Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !

Partagez
 

 Lord Byron

Aller en bas 
AuteurMessage
Blackadder
Ecrivain en herbe
Blackadder


Lord Byron  Empty
MessageSujet: Lord Byron    Lord Byron  Icon_minitimeJeu 29 Aoû - 22:16

Ce forum manque de fil consacré aux poètes, donc en voici un, sur un de mes auteurs préférés

Lord Byron  Byron_12

"Mad, Bad and dangerous to know"


George Gordon Byron, plus connus en tant que Lord Byron.
Typiquement l'écrivain dont tout le monde a du moins une fois rencontré le nom, et qui pourtant semble aujourd'hui peu lu, du moins comparativement a d'autres poètes romantique comme Blake ou Keats. C'est un monument qui n'est plus vraiment visité, une référence culturelle que l'on invoque qu'avec une certaine distance ironique. Même au sein de "l'élite" cultivé Byron n'est pas toujours pris aux sérieux, je ne compte plus les commentaires critiques (académique ou amateur), et même parfois les préface d'anthologie rappelant a quel point Byron est trop poussiéreux, maniéré, et artificiel pour notre palais moderne trop sensible pour ces épanchements héroïco-sentimental grossiers.
Aujourd'hui Bryon est, et c'est désespérant, plus connus pour sa vie scandaleuse et romanesque: Ce membre honorable de la chambre des lords ne cache pas sa bisexualité, il séduit homme et femme et multiplie les liaisons. Cette libido a peine exacerbée par sa vantardise, les extravagances et la violence de son caractère, son mariage désastreux et sa liaison probable avec sa demi-sœur Augusta (tous les biographes ne sont pas d'accord quand à la réalité de cette liaison, mais leur correspondance semble la confirmer) lui ont valu de la part de l'une de ces ancienne maitresse Lady Caroline Lamb d'être qualifié de: "Mad, Bad and dangerous".
Les scandales, mais également ses convictions politiques radicales (il ne cachait pas sa fascination pour la révolution française et Napoléon) l'ont conduit a quitté l'Angleterre pour le continent. Son engagement auprès des grecs contre la domination ottomane, le conduiras a sa mort et en feras un héros national, encore  révéré aujourd'hui, en Grèce.
Byron fut l'une des plus grande célébrité de  son époque, connus dans toute l'Europe et considérer de son vivant comme le plus grand poète anglais  de son temps. En France la découverte de son œuvre aux côté de celle de Goethe et de Shakespeare donne un élans nouveau a la création artistique et impulse le mouvement romantique sa poésie inspirant Hugo et Vigny mais également le compositeur Berlioz ou le peintre Delacroix. Le purgatoire traversé par son œuvre après sa mort est probablement le prix de cette vénération internationale.
Qu'en est-il réellement de la poésie de Byron, il semble, en tout cas en France qu'il commence enfin a échappé au mépris relatif qui accueillait sont œuvre jusqu’à présent. La publication dans collection de poche poésie/gallimard d'une nouvelle traduction (en édition bilingue) de ses poèmes orientaux en est un signe. Les éditions alia ont aussi publié de belle traduction française de Manfred (poème dramatique inspiré de Faust, sans  avoir la même richesse que son modèle  c'est quand même très beau) de Caïn (pour le coup un texte théâtrale probablement injouable mais absolument fascinant et ambigu reprenant la figure satanique tel que l'a défini Milton dans son paradis perdu) et une anthologie bilingue de poèmes court (tous très intéressant).
Je pense personnellement que Byron est l'un des plus grand poète anglais après Shakespeare et avec T.S. Eliott (né américain, mais émigrés en Angleterre et devenu citoyen britannique plus britannique que les britanniques eux même, il s'est même convertis a l'anglicanisme). Certains épanchements sentimentaux, l’excès de noirceur de certains textes de jeunesse, et le caractére narratif d'une grande part de sa poésie peuvent l'éloigner de nous, mais si l'on est sensible a l'épique (toujours teinté de tragique ou d'ironie chez Byron) et que l'on accepte la finesse et la virtuosité de la langue c'est l'une des lectures les plus gratifiante que l'on pourras faire en anglais D'autant que tout en étant trés sophistiqué les vers de Byron sont marqués par une sorte d'évidence qui assure une lecture particuliérement fluide.

Des textes comme Childe Harold Pilgrimage ou The Prisonner of Chillon sont sans doute parfois trop long et se laisse allez a des facilités qui peuvent sembler un peu creuse mais ils contiennent suffisamment de véritable diamant. Les poèmes orientaux comme The Corsair ou The Giaour sont en revanche a lire sans réserve, plus court ils forment des pièces fulgurante dont l'orientalisme est certes forgés par les conventions du XIXe siècle mais largement transcendé par le génie poétique et narratif de Byron. Caïn est un authentique chef d’œuvre d'une très grande richesse poétique et thématique.
Le grand œuvre cependant, celle qui convainc même les sceptiques c'est Don Juan, Byron s'y trouve tout entier, et loin des clichés qui ont put lui être associé. Ce (très) long poème épico-satirique laissé inachevé par la mort de Byron (et qu'il parait de toute façon avoir pensé dans un geste d'écriture profondément moderne et avant gardiste comme un texte ouvert et sans fin qu'il aurait pu continuer a écrire indéfiniment), le montre comme un critique sans pitié de son époque et révèle son attachement a la poésie anglaise du XVIIIe (son grand amour littéraire étant Alexander Pope) une poésie ironique et distancié loin de l'exaltation du moi et de la mystique  associé au romantisme dont Byron (avant Flaubert et Madame Bovary) déconstruit les illusions. C'est non seulement écrit dans un anglais magnifique mais c'est en plus un régale d'ironie parfois vraiment hilarant (quelque référence d'époque peuvent sembler un peu obscure aujourd'hui mais dans l'ensemble Byron évite de se cramponner frontalement a l'actualité). Et puis il y a la relecture iconoclaste de Don Juan, le libertin satanique de Molière ou de Mozart et Da Ponte qui ne plie même pas devant la fureur divine, devient une sorte d'adolescent passif et manipulable entrainés par les circonstance plutôt que par son désir.
Le style est délectable, Byron utilise l'ottava rima, une strophe de huit vers a rimes croisés emprunter a l'italien. L'ottava rima lui permet d'allier une certaine régularité rythmique a une grande liberté dans la composition de ses phrases, longues riches en incises et parenthèse propice aux divagations de l'auteur/narrateur qui aime a ponctué d'aparté qu'il s'improvise critique littéraire, qu'il théorise sa propre pratique de poéte, ou s'emporte dans une digression satirique ou autobiographique au grès de sa fantaisie.
Don Juan malgré le classicisme de la forme, fait explosé toute la catégorie traditionnelle de l'épopée, du comique, du tragique, ne cesse de débordé hors des limites de son anecdote et semble pouvoir poursuivre a l'infini de digression en digression avant Flaubert et son livre sur rien, Byron sous l'apparence de la parodie écrit l'épopée du rien, un geste moderniste avant l'heure mais dépourvu de l'obscurité et de la pompe parfois prétentieuse de certaines avant garde.

un petit extraits pour vous donner une idée du ton général de l'ouvrage:

XCII
He thought about himself, and the whole earth
    Of man the wonderful, and of the stars,
And how the deuce they ever could have birth;
    And then he thought of earthquakes, and of wars,
How many miles the moon might have in girth,
    Of air-balloons, and of the many bars
To perfect knowledge of the boundless skies;—
And then he thought of Donna Julia's eyes.

    XCIII
In thoughts like these true wisdom may discern
    Longings sublime, and aspirations high,
Which some are born with, but the most part learn
    To plague themselves withal, they know not why:
'T was strange that one so young should thus concern
    His brain about the action of the sky;
If you think 't was philosophy that this did,
I can't help thinking puberty assisted.

    XCIV
He pored upon the leaves, and on the flowers,
    And heard a voice in all the winds; and then
He thought of wood-nymphs and immortal bowers,
    And how the goddesses came down to men:
He miss'd the pathway, he forgot the hours,
    And when he look'd upon his watch again,
He found how much old Time had been a winner—
He also found that he had lost his dinner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DViolante
Station Kiss
DViolante


Lord Byron  Empty
MessageSujet: Re: Lord Byron    Lord Byron  Icon_minitimeVen 30 Aoû - 5:02

J'avoue que je connaissais Lord Byron seulement de nom et comme référence pour les romantiques (poètes et aussi peintres).
J'ai découvert le personnage l'an dernier en lisant des biographies sur Mary Shelley (et en visionnant des films aussi).
J'ai malheureusement une grande appréhension à lire de la poésie étrangère en générale et anglaise en particulier. Je ne maîtrise pas suffisament la langue pour apprécier et même quelques fois tout simplement comprendre le sens de certains vers. ET lire une traduction ne rend pas toujours le style. Pour un roman c'est embêtant, mais moins grave que la poésie où c'est quand même (souvent) la forme qui prime...
les éditions bilingues (merci Gallimard et sa collection biligue) sont pour cela fort précieuse.

merci pour ton post fort bien documenté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LilyBart
Reindeer Jumper
LilyBart


Lord Byron  Empty
MessageSujet: Re: Lord Byron    Lord Byron  Icon_minitimeVen 30 Aoû - 16:11

Superbe présentation, très complète ! Smile

J'aime beaucoup le petit extrait que tu as partagé, la chute m'a fort étonnée et fait sourire : j'ignorais que Lord Byron avait ce genre d'humour... Razz Tu m'as donné envie d'en découvrir plus de lui, bien que j'avoue que je ne lis que très peu de poésie... Il y a toujours un côté un peu intimidant, qui me donne l'impression que de toute façon je n'y ai pas accès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackadder
Ecrivain en herbe
Blackadder


Lord Byron  Empty
MessageSujet: Re: Lord Byron    Lord Byron  Icon_minitimeLun 2 Sep - 7:03

Il y a aussi des choses plus premier degrés chez Byron: Manfred, Caïn, les contes orientaux je ne l'ai que des extraits de Childe Harold mais a priori l'humour n'est pas sa caractéristique la plus marqué.
Mais il y a aussi d'autres poémes plus court dans le style satirique de Don Juan: Beppo, et Visions of judgement (j'ai très envie de lire ce dernier mais j'ai peur que ça ne soit un peu trop lié a son époque a cause de l'ambition satirique justement)

Pour les traduction Caïn et Manfred, ses deux "drames" chez Alia sont de beaux textes français et a priori pas trop cher, les poèmes court publié chez Alia sont bilingue.
Don Juan est traduit en français mais en prose, on perd du coup la tension le côté presque improvisé du récit digressif et la forme très régulière du vers, et puis l'anglais de Byron est très raffiné c'est dommage de s'en priver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandie
Bookworm
sandie


Lord Byron  Empty
MessageSujet: Re: Lord Byron    Lord Byron  Icon_minitimeSam 7 Sep - 16:40

Est-ce que tu aurais une bonne biographie de Byron à conseiller ? J'aimerais beaucoup en lire une, car je trouve le personnage assez fascinant et complexe, mais je ne sais pas trop laquelle (ou lesquelles) fait référence ou vaut le détour...

_________________
Lord Byron  Banwd610
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackadder
Ecrivain en herbe
Blackadder


Lord Byron  Empty
MessageSujet: Re: Lord Byron    Lord Byron  Icon_minitimeDim 8 Sep - 9:55

Alors je n'en ai lu aucune pour le moment, donc je ne pourrais pas trop t'aider :/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnGee
Bookworm
AnGee


Lord Byron  Empty
MessageSujet: Re: Lord Byron    Lord Byron  Icon_minitimeMar 10 Sep - 11:26

Je ne connais pas beaucoup Byron, j’ai lu un peu de son théâtre (Cain) et je le connais surtout par rapport aux Shelley, mais j’aimerais me pencher davantage sur son travail !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackadder
Ecrivain en herbe
Blackadder


Lord Byron  Empty
MessageSujet: Re: Lord Byron    Lord Byron  Icon_minitimeMar 10 Sep - 13:51

Caïn est je trouve une pièce assez formidable, un peu exigeante cela dit, c'est plus un poème dramatique qu'une véritable pièce il y a peu de réel action et je doute que ça ait été pensé pour la représentation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Lord Byron  Empty
MessageSujet: Re: Lord Byron    Lord Byron  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Lord Byron
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lord Byron : sa vie, son oeuvre & la bbc
» Steam Loco de Lord Trevithick (1804)
» BML - Black Morgul Lord
» Lord of the Ring Conquest [Xbox360/PS3/PC]
» Night Lord par Simon Spurrier (2,25/5)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and fake a British accent :: Littérature britannique (XIXème siècle et antérieure)-
Sauter vers: