elle fera plus tard dans le roman.

Austen nous montre également que Maria a choisi de fermer les yeux sur les problèmes avec M. Crawford. Elle a été témoin par elle-même qu'il flirte avec Julia et l’a amenée à croire qu'il tenait à elle. Comme nous le voyons dans les chapitres de la pièce, il choisit finalement Maria et abandonne également la poursuite de Julia lorsqu'il la pousse trop loin et la met en colère. Austen ne nous montre aucune preuve que Maria s'arrête pour penser un instant que ce comportement donne des indications sur son caractère. Elle exulte simplement de sa victoire.



Cruauté envers M. Rushworth

Il y a aussi de la cruauté dans ce qu'elle fait. Son fiancé, M. Rushworth, soupçonne M. Crawford et admet ouvertement qu'il ne l'aime pas. Malheureusement, il n'est pas la personne la plus brillante et il ne semble pas se rendre compte exactement à quel point l’intérêt de sa fiancée pour M. Crawford s'est développé - ni qu'il y a une chance qu'elle soit disposée à le remplacer. Maria en est apparemment consciente aussi, elle sait déjà qu'il n'est pas particulièrement brillant et ne s'inquiète pas de la façon dont son comportement est flagrant. Elle travaille pour s'assurer que M. Crawford joue Frederick, dans l'espoir qu'elle puisse jouer Agatha. M. Rushworth doit jouer le comte Cassel et n'apparaîtra pas du tout avec elle, ce qui signifie qu'elle n'a pas à passer beaucoup de temps avec lui avant la pièce.

Austen indique très clairement que c'est l'intention expresse de Maria. Lorsque la décision est prise entre qui jouera le comte Cassel et qui jouera le baron, elle intervient pour laisser M. Crawford libre d'accrocher le rôle de Frederick. Austen écrit à propos du processus de pensée interne de Maria : « Mlle Bertram, ressentant tout l'intérêt d'une Agatha pour la question ... elle était sûre du bon Frederick.


Ce n'est qu'au fur et à mesure que les répétitions de la pièce progressent que M. Rushworth devient jaloux alors que le flirt entre Maria et M. Crawford devient de plus en plus évident, à tel point que Fanny a peur que M. Rushworth commence à se plaindre.

« Elle [Fanny] savait aussi que le pauvre M. Rushworth pouvait rarement demander à quelqu'un de répéter avec lui : sa plainte lui parvenait aussi bien qu’aux autres ; et si décidé à ses yeux était l'évitement de sa cousine Maria de lui, et si inutilement souvent répétée la première scène entre elle et M. Crawford, qu'elle eut bientôt toute la terreur d'autres plaintes de sa part. »


Fanny n'est clairement pas la seule à savoir à quel point le comportement de Maria devient inapproprié. Dans une conversation avec Mary Crawford, cette dernière rappelle qu'elle a ressenti le besoin d'intervenir auprès de M. Rushworth afin de l'empêcher de devenir jaloux de son frère M. Crawford. Elle écrit : « Je l'ai entendu en montant les escaliers, et le théâtre est bien sûr occupé par ces infatigables répéteurs, Agatha et Frederick. S'ils ne sont pas parfaits sur scène, je serai surprise. Au fait, je les ai vus il y a cinq minutes, et c'était exactement à l'un des moments où ils essayaient de ne pas s’étreindre, et M. Rushworth était avec moi. J'ai trouvé qu'il commençait à avoir l'air un peu bizarre, alors je l’ai calmé de mon mieux, en lui chuchotant : « Nous aurons une excellente Agatha ; il y a quelque chose de si maternel dans ses manières, de si complètement maternel dans sa voix et son visage. » N'était-ce pas bien fait de ma part ? Il s'éclaira immédiatement. Maintenant pour mon soliloque. »


Austen utilise les chapitres de la pièce pour nous montrer très clairement jusqu'où Maria est prête à aller et qu'elle ne craint pas du tout de blesser les sentiments de M. Rushworth. Cela préfigure les événements ultérieurs du roman.



Proximité physique inappropriée et flirt furtif

La scène citée ci-dessus, dans laquelle Maria et M. Crawford répètent encore et encore, est la scène dans laquelle Frederick retrouve pour la première fois sa mère Agatha. Les indications scéniques les obligent à s’étreindre, et Frederick à soutenir physiquement Agatha. S'ils avaient suivi ces instructions à la lettre, cela aurait impliqué un niveau de contact physique entre les deux qui était considéré comme hautement inapproprié.


C'est aussi la scène dans laquelle Agatha révèle à son fils qu'elle avait une relation secrète avec le baron qui a conduit à la conception de Frederick. On pourrait faire valoir qu'il s'agit d'une forme de flirt furtif, qu'en parlant de passions secrètes et d'amour interdit, Maria utilise le texte pour communiquer ses sentiments à M. Crawford.



Insensibilité au sujet de la pièce

L'un des thèmes majeurs de la pièce est les mariages sans amour et les personnes forcées de s’y résoudre pour la richesse et le statut. Le baron a été empêché d'épouser la femme qu'il aimait, Agatha, à cause de la pression sociale et de la pression de sa famille et a plutôt épousé une femme riche et noble qu'il n'aimait pas. Il y a une certaine pression de la société pour qu'Amelia épouse un homme comme le comte Cassel qu'elle n'aime pas, au lieu du bon mais pauvre Anhalt, qu'elle aime.


Toutes les personnes présentes, à l'exception peut-être de M. Rushworth lui-même, est conscient que Maria est dans la même position que le baron - épouser une personne qu'elle n'aime pas pour l'argent et le statut. M. Rushworth a déjà montré être un sot avec peu de choses qui pourraient raisonnablement attirer Maria - à part son argent et son statut social. Edmund en particulier est déçu du choix de Maria.


Il est donc de mauvais goût et de mauvais ton de la part de Maria de participer à une pièce de théâtre qui dépeint un mariage simplement pour le statut et l'argent, en particulier un mariage qui était finalement malheureux. C'est gênant pour elle et c'est gênant pour tous ceux qui la regardent et qui sont également conscients de ce qui se passe.



Préfiguration dans le poème du majordome

Le majordome qui fait des rimes a un morceau de vers particulièrement intéressant qui peut être considéré comme préfigurant ce qui arrive à Maria :

Alors vous qui menez maintenant des vies de célibataires,

De cette triste histoire méfiez-vous ;

Et n'agissez pas comme si vous étiez des épouses,

Avant que vous ne le soyez vraiment.


Maria a fait cette erreur et la refera. Premièrement, elle a en quelque sorte agi en tant qu'épouse de M. Rushworth. Pendant les scènes à Sotherton, elle agit presque comme si elle était déjà la maîtresse, faisant aux autres dans la voiture avec elle la visite guidée au fur et à mesure de leur passage.


C'est un problème car en se visualisant déjà comme la femme de M. Rushworth, elle se lance dans un fantasme de ce que cela sera et du plaisir qu'elle obtiendra d'être la femme d'un homme riche. Cependant, elle ferme les yeux sur les points négatifs concernant M. Rushworth comme si elle était déjà mariée et qu'il était trop tard pour reculer. Plus tard, lorsque la possibilité d'épouser M. Crawford à la place s'est finalement évanouie, Maria ne peut pas faire face. Elle est tellement attachée à l'idée d'être la femme de quelqu'un et à l'indépendance que cela lui donnerait qu'elle refuse de rompre ses fiançailles avec M. Rushworth, tout en sachant au fond que ce n'est pas ce qu'elle veut et qu'elle ne l'aime pas.

Plus tard dans le roman, lorsqu'elle s'est enfuie avec M. Crawford, il s'avère que Maria avait espéré que M. Crawford l'épouserait une fois qu'elle aurait obtenu le divorce de M. Rushworth. Elle emménage dans sa maison et il est sous-entendu qu'elle couche avec lui. Cependant, nous savons que c'est une décision insensée - il refuse de l'épouser et finalement les deux se disputent et elle est forcée de retourner sous la protection de son père.

Maria fait deux fois l'erreur d'agir en épouse avant qu'elle ne le soit vraiment.



Triste contraste avec Agatha

Maria contraste fortement avec Agatha à plusieurs égards, ce que je crois qu'Austen voulait que ses lecteurs voient clairement en la faisant incarner Agatha dans la représentation « Lovers' Vows » de Mansfield Park.

Tout d'abord, comme Agatha, Maria fait une erreur au début de sa vie qui ruine sa réputation. Contrairement à Agatha cependant, Maria n'a jamais l'occasion de rattraper son erreur et elle ne peut jamais se racheter.


Agatha est capable de se repentir de ce qu'elle a fait et elle se rachète, d'abord en élevant soigneusement Frederick et en enseignant à d'autres enfants - puis en étant capable de pardonner au baron et finalement de l'épouser. Agatha réfléchit à sa propre part dans les événements de sa vie et bien qu'elle ne se blâme pas uniquement, elle ne blâme pas non plus entièrement les autres - et reconnaît clairement son rôle dans ce qui a mal tourné pour elle.


Maria ne semble cependant pas faire cela, et elle n'a pas tout à fait la même motivation. Alors que Maria aime M. Crawford, après les événements de la pièce, lorsqu'il devient clair qu'il jouait avec elle, Maria réagit avec rage. Plus tard dans le roman, quand elle finit par reprendre contact avec lui et quitte son mari, M. Rushworth, pour lui, Austen nous dit qu'elle agit autant par amour pour Henry Crawford que par colère, colère qu'il soit est tombé amoureux de Fanny et lui ait demandé sa main - chose qu'il ne ferait pas pour elle.

Il est important de se rappeler que Maria ne sait pas que Fanny n'aime pas M. Crawford, ou qu'elle est en fait amoureuse d'Edmund. Elle ne sait que ce que Mary et M. Crawford lui ont dit et pense donc très probablement que Fanny finira par l'accepter. Elle est heureuse de ruiner par jalousie ce qui est probablement la meilleure et possiblement la seule offre de mariage que sa cousine pauvre recevra.

Austen ne nous donne jamais la preuve que Maria se repent de ses actions ou réalise ce qu'elle a fait à sa famille. Nous ne voyons aucun sentiment de rédemption ou de fin heureuse pour Maria.


Contrairement à Agatha, Maria est une briseuse de promesses.

Agatha tient toutes les promesses qu'elle fait, sa promesse au baron, sa promesse au pasteur compatissant et est une bonne mère travailleuse. C'est le Baron qui la laisse tomber et rompt sa promesse. Agatha est vraiment désolée pour la douleur et la honte qu'elle a apportées à la mère du baron et à sa propre famille.

Maria, d'un autre côté, n'est pas si bien intentionnée ou innocente. Elle rompt déjà sa promesse envers M. Rushworth en flirtant ouvertement avec un autre homme, dans le but de mettre fin à ses fiançailles et d'épouser M. Crawford à la place. Elle ne s'inquiète pas du tout de la façon dont cela pourrait affecter sa famille, de son devoir envers son père ou sur le fait que son flirt avec M. Crawford blesse tellement sa sœur. Je pense qu'Austen voulait que nous voyions une ironie ici et que Maria n'est pas du tout digne d'être une « excellente Agatha ».









Julia Bertram



Au moment où la pièce est introduite, Julia est également amoureuse de M. Crawford. Elle est cependant consciente qu'il flirte également avec Maria mais espère toujours qu'elle le gagnera pour elle-même, ce qui est compréhensible étant donné que Maria est fiancée.



Réputation

Je crois qu'Austen essaie de nous montrer que Julia est tout aussi faible moralement que Maria. Quand l'idée de jouer en général, puis dans « Lover's Vows » en particulier, est introduite, Julia a tout autant envie de participer. Elle ne semble pas particulièrement préoccupée par la façon dont la participation à la pièce pourrait affecter son avenir ou comment cela pourrait affecter celui de Maria.


Il devient clair que ses motivations sont similaires à celles de Maria. Elle veut jouer parce que M. Crawford le fait et elle espère également que cela les rapprochera. C'est pourquoi elle devient si bouleversée et en colère lorsqu'elle perd le rôle d'Agatha face à sa sœur Maria. Julia se rend compte que ce sont Maria et M. Crawford qui font cela et la repoussent efficacement, car M. Crawford veut être seul avec Maria et non avec elle.

Julia réagit avec fureur et jalousie et rejette l'idée de jouer complètement dans une crise de colère publique. La force de ses sentiments choque ceux qui l'entourent et elle est presque offensante envers ses supposés amis en exprimant ses fortes opinions négatives sur la pièce et ses personnages.


Austen utilise les chapitres de la pièce pour nous montrer que Julia est tout aussi faible moralement et tout aussi insouciante de sa réputation et de celle de sa famille que sa sœur.



Sœur négligente et insensible

Cela s'applique aussi à Maria et nous ne pouvons pas parler de l'une sans parler de l'autre. La pièce expose davantage la faiblesse du lien de fratrie entre Maria et Julia. Bien qu'elles semblent proches, leur amour et leur désir mutuels pour M. Crawford les séparent et montrent à quel point elles se soucient peu l'un de l'autre. Cette faille était apparente avant la pièce, mais la pièce l’agrandit encore.


Non seulement Julia est totalement indifférente à la façon dont la pièce fera apparaître Maria, et vice versa, mais nous voyons aussi qu'aucune des sœurs ne se soucie du bonheur de l'autre. Julia est clairement consciente qu'un flirt s'est développé entre Maria et M. Crawford et doit savoir que cela signifie que a) elle n'aime pas vraiment ou ne veut pas épouser M. Rushworth, b) elle sera très malheureuse si elle le fait. Pourtant, nous ne voyons jamais Julia tenter d'intervenir ou d'encourager Maria à faire un choix plus judicieux. Elle ne pense qu'à elle et à ce qu'elle veut.


En effet, après avoir exprimé sa colère de ne pas devenir Agatha, Julia sort en trombe de la pièce et il est dit « qu'elle est sortie à la hâte de la pièce, laissant plus d'un avec des sentiments gênants, mais n’éveillant que peu de compassion à qui que ce soit sauf Fanny ».

Maria et Fanny sont toutes les deux pleinement conscientes des sentiments de Julia pour M. Crawford et à quel point elle doit être blessée par ce qui s'est passé, et pourtant Maria n'est pas du tout inquiète que Julia soit blessée et il semble probable que Julia aurait été tout aussi indifférente aux sentiments de Maria si elle avait elle-même conquis M. Crawford. En utilisant la dispute à propos de la pièce, Austen nous montre que ni Julia ni Maria ne s'aiment vraiment.


Austen le précise plus tard dans le roman, alors que les répétitions sont en cours, sans rôle Julia n'a rien à faire.


« Julia a souffrait ... Elle avait aimé, elle aimait encore, et elle avait toutes les souffrances qu'un tempérament chaleureux et une bonne humeur étaient susceptibles d'endurer sous la déception d'un espoir cher, quoique irrationnel, avec un sens aigu du mauvais usage. Son cœur était douloureux et en colère, et elle n'était capable que de consolations en colère. La sœur avec laquelle elle avait l'habitude d'être en bons termes était maintenant devenue sa plus grande ennemie : elles s'étaient éloignées l'une de l'autre ; et Julia n'était pas au-dessus de l'espoir d'une fin affligeante aux attentions qui s'y déroulaient encore, d'une punition à Maria pour une conduite si honteuse envers elle-même ainsi qu'envers M. Rushworth. Sans faute matérielle d'humeur ou divergence d'opinions pour les empêcher d'être de très bonnes amies alors que leurs intérêts étaient les mêmes, les sœurs, dans une telle épreuve, n'avaient pas assez d'affection ou de principe pour les rendre miséricordieuses ou justes, pour leur donner de l'honneur ou de la compassion. Maria avait senti son triomphe, et poursuivi son but, insouciante de Julia ; et Julia ne pourrait jamais voir Maria distinguée par Henry Crawford sans être sûre que cela créerait de la jalousie et apporterait enfin une perturbation publique. »


La colère de Julia envers sa sœur s'intensifie tellement qu'elle commence à souhaiter activement que de mauvaises choses lui arrivent.



Rejet d'Amelia et comment cela se reflète sur sa vision du monde

« Quant à Amelia, c'est de toutes les parties du monde la plus dégoûtante pour moi. Je la déteste. Une odieuse, petite, impertinente, contre nature, impudente fille »


Ce qui précède est dit par Julia pendant sa crise de colère. Il est certainement vrai que selon les normes de l'époque, Amelia était à certains égards effrontée et impudente. Cela correspond à l'impression que Fanny a d'elle lorsqu'elle lit le roman.

Cependant, c'est aussi quelque peu injuste envers Amelia et montre que Julia ne valorise pas nécessairement ce qui est important. Toutes ses critiques d'Amelia concernent sa conduite extérieure superficielle et la façon dont elle semble se comporter. Aucun d'entre eux ne se concentre sur les choix ou les valeurs morales d'Amelia - qui sont en fait assez fortes et à bien des égards sont meilleures que les décisions que Julia et Maria prennent finalement.


Quoi que le public contemporain d'Austen ait pu penser du discours et du comportement d'Amelia, il a probablement approuvé ses choix. Amelia, bien que jeune, n'est pas influencée par un charmeur riche et séduisant - elle a la sagesse de voir à travers cela. Au lieu de cela, elle tombe amoureuse d'Anhalt, moralement et intellectuellement digne et choisit de l'épouser à la place - tout en sachant que cela impliquera une certaine perte de capital social.


Julia, quant à elle, se comporte de manière tout à fait opposée. D'abord, elle tombe amoureuse de M. Crawford, un charmeur riche et séduisant. Puis elle finit par s'enfuir avec M. Yates, en grande partie parce qu'elle craint de devoir retourner à Mansfield Park en tant que femme célibataire. M. Yates est essentiellement inoffensif, mais c'est un bouffon et on ne sait pas à quel point il l'aime vraiment, ou si elle l'aime vraiment en retour. Elle l'épouse pour le statut et l'argent qu'il peut lui donner - mais cela ne semble pas être un couple égal ou digne.


Sa réaction à la possibilité de jouer Amelia l'expose également comme une hypocrite. Plus tôt dans le roman, Julia est l'un des personnages qui se disputent contre Edmund et défendent le fait de jouer comme étant approprié. Cependant, en décrivant Amelia comme « dégoûtante » et « odieuse », elle révèle qu'au fond, elle reconnaît que les personnages de la pièce ne leur conviennent pas tout à fait. Après tout, pourquoi était-elle prête à apparaître dans une pièce avec des personnages dégoûtants et odieux ?


Cela démontre que Julia était disposée à ignorer le caractère inapproprié de la pièce lorsqu'elle pensait que cela lui apporterait ce qu'elle voulait, mais l'a rejetée lorsqu'elle a estimé que ce ne serait pas le cas.





Source
Revenir en haut Aller en bas
Mellana
gothic novel reader
Mellana



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Mrs Norris, Lady Bertram et Tom Bertram   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeDim 26 Déc - 15:13

Voici la suite de ce que j'ai écrit sur la façon dont la pièce « Lovers' Vows » est si essentielle pour comprendre Mansfield Park. J'espère que je ne vous ennuie pas tous !

Ces trois personnages, Mme Norris, Lady Bertram et Tom Bertram, n'ont pas vraiment de parallèles significatifs avec les personnages de la pièce. Cependant, la façon dont ils se comportent au cours de ces chapitres est essentielle pour les comprendre en tant que personnes et nous donne un indice sur ce qui leur arrivera dans le reste du roman.


Mme Norris

Lorsque la pièce est présentée, Mme Norris se sent au sommet de son autorité. Sir Thomas est parti visiter ses propriétés à Antigua. Alors qu'en théorie, cela signifierait que Lady Bertram est en charge de Mansfield Park, ou Tom lorsqu'il reviendra finalement, en réalité, Mme Norris l’est parce que Lady Bertram ne peut pas se donner la peine de s'efforcer de faire quoi que ce soit et Tom non plus. Mme Norris a carte blanche.

De plus, elle a réussi à obtenir ce qui, au moins socialement parlant, est un excellent mariage pour Maria, sa nièce préférée. Elle est fière de ce qu'elle a accompli.

Si nous devions regarder Mme Norris de loin, sans connaître les détails de sa vie, nous pourrions croire qu'elle était un personnage bon et moralement honnête. La veuve d'un ecclésiastique qui se consacre à ses nièces et neveux, dont une pauvre nièce qu'elle s'est arrangée pour faire transporter à Mansfield Park pour une vie meilleure. Elle semble être une bonne personne sur le papier.

Ce que les lecteurs ont déjà appris à ce stade du roman, c'est que ce n'est pas vrai. Mme Norris est égoïste, méchante et parfois cruelle. Elle parle souvent de ce qui est bien et mal, mais est en fait très mesquine et ne se soucie pas vraiment de ce qui est vraiment bien et mal. Elle est obsédée par le statut et apparemment jalouse du fait que sa sœur, Lady Bertram, a réussi à obtenir un statut plus élevé qu'elle. Elle satisfait cette jalousie sur Fanny, la rabaisse régulièrement et s'assure qu'elle connaît sa place.
Austen utilise la pièce très efficacement pour le souligner.


Ignorance morale

Mme Norris se positionne comme une personne moralement honnête, mais lorsqu'il s'agit de détails importants, elle est ignorante ou même volontairement aveugle. Tout cela sert à mettre en évidence sa bêtise et le fait qu'elle n'est pas la gardienne attentive des enfants de la famille comme elle se présente. Austen écrit « qu'elle [Mme Norris] n'a souligné aucune difficulté qui n'a pas été apaisée en cinq minutes par son neveu et sa nièce aînés, qui étaient tout-puissants avec elle ; et comme tout l'arrangement était d'apporter très peu de dépenses à personne, et pas du tout à elle-même […] ».

La principale préoccupation de Mme Norris semble être financière, elle est obsédée par l'idée d'aider Tom et les autres à monter la pièce de la façon la moins chère possible et tourne bientôt le sujet de la conversation sur la façon dont elle pense avoir réussi à empêcher un petit garçon de barboter un dîner aux serviteurs de Mansfield Park. Elle retire une grande fierté de cette économie !

En fait, Mme Norris est en partie motivée à encourager la pièce parce qu'elle l'utilise comme excuse pour déménager de sa propre maison à Mansfield Park, suggérant qu'elle sera nécessaire à temps plein pour aider aux arrangements, afin d'économiser sur les frais de subsistance pour quelques semaines. Elle met ses propres besoins au-dessus de ce qui est vraiment bon pour la famille.

Au chapitre 15, quand Edmund supplie Maria de reconsidérer la pièce « Lovers’ Vows » parce qu'il la juge inappropriée, Mme Norris intervient et prend la défense de Maria. Elle rejette les inquiétudes d'Edmund, tout en précisant qu'elle a au moins une idée des raisons pour lesquelles Edmund est préoccupé en déclarant que « comme M. Rushworth doit jouer aussi, il ne peut y avoir de mal. » Cela montre clairement qu'elle a, au moins momentanément, considéré que jouer n'était peut-être pas sage pour Maria, mais l'a rejeté sans beaucoup de réflexion sérieuse.

Elle élève également un argument assez faible sur l'inadéquation potentielle de « Lovers’ Vows » en particulier. Mme Norris prétend « [qu’elle ne connaît] pas la pièce ; mais, comme le dit Maria, s'il y a quelque chose d'un peu trop osé (et c'est le cas pour la plupart d'entre elle), il peut être facilement laissé de côté. Il ne faut pas être trop pointilleux, Edmund. »

Si vous avez lu « Lovers’ Vows », vous vous rendez vite compte que c'est un argument très stupide. La partie « osée », comme elle le dit, est une intrigue centrale de la pièce. Il serait difficile de voir comment la pièce pourrait avancer sans laisser de côté les parties controversées - pas de relations sexuelles avant le mariage et d'abandon signifierait pas de conflit entre Agatha et le baron, pas de Frederick et à peu près pas d'histoire. Cela ne pouvait tout simplement pas être réécrit.

Je pense qu'Austen utilise la pièce pour démontrer davantage l'écart entre ce que Mme Norris pense qu'elle est et ce qu'elle est réellement. Mme Noris n'est pas la gardienne attentive des filles Bertram qu'elle prétend être. Elle prend une décision au sujet de la pièce sans même la lire, en grande partie parce qu'elle veut le plaisir d'économiser de l'argent et d'être occupée. Ce ne sont pas les actes d'un gardien prudent.

Elle est complètement aveugle à la menace la plus grave pour Maria qui se passe sous son propre nez, celui de son attachement croissant à M. Crawford. Mme Norris ne fait aucune référence à cela et semble l'ignorer totalement. Malheureusement, cela finira par causer sa perte, avec Maria.


L'occupation au lieu de l'utilité réelle

Si vous lisez des livres de conduite qui ont été publiés ou largement lus à l'époque où Austen écrivait, vous verrez que les femmes étaient encouragées à être industrieuses, c'est-à-dire à s'occuper en étant aussi utiles que possible. Dans « Fordyce’s Sermons », mentionné par Austen dans Pride and Prejudice par exemple, Fordyce fait de Proverbes 31 :10 de la Bible chrétienne son argument central sur la façon dont les femmes devraient se concentrer sur le travail et les tâches ménagères du matin au soir. Alors qu'Austen se moquait probablement du livre de Fordyce, cela ne veut pas dire qu'elle n'était pas d'accord avec le principe en général, et en effet elle se moquait des personnages oisifs, hommes et femmes, dans Mansfield Park ainsi que dans ses autres romans.

Mme Norris semble croire qu'elle est industrieuse, mais en comparant son comportement avec celui de Fanny pendant les chapitres de répétition de la pièce, nous voyons qu'elle est tout sauf cela.

Mme Norris passe son temps à s’agiter, soit à propose de fabriquer les rideaux du théâtre à moindre coût, soit à fabriquer la cape de M. Rushworth aussi bon marché que possible ou encore à intimider les serviteurs. En dépit d'accuser Fanny d'être oisive et de « faire les lookings-on (??) à [son] aise », Fanny a en revanche passé son temps utilement et bien, à coudre, à travailler comme souffleur et à aider M. Rushworth à apprendre ses lignes. Elle a également été une source de soutien émotionnel pour les autres en écoutant leurs plaintes et leurs inquiétudes. Elle est la seule à avoir une image fidèle de ce qui se passe dans la maison et la seule qui semble véritablement alarmée par la situation entre M. Crawford et Maria. Si Mme Norris avait prêté moitié autant d’attention que Fanny, les choses se seraient peut-être passées très différemment.

Avec les chapitres de la pièce, Mme Norris montre clairement ce que nous avons déjà commencé à voir. Mme Norris se considère comme étant au centre et la personne la plus utile de la famille Bertram. Cependant, en réalité, elle est un fardeau, parfois embarrassant, parfois carrément nuisible dans son soutien aux mauvaises idées au mauvais moment. Fanny est la seule qui a vraiment à cœur les préoccupations de la famille et qui offre vraiment de l'aide.


Cruauté envers Fanny - Mme Norris et son trouble de la personnalité narcissique

Au moment des chapitres de la pièce, le lecteur est déjà conscient de la cruauté de Mme Norris envers Fanny. Cependant, ces chapitres entraînent ce qui est peut-être la scène la plus choquante de leur relation. Quand Fanny tient bravement tête à ses proches qui la poussent à agir contre son gré, ce qui est difficile pour une personne aussi timide et timide, c'est Mme Norris qui s'en prend le plus durement à elle. Edmund demande à Mme Norris de ne pas exhorter Fanny à agir et Mme Norris répond : « Je ne vais pas l'exhorter », répondit brusquement Mme Norris; « mais je la considérerai comme une fille très obstinée et ingrate, si elle ne fait pas ce que sa tante et ses cousins souhaitent - très ingrate, en effet, compte tenu de qui et de ce qu'elle est. »

C'est une façon très inappropriée de se comporter en public. Même Mary Crawford, qui n'a aucun intérêt particulier pour Fanny, est choquée et tente de réconforter Fanny.

C'est dans cette scène qu'Austen met très habilement en évidence les sentiments de Mme Norris à propos de Fanny. C'est ma conviction personnelle que ce qu'Austen nous montrait était de la rage narcissique. Mme Norris a besoin de Fanny pour qu'il y ait quelqu'un dans la famille dont le statut est inférieur au sien, quelqu'un à qui elle peut se sentir supérieure et à qui elle peut donner des ordres. Lorsque Fanny se défend dans cette scène, c'est la première fois qu'elle le fait vraiment. Ce faisant, Fanny menace le statu quo. Si Fanny commence à se défendre, qui Mme Norris pourra-t-elle diriger ?

La détermination de Fanny à ne pas jouer est également une menace pour l'ego de Mme Norris. En refusant d'aller de l'avant avec quelque chose qu'elle considère comme mal, Fanny laisse entendre par inadvertance qu'en soutenant les jeunes femmes de la famille dans leur décision d'agir, Mme Norris a pris la mauvaise décision et a donc elle-même tort moralement. L'ego de Mme Norris ne peut pas supporter cela et elle se lâche d'une manière inhabituellement dure et avec un manque de décorum important - même selon ses normes.

Les personnalités narcissiques n'étaient pas comprises à l'époque d'Austen. La psychologie en tant que science n'a vraiment commencé que longtemps après la mort d'Austen. Cependant, je pense que c'est un témoignage de ses pouvoirs d'observation et de sa compréhension de la nature humaine qu'elle ait pu créer un personnage comme Mme Norris qui correspond si justement à la description d'un trouble qui n'a été défini pour la première fois que plus de 60 ans plus tard. Si jamais j'avais la chance de rencontrer Jane Austen, je voudrais lui demander qui était son inspiration pour Mme Norris, j'adorerais savoir !



Lady Bertram

Lady Bertram figure à peine dans les chapitres de la pièce, elle est une mère largement non impliquée et désintéressée dans la plupart du livre jusqu'à ce que le désastre tombe sur sa famille dans les chapitres suivants.
Austen utilise les chapitres de la pièce pour nous montrer à quel point Lady Bertram est inefficace. Elle nous montre aussi à quel point elle est incapable d'une autoréflexion sincère et profonde.
Elle ne passe presque pas de temps à considérer le caractère approprié de la pièce et rejette la question presque immédiatement.
« Ne faites rien d'inconvenant, ma chère », dit lady Bertram. « Cela ne plairait pas à Sir Thomas. — Fanny, sonne ; Il faut que je dîne. — Certes, Julia est déjà habillée. »

Elle est à peine mentionnée dans les chapitres de la pièce, à part en tant que personnage d'arrière-plan et se trouve littéralement en train de somnoler lors d'une dispute à propos de la pièce entre Edmund et Tom.
Lorsque Sir Thomas arrive chez lui à Mansfield, même alors, elle ne se soucie pas de ce qui s'est passé.

« Elle n'avait aucune inquiétude que qui que ce soit trouble son plaisir : son temps s'était irréprochablement dépensé pendant son absence : elle avait fait beaucoup de tapisseries, et fait de nombreux mètres de franges ; et elle eût répondu aussi librement de la bonne conduite et des occupations utiles de tous les jeunes gens que de la sienne. »

Austen nous montre ici que Lady Bertram a été totalement aveugle à ce que faisaient ses enfants et à ce qui se passait dans sa propre maison. Non seulement cela, mais ce qu'elle considère comme un travail utile est probablement assez frivole. Les « plusieurs mètres de frange » font probablement référence à un type de travail de nouage qui consiste à faire des franges pour embellir les robes. Le « beaucoup de tapisseries » peut faire référence à la broderie de tapis ornementaux ou à une autre forme de broderie, mais il ne fait probablement pas référence à quelque chose de particulièrement utile ou pratique.



Tom Bertram

Austen utilise les chapitres de la pièce pour nous montrer comment Tom Bertram n'a pas réussi à se réformer. Lorsque la pièce est présentée, Tom est récemment revenu d'Antigua, où il a laissé son père Sir Thomas Bertram derrière lui. Il avait été emmené à Antigua dans l'espoir que cela ferait de lui une personne plus sérieuse et le détacherait d'une mauvaise compagnie. Comme Austen le démontre, cela a clairement échoué.


Échec en tant que fils

Plus que n'importe lequel des enfants Bertram, Tom devrait être celui qui est le plus attentif aux souhaits de son père et à l'importance de la réputation de la famille Bertram - pourtant c'est lui qui encourage l'idée de la pièce, tout en sachant que cette dernière va à l'encontre de ce que son père voudrait. Tom donne le mauvais exemple à ses autres frères et sœurs en faisant cela.

Il ne protège pas non plus ses frères et sœurs des dommages potentiels à leur réputation de deux manières importantes.

Premièrement, il le fait en présentant ses frères et sœurs à des hommes inappropriés. M. Yates qui est le premier à suggérer d'agir est l'ami de Tom, qu'il a invité à rester à Mansfield Park sur un coup de tête. Il connaît à peine M. Yates et n'a aucune idée s'il est une personne appropriée pour être accueillie dans la famille ou non. Nous découvrons plus tard qu'il ne l'était pas, car il a secrètement communiqué avec Julia et l'encourage à s'enfuir avec lui.

Il ne remarque pas non plus que M. Crawford n'est pas une personne appropriée pour s'associer avec ses sœurs. Il semble totalement inconscient de la situation préoccupante qui se développe entre M. Crawford et Maria et ne semble pas comprendre pourquoi Julia est si bouleversée.

Il ne prend pas non plus soin des finances de Mansfield Park, ce qui donne de lui une idée particulièrement défavorable car il a déjà été critiqué par son père auparavant pour ses extravagances financières. Par exemple, quand Edmund prétend que cela coûtera trop cher, Tom dit : « Oui, la dépense d'une telle entreprise serait prodigieuse ! Peut-être que cela pourrait coûter vingt livres en tout. »

Tom est ici sarcastique, minimisant ce que cela pourrait coûter de créer un simple théâtre et je suppose que cela signifierait que cela coûterait probablement beaucoup moins cher. Même ainsi, il semble suggérer que 20 £ est une petite somme d'argent. Alors que les Bertram avaient beaucoup d'argent, 20 £ n'étaient pas une somme insignifiante. Le salaire moyen d'un ouvrier agricole aurait été d'environ 15 à 20 £ par an. Austen l'utilise pour montrer à quel point Tom est déconnecté et à quel point il est inapte à être à la tête d'un domaine.

Choix du majordome comme personnage

Je pense qu'Austen essaie de nous en dire plus sur Tom en tant que personne par le fait qu'il est si déterminé à jouer le majordome comme personnage. Le majordome, le serviteur du baron, aime livrer ses nouvelles en rimes - aussi urgentes ou importantes soient-elles - au grand dam de ses employeurs. Il peut être considéré comme une personne stupide et frivole qui ne fait pas ce qu'il devrait faire, c'est-à-dire s'en tenir à ses devoirs. On peut en dire autant de Tom.

Cependant, comme le majordome, Tom est essentiellement inoffensif. Le majordome n'est pas malveillant et a même une certaine sagesse, réfléchissant aux erreurs que d'autres personnages ont commises et qui les ont amenés dans cette position. De même, Tom n'est pas irrécupérable et apprend finalement de ses erreurs et se réforme.



Source
Revenir en haut Aller en bas
Mellana
gothic novel reader
Mellana



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Fanny, Mary Crawford et Edmund   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeDim 26 Déc - 16:15

Merci à tous ceux qui ont été si gentils et m'ont permis de râler longuement sur mon sujet préféré.


Fanny Price

Au moment où la pièce est présentée, Fanny est récemment revenue d'une visite à Sotherton, la propriété de M. Rushworth, au cours de laquelle elle a observé sa cousine Maria flirter avec M. Crawford, la jalousie de Julia et l'intérêt croissant entre Mary Crawford et Edmund, l'homme qu’elle-même aime.

Nous voyons la plupart des événements des chapitres de la pièce à travers les yeux de Fanny, Austen choisit d'en faire l'observatrice principale. Elle reste largement passive lors de ces événements ce que certains lecteurs ont un peu de mal à appréhender et peuvent la faire passer pour un personnage de fond lors d'une première lecture.

Je pense qu'Austen fait cela pour souligner la position difficile dans laquelle se trouve Fanny alors qu'elle vit dans la famille Bertram. Elle a peu ou pas de pouvoir ou de choix sur sa propre vie et n'est respectée par personne à part Edmund. Les chapitres de la pièce nous donnent une idée de l'isolement et de la solitude de Fanny au sein de la famille - contrairement à tous les autres protagonistes d'Austen, Fanny n'a pas d'amie à qui elle peut se confier ou sur laquelle compter.
On peut aussi voir quelques similitudes entre Fanny et Amelia de « Lovers’ Vows ».


Contraste avec ses cousines
La différence entre Fanny et ses cousines Julia et Maria est très claire ici. Socialement parlant, elle est surclassée par ses cousins qui lui sont soi-disant « supérieures », mais les chapitres de la pièce démontrent que ce n'est pas le cas.

Fanny est la seule qui reste fidèle à Sir Thomas Bertram et de ce qu'elle sait que ses souhaits seraient. Julia et Maria ne se soucient absolument pas de ce que Sir Thomas pourrait penser de leur décision de jouer. Ils ne se soucient pas non plus du fait qu'il semble insensible de faire quelque chose qui semble si frivole alors que la vie de leur père est potentiellement en danger en devant faire face à un voyage en mer pour rentrer chez lui. À travers cela, Austen nous montre la sensibilité plus profonde de Fanny.

Nous voyons également l'approche différente de Fanny vis-à-vis de ses cousins face aux difficultés émotionnelles. Fanny est jalouse de Mary Crawford car elle sait que son cousin Edmund, dont elle est amoureuse, est lui amoureux de Mary. Mary et Edmund jouent une paire d'amoureux dans « Lovers’ Vows », Amelia et Anhalt. C'est douloureux pour Fanny, et le devient encore plus quand elle est forcée d'assister à une répétition entre les deux d'une scène dans laquelle ils parlent de leur amour l'un pour l'autre.

Contrairement à Julia, qui gère sa jalousie en faisant des remarques grossières et en insultant les autres, Fanny cache ses sentiments et parvient à faire de son mieux pour l'aider, agissant comme un souffleur. Elle parvient également à mettre sa jalousie de côté pour être un soutien émotionnel à la fois pour Mary et Edmund et leurs sentiments compliqués à propos de la pièce et comment jouer ces deux rôles exposera leurs sentiments l'un pour l'autre.
Austen nous montre ici que Fanny est plus mature émotionnellement que Julia, mais aussi que son affection pour ses cousines est bien plus forte que la relation entre Maria et Julia.

Elle est également la seule personne, à part Edmund, qui s'inquiète vraiment du risque de jouer dans la pièce et de ce que cela pourrait faire pour la réputation de Maria. Parmi ceux qui ont remarqué le flirt croissant entre Maria et M. Crawford, elle est la seule qui s'en soucie réellement. Mary Crawford et Julia comprennent toutes les deux ce qui se passe, mais elles ne font rien.

En toute honnêteté, Fanny ne fait rien non plus - à part refuser de participer en jouant elle-même. Il est important de se rappeler que Fanny n'a pas le même pouvoir que les autres personnages. Il serait probablement inapproprié pour Mary Crawford de soulever des inquiétudes au sujet de Maria avec Tom ou Edmund, et il est compréhensible qu'elle reste fidèle à son frère. Julia a cependant plus de pouvoir pour dire quelque chose - mais choisit de ne pas le faire pour ses propres raisons égoïstes, allant même jusqu'à espérer que la situation se termine mal pour sa sœur. De plus, pendant les chapitres de la pièce, Fanny est effectivement réduite au silence par Edmund sur le sujet. Lorsqu'ils discutent de la décision d'Edmund d'agir en tant qu'Anhalt, Edmund dit : « Les querelles familiales sont le plus grand mal de tous, et nous ferions mieux de faire n'importe quoi que d’en venir à semer la discorde - Edmund
Comme Edmund est la seule personne de la famille en qui elle a confiance et dont elle se sent proche, cela la prive de la seule voie par laquelle elle peut sonner l'alarme.


Développement personnel
Austen utilise les chapitres du jeu pour nous montrer comme Fanny connaît un développement personnel. Elle a déjà de bonnes valeurs personnelles, mais jusqu'aux chapitres de la pièce, elle n'a jamais été obligée de les défendre.

Fanny ne veut pas jouer parce qu'elle sait que son oncle désapprouverait, en plus elle pense que « Lovers’ Vows » est inapproprié. De plus, au moment où elle subit des pressions de la part des autres pour assumer le rôle de « femme du fermier », elle est déjà mal à l'aise avec la façon immorale et méchante dont la pièce pousse les autres à se comporter.

Lorsqu'elle refuse d'agir, malgré la forte pression de ses cousins et les commentaires cruels de sa tante, elle s'en tient à ses principes. Beaucoup considèrent Fanny comme une personne faible, mais elle montre ici une force incroyable. Il est important de se rappeler que Fanny est jeune. Elle a été élevée par de fortes personnalités qui cherchent à la rabaisser et à la rendre conciliante - en particulier Mme Norris. Elle est également dans une position très vulnérable, elle fait partie de la famille - mais elle est dépendante et sa vie à Mansfield Park dépend entièrement de la bonne volonté de ceux qui l'entourent. Il faut un vrai courage pour refuser d'agir. Elle ne peut pas simplement s'enfuir sans conséquence comme le fait Julia.

On voit aussi qu'elle est plus habile à refuser que Julia. Nous, le lecteur, savons pourquoi Fanny désapprouve le jeu d'acteur, mais elle n'en parle pas et évite donc d'insulter les autres. Elle insiste simplement sur le fait qu'elle n'a pas le talent qu’il faut et répète à nouveau qu'elle ne le souhaite pas, sans calomnier ceux qui ont choisi d'agir.


Préfiguration et parallèles dans « Lovers’ Vows »
Nous pouvons voir des échos de Fanny dans l'ensemble de « Lovers’ Vows » et, à certains égards, la pièce offre une préfiguration de ce qui est à venir.

Tout d'abord, l'une des nombreuses façons dont le choix de « Lovers’ Vows » est un choix insensible et irréfléchi est la façon dont il aurait été possible pour le public de faire des similitudes entre Agatha et Fanny. Comme Fanny, Agatha est une fille issue d'un milieu pauvre, accueillie par une famille plus riche. Comme Fanny, Agatha tombe amoureuse du fils de cette famille. Bien que personne autour de Fanny ne semble avoir observé son amour pour Edmund, il est facile d'imaginer que si la représentation de la pièce avait eu lieu, Fanny aurait pu devenir la cible de blagues cruelles à cause d'Agatha. Après tout, dans les chapitres précédents du roman, lorsque Sir Thomas et Mme Norris discutent de la possibilité d'amener Fanny à Mansfield, même eux discutent de la possibilité d'une romance surgissant entre Fanny et l'un des deux fils Bertram. S'ils sont prêts à envisager cette possibilité, il est juste de supposer que leurs voisins et amis, qui auraient dû composer le public grâce aux invitations de Tom, l'ont peut-être également envisagé.

Deuxièmement, dans les événements qui arrivent à Amelia, nous pouvons voir une partie de l'avenir de ce qui arrivera à Fanny. Anhalt et Edmund sont très similaires, tous deux sont des membres du clergé, tous deux ont un sens aigu du bien et du mal et sont très intelligents. Amelia est amoureuse d'Anhalt, mais est poursuivie par le louche comte Cassel. Elle le perce à jour et ne souhaite pas l'épouser malgré sa richesse et son statut social supérieur car elle sait qu'il n'est pas un homme bon. C'est son caractère qui compte le plus pour elle, pas ce qu'il peut lui apporter en termes de richesse.

De même, après les événements de la pièce, Fanny sera poursuivie par le comte Cassel alias M. Crawford. Comme Amelia, elle le voit pour exactement ce qu'il est, hypocrite, immoral et très susceptible de la rendre malheureuse si elle l'accepte. Comme Amelia, il y a une forte pression sociale pour qu'elle l'épouse. Fanny n'a pas d'argent et son seul espoir de sécurité financière est peut-être d'épouser M. Crawford. Il est probable que personne ne s'attendait à ce qu'elle reçoive une si bonne offre, ou même une offre de mariage. Le refuser est un risque énorme, non seulement elle met en colère la plupart de sa famille, mais elle risque son avenir financier.

Ce choix nous montre sa sagesse. Comme le comte Cassel, M. Crawford est très charmant et peut également se targuer d'une trace similaire de cœurs brisés. En effet, lorsqu'il finit par la demander en mariage et qu'il est refusé, Mary Crawford raconte à Fanny comment la proposition de son frère à Fanny a agité « les envies et les brûlures d'estomac de dizaines et de dizaines » qui ont des parallèles avec l'affirmation du comte, exprimée par Amelia, que sur son mariage « Cent cœurs féminins au moins seront brisés ». Ayant toujours été préservée et quelque peu naïve qu'elle soit, il serait compréhensible que Fanny tombe sous le charme de Mr Crawford, malgré ce qu'elle a vu, vu le nombre de femmes déjà tombées dans son piège. C'est un témoignage à la fois de sa sagesse et de la sincérité et de la profondeur de son amour pour Edmund, qui à ce stade semble désespéré, qu'elle n'est pas influencée.

On peut affirmer cependant qu'il y a un avertissement pour Fanny, comme il y en a pour Maria, dans la ligne du domestique rimailleur :
Et n’agissez pas comme si vous étiez des épouses,
Avant que vous n’en soyez vraiment.


À certains égards, Fanny est déjà mariée à Edmund dans son cœur. Elle s'inquiète pour lui et prend soin de lui presque comme s'ils étaient mariés, et ne peut pas concevoir qu'un autre homme prenne sa place dans son cœur. Cela lui cause une douleur considérable, non seulement de la jalousie, mais aussi de la tristesse face aux choses qui l'ont blessé. Cela l'amène également à avoir une vision biaisée d'Edmund, alors qu'elle est écrasée par sa décision éventuelle de jouer, elle est plus compréhensive envers lui qu'envers les autres.



Mary Crawford

Lorsque la pièce commence, Mary est amoureuse d'Edmond, mais est consternée qu'il devienne membre du clergé. Elle ne veut pas épouser un homme qui a un métier et espère qu'il changera d'avis.

Mauvaises valeurs morales
Comme Fanny, Mary est très sensible aux états émotionnels de son entourage. Contrairement à Fanny, elle ne s'en soucie pas particulièrement.

Mary est bien consciente du danger que représente le développement de la relation entre son frère et Maria, tout comme Fanny, mais elle s'en moque et ne fait rien pour s'en mêler. Au contraire, elle couvre son frère en persuadant M. Rushworth que l'affection évidente de Maria pour M. Crawford n'est qu'une démonstration de l'amour maternel d'Agatha pour Frederick. C'est révélateur, et nous savons qu'à l'avenir, Mary se comportera de la même manière, essayant de sauver le désastre qu'est l'infidélité de Maria avec M. Crawford afin de le protéger.

Le plus loin que Mary aille, c'est de discuter de la situation avec sa sœur, Mme Grant, et c'est uniquement parce que Mme Grant en parle.
« Je me demande plutôt si Julia n'est pas amoureuse d'Henry", fit-elle [Mme Grant] remarquer à Mary.
— J'ose dire qu'elle l'est, répondit froidement Mary. « J'imagine que les deux sœurs le sont. »
« Les deux ! Non, non, cela ne doit pas être. Ne lui en donnez pas la moindre idée. Pensez à M. Rushworth !
« Vous feriez mieux de dire à Miss Bertram de penser à M. Rushworth. Cela peut lui faire du bien. »

Puis plus tard dans le même passage :
« Mais, Mary, ne vous imaginez pas que Maria Bertram se soucie d'Henry. Je suis sûr que Julia ne le fait pas, sinon elle n'aurait pas flirté comme elle l'a fait la nuit dernière avec M. Yates ; et bien que lui et Maria soient de très bons amis, je pense qu'elle aime trop Sotherton pour être inconstante.
« Je ne parierais pas grand-chose sur les chances de M. Rushworth si Henry intervenait avant que les actes de mariage ne soient signés. »
« Si vous avez un tel soupçon, il faut faire quelque chose ; et dès que la pièce sera finie, nous lui parlerons sérieusement et lui ferons réfléchir ; et s'il ne veut rien dire, nous le renverrons, bien qu'il soit Henry, pour un temps. »

Austen ne nous donne aucune preuve que quoi que ce soit en résulte, on ne nous montre pas Mme Grant discutant de ses inquiétudes avec M. Crawford. C'est peut-être parce que la pièce n'a jamais eu lieu et que le moment où Mme Grant avait l'intention d'avoir cette conversation n'a jamais eu lieu. Ce n'est pas clair, mais ce qui est clair cependant, c'est que Mary ne s'inquiète pas particulièrement du fait que sa supposée amie Maria risque autant. Elle ne semble pas non plus particulièrement préoccupée par la conduite de son frère et semble même trouver qu'il s'agit d'un sujet qui mérite une plaisanterie. Elle ne semble même pas considérer que leurs sentiments seront blessés. Je pense que c'est très révélateur qu'Austen utilise le mot « froidement » pour décrire la façon dont elle parle du fait que les deux sœurs sont amoureuses d'Henry.

Cela la met en fort contraste avec Fanny, qui se soucie non seulement parce que le danger encouru par Maria concerne sa famille et ceux à qui elle tient, mais aussi parce que cela offense sa sensibilité morale. Mary n'a pas de telles sensibilités morales à offenser.

Hypocrisie
Comme Maria et Julia, il y a une hypocrisie dans le fait que Mary accepte de faire partie de la pièce. Au début, elle n'a aucun problème à apparaître sur scène en tant qu'Amelia, probablement en partie motivée par le désir de divertissement et le désir que cela lui permette de passer plus de temps avec Edmund.

Elle ne commence à s'opposer à l'idée que lorsqu'elle découvre qu'Edmund, au moins temporairement, a refusé d'agir et qu'elle sera forcée de jouer Amelia avec un Anhalt qu'elle ne connaît pas, sous la forme d'un ami de Tom Bertram appelé Charles Maddox. Lorsqu'elle entend cela, elle décide soudainement qu'elle devra supprimer certaines des lignes d'Amelia qu'elle n'approuve pas.

Pour être juste, la décision d'inclure Maddox se fait sans sa contribution, et elle se sent incapable de se retirer étant donné qu'elle a déjà accepté de participer. Il y a une différence entre apparaître dans une pièce entre amis et apparaître dans une pièce devant et aux côtés d'inconnus. Cependant, ce revirement dans le changement de circonstances montre qu'elle est consciente que la pièce a des thèmes inappropriés et qu'y jouer peut avoir une mauvaise incidence sur elle et donc sur les autres. Elle apparaît quelque peu égocentrique dans cette lumière, même si elle le cache bien.

Fausse Amélia
Tout comme nous pouvons voir des similitudes entre Fanny et Amelia, il existe des similitudes entre Mary et Amelia. Cependant, on peut dire que Mary est une fausse Amelia. Pour emprunter à une autre création d'Austen, Fanny a toute la bonté d'Amelia et Mary en a toute l'apparence.

Comme Amelia, Mary est pleine d'esprit, intelligente, attirante, riche et charmante. Contrairement à Amelia cependant, Mary est très préoccupée par les choses du monde, son statut et sa position dans la société. Comme nous le voyons avant les chapitres de la pièce, elle s'intéresse d'abord à Tom Bertram en raison de sa position dans la vie - pour être finalement conquise par Edmund Bertram contre son gré.

De plus, contrairement à Amelia, Mary n'a pas de père concerné avec qui s'occuper ou apaiser. Alors qu'elle était probablement soumise à certaines restrictions (peut-être de la part de tuteurs financiers, mais si c'est le cas, Austen ne le mentionne jamais), elle était effectivement libre d'épouser qui elle voulait à condition que le choix soit judicieux. Il est hautement improbable que sa sœur ou son frère s'opposerait à son mariage avec Edmund Bertram et son oncle absent semble de toute façon ne pas s'intéresser à elle et il est peu probable qu'il ait eu quelque chose à dire à ce sujet.

Contrairement à Amelia, Mary ne court aucun risque financier réel en épousant Edmund. Edmund ne sera pas pauvre. On lui a déjà promis une vie en tant que membre du clergé et en tant que fils avec de nombreuses relations de Sir Thomas, il est raisonnable de s'attendre à ce qu'il puisse gagner plus à l'avenir. Elle est également héritière de 20 000 £. Si Marie épousait Edmond, elle ne vivrait pas dans la misère. L'avenir d'Amelia n'est pas si clair. Anhalt est un ecclésiastique qui a d'abord gagné sa vie en tant que tuteur, et travaille maintenant sur la propriété de son père en tant qu'ecclésiastique. Un risque réel pour elle tout au long de la pièce, jusqu'à ce que son père accepte généreusement le mariage, est que son père puisse dire non et qu'elle court le risque de perdre l'homme qu'elle aime ou de s'enfuir et de vivre dans une relative pauvreté avec lui.

Amelia ne vacille jamais en sachant cela. Elle aime trop Anhalth et apprécie trop son bon caractère, c'est tout ce qui compte pour elle et son statut social inférieur ne signifie rien pour elle. Elle ne s'intéresse jamais au comte et à tout ce qu'il peut lui apporter financièrement et socialement, et commence activement à le mépriser lorsqu'elle découvre qu'il a traité d'autres femmes avec cruauté.

Mary cependant ne voit pas le monde de cette façon. Elle aime Edmund, mais hésite à se permettre d'encourager son amour en raison de son statut social d'ecclésiastique. Contrairement à Amelia, elle ne comprend pas pleinement la valeur de ce qu'Edmund a vraiment à offrir. En contrastant Mary avec Amelia, Austen nous donne ici un petit aperçu de ce qui se passera à l'avenir dans le roman. Mary ne surmonte jamais avec succès sa cupidité et son besoin de statut et elle perd Edmund à cause de cela.



Edmond

Austen utilise les chapitres de la pièce pour nous montrer comment les valeurs morales d'Edmund sont mises à l’épreuve par Mary Crawford.

Au moment des chapitres de la pièce, Edmund est déjà amoureux de Mary. Il est aussi conscient cependant qu'il y a une barrière entre eux. Elle n'approuve pas sa décision de devenir membre du clergé. Edmund hésite entre espérer et douter de ses perspectives avec Mary.

Aveuglement à la vérité
Austen nous montre qu'Edmund est aveugle à la vérité sur Mary Crawford. Il croit qu'elle est fondamentalement une bonne personne, semblable à Fanny, peut-être parce qu'il la convoite et s'est permis de construire une fausse image d'elle dans son esprit : ce qu'il souhaite qu'elle soit plutôt que ce qu'elle est réellement.

Il est très critique envers Maria et Julia pour avoir accepté d'apparaître dans « Lovers’ Vows », mais il n'a pas de critique similaire pour Mary Crawford.
En essayant d'expliquer son raisonnement pour avoir rompu sa décision précédente de ne pas agir, de jouer le rôle d'Anhalt pour sauver Mary Crawford de l'embarras d'agir avec un étranger, il dit :

« Mettez-vous à la place de Miss Crawford, Fanny. Considérez ce que ce serait de jouer Amelia avec un inconnu. Elle mérite qu’on ait des égards envers elle, parce que de toute évidence elle sait ce qu’elle se doit à elle-même. J'ai suffisamment entendu ce qu'elle vous a dit la nuit dernière pour comprendre son refus de jouer avec un étranger ; et comme elle s'est probablement engagée dans le rôle avec des attentes différentes - peut-être sans considérer le sujet suffisamment pour savoir ce qui était susceptible d'être - ce serait peu généreux, ce serait vraiment mal de l'exposer à cela. Ses sentiments doivent être respectés. »

Il tente d'expliquer sa décision d'agir, affirmant qu'elle n'a probablement pas pleinement compris dans quoi elle s'embarquait ou le sujet de la pièce. Ceci malgré le fait que la veille, il a eu une conversation légèrement irritable avec Mary à propos d'Anhalt dans laquelle elle démontre clairement qu'elle en a au moins une certaine connaissance.

Quand il finit par changer d'avis et choisit de jouer, principalement pour plaire à Mary Crawford, nous voyons à quel point Edmund est profondément amoureux d'elle et que son amour pour elle l'amène à faire de mauvais choix qui ne sont pas conformes à sa moralité.
Là encore, on constate un contraste entre Fanny et Mary. Fanny essaie toujours, lorsqu'il sollicite son aide, de le conduire vers ce qui est juste pour lui et pour les autres. Mary, en revanche, ne le fait pas.

De plus, il existe ici des parallèles tordus avec Amelia et Anhalt. Nous voyons qu'Amelia et Anhalt sont à bien des égards des partenaires égaux à la fois moralement et intellectuellement. Le public de « Lovers’ Vows » peut voir que les deux auront probablement un mariage heureux car ils sont étroitement liés. Si Edmund était plus circonspect, il verrait que c'est le genre de relation qu'il a avec Fanny. En revanche, lui et Mary Crawford ne sont pas du tout appariés intellectuellement ou spirituellement, ils ont des intérêts, des valeurs et des priorités très différents et ne peuvent pas se rendre heureux.

En plus d'être aveugle à la vérité sur Mary Crawford, Edmund est aveugle à la vérité sur M. Crawford et à quel point il représente un risque pour la famille. Il semble presque inconscient du flirt qui se produit entre eux et ne semble pas comprendre que cela présente un risque pour la réputation de Maria et sa relation avec M. Rushworth.

Plus tard dans le roman, il affirme que Fanny et M. Crawford ont « des goûts moraux et littéraires en commun. Vous avez à la fois un cœur chaleureux et des sentiments bienveillants ». Nous voyons ici, et Fanny voit qu'il a complètement mal compris à quoi ressemble vraiment M. Crawford. Elle le presse en évoquant la pièce et en disant :
« Je n'ai pas eu une bonne opinion de lui depuis le moment de la pièce. Je l'ai alors vu se comporter, comme il m'a semblé, de manière très incorrecte et insensible - je peux en parler maintenant parce que tout est terminé - si incorrectement par le pauvre M. Rushworth, ne semblant pas se soucier de la façon dont il l'a exposé ou blessé, et en prêtant attention à ma cousine Maria, qui - bref, au moment de la pièce, j'ai conçu une impression qui ne s'effacera jamais. »
— Ma chère Fanny, répondit Edmond en l'écoutant à peine jusqu'au bout, ne nous laissons, aucun de nous, être jugé par ce que nous parûmes à cette époque de folie générale. L’époque de la pièce est un temps dont je déteste me souvenir. Maria avait tort, Crawford avait tort, nous avions tous tort ensemble ; mais aucun n'a autant tort que moi. Comparé à moi, tous les autres étaient irréprochables. Je jouais le fou les yeux ouverts.
« En tant que spectateur, dit Fanny, j'ai peut-être vu plus que vous ; et je pense que M. Rushworth était parfois très jaloux.
« Très probablement. Pas étonnant. Rien ne pourrait être plus impropre que toute l'affaire. Je suis choqué chaque fois que je pense que Maria pourrait en être capable ; mais, si elle pouvait assumer le rôle, il ne faut pas s'étonner du reste.
« Avant la pièce, je me trompe beaucoup si Julia ne pensait pas qu'il lui prêtait attention. »
« Julia ! J'ai déjà entendu dire par quelqu'un qu’il était amoureux de Julia ; mais je n'ai jamais rien pu en voir. »

Edmund sous-estime clairement la gravité de la situation. Qu'il le fasse parce qu'il ne le voit tout simplement pas, ou parce qu'il ne veut pas le voir - car reconnaître cela interférerait dans sa propre relation avec Mary Crawford, peut-être même une rupture totale s'il est forcé d'interdire Henry Crawford de la maison, reste incertain.



Source
Revenir en haut Aller en bas
LilyBart
Dingley Bell resident
LilyBart



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Re: Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeMar 28 Déc - 8:49

@ Mellana : Je n'ai pas encore lu Mansfield Park, du coup je me suis retenue de lire tes analyses qui ont l'air très intéressantes ! J'attends depuis cet été une certaine lecture commune, mais comme elle n'a pas l'air de se pointer, je crois que je vais bientôt finir par le lire toute seule... Je reviendrai par ici quand je l'aurai lu Wink
Revenir en haut Aller en bas
Miss Woodhouse
Bookworm
Miss Woodhouse



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Re: Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeMar 28 Déc - 9:31

Il faudra que je relise Mansfield Park mais avant j'imprimerai toute ton analyse Very Happy
En effet, j'avais trouvé les scènes autour de la pièce plus que longues et cela m'avait bien gâché ma lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Shelbylee
Bookworm
Shelbylee



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Re: Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeMar 28 Déc - 12:33

LilyBart a écrit:
@ Mellana : Je n'ai pas encore lu Mansfield Park, du coup je me suis retenue de lire tes analyses qui ont l'air très intéressantes ! J'attends depuis cet été une certaine lecture commune, mais comme elle n'a pas l'air de se pointer, je crois que je vais bientôt finir par le lire toute seule... Je reviendrai par ici quand je l'aurai lu Wink

J'avais zappé mais je suis partante pour janvier !

_________________
mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Master11
Revenir en haut Aller en bas
Mellana
gothic novel reader
Mellana



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Re: Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeSam 8 Jan - 15:25

LilyBart a écrit:
@ Mellana : Je n'ai pas encore lu Mansfield Park, du coup je me suis retenue de lire tes analyses qui ont l'air très intéressantes ! J'attends depuis cet été une certaine lecture commune, mais comme elle n'a pas l'air de se pointer, je crois que je vais bientôt finir par le lire toute seule... Je reviendrai par ici quand je l'aurai lu Wink

Shelbylee a écrit:
LilyBart a écrit:
@ Mellana : Je n'ai pas encore lu Mansfield Park, du coup je me suis retenue de lire tes analyses qui ont l'air très intéressantes ! J'attends depuis cet été une certaine lecture commune, mais comme elle n'a pas l'air de se pointer, je crois que je vais bientôt finir par le lire toute seule... Je reviendrai par ici quand je l'aurai lu Wink

J'avais zappé mais je suis partante pour janvier !

Je suis plus que partante pour une lecture commune aussi Very Happy ! Il faut faire un sondage pour voir avec les autres membres ?

Miss Woodhouse a écrit:
Il faudra que je relise Mansfield Park mais avant j'imprimerai toute ton analyse Very Happy
En effet, j'avais trouvé les scènes autour de la pièce plus que longues et cela m'avait bien gâché ma lecture.

C'est drôle, j'ai l'impression que c'est un aspect du roman qui déplaît à beaucoup de lecteurs ^^ j'espère que l'analyse ci-dessus (qui n'est pas la mienne hein, je l'ai juste traduite Wink ) t'aidera à appréhender ces chapitres.
Revenir en haut Aller en bas
Shelbylee
Bookworm
Shelbylee



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Re: Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeSam 8 Jan - 17:15

Le topic sur la LC est ici Arrow

_________________
mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Master11
Revenir en haut Aller en bas
LilyBart
Dingley Bell resident
LilyBart



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Re: Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeJeu 10 Fév - 18:18

Merci pour ce partage, Mellana ! J'ai terminé Mansfield Park et j'ai donc enfin pu lire cette analyse de la place de la pièce de théâtre dans le roman. C'est terriblement intéressant ! J'étais déjà fascinée pendant ma lecture du roman par tous ces passages, qui ont tellement à dire des personnages ! Mais alors après, quand les événements se déploient avec autant de parallèles par rapport à la pièce de leur choix, je dois dire qu'il y en a apparemment bien plus que ce que je n'avais envisagé. Et je vois combien il est pertinent de connaître au moins un minimum l'intrigue de Lover's Vows pour saisir toute la portée de ces passages (mon édition en donnait un bref résumé, mais celui, bien plus détaillé, que tu partages ici a davantage éclairé ma compréhension).

Les parallèles entre les personnages et les rôles qu'ils ont endossés sont très parlants. Mais c'est aussi ce que leurs actions propres, en relation avec la pièce, révèlent d'eux-mêmes. Cette pièce de théâtre est un réel miroir de leurs intrigues, et plus on y regarde, plus on y voit de reflets !

Au tout début, j'ai été frappée par la façon dont les préparatifs font échos aux événement précédents, en particulier à Sotherton. A nouveau, on a Fanny, immobile, au milieu d'un va-et-vient tumultueux. Les autres personnages viennent à elle à tour de rôle, exactement comme à Sotherton quand elle est assise sur son banc, et ils se plaignent, la sollicitent, et en somme lui procurent un véritable spectacle au cours duquel elle perçoit chacun d'entre eux bien mieux qu'ils ne se perçoivent les uns les autres. Elle voit très clair dans le jeu entre Henry et les sœurs Bertram, elle est témoin de la jalousie de Rushworth, elle observe Edmund être encore une fois induit par Mary dans quelque chose qui est contraire à ses principes... De manière générale, on peut dire que jouer dans la pièce est le reflet des jeux malsains et malavisés entre les personnages. Que Fanny ne joue pas de rôle dans Lovers' Vows est à l'image de son refus de participer à leurs manigances.

L'analyse ne le mentionne pas, mais je me suis dit que Mr. Rushworth réalise réellement le parcours du personnage qu'il endosse, à savoir le comte, quand il apparaît d'abord comme un fiancé mal aimé de sa promise (et quand Sir Thomas interroge Maria sur ses sentiments et son réel désir de poursuivre ses fiançailles) et puis quand il finit par être rejeté par elle (bien que ce soit post-mariage, contrairement à ce qui se passe dans la pièce).

Quant à Julia, je pense que sa réaction sous la colère de quitter définitivement la pièce, elle est pertinente aussi par rapport à la suite. Elle a décidé de ne plus jouer, et donc de sortir de ce jeu de séduction avec Henry. Quand plus tard dans l'intrigue, il fait son arrivée à Londres, elle quitte aussitôt les lieux pour l'éviter (ce qui la mène à Yates), tandis que Maria reste et prolonge (à sa propre perte) l'inepte jeu du chat et de la souris avec Henry.

Je n'aurais pas pensé à comparer Fanny à Amélia de la pièce. Mon impression était qu'elle déplore elle-même trop le personnage pour leur trouver des points communs. Mais le parallèle entre la façon dont elle rejette un séducteur (Henry Crawford) comme le fait Amélia (envers le comte) pour un ecclésiastique, est assez frappant. Et avec la réflexion sur la position de Mary Crawford par rapport à ce personnage, j'en suis venue à voir les choses sous un autre jour. Il y a un passage au cours de ces chapitres sur la pièce de théâtre, où Fanny se retrouve entre Edmund et Mary, qui tous deux la sollicitent pour les aider à répéter leur texte. Et en repensant à cette scène à la lumière des idées émises ici, j'ai vu Fanny comme la représentation d'un juste milieu entre les différentes caractéristiques du personnage d'Amélia et Mary Crawford : ni charismatique et pétillante (ce que partagent Mary et Amélia), mais avec un bon système de valeurs qui lui fait préférer un homme juste et à un homme riche, mais sans l'audace (apparemment indécente) du personnage. Elle rassemble, en somme, ce qu'il y a de bon sans tomber dans les excès. Je trouve que cette scène de répétition devient d'autant plus révélatrice sous ce jour, surtout que chaque personnage semble être révélé au travers du rôle qu'il joue, et que donc certains aspects de Fanny sont aussi révélés quand elle est forcée à prendre part à la pièce d'une certaine manière.

Il y a tellement à dire qu'on pourrait ne jamais en finir ! Je vais en rester là pour le moment, j'espère que vos réactions initieront d'autres points de réflexion Smile
Revenir en haut Aller en bas
Barbara
Mr Beveridge's Maggot
Barbara



mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Re: Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitimeMar 15 Mar - 9:47

J'ai lu tout le topic hier et cela éclaire vraiment bien "Mansfield Park" que je suis en train de terminer. Comme je l'avais déjà lu et aimé l'an dernier, je n'ai pas craint les spoilers. Very Happy
Je pensais trouver ici des éclaircissements sur la pièce en elle même pour me faire mieux comprendre pourquoi tout ce foin autour d'une simple pièce, je ne comprenais pas pourquoi tant de résistance. Ceci dit, les passages ne m'ont jamais paru plomber l'histoire ou la diluer inutilement.
Ce que j'y ai trouvé en plus ce sont les parallèles avec l'intrigue et les attitudes des personnages-mêmes de Mansfield Park! C'est vraiment un très précieux document, à mon avis indispensable pour apprécier (si ce n'était pas le cas) encore plus le roman. Merci !!! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Empty
MessageSujet: Re: Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !   mansfield - Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park ! Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Comprendre « Lovers’ Vows » - La clé pour aimer Mansfield Park !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une adaptation radio de Mansfield Park pour 2014
» Mansfield Park
» Mansfield Park ITV 2007 : vos commentaires
» Mansfield Park, le mal aimé ?
» Mansfield Park ... et vous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and fake a British accent :: Jane Austen :: Ses romans-
Sauter vers: