Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !
Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !
Le Deal du moment : -45%
Logitech MX Keys PLUS – Clavier ...
Voir le deal
59.99 €

 

 Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee

Aller en bas 
5 participants
AuteurMessage
carole.reads
Indian Shawl
carole.reads


Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Empty
MessageSujet: Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee   Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Icon_minitimeSam 1 Mai - 21:18

Ang Lee est notamment connu pour avoir réalisé quelques chefs d’oeuvre comme Raison & Sentiment en 1995, Tigre & Dragon en 2000 ou encore Brokeback Mountain en 2005. C’est un réalisateur que j’aime beaucoup et j’étais curieuse de découvrir les films qu’il a réalisés à ses débuts. C’est chose faite avec la ‘trilogie’ connue de manière informelle sous le nom de ‘Father Knows Best’ car la figure paternelle est un élément important des films et elle est à chaque fois incarnée avec grâce par le très attachant Sihung Lung (qui est sorti de sa retraite tant il aimait les scénarios d'Ang Lee  Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee 312935).

Ces trois films ont aussi en commun d’explorer sous forme de chronique intimiste les relations entre personnages occidentaux et occidentaux. Ils ont aussi en commun une atmosphère assez unique, emprunte de douceur, qui imprègne chaque plan. Le rythme global est assez lent ou dirais-je serein et le réalisateur insuffle beaucoup d’humour et de tendresse dans chacun d’eux. La photographie y est également pour beaucoup, pleine de lumière naturelle (une esthétique toujours magnifique quand elle est bien conçue) et de tons colorés (Garçon d'honneur) ou d'une palette plus douce (Pushing Hands).

Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Captur16

Le premier film s’appelle Pushing Hands et est sorti en 1991. On suit M. Chu (un maître de Tai-Chi à la retraite) qui vient de quitter Pékin pour s’installer aux États-Unis chez son fils, Alex, et sa famille. La cohabitation avec sa belle-fille, Martha, qui essaie d’écrire son roman, s’avère compliquée. S’ajoute également la présence du petit-fils. Le film explore les barrières culturelles et langagière puisqu’aucun des deux ne parle la langue de l’autre. J’ai particulièrement aimé suivre le quotidien de M. Chu qui donne des cours de Tai-Chi, cuisine, rencontre d’autres immigrés chinois du même âge que lui qui sont déstabilisés par les jeunes générations et le manque de traditions en Amérique.  

Pour info, le titre du film fait référence à une figure de Tai-Chi dans laquelle quelqu’un, soumis à une force brutale, reste solide comme un roc. Cela donne lieu à une scène particulièrement impressionnante à la fin. Bien-sûr, c’est aussi une métaphore par rapport au choc culturel que subit M. Chu.

Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee 04105410

Le second film de cette ‘fausse’ trilogie est mon préféré, c’est Garçon d’honneur (ou The Wedding Banquet en anglais), qui est sorti en 1993.

En voici le synopsis : Installé à New York depuis plusieurs années, Wai-Tung vit heureux avec Simon. Restés à Taïwan, ses parents s'inquiètent de son célibat prolongé et lui offrent régulièrement les services d'une agence matrimoniale locale. C’est Simon qui lui donne l’idée d’épouser Wei-Weig, une immigrée chinoise sans papiers qui loue un atelier dont Wai-Tung est propriétaire. C’est alors que ses parents décident de venir aux États-Unis pour rencontrer leur belle-fille malgré la santé fragile du père. Les cinq personnes se retrouvent à habiter ensemble chez Simon.

Celui-ci est peut-être le plus farfelu des trois. Il y a une sorte de candeur irrésistible qui se dégage tout du long, notamment grâce au couple Wai-Tung (joué par Winston Chao qui n’était pas du tout acteur avant ce film et s’en tire à merveille) et Simon (le très charmant Mitchell Lichtenstein qui n’est autre que le fils de Roy Lichtenstein !). Il y a aussi de très beaux moments de comédie et de tendresse, notamment à travers le personnage du père, incarné une fois de plus par Sihung Lung, qui le temps d’une scène m’a même fait tirer quelques larmes.

En plus du décalage culturel (qui donne des scènes très drôles, notamment une où les parents assistent, éberlués, au mariage à la mairie de leur fils dans un contexte très loin de leurs idées romantiques), le film explore les non-dits liés à l’homosexualité, ce qui est extrêmement rare pour une co-production taïwanaise.

Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Captur19

Le titre ‘The Wedding Banquet’ fait référence à un moment du film où les parents finissent par organiser un banquet de mariage qui part un peu en vrille. Je vous mets le poster, dont la savoureuse tagline est tirée d’un caméo d’Ang Lee himself, invité du mariage, qui sort à un couple d’Américains qui ne comprend pas trop ce qu'il se passe : ‘Vous assistez à 5000 ans de repression sexuelle’ !  Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee 1f605

Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Unname10

Enfin, Salé, Sucré (Eat Drink Man Woman) est sorti en 1994, c’est celui qui s’approche le plus de la chronique familiale. Et pour le coup, il emporte la palme des films qui donnent super faim (avec notamment The Lunchbox et Julie & Julia ou encore Chef) !

Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Captur24

Cette scène de 'gravure' de pastèque m'a impressionnée !

Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Captur25

Et celle-ci ne manque pas non plus d'humour !

On suit Chu, un grand chef cuisinier qui vit avec ses trois filles pour qui il cuisine des repas traditionnels qui mettent l’eau à la bouche. Ses filles ont des parcours bien différents. L’ainée, Jia-Jen, est une professeure de chimie très pieuse, la cadette Jia-Chien est celle qui voudrait partir grace à une promotion en Europe mais voit ses projets s’effriter. Enfin, la benjamine, Jia-Ning est encore étudiante, un peu indolente et travaille dans un fast-food. Chacune est préoccupée par sa vie sentimentale.

Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Captur23

Tout du long, il y a une certaine tension entre les personnages et bien-sûr, beaucoup de non-dits, entre tradition et modernité, car le père est très attaché à une idée de la vie de famille qu’il imagine idéale mais qui ne correspond plus à ce que veulent ses filles devenues adultes. L’histoire ne manque pas non plus d’humour, notamment par le personnage de potentiel future belle-mère jouée par Gua Al-Leh, hilarante et insupportable (elle jouait la mère dans The Wedding Banquet). Le film est emprunt de mélancolie, notamment avec travers les thèmes de l’émancipation, des espoirs déçus, du deuil… mais c’est sans compter sur l’importance de la nourriture dans cette famille à laquelle on s’attache. Au-delà de leur aspect appétissant, les scènes de repas sont celles où les relations entre les personnages sont les plus parlantes, et c’est aussi peut-être par elles qu’ils ont le plus de chance de se réconcilier. En tout cas, j’ai trouvé le film majestueux et très agréable à regarder.

Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Captur17

En bonus, voilà ce qui arrive lorsque votre voisin, chef cuisinier de son état, se met à vous préparer des petits plats pour emporter à l’école  Razz (c'est d'ailleurs l'une des scènes les plus mignonnes de la trilogie !)

Voilà pour cette présentation, Ang Lee est un réalisateur extrêmement versatile qui a frappé fort très tôt et ses films ont été reconnus par le cinéma mondial comme des oeuvres à part, qui sont à mon sens très précieuses. Ces trois films font partie de ceux dont on ressort en paix avec soi-même, des films qui tirent beaucoup de grâce de la vie quotidienne et dans laquelle ils y voient beaucoup d'humour, mais qui explorent aussi toutes les petites difficultés de la vie courante, qu'elle soit d'ordre culturelles, morales, générationnelles, etc.

P.S : Je mets ce topic dans ‘cinéma américain’ car je ne crois pas qu’on ait d’autres sections en dehors du cinéma français et anglo-saxon, et puis parce que les films sont des coproductions américaines pour la plupart, bien qu’en mandarin et souvent filmées en Taïwan.
Revenir en haut Aller en bas
Diana
Bookworm
Diana


Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Empty
MessageSujet: Re: Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee   Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Icon_minitimeDim 16 Mai - 17:25

@Carole.reads
J'ai oublié Embarassed de donner mon avis sur les deux films d'Ang Lee que tu cites et te féliciter pour ce très beau topic cheers

je ne connais pas le 1er film que tu cites mais j'ai regardé et adoré les deux suivants, soit Garçon d'honneur et Salé, Sucré

Comme toi, j'ai un gros faible pour Garçon d'honneur qui est une comédie que j'aime beaucoup.
Le clash des cultures est très bien traité (ainsi que les non-dits/mensonges dans la famille) et les interprètes (notamment Winston Chao , Mitchell Lichtenchtein et Sihung Lung sont parfait)
J'ai surtout aimé comment l'idée de  Wai-Tung, soit organiser un mariage blanc avec une connaissance pour apaiser ses parents restés à Taiwan se révèle une très mauvaise idée quand ceux-ci débarquent et restent bien plus longtemps que prévu Razz

Citation :
En plus du décalage culturel (qui donne des scènes très drôles, notamment une où les parents assistent, éberlués, au mariage à la mairie de leur fils dans un contexte très loin de leurs idées romantiques)

J'adore cette scène où Wai-tung organise à la hâte un mariage dans un bureau de mairie minable où les mariages sont célébrés à la hâte, ou tout le monde est mal à l'aise et les parents clairement gênés, pour se terminer dans un grand restaurant taïwanais avec un déjeuner lugubre avant que le propriétaire ne reconnaisse le père de Wai-Tung et offre d'organiser le fameux banquet de mariage
Le banquet lui-même fait tellement peur tant il est grandiose et interminable qu'il fait réfléchir quant à l'idée de se marier  Razz
Outre le côté comique de ce banquet, j'ai beaucoup aimé les moments très justes où l'on voit les parents de Wai-Tung très heureux de ce banquet et lorsque le père de Wai-Tung, ancien général Taïwanais et remercie avec émotion son ancien subordonné et le force à lui serrer la main, ce que l'autre n'aurait jamais osé faire tant il a du respect pour lui.

Mais j'avoue, ma scène préférée et la suivante, tant elle est bien jouée par  tous les acteurs


Pour Sucré, salé, je confirme, c'est un film qu'il ne faut jamais voir à jeun  Razz
J'ai beaucoup aimé les relations entre le père qui se désespère de perdre le  goût alors qu'il est cuisinier et ses trois filles très différentes.
J'ai surtout apprécié le parcours des deux plus jeunes, soit la jeune femme d'affaire et sa jeune sœur.
Toute l'intrigue sur la perte du goût du père est très bien faite, surtout quand il se met à cuisiner le repas quotidien de la fille de sa voisine et mange ce que sa mère avait préparé, soit les pires repas du monde  Rolling Eyes

Citation :
L’histoire ne manque pas non plus d’humour, notamment par le personnage de potentiel future belle-mère jouée par Gua Al-Leh, hilarante et insupportable (elle jouait la mère dans The Wedding Banquet).

J'ai adoré ces scènes où elle en fait des tonnes en minaudant pour séduire Chu,
Spoiler:
 

Rien que pour voir Chu cuisiner pour ses filles (et sa deuxième fille est très douée aussi) , ce film vaut le coup d'être vu!

_________________
Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee 1632329029-dune-all-caracters-2


Dernière édition par Diana le Lun 17 Mai - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
LilyBart
Dingley Bell resident
LilyBart


Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Empty
MessageSujet: Re: Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee   Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Icon_minitimeDim 16 Mai - 19:00

Je suis passée à côté de ce topic, je viens seulement de le voir Neutral

Quelle superbe présentation, carole.reads ! Smile Tu me donnes vraiment envie de découvrir ces films, merci !
Revenir en haut Aller en bas
Miss Artemis Holmes
Station Kiss
Miss Artemis Holmes


Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Empty
MessageSujet: Re: Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee   Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Icon_minitimeDim 16 Mai - 19:13

Un grand merci pour ce beau topic, carole.reads I love you Je ne connais aucun des trois films, mais tu me donnes très envie, et je les regardai volontiers Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
carole.reads
Indian Shawl
carole.reads


Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Empty
MessageSujet: Re: Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee   Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Icon_minitimeVen 28 Mai - 8:56

Je suis contente que ça vous plaise cheers

Diana a écrit:
Mais j'avoue, ma scène préférée et la suivante, tant elle est bien jouée par  tous les acteurs

La scène de révélation est assez explosive. Elle est marquante car le film est assez ‘posé’ et tout d’un coup, on se met à se crier dessus, l’émotion étant trop vive. Tu as raison, c’est extrêmement bien joué !

Diana a écrit:
Pour Sucré, salé, je confirme, c'est un film qu'il ne faut jamais voir à jeun  Razz
J'ai beaucoup aimé les relations entre le père qui se désespère de perdre le  goût alors qu'il est cuisinier et ses trois filles très différentes.
J'ai surtout apprécié le parcours des deux plus jeunes, soit la jeune femme d'affaire et sa jeune sœur.
Toute l'intrigue sur la perte du goût du père est très bien faite, surtout quand il se met à cuisiner le repas quotidien de la fille de sa voisine et mange ce que sa mère avait préparé, soit les pires repas du monde  Rolling Eyes

J’adore les films de ‘bouffe’ comme The Lunchbox, et le lien qui se créé entre les personnages qui (se) cuisinent de bonnes choses Razz Celui-ci fait partie de mes préférés !
Revenir en haut Aller en bas
Barb
Star-crossed lover
Barb


Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Empty
MessageSujet: Re: Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee   Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Icon_minitimeVen 28 Mai - 9:02

Quel chouette topic, merci!  Very Happy
J'avais vu "Garçon d'honneur", que je reverrais bien ainsi que "sucré salé", je confirme qu'il est impossible de visionner ce film le ventre même à moitié vide, c'est une joyeuse torture lol! !
Je ne connaissais pas le premier que tu cites, je vais essayer de le trouver Smile
Revenir en haut Aller en bas
Diana
Bookworm
Diana


Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Empty
MessageSujet: Re: Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee   Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Icon_minitimeVen 28 Mai - 19:22

@Carole.reads
Citation :
La scène de révélation est assez explosive. Elle est marquante car le film est assez ‘posé’ et tout d’un coup, on se met à se crier dessus, l’émotion étant trop vive. Tu as raison, c’est extrêmement bien joué !

C'est surtout le fait que Simon explose qui est marquant dans cette scène, car l'idée de départ vient de lui, il s'est montré très patient envers les parents de Wai-Tung qui s'imposent chez lui bien plus longtemps que prévu. Mais là, il n'en peu plus.
C'est très bien fait car le trio se met à crier et les parents baissent la tête et continue à manger en attendant que l'orage passe sans comprendre ce qui se passe.
Spoiler:
 

Pour les films de "bouffe", j'ai aimé Julie et Julia qui met en appétit, enfin sauf certaines recettes très années 40-50 comme les poulets en gelée etc.. No

_________________
Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee 1632329029-dune-all-caracters-2
Revenir en haut Aller en bas
carole.reads
Indian Shawl
carole.reads


Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Empty
MessageSujet: Re: Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee   Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Icon_minitimeVen 28 Mai - 21:20

Diana a écrit:
C'est surtout le fait que Simon explose qui est marquant dans cette scène, car l'idée de départ vient de lui, il s'est montré très patient envers les parents de Wai-Tung qui s'imposent chez lui bien plus longtemps que prévu. Mais là, il n'en peu plus.
C'est très bien fait car le trio se met à crier et les parents baissent la tête et continue à manger en attendant que l'orage passe sans comprendre ce qui se passe.
Spoiler:
 

Spoiler:
 

Diana a écrit:
Pour les films de "bouffe", j'ai aimé Julie et Julia qui met en appétit, enfin sauf certaines recettes très années 40-50 comme les poulets en gelée etc.. No

Julie & Julia fait partie des incontournables, j'ai faim rien que d'y penser ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Empty
MessageSujet: Re: Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee   Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Father Knows Best, la superbe 'fausse' trilogie d’Ang Lee
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and live the American dream :: Cinéma américain :: Le cinéma contemporain-
Sauter vers: