Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !
Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !
-20%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
29.99 € 37.59 €
Voir le deal

 

 Happy Valley, saison 1, épisode 1

Aller en bas 
5 participants
AuteurMessage
Shelbylee
Bookworm
Shelbylee



Happy Valley, saison 1, épisode 1  Empty
MessageSujet: Happy Valley, saison 1, épisode 1    Happy Valley, saison 1, épisode 1  Icon_minitimeJeu 23 Juil - 7:33

Happy Valley, saison 1, épisode 1  Happy-10

Le premier épisode commence par une intervention que Catherine Cawood, sergent de police d'une petite ville du Yorkshire doit mener face à quelqu'un qui menace de s'immoler parce que sa petite amie l'a quitté.

Au cours de cette intervention Catherine lui parle et lui évoque un peu sa vie : un de ses enfants est mort, l'autre ne lui parle plus et elle doit élever son petit-fils.

On ne saura pas tout de suite la conclusion de l'intervention, c'est Catherine qui la racontera plus tard (il s'est mis le feu en voulant fumer une cigarette en oubliant qu'il risquait de s’immoler).

Catherine apprend par Richard, un journaliste (on saura plus tard qu'il s'agit de son ex-mari), que Tommy Lee Royce est sorti de prison, sans que l'on sache qui il est, mais cela préoccupe Catherine.

Kevin Weatherhill, petit comptable sans grande envergure, demande à son patron une augmentation pour pouvoir payer une bonne école à sa fille. Nevison dit qu'il va y réfléchir puis refuse.
Kevin découvre qu'Ashley, qui lui loue un mobilhome, trafique de la drogue. Vexé que Nevison lui ai refusé une augmentation, il propose à Ashley de kidnapper Ann, la fille de Nevison et de demander une rançon de 500 000 £. Ashley charge 2 de ses employés de réaliser le kidnapping : Adam et Tommy.

Mais Kevin est convoqué le lendemain par Nevison. Celui-ci a décidé de revenir sur sa décision et de prendre en charge les frais de scolarité grâce à l'avis d'Ann et de sa femme qui vient de découvrir qu'elle a un cancer. Il charge aussi Kevin de la direction de l'entreprise en son absence.
Kevin tente de faire abandonner le projet à Ashley mais il n'y arrive pas. Il tente d'aller expliquer les choses au commissariat où il tombe sur Catherine mais il panique.

Catherine est appelée par l'école. Ryan réagit parfois de manière violente et l'école aimerait qu'il voit un psychologue. Dans une scène bouleversante, Catherine révèle que sa fille a été violée et qu'elle s'est ensuite suicidée laissant son fils de quelques mois. Elle n'avait pas voulu expliquer à ses parents ce qui s'était passé. Mais, elle a laissé le nom du coupable, Tommy Lee Royce qui a été emprisonné pendant 8 ans, mais seulement pour trafic de drogue. Catherine a peur de découvrir que Ryan tient de son père.

Le kidnapping est réalisé de manière violente. Des tensions apparaissent entre Tommy et Adam quand celui-ci révèle une indication.
Nevison appelle Kevin et lui dit que les ravisseurs réclament 1 million de dollars.

xxxxx

Le résumé est un peu long, mais cet épisode est tellement riche qu'il est difficile de faire autrement (je n'ai même pas parlé de la liaison Catherine / Richard).
Je trouve que cette série se marque par son réalisme cru, Catherine n'est pas glorifié dans son rôle de policière, on voit de petites interventions qui découlent de la misère sociale et du fléau qui s'est abattu sur la vallée : le trafic de drogue.

La scène la plus bouleversante est sans doute celle de la "confession" de Catherine où elle explique sa situation.

Je l'ai déjà vue, mais je suis à nouveau émerveillée par le casting qui contient toute la fine fleur des acteurs anglais (Joe Armstrong, James Norton, Sophie Rundle, Charlie Murphy) mais aussi des acteurs confirmés (Sarah Lancashire, Steve Pemberton).

On voit aussi dans le cimetière la tombe de Sylvia Plath où les gens viennent déposer des stylos en hommage.



_________________
Happy Valley, saison 1, épisode 1  Master11
Revenir en haut Aller en bas
carole.reads
Elizabethan actor
carole.reads



Happy Valley, saison 1, épisode 1  Empty
MessageSujet: Re: Happy Valley, saison 1, épisode 1    Happy Valley, saison 1, épisode 1  Icon_minitimeJeu 23 Juil - 8:19

J’ai regardé le premier épisode avant-hier (et j’ai directement enchainé avec le deuxième ^^). Je n’ai pas encore regardé la suite car j’ai décidé de prendre mon temps pour bien m’imprégner de la série (et aussi pour alterner avec quelque chose de plus léger (bon ok, Normal People n’est pas forcément léger mais c’est différent haha).

J’ai beaucoup apprécié la façon dont les pions se mettent en place, la série prend le temps d’exposer les éléments de l’intrigue avec ses quelques rebondissements (j’ai lâché quelques jurons pendant cet épisode, surtout quand Nevison convoque Kevin pour lui dévoiler qu’il est revenu sur sa décision)

Dans cette atmosphère glaçante, le personnage de Catherine est vraiment le rock de la série, c’est une présence rassurante, emphatique… quand elle dévoile l’histoire de sa fille, j’ai été soufflée par la performance de Sarah Lancashire (sans me dire qu’elle était en train de performer justement). Et la position de Ryan au sein de la famille est très délicate, c’est vraiment quelque chose d’exploré qui est rare je trouve (mais je crois que là je déborde sur l’épisode 2).

En tout cas, j'ai bien accroché à cet épisode !

(et au fait, James Norton - alors que je ne l'ai vu que dans des rôles de good guys - est parfaitement crédible en brute épaisse ! Brrr)
Revenir en haut Aller en bas
Shelbylee
Bookworm
Shelbylee



Happy Valley, saison 1, épisode 1  Empty
MessageSujet: Re: Happy Valley, saison 1, épisode 1    Happy Valley, saison 1, épisode 1  Icon_minitimeJeu 23 Juil - 12:07

carole.reads a écrit:

(et au fait, James Norton - alors que je ne l'ai vu que dans des rôles de good guys - est parfaitement crédible en brute épaisse ! Brrr)

Il est absolument glaçant, c'est vraiment un acteur incroyable car c'est vrai qu'avec son physique avantageux, il aurait pu se contenter de rôles de jeune premier, mais non, il endosse un rôle extrêmement difficile.

Comme tu l'écris, Sarah Lancashire ne fait pas une performance et c'est absolument bouleversant.

J'ai oublié de dire aussi que j'aime la façon dont sont construites les révélations : on nous interpelle qui est Richard ? qui est Tommy Lee Royce avant de nous donner la réponse (sans qu'il y ait de faux suspense non plus).

_________________
Happy Valley, saison 1, épisode 1  Master11
Revenir en haut Aller en bas
Miss Artemis Holmes
Jurisfiction agent
Miss Artemis Holmes



Happy Valley, saison 1, épisode 1  Empty
MessageSujet: Re: Happy Valley, saison 1, épisode 1    Happy Valley, saison 1, épisode 1  Icon_minitimeVen 24 Juil - 14:55

Je viens de regarder le premier épisode (c'est pour moi un premier visionnage) et j'ai été impressionnée à bien des niveaux. Comme vous l'avez souligné, les acteurs font un sans faute, et Sarah Lancashire porte cet épisode admirablement.

Au niveau de l'ambiance, on est en effet dans une tonalité très réaliste et dure, loin de l'image fantasmée des paysages de cette région (que l'on voit d'ailleurs en arrière-plan). Ici, le rideau est déchiré et on voit le trafic de drogue et ses conséquences, la violence, mais aussi beaucoup de souffrances (psychologiques) : la douleur d'avoir perdu un membre de sa famille, un enfant orphelin, les conséquences d'un long ressentiment tu depuis des années envers un supérieur hiérarchique, etc. On voit les ravages que le silence / l'absence de communication entraîne, et aussi les ravages de la jalousie, de regarder toujours ce qui se passe chez les autres au lieu de se concentrer sur le positif chez soi...

Je me suis interrogée aussi sur la réaction de Catherine lors de l'entretien avec la directrice (il me semble qu'elle est contre). En effet, un suivi psychologique pourrait être une vraie aide pour Ryan, vu sa situation (que l'on voit de l'extérieur, une fois encore). Alors que la manière dont Catherine essaie de rationaliser son comportement (il a du mal à apprendre à lire) semble aussi être une manière de tenir sa douleur à distance.

J'ai adoré la construction de l'épisode, la manière dont on nous donne à voir une émotion, une réaction, avant l'information qui va nous permette de la comprendre (et de porter un jugement dessus en tant que spectateur). D'une part, cela suscite l'intérêt du spectateur qui se pose des questions, et d'un autre côté, cela interroge les apparences et les a priori que l'on se fait lorsqu'on n'a pas toutes les informations (ce que nous faisons d'ailleurs tous au quotidien).
De ce point de vue, le parallèle des scènes de dîner après la demande d'augmentation est intéressante.

Shelbylee a écrit:

On voit aussi dans le cimetière la tombe de Sylvia Plath où les gens viennent déposer des stylos en hommage.
Je ne connais pas son œuvre donc je me suis demandée quel était le sens... En tout cas, j'ai trouvé que cela donnait une tonalité un peu différente à la scène, la manière dont l'enfant était interpelé par les stylos, alors que Catherine était dans la douleur...

J'ai hâte de voir où va nous emmener la suite des épisodes...
Revenir en haut Aller en bas
Emjy
Bookworm
Emjy



Happy Valley, saison 1, épisode 1  Empty
MessageSujet: Re: Happy Valley, saison 1, épisode 1    Happy Valley, saison 1, épisode 1  Icon_minitimeLun 27 Juil - 12:43

J’ai vu l’épisode 1 avec un plaisir presque égal à la première fois. Je suis toujours aussi admirative du jeu des acteurs, de la qualité des dialogues et du scénario parfaitement structuré de Sally Wainwright Happy Valley, saison 1, épisode 1  312935

Je n’ai pas grand-chose à ajouter à ce que vous avez dit de la qualité d’ensemble de la série.

Quelques petits points que j’aimerais soulever :

- C’est fou à quel point la série joue sur l’amertume et l’ironie (cruelle) du sort. Et ce, jusqu’au bout. Kevin, après avoir lancé son projet de kidnapping, est convoqué dans le bureau de Nevison qui lui apprend qu’il a finalemet changé d’avis et qu’il compte payer les études de ses filles et même faire officiellement de lui son numéro 2. Kevin apprend par la même occasion que c’est justement Anne (la future victime !) qui l’a persuadée de le faire. C’est terrible à tous les niveaux.
- Anne chante Wuthering Heights de Kate Bush, un clin d’œil de la réalisatrice à son amour pour les Brontë et à la lande du Yorkshire Happy Valley, saison 1, épisode 1  312935
- Quelques mots sur le look pour le moins inhabituel de Tommy Lee Royce : j’avais lu je ne sais plus où que son blond peroxydé était une référence au film Fargo des frères Coen (dans lequel Peter Stormare arborait la même couleur de cheveux). J’avais lu aussi que la réalisatrice souhaitait que le « méchant » ait une coiffure un poil ringarde de boys band du début des années 2000 pour souligner le fait qu’il avait passé un certain nombre d'années en prison et qu’il n’était plus vraiment au fait des modes capillaires Razz
Quoiqu’un peu extrême, je trouve que ce style convient très bien au personnage de Tommy qui donne l’impression de soigner son apparence physique. C’est un look assez iconique et qui reste gravé dans la mémoire du spectateur
- Très rapidement, la série nous montre plusieurs visages du mal et creusera ces portraits (Kevin, Ashley, Lewis et Tommy) de manière sensible et nuancée. On en reparlera par la suite.
La série est anglaise jusqu’au bout des ongles. La preuve : quand Ashley s’apprête à faire part de son plan d’enlèvement à Lewis et Tommy, il dit qu’il va faire réchauffer l’eau pour le thé !
- Je suis toujours aussi fan de Sarah Lancashire qui n’a décidément pas volé son BAFTA !

_________________
Happy Valley, saison 1, épisode 1  16482110
Revenir en haut Aller en bas
carole.reads
Elizabethan actor
carole.reads



Happy Valley, saison 1, épisode 1  Empty
MessageSujet: Re: Happy Valley, saison 1, épisode 1    Happy Valley, saison 1, épisode 1  Icon_minitimeLun 27 Juil - 16:26

Emjy a écrit:

- Quelques mots sur le look pour le moins inhabituel de Tommy Lee Royce : j’avais lu je ne sais plus où que son blond peroxydé était une référence au film Fargo des frères Coen (dans lequel Peter Stormare arborait la même couleur de cheveux). J’avais lu aussi que la réalisatrice souhaitait que le « méchant » ait une coiffure un poil ringarde de boys band du début des années 2000 pour souligner le fait qu’il avait passé un certain nombre d'années en prison et qu’il n’était plus vraiment au fait des modes capillaires Razz
Quoiqu’un peu extrême, je trouve que ce style convient très bien au personnage de Tommy qui donne l’impression de soigner son apparence physique. C’est un look assez iconique et qui reste gravé dans la mémoire du spectateur

J'adore l'anecdote Very Happy

Moi je trouve que cette couleur fait froid dans le dos, c'est tellement criard !
Maintenant que tu le dis, c'est vrai que ça a un petit côté démodé mais je n'oserai pas me moquer de Tommy Razz (bon, on va pas se mentir, ça lui va super bien aussi Happy Valley, saison 1, épisode 1  557349 )

Et pour la réplique sur le thé, je me suis fait la même reflexion, tellement British ! C'est vraiment la boisson de tous les états d'âme :p
Revenir en haut Aller en bas
Fanny
Bookworm
Fanny



Happy Valley, saison 1, épisode 1  Empty
MessageSujet: Re: Happy Valley, saison 1, épisode 1    Happy Valley, saison 1, épisode 1  Icon_minitimeVen 7 Aoû - 10:30

J'ai commencé mon revisionnage.  cheers

James Norton est fidèle à mon souvenir : glaçant! No Il se transforme complètement dans ce rôle grâce à une attitude et un regard qui en dit long sur le personnage. Bien sûr, Sarah Lancashire est excellente (toujours comme dans mon souvenir) et vit son rôle. Elle est touchante dans ses différents combats qu'ils soient personnels ou professionnels.

Les protagonistes sont complexes. On voit bien que rien n'est tout blanc ni tout noir. La colère, la frustration peuvent transformer une personne et faire pencher la balance. Au contraire, une main tendue peut venir rattraper un parcours chaotique.

Pour tous les passionnés de culture anglaise, le Royaume-Uni est parfois idéalisé. Cette série nous fait retomber sur le plancher des vaches et montre bien les difficultés sociales du pays dès le premier épisode.

_________________
Happy Valley, saison 1, épisode 1  Sans_t17
Revenir en haut Aller en bas
Shelbylee
Bookworm
Shelbylee



Happy Valley, saison 1, épisode 1  Empty
MessageSujet: Re: Happy Valley, saison 1, épisode 1    Happy Valley, saison 1, épisode 1  Icon_minitimeMer 19 Aoû - 12:51

Miss Artemis Holmes a écrit:


Shelbylee a écrit:

On voit aussi dans le cimetière la tombe de Sylvia Plath où les gens viennent déposer des stylos en hommage.
Je ne connais pas son œuvre donc je me suis demandée quel était le sens... En tout cas, j'ai trouvé que cela donnait une tonalité un peu différente à la scène, la manière dont l'enfant était interpelé par les stylos, alors que Catherine était dans la douleur...

J'ai cherché, mais je n'ai pas trouvé de raison spéciale, à part évidemment son métier.


Emjy a écrit:
C’est fou à quel point la série joue sur l’amertume et l’ironie (cruelle) du sort. Et ce, jusqu’au bout. Kevin, après avoir lancé son projet de kidnapping, est convoqué dans le bureau de Nevison qui lui apprend qu’il a finalemet changé d’avis et qu’il compte payer les études de ses filles et même faire officiellement de lui son numéro 2. Kevin apprend par la même occasion que c’est justement Anne (la future victime !) qui l’a persuadée de le faire. C’est terrible à tous les niveaux.

Oui c'est vraiment ça. Tout aurait pu tourner autrement à quelques secondes près.

Emjy a écrit:

- Anne chante Wuthering Heights de Kate Bush, un clin d’œil de la réalisatrice à son amour pour les Brontë et à la lande du Yorkshire

Mais oui, je l'avais noté en le regardant, mais j'ai oublié de le mettre dans le résumé ! Merci !

Emjy a écrit:

- Quelques mots sur le look pour le moins inhabituel de Tommy Lee Royce : j’avais lu je ne sais plus où que son blond peroxydé était une référence au film Fargo des frères Coen (dans lequel Peter Stormare arborait la même couleur de cheveux). J’avais lu aussi que la réalisatrice souhaitait que le « méchant » ait une coiffure un poil ringarde de boys band du début des années 2000 pour souligner le fait qu’il avait passé un certain nombre d'années en prison et qu’il n’était plus vraiment au fait des modes capillaires Razz
Quoiqu’un peu extrême, je trouve que ce style convient très bien au personnage de Tommy qui donne l’impression de soigner son apparence physique. C’est un look assez iconique et qui reste gravé dans la mémoire du spectateur
C'est très drôle, surtout qu'au final, je trouve que cela lui va plutôt bien.

Emjy a écrit:

- La série est anglaise jusqu’au bout des ongles. La preuve : quand Ashley s’apprête à faire part de son plan d’enlèvement à Lewis et Tommy, il dit qu’il va faire réchauffer l’eau pour le thé !
Mais tellement ! On retrouve ce type de passage à plein de reprises. J'aurais dû compter Razz

_________________
Happy Valley, saison 1, épisode 1  Master11
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Happy Valley, saison 1, épisode 1  Empty
MessageSujet: Re: Happy Valley, saison 1, épisode 1    Happy Valley, saison 1, épisode 1  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Happy Valley, saison 1, épisode 1
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Happy Valley, saison 1, épisode 2
» Happy Valley, saison 1, épisode 3
» Happy Valley, saison 1, épisode 4
» Happy Valley, saison 1, épisode 5
» Happy Valley, saison 1, épisode 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and fake a British accent :: Séries britanniques contemporaines :: Happy Valley-
Sauter vers: