Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !

Partagez | 
 

 Margaret Atwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Margaret Atwood   Mer 4 Aoû - 19:08

Margaret Atwood est une auteur que j'aime énormément, et je ne crois pas qu'on en ait déjà parlé sur ce forum. Alors, je me lance !

C'est une écrivaine canadienne, née en 1939, très prolifique. Ses romans tournent autour de la place de la femme/des femmes dans la société : autant vous dire qu'elle est très engagée !


Ainsi son premier roman, La femme comestible, raconte l'histoire d'une jeune femme d'une trentaine d'année, indépendante, en bonne santé tant mentale que physique, qui se fiance à l'homme avec qui elle sort, Peter (qui ne lui arrive pas à la cheville). Peu après ses fiançailles, elle commence à ne plus pouvoir absorber certains aliments : de la viande rouge, tout d'abord, puis, à sa grande panique, de plus en plus d'aliments. Jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'en fait, c'est son fiancé qui la dévore.
C'est assez léger et amusant, mais ce n'est pas son meilleur.


J'ai également lu La voleuse d'homme : trois femmes, très différentes, sont amies. Il n'existe aucun point commun entre Tony, une petite historienne, spécialiste de la guerre, Charys, une femme douce et mélancolique, écolo avant l'heure et Roz, une massive femme d'affaire, richissime. Sauf un : elles ont toutes les trois perdu un homme, leur homme, qui s'est enfui avec Zenia, une femme fatale-mangeuse d'homme. Mais finalement, Zenia n'est qu'un révélateur, qui montre aux trois femmes que leurs époux/fiancés n'étaient que des lâches...
C'est un excellent roman, très sympathique : cette galerie de portraits, avec l'ombre de Zenia en permanence, est très bien faite. J'ai adoré !

On arrive maintenant vers mes préférés.

Le tueur aveugle est celui avec lequel j'ai découvert Margaret Atwood : ce fut un coup de coeur immédiat. Je ne sais pas trop quoi vous en dire, tellement l'histoire est complexe, à part "lisez le !"
En trois mots : l'histoire est racontée par Iris Chase, une vieille femme née au débit du XXème siècle, qui raconte sa jeunesse et son enfance. Elle avait une soeur, Laura, qui s'est suicidée très jeune, après avoir écrit un roman Le tueur aveugle, qui fut publié après sa mort et fut un immense succès.
Je vous le conseille de tout mon coeur.

Et enfin, le roman pour lequel je pense qu'elle devrait avoir le prix Nobel : La servante écarlate. Je vous mets ici ce que j'avais écris sur mon blog, à chaud après la lecture :

Spoiler:
 

La lecture de Lire Lolita à Téhéran m'a fait énormément penser à ce roman... Quand je pense qu'il a été écrit dans les années 80, j'ai l'impression que chaque année qui passe depuis cette décennie nous rapproche de la République de Gilead, et ça me donne des frissons.

J'espère vous avoir donné envie de découvrir cet auteur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Popila
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Mer 4 Aoû - 20:16

Merci d'avoir présenté cet auteur et d'avoir plus particulièrement présenté La servante écarlate, Akina.

Je dois dire que le bouquin me fait de l'oeil depuis un bon moment dans les librairies, mais que je ne me suis pas encore laissée tenter. Wink

Tu me le recommandes les yeux fermés ? Question

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Mer 4 Aoû - 20:19

Les yeux fermés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damien
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Mer 4 Aoû - 22:09

J'aime beaucoup Margaret Atwood. Akina, je commence à penser qu'on a les mêmes goûts !

J'ai commencé pour ma part par Captive. Voici la présentation d'amazon :

Citation :
Inspiré d’un fait divers réel, Margaret Atwood a su recréer l’univers du XIXe siècle dans ses moindres détails. Le 23 juillet 1843, Thomas Kinnear et sa gouvernante et maîtresse, Nancy Montgomery, sont assassinés. On soupçonne immédiatement deux autres employés de Kinnear, Grace Marks, âgée de seize ans, et James McDermot, qui se sont enfuis ensemble. McDermot fut pendu devant une foule immense le 21 novembre. En revanche, Grace fut condamnée à la réclusion perpétuelle. Seize ans ont passé depuis que Grace a été arrêtée.

Dans sa structure narrative, le roman ressemble au Tueur aveugle. Trois voix se font entendre. Celle d'un médecin qui veut comprendre la psychologie de Grace, celle de la jeune prisonnière, et enfin celle des journaux de l'époque. La romancière réussi à recréer toute l'atmosphère des grandes maisons canadiennes du XIXe siècle.

J'ai également lu La voleuse d'homme. C'est un excellent roman qui fait le portrait de trois femmes très différentes.

Enfin j'ai dévoré Lady oracle.

Citation :
Cavale littéraire, roman d'une fuite en avant, d'une quête d'identité désespérée. Une jeune femme mène des existences multiples sans parvenir à les harmoniser : adolescente obèse, auteur de romans à l'eau de rose, épouse effacée, pseudo-terroriste... Autant de personnalités que de secrets, jeu périlleux bientôt insupportable. À bout de souffle dans ces vies contradictoires et mensongères, l'héroïne en vient à concevoir sa propre fin. Un suicide fictif merveilleusement mis en scène. Des rives du lac Ontario à l'Italie, le parcours et les rêves d'une héroïne lucide et drôle, tour à tour perdue et pleine d'audace, au regard ironique sur son propre sort. Un beau portrait de femme où la vie fantasmée rejoint le réalisme désabusé.

Au début du roman la narratrice a simulé sa propre mort pour changer de vie. Elle fuit ainsi son mari, ses amis et ses éditeurs. L'héroïne se remémore sa vie morcelée aux secrets multiples : elle écrit des romans à l'eau de rose sous un speudonyme, elle a eu un amant, elle est l'auteur d'un recueils de poèmes féministes. L'histoire de sa vie est entrecoupée d'extraits de ses fictions gothiques et sentimentales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Jeu 5 Aoû - 7:15

Je crois qu'on a pas mal de goûts communs, effectivement !

J'avais déjà vu Captive traîner sur des étagères de librairie : ta présentation me donne encore plus envie de le lire !
En revanche, je ne connais pas du tout Lady Oracle. Ce n'est pas trop ... bizarre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xel0u_le_l0up
Star-crossed lover
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Jeu 5 Aoû - 7:56

Ca me donne envie !

Je note tout ça sur ma liste, et je verrais à mon retour de vacances Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damien
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Jeu 5 Aoû - 8:07

Akina a écrit:
Ce n'est pas trop ... bizarre ?

Si ça l'est. En même temps c'est ce que j'ai aimé. Au fur et à mesure les écrits de la narratrice évoluent. Elle parle d'elle à travers eux. C'est intéressant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séverine
Overbearing Master
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Dim 24 Avr - 19:00

On peut dire que la lecture de La servante écarlate est marquante, glaçante, oppressante, il est difficile de trop en lire à la fois, sans se sentir étouffer par le poids de la vie de ces femmes, par cette république terrifiante, par le rôle qu'elles ont a joué dans ce monde là, par la facilité qu'on a à s'en débarrasser quand on en a plus besoin, par cette absence de liberté, par cet horreur quotidienne, vécu comme une résignation... Le ton du livre est froid, volontairement mais captive, le journal de cette femme fait mal. J'ai aimé voir se dérouler sous mes yeux de manière totalement aléatoire (mais de manière savamment construite) ce qui fut et ce qui est... Et dire que ces femmes ont perdu tout ce pour quoi tant d'autres femmes s'étaient battus avant, parfois au prix de leur vie. De voir que dans certains pays, AUJOURD'HUI, ça ressemble presque à ça pour les femmes. C'est douloureux, ça fait mal et on ne peut que prier pour que jamais, jamais cet hypothétique futur ne voit le jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
resmiranda
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Ven 3 Juin - 18:22

Cela fait maintenant plusieurs mois que l'ai lu La servante écarlate et, shame on me, je viens seulement poster mon avis ce soir.

J'en garde pourtant un souvenir très fort, c'est dire l'impression qu'a laissé sur moi ce roman .

C'est un texte incroyablement fort. Je ne vais pas refaire le résumé comme Akina l'a déjà super bien fait, mais le thème est déjà fait pour interpeller. Si on ajoute à cela l'écriture absolument géniale de Margaret Atwood. Cela ne peut que donner un roman culte. En tous cas, il l'est devenu pour moi. Très peu habituée aux dystopies, je crois que je suis très très bien tombée pour découvrir le genre.

Je suis passée de l'indignation à l'ébahissement en passant par la colère, le dégout, la tristesse et la consternation de constater tout ce qu'on peut accepter en échange d'un sentiment de sécurité illusoire pour soi ou pour un proche. De constater comment tout peu basculer en très peu de temps. De constater aussi que dans certains endroits du monde nous n'en sommes pas très loin.

C'est un roman qui ne peut pas laisser indifférent et que je conseillerais vraiment sans hésitation à tous.

Comme le dit Akina, vous pouvez y aller les yeux fermés. Ce texte ne peut que vous "prendre aux tripes".

Un petit extrait :

Citation :
« Je voudrais que cette histoire soit différente. Je voudrais qu’elle soit plus civilisée. Je voudrais qu’elle me montre sous un meilleur jour, sinon plus heureuse, au moins plus active, moins hésitante, moins distraite pour des futilités. Je voudrais qu’elle ait plus de forme. Je voudrais qu’elle parle d’amour, ou d’illuminations soudaines importantes pour ma vie, ou même de couchers de soleil, d’oiseaux, d’ouragans ou de neige.
Peut-être en parle-t-elle, en un sens. Mais entretemps, il y a tant de chuchotements, tant de spéculations à propos des autres, tant de potins qui ne peuvent être vérifiés, tant de paroles non dites, tant de mouvements furtifs et de secrets. […] Je regrette qu’il y ait tant de souffrance dans cette histoire. Je regrette qu’elle soit en fragments, comme un corps pris sous un feu croisé ou écartelé de force. Mais je ne peux rien faire pour la changer. J’ai essayé d’y mettre aussi certaines des bonnes choses. Des fleurs par exemple, car où serions-nous sans elles ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Lun 8 Aoû - 13:02

Je viens de finir Le dernier homme, de Margaret Atwood, et j'ai été assez déçu. Ce roman est un roman post-apocalyptique d'un genre particulier. Le narrateur, Snowman, est le dernier homme présent sur Terre. Dans un monde dévasté par les créatures mutantes faites par le génie génétique, il veille sur une nouvelle race d'homme, les Crakers, créés par son ami d'enfance (Crake).
De flash-back en flash-back, il nous montre comment l'humanité a échoué et comment Crake l'a menée à sa perte.

J'ai lu sans déplaisir ce roman, mais il est bien loin de la qualité à laquelle m'avait habituée Atwood. Son thème ressemble beaucoup à celui de La Servante écarlate, mais le brio, l'émotion, la violence en moins. Au lieu de me faire frémir, les porcons, les louchiens, les serats m'ont plutôt fait sourire, et passablement ennuyée.
En prenant comme témoin l'être le plus proche de Crake, le responsable du désastre, on aurait pu imaginer entrer dans sa tête
Spoiler:
 
Malheureusement, ce n'est pas le cas.
Et en dénonçant pêle-mêle les défauts de notre société, la prostitution infantile, le porno sur internet, la soif de puissance de l'être humain, sa paresse intellectuelle, Atwood échoue à donner un axe à sa diatribe, alors que c'est ce qui avait fait la force de La servante écarlate.
Bref, je suis déçue Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
resmiranda
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Sam 13 Aoû - 16:08

Akina a écrit:


Son thème ressemble beaucoup à celui de La Servante écarlate, mais le brio, l'émotion, la violence en moins.

[...]
Et en dénonçant pêle-mêle les défauts de notre société, la prostitution infantile, le porno sur internet, la soif de puissance de l'être humain, sa paresse intellectuelle, Atwood échoue à donner un axe à sa diatribe, alors que c'est ce qui avait fait la force de La servante écarlate.
Bref, je suis déçue Crying or Very sad

Je crois que c'est pour ça que je n'ai pas encore tentée d'autres romans de cette auteure, j'ai très peur d'être déçue après l'impression très forte que m'a laissé "La servante écarlate". Je ne sais pas pourquoi mais j'ai le sentiment qu'aucun autre de ses livres ne peut être aussi magistral que celui-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Dim 14 Aoû - 21:46

La servante écarlate est l'un de ses plus beaux ! Il y a une émotion incroyable qui s'en dégage ...
Mais je te conseille aussi de tout coeur Le tueur aveugle. Dans un tout autre style, c'est un très beau roman, dont la fin est très impressionnante aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
resmiranda
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Lun 15 Aoû - 8:17

Je le note dans ce cas Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Popila
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Mer 23 Nov - 19:06

J'ai terminé Le Tueur Aveugle de Margaret Atwood il y a quelques jours (enfin, si je puis dire, étant donné que j'ai parcouru la fin en diagonale). Rolling Eyes

Le nom de l'auteur me disait vaguement quelque chose, mais c'est surtout la couverture qui m'a attirée :



Le Tueur Aveugle, de la Canadienne Margaret ATWOOD, est une forme de récit à trois voix racontant bien entendu la même histoire mais selon des angles différents et aboutissant à un livre plutôt épais.

Le thème du roman pourrait être grandeur et décadence de la famille Chase.

Au point de départ, à la fin du XIXème siècle, les Chase constituaient l’une des familles les plus en vue de Toronto. Mais la Grande guerre va faucher trois des fils et renvoyer au logis un cadet fracassé. Celui-ci n’aura à son tour que deux filles, Iris et Laura. La mère des petites mourra des suites d’une fausse couche et les deux enfants grandiront dans un monde un peu à part, la résidence d’Avalon - nom choisi par leur grand-mère paternelle - entre un père neurasthénique et une servante-gouvernante dévouée : Reenie.

Si Iris garde toujours les pieds sur terre, Laura est plus évanescente, plus lunaire. C’est l’originale, l’excentrique, la fragile de la famille, pour laquelle son père ne cessera de s’inquiéter. Comme la fortune familiale n’est plus qu’un souvenir et qu’il redoute de voir ses filles - et surtout la cadette - affronter un monde peu charitable aux déclassés, Norval Chase demande à Iris d’épouser Richard Prior, un nouveau riche pesant et sûr de lui. En se dévouant, Iris assure non seulement sa propre sécurité mais aussi celle de sa soeur. En outre, Richard a fait la promesse de ressusciter les usines Chase. Il ne la tiendra évidemment pas.

Arrow Le récit principal est le fait d’Iris, désormais octogénaire et qui entreprend de rédiger d’officieux mémoires dans l’espoir que sa petite-fille, Sabrina, les lise un jour et apprenne ainsi toute la vérité et rien que la vérité sur sa famille. La vieille dame prend son temps : sa mémoire est intacte et, en attendant la mort, elle goûte une certaine satisfaction à mettre par écrit toute cette histoire.

Arrow Le deuxième récit nous relate les rencontres amoureuses de deux amants dont on ne connaîtra l’identité qu’à la fin. Lors de la première rencontre qui nous est rapportée, l’amant entreprend de conter à sa maîtresse une étrange histoire de science-fiction qui prendra un jour, faute de mieux, le titre de « Le Tueur Aveugle. » On devine plus ou moins que l’histoire en question a été éditée sous le nom de Laura Chase, après le suicide de celle-ci à 25 ans.

Arrow En contrepoint, l'auteur intercale entre ses deux récits des articles de presse, très souvent issus de la chronique mondaine des quotidiens locaux et qui présentent, eux aussi, une certaine vision de la famille Chase et de ses malheurs.

Ce roman, même si le thème n'est pas très original, est intéressant et plutôt bien écrit, mais l'ambiance m'a paru assez glauque. La vieille dame qui nous raconte son histoire se complaît dans une atmosphère assez morbide, et il est difficile de ressentir de l'empathie pour certains personnages. Les chapitres, bien que courts, m'ont semblé longs, longs... à la fin, ayant hâte de quitter cette histoire et de comprendre le mystère entourant Iris Chase, j'ai fini par lire en diagonale les derniers chapitres, et j'ai été très déçue par la résolution de l'intrigue (tout ça pour ça ?) Bref, une rencontre avortée entre cet auteur et moi, mais je pense que ce livre pourrait plaire à d'autres lecteurs du forum (pour preuve, les avis enthousiastes d'Akina et Damien un peu plus haut).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Mer 23 Nov - 19:20

J'avais pris un plaisir fou à décortiquer la construction du roman. Si le dénouement t'a déçue, il m'avait beaucoup surprise et j'ai trouvé que c'était un point d'orgue de la manière dont le récit est construit...
C'est vrai que l'amiance est un peu glauque, très sombre, mais cette ambiance de famille déchue vivant sur ses souvenirs m'a beaucoup plu...
Ce que j'ai le moins aimé dans ce roman sont les extraits du "Tueur aveugle" que je ne trouvais finalement pas très intéressant ni très bien écrits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Popila
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Mer 23 Nov - 20:07

Akina a écrit:
Ce que j'ai le moins aimé dans ce roman sont les extraits du "Tueur aveugle" que je ne trouvais finalement pas très intéressant ni très bien écrits.
C'est vrai que c'est un récit assez étrange. J'ai eu du mal à rentrer dedans au début, mais ensuite, on s'y fait. Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zahlya
Jurisfiction agent
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Ven 1 Juin - 21:47

Je viens de finir The year of the flood (traduit Le temps du Déluge) et j'ai bien aimé. Je ne connaissais pas Margaret Atwood auparavant, et c'est une belle découverte.

Traduction (un peu bancale, vous m'excuserez^^) du quatrième de couverture de l'édition anglaise (en français il raconte la moitié du livre Rolling Eyes )
Citation :
Le soleil se lève, rosissant à l'est la brume bleu-gris marquant la présence de l'océan dans le lointain. Les vautours perchés sur les mâts étendent leurs ailes pour les sécher. L'air sent vaguement le brûlé. Le "déluge sans eau" a apporté la fin du monde.
Mais deux femmes ont survécu : Ren, une jeune danseuse coincée sur son lieu de travail, un sex club huppé ; et Toby, qui observe et attend dans son jardin sur les toits.
Il y a quelqu'un ?

C'est un bon roman apocalyptique, qui donne à réfléchir sur les thèmes de l’écologie, de la société de consommation ou encore sur la science et son éthique (ou son absence d’éthique en l’occurrence), tout en nous tenant en haleine jusqu’au bout, même si pour ma part j’ai été un peu déçue par la fin trop abrupte à mon goût. Et le futur décrit est suffisamment vraisemblable pour qu'on se sente un peu mal à l'aise à la lecture.

Au vus de l'avis posté plus haut par Akina sur le Dernier homme, j'ai l'impression que ces deux livres sont deux faces de la même histoire, puisqu'on le croise ainsi que Crake dans The year of the flood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Ven 1 Juin - 22:58

Il me semble que c'est la suite du Dernier Homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adtraviata
gothic novel reader
avatar


MessageSujet: Oeil-de-chat   Ven 20 Juil - 17:21

Voici ma lecture de Oeil-de-chat, de Margaret Atwood.

"Le temps n'est pas une ligne, mais une dimension ; comme les dimensions de l'espace. Si l'on peut modifier l'espace, on peut aussi modifier le temps. Et si l'on en savait suffisamment, on pourrait aller plus vite que la lumière, remonter dasn le temps, et exister à deux endroits à la fois.
C'est mon frère Stephen qui m'a appris cela, à l'époque où il enfilait son chandail rouge effiloché pour étudier et se tenait sur la tête afin que le sang irrigue mieux son cerveau et le nourrisse. Je ne comprenais pas ce qu'il voulait dire, alors, mais peut-être ne l'expliquait-il pas très bien. Il prenait déjà ses distances par rapport à l'imprécision des mots.
C'est à ce moment-là que je me suis mise à imaginer le temps comme une forme, comme une chose que l'on pouvait voir, une série de transparents liquides superposés. On ne regarde pas en arrière le long du temps, mais plutôt au travers, comme dans de l'eau. Parfois, ce ci remonte à la surface, parfois cela, et d'autres fois, rien. Mais rien ne disparaït."



C'est ainsi que commence Oeil-de-chat, un roman de Margaret Atwood déjà paru en français en 1990, et qui est ressorti début 2011 dans la collection Pavillons poche de Robert Laffont.

A l'occasion d'une rétrospective de ses peintures, Elaine Risley revient à Toronto, la ville qu'elle a quittée brusquement pour aller vivre à l'autre bout du Canada. En attendant le vernissage, elle vagabonde plus ou moins dans la ville, où resurgisent des bribes de son enfance, de son adolescence, de sa jeunesse. Le souvenir de la vie nomade avec ses parents, scientifiques atypiques, l'entente secrète et les jeux avec son frère aîné, les souvenirs d'école et de collège, quand elle a découvert les amitiés entre filles et que ses amies s'appelaient Grace, Carol et Cordelia. Ou plutôt celles qu'elle croyait ses amies, des filles dont elle a désespérément essayé de se faire aimer, sans avoir les bonnes clés, en subissant surtout leur cruauté déguisée. Plutôt que de suivre ensuite la voie toute tracée de la zoologie, Elaine a décidé de devenir peintre. Elle a vécu des aventures improbables avec des hommes, les combats féministes, elle est devenue mère et a fini par quitter Toronto. Elle a perdu de vue ses anciennes amies.

Et pourtant, c'est Cordelia qui hante ce retour de la peintre adulte dans cette ville, les souvenirs remontent à la surface comme à travers un oeil-de-chat, une bille multicolore qui permet de regarder le monde qui nous entoure comme à travers un kaléidoscope.

Le livre s'articule autour de ces incessants aller-retour entre passé et présent, pour constituer comme une toile puzzle de ce qui a construit (ou déconstruit) Elaine. Elle décrit d'ailleurs ses toiles, témoins, fantasmes du passé, dans des mots qui se parent de couleurs et de chatoiements... et d'une ironie parfois féroce. J'ai trouvé ces descriptions assez rocambolesques !

Le roman trace ainsi l'histoire d'une femme qui a eu sans cesse du mal à trouver sa place, qui a cru devoir étouffer son originalité pour rentrer dans un moule aux contours mal définis par d'autres, une femme toujours hantée par la voix de l'enfant de neuf ans en elle. J'ai mis du temps à le lire, il est assez long et j'avoue que, ayant déjà lu il y a longtemps Le tueur aveugle, je m'attendais à une révélation, à la découverte d'un secret qui n'est jamais venu. Mais je n'ai pas été déçue pour autant, il faut lire le roman autrement, vraiment comme à travers un oeil-de-chat.

Margaret ATWOOD, Oeil-de-chat, Pavillons Poche, Robert Laffont, 2011
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Sam 21 Juil - 9:05

Ca a l'air bien tentant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Jeu 15 Aoû - 10:52

Le prochain roman de Margaret Atwood va bientôt sortir au Canada. Il s'agit de MaddAddam, la suite de Oryx and Crake et de The year of the flood.

Voici le résumé tel qu'il est présenté par l'éditeur (en spoiler pour ne pas spoiler ceux qui n'ont pas lu les deux précédents Wink )

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Dim 8 Jan - 15:30

ça va être magnifique ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diana
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Mar 9 Mai - 17:03

J'ai déplacé les commentaires sur l'adaptation de The Handmaid's tale sur un topic uniquement dédiée à la série.
C'est ici Arrow

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diana
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Sam 13 Mai - 21:13

post

Je viens de terminer la lecture de The handmaid's tale et je rejoins l'avis de tout le monde : c'est un authentique chef d’œuvre.
J'ai longtemps hésité à lire ce livre car il m'apparaissait de loin comme un livre glauque et triste jusqu'au bout, alors qu'il n'en est rien.
Le fait d'avoir vu le début de l'adaptation télévisée avec Elisabeth Moss m'a permis de très bien visualiser le monde décrit par Margaret Atwood.

resmiranda a écrit:

Je suis passée de l'indignation à l'ébahissement en passant par la colère, le dégout, la tristesse et la consternation de constater tout ce qu'on peut accepter en échange d'un sentiment de sécurité illusoire pour soi ou pour un proche. De constater comment tout peu basculer en très peu de temps. De constater aussi que dans certains endroits du monde nous n'en sommes pas très loin.  

C'est ce qui m'a aussi beaucoup marqué. On voit comment, petit à petit, les personnages sont restés passifs pendant qu'une à une, les libertés étaient supprimées ("temporairement" Rolling Eyes ) au profil de la sécurité, et que tout le monde s'est réveillés trop tard.
Seule Moïra semblait s'en douter depuis le début.
Le fait qu'Offred , à force de livre dans Gilead, oublie peu à peu ce qu'était la liberté et sa vie d'avant, fait peur.
Les souvenirs qu'elle a, et qui ponctuent le livre, sont des moments très émouvants.

Tous les personnages sont captivant, Offred  (Defred en VF si j'ai bien compris) bien sur, mais aussi Offglen, Jeanine, Nick, The commander et Serena Joy.
Même l'infâme Martha, Lydia, est un personnage intéressant.

Comme l'a dit Akina, il faut foncer sur ce livre les yeux fermés Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Margaret Atwood   Dim 11 Juin - 18:26

La servante écarlate vient d'être réédité chez Pavillons poche avec le visuel de la série :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Margaret Atwood   

Revenir en haut Aller en bas
 
Margaret Atwood
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Margaret ATWOOD
» LA SERVANTE ECARLATE de Margaret Atwood
» Margaret Atwood.
» Août 2005: La voleuse d'homme de Margaret Atwood
» Margaret ATWOOD (Canada)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and travel on :: Auteurs d'autres nationalités :: Culture canadienne :: Margaret Atwood-
Sauter vers: