Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !

Partagez | 
 

 The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat

Aller en bas 
AuteurMessage
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Sam 8 Déc - 23:40

Ces premiers chapitres se déroulent dans le pensionnat de Pencey Prep, durant l'espace d'une fin d'après-midi. On y suit Holden, un adolescent qui vient d'apprendre qu'il a été renvoyé – et ce n'est pas la première fois. Nous sommes quelques jours avant Noël, et il devra l'apprendre à ses parents lorsqu'il rentrera pour les vacances. Alors que presque tout le monde est en train d'assister au match de football, il déambule dans l'école. Il rencontre d'abord un de ses professeurs, Mr Spencer, retenu chez lui par la grippe, puis quelques uns de ses camarades.
Il finit par quitter le lycée sans attendre les vacances, pour passer quelques jours de liberté à New-York, avant de voir ses parents. Dans le train, il rencontre Mrs Morrow, la mère d'un d ses camarades, aux yeux de laquelle il se fait passer pour quelqu'un d'autre.

Arrow Lisez vous le roman en anglais ou dans sa traduction française ? Le trouvez-vous difficile à lire ?
Arrow Dans quelle édition le lisez-vous ?
Arrow Que pensez-vous de Holden Caulfield ? Vous-est il sympathique ou au contraire, est-il un anti-héros ?
Arrow Que pensez-vous des personnages secondaires : Mr Spencer, Stradlater, Ackley, Mrs Morrow…, et de la manière dont Holden les présente ? Les relations de Holden avec les autres personnalités du collège vous semblent-elles normales ou au contraire teintées d'étrangeté ?
Arrow Aimez-vous le style ?
Arrow Avez-vous envie de continuer votre lecture ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Virginia
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Dim 9 Déc - 9:32

1) Je lis en français.
2) je le lis dans l'édition de poche Pocket.
3) pour moi, Holden est un anti-héros. Je crois même qu'il le reconnait lui-même au début quand il dit qu'il est un anti-Dickens. Il a l'air d'être le type de l'adolescent, un peu perdu dans l'existence, un peu déprimé, il s'intéresse aux filles, à la sexualité, éprouve un sentiment de rivalité avec ses camarades...

4) Holden est cynique et la façon dont il présente ses camarades du pensionnat est très critique. Stradlater apparait comme le bellâtre de service mais n'est pas épargné par les remarques assez virulentes d'Holden. Certaines descriptions sont dégoutantes voire écœurantes... L'hygiène semble avoir une sacrée importance pour lui.
La mère d'Ernest a un traitement un peu différent, sans doute parce que c'est une femme... Mais il n'hésite pas à lui mentir tout en faisant le joli coeur avec elle.
Il me semble que Holden a des rapports un peu étranges avec son entourage, comme s'il était complètement désabusé...

5) Le style très oralisé m'a déconcertée au début mais je m'y suis habituée. Le langage est très familier voire vulgaire...

6) Oui!! D'ailleurs, c'est déjà fait!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Barb
Elizabethan actor
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Dim 9 Déc - 12:56

1)Lisez vous le roman en anglais ou dans sa traduction française ? Le trouvez-vous difficile à lire ?
En français.

2)Dans quelle édition le lisez-vous ?
Dans l’édition « Pocket », traduction datant de 1986 d’Anne Saumont.

3) Que pensez-vous de Holden Caulfield ? Vous-est il sympathique ou au contraire, est-il un anti-héros ?
C’est un anti héros, mais je ne pourrais pas dire pour autant que je le trouve sympathique. Il me touche parce que l’on sent qu’il est en souffrance, il est seul. Il n’a pas vraiment de relations sincères, amicales avec des garçons de son âge ni même ne semble éprouver d’affection profonde en particulier pour un personnage masculin du collège, mais aurait plutôt des amis filles. Il a du mal à trouver sa place parmi les autres et sans doute aussi dans la vie. Mais à la limite on a l’impression qu’il s’en fiche, qu’il s’agisse des études ou des autres. On ne sait pas ce qu’il cherche ou ce qu’il aimerait. Mais on sait ce qu’il n’aime pas : le cinéma, tel détail physique, tel comportement, tout est décrit de façon négative. Il « sabote » beaucoup aussi : il oublie les équipements d’escrime de toute l’équipe dont il est responsable dans le métro, il rate ses examens mais on dirait que ça lui est égal, il est provocant. En revanche, on comprend bien qu’il a beaucoup d’affection pour des gens plus jeunes que lui : pour Phoebee et pour son frère qui est mort, et que la blessure n’est pas cicatrisée.

4) Que pensez-vous des personnages secondaires : Mr Spencer, Stradlater, Ackley, Mrs Morrow…, et de la manière dont Holden les présente ? Les relations de Holden avec les autres personnalités du collège vous semblent-elles normales ou au contraire teintées d'étrangeté ?
Stradlater : le beau gosse, Holden le trouve sympathique et se laisse marcher sur les pieds (prête sa veste, lui rédige un devoir ect…) , et ce n’est pas vraiment un ami.
Ackley : assez répugnant tel que décrit par Holden.
Mrs Morrow et Mr Spencer: je les mets ensemble car j’ai l’impression qu’il a le même genre de rapport avec les deux. Le fait qu’il mente à cette femme, ou qu’il esquive : il semble être constamment en train de faire vivre un autre personnage, de se raconter des histoires comme il en raconte aux autres aussi alors que ceux là, Mr Spencer et Mrs Morrow ne sont pas ses ennemis.
Ses relations avec les autres personnalités : Un peu étranges parce que les relations qu’il a avec les garçons de son age avec lesquels il est en contact sont toujours conflictuelles voire toujours teintées d’une certaine violence latente qu’il entretient, en paroles ou en geste. Par exemple, dans l’épisode avec Stradlater qui rentre de son rendez vous, Holden s’emporte très vite et peut être de façon disproportionnée. `
Mais la violence si elle n’est pas exprimée par les dialogues ou les actes, se retrouve exprimée en « voix off » car il décrit toujours ses connaissances, de façon assez mordante et avec des détails un peu scabreux, ce qui peut être assez drôle par moment.
Je me demande bien quel type de caractère lui conviendrait, lui plairait.

5)Aimez-vous le style ?
Un peu déroutant au début car c’est écrit comme il parle mais on s’y fait . Du coup, j’aimerais bien lire la version anglaise.

6)Avez-vous envie de continuer votre lecture ? Certainement ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Virginia
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Dim 9 Déc - 13:25

Je suis assez d'accord avec toi: il y a pas mal de violence sous-jacente chez Holden.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shelbylee
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Dim 9 Déc - 22:30

1)Lisez vous le roman en anglais ou dans sa traduction française ? Le trouvez-vous difficile à lire ?

En français (parce que je n'ai pas eu le courage de tenter l'anglais). Non je ne le trouve pas difficile à lire mais ce n'est pas non plus une lecture fluide à cause de nombreux mots d'argot qui sont utilisés (c'est toutefois bien de la part du traducteur d’avoir voulu garder le style original).

2)Dans quelle édition le lisez-vous ?

Dans l’édition « Pocket », traduction datant de 1986 d’Anne Saumont. Ce qui explique aussi que l'argot de cette époque ne soit pas celui d'aujourd'hui. Et pas vraiment non plus celui du moment où Salinger l'a écrit. Le "bicause" m'horripile particulièrement.

3) Que pensez-vous de Holden Caulfield ? Vous-est il sympathique ou au contraire, est-il un anti-héros ?

Il m'est assez sympathique quand même mais j'attends un peu de voir comment il va tourner. Je trouve qu'il a même un comportement auto-destructeur. Je trouve qu'il est le stéréotype de ces fils de bonnes familles qu'on voit dans les films et les séries américaines. Envoyé en pension par des parents assez fortunés, mais manquant de relations avec sa famille, il fait tout pour se faire remarquer. Il a quand même déjà été renvoyé 4 fois. Il semble déjà blasé de tout. Il n'est pas à sa place à Pencey, il n'arrive pas à nouer des relations. Mais pourtant, c'est un bon élève en anglais donc on peut supposer que s'il faisait un effort, il pourrait être bon ailleurs, mais il le refuse (d'où ce que j'écrivais au début : il a un comportement auto-destructeur). Son amour pour Jane m'intrigue (vu sa réaction face au fait qu'elle sorte avec Stradlater)

4) Que pensez-vous des personnages secondaires : Mr Spencer, Stradlater, Ackley, Mrs Morrow…, et de la manière dont Holden les présente ? Les relations de Holden avec les autres personnalités du collège vous semblent-elles normales ou au contraire teintées d'étrangeté ?
M Spencer : le typique du prof americain qui joue le rôle d'un guide de conscience (même si clairement c'est un échec ici). En France, peut-on imaginer un prof recevant un élève dans sa chambre en robe de chambre?
Stradlater : le beau gosse du pensionnat : tout lui réussit, il a sa petite cour toujours prête à faire ses quatre volontés, il a l'habitude qu'on lui obéisse et du coup n'apprécie pas quand on ne lui obéit pas ou quand on le traite de "crétin". C'est visiblement l'un des meneurs de Pencey.
Ackley : effectivement un personnage peu ragoûtant. Je pensais qu'il pourrait être un ami pour Holden mais quand on voit sa réaction quand Holden demande à dormir dans le lit du coloc d'Ackley qui n'est pas là...
Mrs Morrow : le fantasme de la mère d'un ami. Holden tente de la séduire en lui offrant une cigarette en la flattant par rapport à son fils, en lui offrant un verre...
J’aime bien la meilleure qu'il a de les présenter de toujours mettre en avant des caractéristiques auxquelles on ne s’attend pas.
Je dirais que ses relations sont à peu près "normales" pour quelqu'un qui se sent mal dans sa peau.

5)Aimez-vous le style ?
J'ai du mal à me prononcer quand c'est une traduction.


6)Avez-vous envie de continuer votre lecture ?
Oui bounce en espérant que le mystère soit levé à la fin (où est-il comment y est-il arrivé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bagatelle
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Mer 12 Déc - 10:31

J'ai dévoré cette première partie en 1h, ça fait plaisir de voir que je peux rattraper mon retard comme ça Smile

Lisez vous le roman en anglais ou dans sa traduction française ? Le trouvez-vous difficile à lire ?

Je lis en anglais, une édition que j'avais trouvée dans un charity shop il y a quelques années.

Dans quelle édition le lisez-vous ?

Édition Penguin

Que pensez-vous de Holden Caulfield ? Vous-est il sympathique ou au contraire, est-il un anti-héros ?

Pour moi Holden ne tient pas grand chose du héros, il est au final très ordinaire dans ce qui semble pour le moment être une rebellion adolescente basique. Je ne dirais pas non plus anti-héros. Il est très "milieu" pour moi, par moment il m'agace, par moment il m'attendri. Je me demande juste où il veut en venir avec cette histoire en fait scratch Razz

Que pensez-vous des personnages secondaires : Mr Spencer, Stradlater, Ackley, Mrs Morrow…, et de la manière dont Holden les présente ? Les relations de Holden avec les autres personnalités du collège vous semblent-elles normales ou au contraire teintées d'étrangeté ?

Ces personnages secondaires sont bien croqués, mais comme Holden, ils sont pour moi des gens ordinaires, presque typiques, au bord du stéréotype parfois. Il les présente comme il les voit et , à mon avis, sans la moindre objectivité. Holden ne semble pas être quelqu'un qui va justifier ses opinions ou ses actions, juste ce qui lui arrive et ce qu'il voit, ce qu'il pense. Pour moi les relations d'Holden avec le reste du monde ne sont pas forcément teintées d'étrangeté, elles sont surtout teintées de subjectivité.

Aimez-vous le style ?

Parfois le style me fait rire et sourire, parfois le style m'agace et me frustre, c'est assez étrange comme expérience.

Avez-vous envie de continuer votre lecture ?

Oui Smile Ne serait-ce que pour savoir où il veut en venir Razz

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pickwick
Swoon addict
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Jeu 13 Déc - 17:02

1)Lisez vous le roman en anglais ou dans sa traduction française ? Le trouvez-vous difficile à lire ?

Je l'ai lu en anglais. Je n'ai pas trouvé ce roman particulièrement difficile à lire une fois le sens de certains mots d'argot éclairci (phoney par exemple). J'ai beaucoup aimé le style anglais que j'ai trouvé assez atypique. L'anglais est assez souvent assez simple voire oral mais ici le rythme est particulier et donne une vraie identité stylistique au roman qui m'a aidé à l'immersion.

2) Dans quelle édition le lisez-vous ?

Je l'ai lu chez Penguin.

3) Que pensez-vous de Holden Caulfield ? Vous-est il sympathique ou au contraire, est-il un anti-héros ?

Je n'ai trouvé Holden ni sympathique (loin s'en faut) ni antipathique. De même, je ne sais même pas si le terme héros ou anti-héros est adapté.

Il me semble en effet que The Catcher in the Rye est un roman qui défie un peu les canons de la littérature usuelle en ce qu'il ne s'agit pas réellement d'un roman à histoire ... Il s'agit pour moi plus d'un roman qui, un peu à l'instar de ce que peut faire Virginia Woolf, tend à nous projeter dans l'esprit d'une personne. Le point ici est que cette personne est un ado, c'est à dire un personnage en cours de construction. Holden ne peut ainsi ni être sympathique ni antipathique car pour cela il faudrait qu'il ait une personnalité cohérente, ce qui n'est pas du tout le cas.

Il va dans un sens puis dans un autre, comme une boule de flipper qui sur réagit à tout ce qui l'entoure. C'est aussi pour cette raison qu'il me semble que la notion de héros ou anti-héros n'est pas vraiment adaptée, car elle ressort plus dans mon esprit des canons de la littérature usuelle (i.e. avec un personnage défini, un scénario etc.)

4) Que pensez-vous des personnages secondaires : Mr Spencer, Stradlater, Ackley, Mrs Morrow…, et de la manière dont Holden les présente ? Les relations de Holden avec les autres personnalités du collège vous semblent-elles normales ou au contraire teintées d'étrangeté ?

J'irai jusqu'à dire que ces personnages n'ont presque aucun intérêt si ce n'est celui de nous permettre de voir ce qui en eux a pu marquer Holden, et sur ce point, l'expérience est passionnante. Ce qui m'a frappé c'est à tel point Holden se saisit d'un attribut et définit le personnage sur cette base. Il fonctionne par cliché et réagit de façon incroyablement entière. C'est un peu l'amour fou, la haine totale, le mépris complet etc. pas de demie mesure !

5)Aimez-vous le style ?

J'ai un peu répondu au dessus. C'est destabilisant, pas forcément super agréable à lire mais vraiment passionnant car hyper efficace. Presque tout l'intérêt du roman vient de l'adéquation totale entre style et propos.

6)Avez-vous envie de continuer votre lecture ?

Euh j'ai déjà fini Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Dim 16 Déc - 14:13

Voici mon avis !
Arrow Lisez vous le roman en anglais ou dans sa traduction française ? Le trouvez-vous difficile à lire ?
Je l'ai lu en anglais. Il y a un certain nombre de termes argotiques qui m'ont un peu bloquée au début. Mais comme ce sont toujours les mêmes qui reviennent, j'ai fini par m'y faire...

Arrow Dans quelle édition le lisez-vous ?
Une vieille édition pourrie dont les pages se coupent si on les plie trop pale

Arrow Que pensez-vous de Holden Caulfield ? Vous-est il sympathique ou au contraire, est-il un anti-héros ?
Moi, j'aime bien Holden. Certes, c'est un anti-héros : il n'est pas vraiment doué. Il n'est pas doué pour se faire des amis, il n'est pas doué à l'école,...
Comme Shelbylee, je me demande s'il a le tempérament je-m'en-foutiste des adolescents mal dans leur peau ; ou s'il est tout simplement un peu bêta et qu'il ne comprend pas ce que la société demande de lui.
Je trouve aussi très intéressant qu'il se cache derrière le nom d'un de ses camarades devant Mrs Morrow. Pourquoi ne veut il pas être lui-même face à elle ? J'ai l'impression qu'il ne s'aime pas lui même. Il se sent différent des autres adolescents et en est blessé...
Il n’est d’ailleurs pas très tendre avec lui même : “I am the most terrific liar you ever saw in your life”... il porte sur lui-même un jugement sévère, tout en étant teinté d’orgueil. Il a d’ailleurs tendance à tout exagérer : “The one side of my head - the right side - is full of millions of gray hairs”
Et en même temps, sa sensibilité extrême me touche. Même s'il tente de se cacher derrière son côté de brute qui n'est intéressé par rien, on sent qu'il n'attend qu'une attention sincère, qu'une marque de tendresse ou d'amitié pour s'épanouir. Hélas, dans son entourage, personne ne la lui donne.
C'est l'adolescent mal dans sa peau typique et, même s'il m'agacerait au plus au point s'il était devant moi, je trouve que c'est un très beau personnage...

Arrow Que pensez-vous des personnages secondaires : Mr Spencer, Stradlater, Ackley, Mrs Morrow…, et de la manière dont Holden les présente ? Les relations de Holden avec les autres personnalités du collège vous semblent-elles normales ou au contraire teintées d'étrangeté ?
Je trouve que les personnages secondaires forment une belle galerie !
J’aime beaucoup Mr Spencer : malgré sa maladresse, je trouve qu’il tente réellement de comprendre Holden et de l’aider. Mais il vient d’une autre planète et ils ne peuvent pas s’entendre.
Ses compagnons font un portrait pas très ragoûtant des différents types d’adolescent qu’on peut croiser dans un lycée... Ackley qui ne se lave jamais les dents, qui dégoûte un peu tout le monde et qui n’est pas très malin ; Stradlater, le beau gosse qui se tape plein de filles et qui réduit Holden en esclavage ; Brossard, qui ment pour se faire mousser : ils me rappellent tous pourquoi je suis heureuse de ne plus être entourée d’adolescents !!
Décrits par Holden, ils sont vraiment insupportables et on ne peut que comprendre pourquoi Holden ne peut supporter d’être avec eux...

Arrow Aimez-vous le style ?
J’aime beaucoup. Il y a pas mal de mots argotiques que je ne connaissais pas avant de le commencer (phonie, moron, …), mais comme ils reviennent régulièrement, j’ai fini par m’y faire.
Je trouve que le style est très vivant, très imagé, très évocateur. On croit entendre la voix de Holden quand il parle, avec ses moments d’enthousiasme et ses moments plus dépressifs.

Arrow Avez-vous envie de continuer votre lecture ?
Oh que oui !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Dim 16 Déc - 16:12

Voici mon avis aussi ! Very Happy

Arrow Lisez vous le roman en anglais ou dans sa traduction française ? Le trouvez-vous difficile à lire ?
Comme je l'ai découvert pour la première fois en anglais, je me suis dit que j'allais profiter de cette lecture de groupe pour découvrir la traduction française, qu'on doit à l'auteur Annie Saumont.

Arrow Dans quelle édition le lisez-vous ?
L'édition Pocket, dans la collection Jeunes Adultes

Arrow Que pensez-vous de Holden Caulfield ? Vous-est il sympathique ou au contraire, est-il un anti-héros ?
De nombreuses personnes avec qui j'ai pu discuter de ce roman trouvent Holden insupportable. Ce n'est pas mon cas. Certes, il peut se montrer terriblement agaçant et critique et a un côté auto-destructeur qui peut déconcerter et déranger, mais je n'ai pas pu m'empêcher de m'attacher à lui. Holden a le verbe sûr et une sensibilité à fleur de peau. C'est un peu la figure parfaite de l'écorché vif. C'est un jeune homme qui veut parfois passer pour un gros dur mais qui a un coeur tendre (et même une âme mélancolique et romantique, quand on y réfléchit ...). Comme il se livre presque entièrement à travers les pages de ce roman, l'intimité qui s'installe entre lui et le lecteur est grande, il n'y a pas de tricherie et aucune hypocrisie. Le lecteur doit donc prendre Holden comme il est, ni plus ni moins.

La première phrase du roman fait d'ailleurs figure de véritable manifeste. Salinger et le narrateur du récit ne tromperont pas le lecteur. Tous deux livrent leur intention sans prendre de détours. C'est assez courageux. Le roman nous plonge in medias res dans l'existence trouble d'Holden et ne nous lâche jamais.



Arrow Que pensez-vous des personnages secondaires : Mr Spencer, Stradlater, Ackley, Mrs Morrow…, et de la manière dont Holden les présente ? Les relations de Holden avec les autres personnalités du collège vous semblent-elles normales ou au contraire teintées d'étrangeté ?
Lors de sa rencontre avec Mr Spencer, Holden livre un portrait ironique et très narquois de la vieillesse mais en même temps empreint de tendresse. Holden critique sans prendre de gants, s'attarde sur des détails pour le moins triviaux (sur l'apparence physique notamment) mais le fait sans réelle méchanceté.
Les 2 autres élèves de Pencey qu'il décrit sont montrés comme des jeunes hommes particulièrement médiocres et pathétiques. Ackley a une hygiène pour le moins douteuse et a l'air d'être un pique-assiettes, et Stradlater, que Holden semble encore davantage mépriser, est un type arrogant et sans principes.
Il y a une chose qui semble répugner Holden plus que tout : l'hypocrisie.

Arrow Aimez-vous le style ?
Oh que oui ! L'oralité et le ton familier ne me déconcertent pas ici, c'est juste une autre forme de littérature. Je trouve d'ailleurs que la forme épouse parfaitement le fond. En lisant le roman, on a l'impression d'entrer dans l'esprit d'Holden et de vivre au plus près de lui pendant ses quelques jours d'errance.


Sinon, avez-vous remarqué les références littéraires dans cette première partie du roman ?

L'auteur cite bien sûr David Copperfield dès la première phrase (ce personnage est un fugueur, tout comme Holden). On apprend un peu plus loin qu'Holden a étudié Beowulf en classe et qu'il a aussi lu et beaucoup aimé Le Retour au pays natal de Thomas Hardy (l'héroïne semble d'ailleurs lui avoir tapé dans l'oeil) et The Great Gatsby.
J'ai aussi noté les Nouvelles de Ring Lardner, que je ne connais pas du tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Dim 16 Déc - 18:45

Emjy, je me retrouve tout à fait dans ce que tu dis d'Holden. C'est un être très fin, très intelligent. Trop intelligent, peut-être. Si son regarde décortiquait moins les êtres qui l'entourent, il serait sans doute plus aimé, et plus heureux.

En revanche, je suis moins d'accord avec toi sur le côté "pas méchant" du regard d'Holden. Je trouve que sur Ackley, en particulier, il est très dur. Il appuie là où ça fait mal et n'a jamais pour l'autre la moindre empathie. Je ne le trouve pas particulièrement généreux, au contraire.
Il y a sans doute beaucoup de souffrance dans ses relations aux autres : on sent que Holden est "différent" et donc mis à l'écart par ses camarades. Mais il est prêt à faire pareil avec les autres.

En ce qui concerne les références littéraires, il y a aussi Out of Africa, que lit Holden, d'un certain Isak Dinesen, nom de plume de Karen Blixen. Il a bon goût, de petit !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Dim 16 Déc - 19:08

Citation :
En revanche, je suis moins d'accord avec toi sur le côté "pas méchant" du regard d'Holden. Je trouve que sur Ackley, en particulier, il est très dur. Il appuie là où ça fait mal et n'a jamais pour l'autre la moindre empathie. Je ne le trouve pas particulièrement généreux, au contraire.
J'aurais peut-être du dire "cruauté" Wink Il se montre très incisif dans ses critiques mais on sent aussi, dans son attitude, des contradictions, non ? Ackley le dégoûte mais il lui arrive aussi de rechercher sa compagnie. Et puis, lorsqu'il critique, il tombe souvent dans la surenchère et je me demande si ce n'est pas une façon pour lui de se donner un genre et de jouer les "grandes gueules".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pickwick
Swoon addict
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Lun 17 Déc - 17:43

La surenchère dans la critique ne me semble pas liée à une volonté quelconque mais bien plutôt ressortir de la façon dont son regard et son affection fonctionnent. J'ai eu l'impression qu'il focalisait particulièrement sur un trait, une parole pour définir la personne ou en tout cas sa réaction (généralement tout aussi entière que son regard).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Popila
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Mar 8 Jan - 17:11

Avec beaucoup de retard, je viens poster mon avis sur la Ière partie de ce roman. Wink

J'ai lu L'Attrape-coeurs dans sa traduction française. Je ne l'ai pas trouvé difficile à lire, mais au début, j'ai eu du mal à entrer dedans. L'argot utilisé me semblait daté, et certaines trournures de phrases un peu chaotiques. Il est probablement beaucoup plus intéressant de lire ce livre en anglais si on veut se faire une idée du style de l'auteur ; la traduction que j'ai lue a été réalisée par une femme, qui a fait un travail honnête, mais à mon sens, le texte original doit être très difficile à rendre, et je ne suis pas sûre que la traductrice en question y soit parfaitement parvenue.

Je n'ai pas mon édition chez moi, mais sa couverture est hideuse - elle est rouge vif, avec des marbrures comme dans les livres anciens, et n'a absolument aucun rapport avec le contenu du livre de Salinger.

Je trouve Holden plutôt attachant. Au début, j'ai eu un peu de mal avec lui - avec sa façon de parler aussi, et d'évoquer des réalités peu ragoûtantes - mais quand je suis arrivée au passage où il dit beaucoup apprécier La ferme africaine de Karen Blixen, je me suis dit que ce petit avait un goût excellent en matière de livres, alors j'ai continué ma lecture. Wink Et puis, il peut être très drôle. Je me suis souvent surprise à rire ou à sourire au cours de cette lecture.

Comme l'a dit Emjy avant moi, c'est un écorché vif ; un être qui ne veut pas / peut pas respecter certaines conventions de base. Alors que par ailleurs, il est sensible et intelligent (ce n'est pas un barbare, il vient d'un milieu plutôt privilégié). C'est un être à la dérive. Les indices disséminés dans le texte sur son histoire familiale nous permettent de mieux le comprendre. Plus j'ai avancé dans le livre, plus j'ai trouvé une grande justesse dans ce portrait d'adolescent à la dérive (il m'a beaucoup fait songer à un élève que j'ai eu en cours l'espace de quelques semaines, qui s'était fait renvoyer de partout, et qui avait un goût certain pour la lecture - quelqu'un de complètement imprévisible, qui pouvait être agressif et violent, mais malgré tout très attachant).

Holden Caulfield est-il un anti-héros ? Franchement, je ne sais pas ; je n'arrive pas à penser à lui en ces termes. (C'est un peu un personnage hors catégorie, non ?)

Sa manière de s'exprimer est en tout cas très intéressante.


Pickwick a écrit:
Il s'agit pour moi plus d'un roman qui [...] tend à nous projeter dans l'esprit d'une personne. Le point ici est que cette personne est un ado, c'est à dire un personnage en cours de construction. [...] Il va dans un sens puis dans un autre, comme une boule de flipper qui sur réagit à tout ce qui l'entoure.
👍

Les personnages secondaires ne m'ont pas vraiment marquée, à part peut-être la mère 'un élève que Holden rencontre dans le train - je me suis demandée comment elle pouvait supporter son impertinence, et surtout, gober tous ses bobards. Les camarades d'Holden ne sont clairement pas présentés sous un jour sympathique. Quant au professeur avec qui il a un entretien au début du livre, il est présenté de façon complètement dépréciée (il a une grippe, et reçoit Holden en robe de chambre). Tout est vu par le regard d'Holden, qui ne reflète pas forcément la réalité objective des êtres et des faits. Il y a beaucoup d'exagérations, une focalisation sur des détails qui prennent des proportions énormes (l'apparence minable du professeur et de son appartement), alors que ce n'est pas l'essentiel. Même chose pour les boutons etla crasse de ses camarades.

Je ne sais pas trop si j'aime le style de ce livre. Je le trouve atypique, dérangeant, intéressant. De là à dire que j'adhère et que j'adore... je n'ai pas l'impression que ce livre ait été écrit dans le but que les lecteurs en aiment le style (tout est un peu fait pour prendre le lecteur à rebrousse-poil). En plus, j'ai l'impression que ce n'est pas toujours très bien retranscrit dans la traduction française. L'argot utilisé ne l'est plus de nos jours ; il y a aussi des expressions orales, familières, qui sont sans arrêt répétées Un peu comme dans la bouche des ados d'aujourd'hui, qui utilisent des tics langagiers particuliers lorsqu'ils parlent entre eux.

Je vais de ce pas poster mon avis sur la IIème partie. Wink



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Woodhouse
Helstone rose
avatar


MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   Mar 6 Nov - 9:42

Je viens de terminer mais j'ai envie de me raccrocher à votre lecture commune avec du retard!
Je partage vos impressions en particuliers celles de Picwick.

Lisez vous le roman en anglais ou dans sa traduction française ? Le trouvez-vous difficile à lire ?
Version française - aucune difficulté à le lire

Dans quelle édition le lisez-vous ?
Editions PAVILLONS chez Robert LAFFONT

Que pensez-vous de Holden Caulfield ? Vous-est il sympathique ou au contraire, est-il un anti-héros ?
lol! c'est un anti-héro sympathique, en tous cas moi il me plait ! Je comprends son rejet des autres

Que pensez-vous des personnages secondaires : Mr Spencer, Stradlater, Ackley, Mrs Morrow…, et de la manière dont Holden les présente ? Les relations de Holden avec les autres personnalités du collège vous semblent-elles normales ou au contraire teintées d'étrangeté ?
De manière générale Holden méprise tout le monde au collège, en même temps vu ce qu'en dit HOlden c'est compréhensible !
Ce qui est étrange c'est qu'il apprécie des personnages qui sont mal dans leur peau ou qui on des problèmes psychologiques.

Aimez-vous le style ? beaucoup !

Avez-vous envie de continuer votre lecture ? oui
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat   

Revenir en haut Aller en bas
 
The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The catcher in the Rye Chapitre 1 à 8 : Le pensionnat
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and drink a cup of tea :: Club de lecture :: The catcher in the rye-
Sauter vers: