Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !

Partagez | 
 

 chapitre 9-15 : Premières impressions

Aller en bas 
AuteurMessage
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: chapitre 9-15 : Premières impressions   Lun 4 Juin - 18:21


Petit à petit, la famille Hale s'installe à Milton, prend ses premières habitudes et entame une vie sociale avec deux familles : les Thornton, représentants des "masters", et les Higgins, qui sont des ouvriers. Une note vient assombrir l'ambiance, alors que Margaret Hale découvre que sa mère est malade.

1. Nous faisons connaissance ici de la formidable mère de Mr Thornton, Hannah, et de sa soeur, Fanny. Que pensez vous de ces deux personnages ?

2. Les Higgins sont des ouvriers qui travaillent dans les usines de coton. Appréciez vous ces personnages et la manière dont le monde ouvrier est montré ?

3. La maladie devient un personnage récurrent du roman. Que pensez vous de la maladie de Mrs Hale et de ce que cela dévoile sur les relations familiales ? Et de celle de Bessy Higgins ?

4. Dans cette partie, John Thornton et Margaret Hale sont de nouveau en relation. Que pensez vous de leur relation ? Evolue-t-elle ?

5. C'est un sujet qui ne m'inspire pas beaucoup, mais je pense que c'est un sujet qui marque le roman : la religion. N'hésitez pas à en parler si vous le voulez !


Et n'hésitez pas à aborder des thèmes supplémentaires Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diana
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Mar 5 Juin - 21:47

@Akina
Je viens de finir de relire le chapitre 15 donc je peux donner mon avis dès maintenant.
J'aime beaucoup la photo que tu as mise, Mrs Thornton est un personnage passionnante et Sinead Cusack est superbe dans l'adaptation.

1. Nous faisons connaissance ici de la formidable mère de Mr Thornton, Hannah, et de sa soeur, Fanny. Que pensez vous de ces deux personnages ?

Fanny est peu évoquée, ou du moins elle fait pâle figure par rapport à sa mère.
J'aime beaucoup le moment où le lecteur rencontre Mrs Thornton, qui adore manifestement son fils tout en le respectant, et qu'elle comprend que Margaret s'est montré un peu hautaine envers ce dernier.
Citation :
Despise my son! Treat him like her vassal, indeed! (...)I can see what's what, and not be blind. I know what Fanny is; and I know what John is. Despise him, I hate her!
L'amour et la fierté qu'elle porte à son fils obscurcit un peu son jugement...
Fanny est présentée comme une jeune femme qui s'écoute un peu trop, qui est assez molle, et qui donne honte à sa mère.
Le passage où Mrs Thornton se rend compte qu'elle est plus affectueuse avec sa fille qu'avec John, pour compenser le fait qu'elle a honte de cette fille qui ne fait rien de ses dix doigts est très puissant.

2. Les Higgins sont des ouvriers qui travaillent dans les usines de coton. Appréciez vous ces personnages et la manière dont le monde ouvrier est montré ?

Pour l'instant, on ne voit pas beaucoup leur condition de travail, on se concentre surtout sur la vie familiale.
J'apprecie beaucoup le fait que Elizabeth Gaskell évite tout les clichés habituel: La famille Higgins est pauvre mais pas misérable. De plus, ils accueillent Margaret assez rapidement même si elle avait promis de venir les voir plus rapidement.
Sa relation avec la jeune fille d'Higgins, mourante, est très émouvante.

3. La maladie devient un personnage récurrent du roman. Que pensez vous de la maladie de Mrs Hale et de ce que cela dévoile sur les relations familiales ? Et de celle de Bessy Higgins ?

C'est effectivement ce que cela revèle des relations familiales de la famille Hale qui est importante à mes yeux.
Margaret s'inquiète énormément, alors que son père se voile la face et ne veut pas voir que sa femme souffre. Pour lui, c'est juste un peu de langueur et le mal du pays, alors qu'on comprend rapidement qu'il n'en est rien.
Même si on peut comprendre qu'il préfère ne pas y penser pour ne pas la voir souffrir, j'estime qu'il y a encore de la lacheté de sa part à laisser Margaret s'occuper de tout (prévoir un médecin etc..)
J'ai de moins en moins de sympathie pour lui.

Pour Bessy, c'est différent: elle est mourante et le sait, mais cela ne l'empêche pas de continuer à vivre avec son père et sa soeur et de s’inquiéter pour eux.
Et elle continue à accueillir Margaret avec joie malgré sa fatigue.
Sa relation avec son père est très touchante.

4. Dans cette partie, John Thornton et Margaret Hale sont de nouveau en relation. Que pensez vous de leur relation ? Evolue-t-elle ?

Pas vraiment  Rolling Eyes
Margaret l'offusque sans le savoir en refusant de lui serrer la main, et Thornton , bien que très intéressée par elle (la façon dont il étudie son visage, ses mains, son regard etc...), il n'arrive pas à se défaire du sentiment qu'elle est hautaine envers lui.

5. C'est un sujet qui ne m'inspire pas beaucoup, mais je pense que c'est un sujet qui marque le roman : la religion. N'hésitez pas à en parler si vous le voulez !

Cela m'inspire un peu moins que toi.
Pour l'instant, si l'on exclu le fait que la religion est la cause de l'exil de la famille Hale à Milton, la religion ne me paraît pas très présente  scratch

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LilyBart
Indian Shawl
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Mer 6 Juin - 16:50

1. Nous faisons connaissance ici de la formidable mère de Mr Thornton, Hannah, et de sa soeur, Fanny. Que pensez vous de ces deux personnages ?

Mrs Thornton est un personnage pour le moins imposant. Comme tu le dis, Diana, elle déborde de fierté pour son fils et cela la rend quelque peu impartiale. Elle est pleine de préjugés, et semble bien décidée à ne pas apprécier Margaret, dès lors que John lui a fait part de sa première impression. En fait, je trouve intéressante la confrontation entre ces deux femmes, qui finalement ont pas mal en commun : leur franchise, leur obstination, leur amour respectif pour leur lieu d'origine. Mais malgré tout, elles semblent vouées à ne pas se comprendre (comme quand Margaret essaye de lui témoigner de la sympathie quand elle apprend l'attachement de Mrs Thornton pour la ville de Milton, et que celle-ci prend la mouche et se vexe, par exemple). Encore une fois, les préjugés sont au centre des malentendus.
Fanny, quant à elle, ne m'a pas marquée plus que ça. C'est sa discrétion qui est remarquable Razz J'attends d'en savoir plus à son sujet, même si je peux déjà éprouver un peu de pitié pour elle, notamment dans la différence de traitement que sa mère lui prodigue par rapport à son frère.

2. Les Higgins sont des ouvriers qui travaillent dans les usines de coton. Appréciez vous ces personnages et la manière dont le monde ouvrier est montré ?

L'effet recherché est probablement d'éveiller la compassion du lecteur pour leur affreuse situation : pauvreté, maladie, solitude (que je trouve fort contrastée avec la convivialité de la campagne, ou du Sud, d'où vient la famille Hale). Peut-être que l'auteure voulait montrer tous les aspects de l'industrialisation, même les plus vilains. L'impression que me donnent les Higgins est celle de gens sympathiques, qui font de leur mieux pour se soutenir entre eux, mais qui sont affligés par les duretés de la vie.

3. La maladie devient un personnage récurrent du roman. Que pensez vous de la maladie de Mrs Hale et de ce que cela dévoile sur les relations familiales ? Et de celle de Bessy Higgins ?

Je te rejoins, Diana, sur ce que tu dis du père de Margaret face à la maladie de sa femme. Ça doit être une caractéristique chez lui, d'être dans la fuite, voire le déni, et de laisser les autres (surtout sa fille Rolling Eyes ) prendre les choses en charge. J'avoue que personnellement, j'étais assez étonnée de la tournure des choses autour de Mrs Hale, je pensais qu'elle ne se plaignait que dans le vide, sans qu'il n'y ait jamais rien de bien sérieux. Et bien, je l'ai jugée trop vite Razz
Et de nouveau, c'est à Margaret de gérer la situation, et je la plains de tout mon cœur. Elle souffre de voir sa mère dans son état de maladie, et c'est encore une fois sa nature altruiste qui est révélée.

La maladie de Bessy Higgins me fait aussi de la peine. Et dans sa souffrance, les visites de Margaret paraissent comme un répit, un rayon de soleil qu'elle guette avec impatience. Et on la comprend! Une présence amicale, empathique et consolante comme celle de Margaret doit rendre bien des souffrances plus supportables! C'est un beau lien qui se tisse entre elles.

Ces deux maladies mises en parallèles, je trouve que leur traitement est révélateur des disfonctionnements dans chaque milieu : il y a d'un côté les Hale, la classe supérieure, qui refuse d'ouvrir les yeux sur les horreurs qui les entourent, qui préfèrent se voiler la face et nier ce qui est déplaisant (aspect qui est mis en avant particulièrement dans le personnage du père), et puis les Higgins, chez qui la mauvaise santé va pratiquement de soi, et où on ne semble pas espérer vivre longtemps. Il y a une forme d'acceptation, ou même de résignation, dans l'attitude de Bessy, qui en dit long sur la vie qu'elle a du vivre.

4. Dans cette partie, John Thornton et Margaret Hale sont de nouveau en relation. Que pensez vous de leur relation ? Evolue-t-elle ?

En ce qui les concerne, on est toujours dans la même tonalité! On découvre maintenant qu'ils ont pas mal de points de désaccords, sur divers sujets. Je me demande s'ils se positionnent d'emblée l'un contre l'autre, à cause de leurs préjugés, ou s'ils partagent véritablement des avis contraires. Margaret n'apprécie pas les idées de John Thornton, et lui continue de la trouver hautaine et méprisante. Quand vont-ils trouver un terrain d'entente? Razz

5. C'est un sujet qui ne m'inspire pas beaucoup, mais je pense que c'est un sujet qui marque le roman : la religion. N'hésitez pas à en parler si vous le voulez !

Comme Diana, mis à part que ce sont les doutes religieux qui ont amené la famille Hale à Milton, je ne vois pas beaucoup de questions religieuses. Il semble aussi que Margaret et John diffèrent (bien sûr!) sur leurs opinions religieuses, même si je n'ai pas complètement compris la nature de leur désaccord. Ils en parlent quand ils discutent des ouvriers qui menacent de faire grève. John Thornton estime qu'en tant que possesseur du capital, il a le droit d'en faire ce qu'il veut, ce à quoi Margaret remarque que du point de vue de la religion, il aurait tord. Elle lui dit :

Citation :
All I meant to say is, that there is no human law to prevent the employers from utterly wasting or throwing away all their money, if they choose; but that there are passages in the Bible which would rather imply - to me at least - that they neglected their duty as stewards if they did so.

Le point de vue de John est plus pragmatique, il a de l'argent, il le gère comme il l'entend. Celui de Margaret, sans surprise, plus axé sur la bienveillance et le devoir moral de l'entrepreneur de prendre soin de ses subalternes. Elle en fait un point religieux, parce qu'elle cite la Bible, mais la question reste de valeur morale avant tout, à mes yeux.

Il y a tellement de sujets sur lesquels les deux protagonistes ont des avis partagés, qu'on pourrait passer des heures rien qu'à les discuter! J'ai été fort intéressée, entre autres, à lire le passage où John Thornton évoque sa vision du "self-made man". Un idéal, sans doute naissant à l'époque, auquel Margaret ne paraît pas accorder beaucoup de crédit. Selon cette idée, l'homme qui est dans les déboires en est responsable, puisqu'on a tous notre destin entre nos mains. Margaret est plus touchée par le triste sort, qui n'en épargne pas certains. Peut-être qu'on peut retrouver un conflit d'ordre religieux, entre le libre arbitre et le destin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diana
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Mer 6 Juin - 20:36

LilyBart a écrit:

3. La maladie devient un personnage récurrent du roman. Que pensez vous de la maladie de Mrs Hale et de ce que cela dévoile sur les relations familiales ? Et de celle de Bessy Higgins ?

Je te rejoins, Diana, sur ce que tu dis du père de Margaret face à la maladie de sa femme. Ça doit être une caractéristique chez lui, d'être dans la fuite, voire le déni, et de laisser les autres (surtout sa fille Rolling Eyes ) prendre les choses en charge.
Et de nouveau, c'est à Margaret de gérer la situation, et je la plains de tout mon cœur. Elle souffre de voir sa mère dans son état de maladie, et c'est encore une fois sa nature altruiste qui est révélée.

Ces deux maladies mises en parallèles, je trouve que leur traitement est révélateur des dysfonctionnements dans chaque milieu : il y a d'un côté les Hale, la classe supérieure, qui refuse d'ouvrir les yeux sur les horreurs qui les entourent, qui préfèrent se voiler la face et nier ce qui est déplaisant (aspect qui est mis en avant particulièrement dans le personnage du père), et puis les Higgins, chez qui la mauvaise santé va pratiquement de soi, et où on ne semble pas espérer vivre longtemps. Il y a une forme d'acceptation, ou même de résignation, dans l'attitude de Bessy, qui en dit long sur la vie qu'elle a du vivre.

Le comportement du père m'exaspère et me choque un peu.
Il est tellement coincé dans une fuite en avant qu'il préfère ne rien vouloir remarquer.
Que ce soit l'état de santé de son épouse ou d'ailleurs l'épuisement de sa fille, car on se rend compte par petite touche que Margaret fait un effort physique pour rester éveillée et suivre la conversation entre son père de Thornton.
Ce qui entraine, à mon avis, des paroles qu'elle regrette Rolling Eyes

La famille Higgins me parait aussi plus pragmatique. Aucun membre de la famille ne se voile la face, et surtout pas Bessy.
Et cette dernière n'est pas isolée dans une chambre à l'écart, mais est bien un membre à part entière de sa famille jusqu'au bout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Mer 6 Juin - 20:57

@Diana : moi aussi, j'adore cette photo. Le personnage de Hannah Thornton devient l'un de mes personnages préférés du roman, et Sinnead Cusack le peint d'une façon magistrale.

1. Nous faisons connaissance ici de la formidable mère de Mr Thornton, Hannah, et de sa soeur, Fanny. Que pensez vous de ces deux personnages ?
Comme je l'ai dit, Mrs Thornton est un personnage que j'adore. C'est un personnage vraiment original, qu'on déteste et adore à la fois. Elle est extrêmement dure, solide, presque virile, et en même temps se révèle d'un amour intense pour son fils. Elle a un côté "mère sicilienne" Wink. Je trouve cela très touchant.
J'aime aussi beaucoup que Gaskell nous révèle la timidité de Mrs Thornton, qui n'aime pas trop rencontrer de nouvelles personnes.
Comme LilyBart, je suis aussi frappée du nombre d'incompréhensions qui émergent entre Margaret et elle : même si elles voulaient s'apprécier, elles auraient du mal !
Enfin, je remarque aussi la ressemblance entre Margaret et Mrs Thornton. Après tout, Mr Hale le remarque, Mrs Thornton is
Citation :
as haughty and proud in her way as our little Margaret here is in hers.

Miss Thornton est l'opposée exacte de sa mère (et de son frère) : elle correspond parfaitement à la petite cruche (pardon !) victorienne, qui est toujours faible, à moitié malade et qui cherche à se faire place. Ceci dit, je trouve qu'elle apporte une note d'humour dans ce roman assez dense, qui n'est pas à regretter.
Enfin, je suis frappée par les jeux de miroirs père-fille (Mr Hale et Margaret, Higgins et Bessy) et mère-fils (Mrs Hale et Frederick, Mrs Thornton et John) qui se jouent dans ce roman. Je me demande si Fanny et son caractère paresseux et égoïste n'est pas l'ombre de celle du père de Thornton, qui a spéculé (paresseux) et qui s'est suicidé (lâche selon les critères de l'époque).

2. Les Higgins sont des ouvriers qui travaillent dans les usines de coton. Appréciez vous ces personnages et la manière dont le monde ouvrier est montré ?
Je suis assez frappée par la représentation que Gaskell donne des Higgins. Même si elle insiste sur la pauvreté, la misère que la vie ouvrière fait peser sur eux (et surtout sur les femmes, elle leur donne une place de choix dans le roman. Ce ne sont pas des personnages secondaires, ils existent réellement dans le roman, on un discours politique et religieux. Ce n'est pas (qu') une histoire de gentry.
Je trouve aussi que Gaskell donne une vision assez nuancée de la condition ouvrière. D'un côté, c'est un monde dur, Bessy meurt des conditions déplorables des usines ; elle dit elle même qu'elle préfère mourir que vivre une vie d'ouvriers. D'un autre côté, Gaskell insiste sur leur orgueil qui vaut bien celui des Thornton et de Margaret Smile, sur la difficulté de trouver une servante, car les jeunes filles préfèrent l'usine, moins difficile et mieux payée.

3. La maladie devient un personnage récurrent du roman. Que pensez vous de la maladie de Mrs Hale et de ce que cela dévoile sur les relations familiales ? Et de celle de Bessy Higgins ?
Oui, la manière dont le père se voile la face sur la maladie de sa femme est effarante. Et comme toi, LilyBart, j'étais persuadée que la maladie de Mrs Hale était juste pour se faire plaindre (à la "Fanny"). Je me demande même si sa maladie n'aurait pas commencé à Helstone, dans cette atmosphère "humide et malsaine" Wink
La maladie révèle aussi un autre aspect dysfonctionnel de la vie familiale des Hale, avec la relation presque mère-fille qui existe entre Mrs Hale et Dickson. Je trouve cela très touchant de voir Margaret souffrir d'être remplacée par une servante dans le coeur et la confiance de sa mère. Mais cela illustre aussi la grande solitude de Mrs Hale dont la seule amie est la servante qui l'accompagne depuis sa jeunesse.
Je trouve la maladie de Bessy bouleversante : elle est si jeune, et elle est déjà passée de l'autre côté, de celui des gens qui attendent la délivrance de la mort. Cela donne une sensation de gâchis immense, que je trouve pire que celle de la maladie de Mrs Hale.
Cette maladie met aussi en valeur Margaret qui, alors qu'elle est généralement montrée comme assez masculine, devient très maternelle avec Bessy.

4. Dans cette partie, John Thornton et Margaret Hale sont de nouveau en relation. Que pensez vous de leur relation ? Evolue-t-elle ?
Effectivement, cela n'évolue pas, ou plutôt, cela empire !!
Je trouve que la citation de Margaret
Citation :
Mr Thornton is a remarkable man but personally I don't like him at all.
est assez définitive. On se demande vraiment comment/si elle va changer d'avis sur lui.
Je trouve la description de Margaret par les yeux de Thornton extrêmement belle. On le sent totalement obnubilé par elle, désireux de s'introduire dans son intimité (en tout bien tout honneur Embarassed ou pas Wink ) : le passage où il regarde le bracelet tomber de son bras alors qu'elle sert le thé est terriblement sensuel. Je trouve aussi très touchant l'anecdote où Mr Hale se sert des doigts de Margaret comme pince à sucre, et Thornton rêve de faire pareil.
En quelques mots, sans jamais prononcer le mot, Gaskell nous montre Thornton comme étant totalement amoureux (et d'ailleurs quelle autre "bonne raison" aurait-il de demander à sa mère et à sa soeur d'être amicales avec Margaret ??).

Le regard de Margaret reste beaucoup plus froid et pondéré. Elle devient plus capable d'apprécier sa beauté physique : yeux perçants, dents parfaites (je ne sais pas quel était l'état des dents des hommes de l'époque pour que ce soit remarquable No ), traits décidés, et surtout son "sourire joyeux d'enfant". Elle perçoit la dualité du caractère de Thornton.

5. C'est un sujet qui ne m'inspire pas beaucoup, mais je pense que c'est un sujet qui marque le roman : la religion. N'hésitez pas à en parler si vous le voulez !
Personnellement, je n'ai pas grand chose à en dire, mais contrairement à vous, je pense que c'est un sujet qui est très important. Le roman nous montre plein de façon de pratiquer la religion différentes. Cela va de Bessy Higgins, qui rêve du royaume des cieux de façon presque fanatique, à Mr Hale et ses doutes, Mrs Thornton et sa lecture quotidienne de la bible, et Higgins qui est un athée ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diana
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Mer 6 Juin - 21:09

@Akina
Citation :
Je trouve la description de Margaret par les yeux de Thornton extrêmement belle. On le sent totalement obnubilé par elle, désireux de s'introduire dans son intimité (en tout bien tout honneur Embarassed ou pas Wink ) : le passage où il regarde le bracelet tomber de son bras alors qu'elle sert le thé est terriblement sensuel. Je trouve aussi très touchant l'anecdote où Mr Hale se sert des doigts de Margaret comme pince à sucre, et Thornton rêve de faire pareil.
En quelques mots, sans jamais prononcer le mot, Gaskell nous montre Thornton comme étant totalement amoureux (et d'ailleurs quelle autre "bonne raison" aurait-il de demander à sa mère et à sa soeur d'être amicales avec Margaret ??).

J'aime beaucoup ce passage moi aussi Very Happy
Je l'ai déjà dit ailleurs sur d'autres topics de ce livre, mais j'aime énormément que le sentiment amoureux soit du côté de l'homme et non de la femme pour une fois dans un roman de cette époque.
Thornton est très rapidement sous le charme de Margaret, même s'il se plaint de son air hautain, ce qui n'est pas réciproque de la part de Margaret.
Le moment où il regarde le bracelet tomber du bras de Margaret est en effet marquant.

Citation :
Miss Thornton est l'opposée exacte de sa mère (et de son frère) : elle correspond parfaitement à la petite cruche (pardon !) victorienne, qui est toujours faible, à moitié malade et qui cherche à se faire place. Ceci dit, je trouve qu'elle apporte une note d'humour dans ce roman assez dense, qui n'est pas à regretter.
Non non, tu as le droit de le dire, c'est une petite cruche qui ne pense qu'à elle et à ses tenues.
La différence entre son frère et elle vient peut être de leur différence d'âge? Fanny ne se rappelle peut être plus clairement la pauvreté dans laquelle ils ont vécu suite au décès de son père, alors que son frère explique sans honte à Mr Hale à quel point il a du travailler et économiser pour en arriver là où il est.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Mer 6 Juin - 21:16

Totalement d'accord avec ton analyse sur Mr Hale. Je pense qu'il joue à l'autruche pour ne pas avoir à affronter la nouvelle qu'il redoute par dessus tout.

Au contraire, je trouve dingue que Fanny ait oublié toutes les misères par lesquelles ils sont passés. Thornton a une trentaine d'années nous dit Mr Hale ; ça ne doit pas faire plus de 5 ans, peut-être 10 ans qu'ils sont à l'aise. Fanny a vécu la plus grande partie de sa vie en mangeant du "porridge à l'eau".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LilyBart
Indian Shawl
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Jeu 7 Juin - 14:38

Akina a écrit:
Cela va de Bessy Higgins, qui rêve du royaume des cieux de façon presque fanatique, à Mr Hale et ses doutes, Mrs Thornton et sa lecture quotidienne de la bible, et Higgins qui est un athée ...

Le fait que Higgins est athée a dû m'échapper. A quoi le sait-on?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diana
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Jeu 7 Juin - 18:46

Akina a écrit:

Au contraire, je trouve dingue que Fanny ait oublié toutes les misères par lesquelles ils sont passés. Thornton a une trentaine d'années nous dit Mr Hale ; ça ne doit pas faire plus de 5 ans, peut-être 10 ans qu'ils sont à l'aise. Fanny a vécu la plus grande partie de sa vie en mangeant du "porridge à l'eau".

L'explication ne viendrait-elle pas du fait qu'elle soit beaucoup plus jeune que son frère et a donc moins de souvenir de la période pauvreté?
Je ne me rappellle pas si son âge est indiqué dans le roman, mais elle a , je crois, le même âge que Margaret.
C'est effectivement étrange qu'elle se comporte en jeune femme futile alors que son frère et sa mère ont été marqué par la pauvreté et agissent encore en conséquence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarlatiine
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Mer 13 Juin - 15:03

Avec encore du retard... Désolée, je vais essayer de me rattraper pour la suite, j'ai assez avancé dans ma lecture Embarassed 

1. Nous faisons connaissance ici de la formidable mère de Mr Thornton, Hannah, et de sa soeur, Fanny. Que pensez vous de ces deux personnages ?

Effectivement, Mrs Thornton est un personnage très intéressant. On sent qu'elle est fière et qu'elle a de l'admiration pour son fils, peut-être au point de se montrer un peu de mauvaise foi en ce qui concerne Margaret... On sent qu'elle n'a pas eu une vie facile et que ce qu'elle a aujourd'hui, elle est bien décidée à le garder.
À côté, Fanny apparaît bien futile, il est vrai. Néanmoins, comme LilyBart, j'ai un peu pitié d'elle, parce qu'elle n'a définitivement pas la préférence de sa mère et qu'elle essaie sans doute de se faire remarquer de cette façon (?).

2. Les Higgins sont des ouvriers qui travaillent dans les usines de coton. Appréciez vous ces personnages et la manière dont le monde ouvrier est montré ?

Oui, j'aime beaucoup ces personnages Smile Je les trouve dignes dans l'adversité - surtout Bessy face à la maladie - et les revendications de Higgins (et des ouvriers en général, par extension) sont ô combien actuelles, c'est vraiment quelque chose qui m'a frappée. Ils sont pauvres, certes, mais ne sont pas montrés comme une caricature. Ils ne sont ni sales, ni ignares, par exemple. Le portrait qu'en brosse Elizabeth Gaskell est vraiment très intéressant, de ce fait. 

3. La maladie devient un personnage récurrent du roman. Que pensez vous de la maladie de Mrs Hale et de ce que cela dévoile sur les relations familiales ? Et de celle de Bessy Higgins ?

Je vous rejoins sur la lâcheté de Mr Hale qui, décidément, ne semble pas prêt de rentrer dans mes bonnes grâces... Il se voile totalement la face et laisse Margaret pratiquement seule face à la maladie de sa mère. Mis en parallèle avec l'attitude d'Higgins face à la maladie de Bessy (je trouve leur relation aussi très touchante), le comportement du père de Margaret n'incite pas à la clémence. 
Je trouve aussi l'attitude de Bessy, qui accepte la mort à venir avec résignation et presque soulagement, très noble. 

4. Dans cette partie, John Thornton et Margaret Hale sont de nouveau en relation. Que pensez vous de leur relation ? Evolue-t-elle ?

Je ne sais pas si on peut dire qu'elle évolue, et si elle évolue, ce n'est pas dans le bon sens Razz Il y a beaucoup de différents entre eux, de l'incompréhension aussi. On les sent intéressés l'un par l'autre (peut-être Thornton plus que Margaret), mais ils ont du mal à communiquer.

5. C'est un sujet qui ne m'inspire pas beaucoup, mais je pense que c'est un sujet qui marque le roman : la religion. N'hésitez pas à en parler si vous le voulez !

C'est un sujet qui ne m'inspire pas beaucoup non plus, et à vrai dire, il me passe totalement par-dessus la tête Laughing Donc ce ne sont pas les passages qui m'intéressent le plus et heureusement, je trouve qu'il y en a moins qu'au début du roman, où ça m'a assez "agacée". Enfin, je me doute que c'était quelque chose de courant pour l'époque, mais tant qu'on ne s'y attarde pas plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diana
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Mer 13 Juin - 16:42

Scarlatiine a écrit:

Je vous rejoins sur la lâcheté de Mr Hale qui, décidément, ne semble pas prêt de rentrer dans mes bonnes grâces... Il se voile totalement la face et laisse Margaret pratiquement seule face à la maladie de sa mère. Mis en parallèle avec l'attitude d'Higgins face à la maladie de Bessy (je trouve leur relation aussi très touchante), le comportement du père de Margaret n'incite pas à la clémence. 
Je trouve aussi l'attitude de Bessy, qui accepte la mort à venir avec résignation et presque soulagement, très noble. 

Je partage ton avis.
la lacheté du père de Margaret me déplait de plus en plus. On se demande jusqu'où il va aller dans l'aveuglement envers la santé de sa femme.
Sa manie de se décharger de tout les problèmes sur Margaret qui, vaillante, ne refuse rien, m'énerve au plus haut point Evil or Very Mad

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LilyBart
Indian Shawl
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Mer 13 Juin - 18:06

@ Scarlatiine :  je trouve très juste ta façon de parler des Higgins, en les qualifiant de dignes et leurs agissements nobles. Je pense que ce sont ces qualités, subtilement suggérées par Elizabeth Gaskell, qui leur donnent une certaine grandeur, qui transparaît à travers leur misère. Tu as mis les mots sur une impression vague que j'avais, merci! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GoodBooksGoodFriends
Star-crossed lover
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Ven 15 Juin - 11:08

Désolée, je suis très en retard, pas dans ma lecture mais dans mes réponses aux topics.
Je ne vois pas beaucoup de choses à ajouter sur ces Premières impressions, vous avez déjà tout dit. Very Happy

1. Nous faisons connaissance ici de la formidable mère de Mr Thornton, Hannah, et de sa sœur, Fanny. Que pensez vous de ces deux personnages ?
Je suis à la fois agacée et amusée par Fanny, par son côté frivole et gâtée.
Mrs Thornton m'énerve un peu, pas à cause de son fort caractère mais à cause de l'aveuglement provoqué par son intense amour pour son fils (réminiscence d'une histoire personnelle ?  lol! ).

2. Les Higgins sont des ouvriers qui travaillent dans les usines de coton. Appréciez vous ces personnages et la manière dont le monde ouvrier est montré ?
Si les Higgins sont représentatifs du monde ouvrier, il en est donné une image plutôt positive, des gens bourrus et simples mais droits et francs.

3. La maladie devient un personnage récurrent du roman. Que pensez vous de la maladie de Mrs Hale et de ce que cela dévoile sur les relations familiales ? Et de celle de Bessy Higgins ?
Comme précédemment, Mr Hale fait l'autruche et Margaret endosse la responsabilité de faire venir un médecin. Quant à Mrs Hale, au moment où elle devrait partager ses symptômes avec sa famille, elle choisit de les taire...

4. Dans cette partie, John Thornton et Margaret Hale sont de nouveau en relation. Que pensez vous de leur relation ? Evolue-t-elle ?
Elle n’évolue pas vraiment. Thornton continue à penser que Margaret le méprise et cette dernière reste campée sur ses positions.

5. C'est un sujet qui ne m'inspire pas beaucoup, mais je pense que c'est un sujet qui marque le roman : la religion. N'hésitez pas à en parler si vous le voulez !
Je crois que je suis encore moins inspirée que toi sur le sujet.  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   Lun 18 Juin - 20:40

LilyBart a écrit:
Akina a écrit:
Cela va de Bessy Higgins, qui rêve du royaume des cieux de façon presque fanatique, à Mr Hale et ses doutes, Mrs Thornton et sa lecture quotidienne de la bible, et Higgins qui est un athée ...

Le fait que Higgins est athée a dû m'échapper. A quoi le sait-on?

My mistake, je m'étais emballée avec le chapitre qui suit ... Embarassed

Scarlatiine a écrit:

Oui, j'aime beaucoup ces personnages Smile Je les trouve dignes dans l'adversité - surtout Bessy face à la maladie - et les revendications de Higgins (et des ouvriers en général, par extension) sont ô combien actuelles, c'est vraiment quelque chose qui m'a frappée. Ils sont pauvres, certes, mais ne sont pas montrés comme une caricature. Ils ne sont ni sales, ni ignares, par exemple. Le portrait qu'en brosse Elizabeth Gaskell est vraiment très intéressant, de ce fait. 
[...]
Je trouve aussi l'attitude de Bessy, qui accepte la mort à venir avec résignation et presque soulagement, très noble. 

Je suis tout à fait d'accord avec toi, et comme LilyBart, je me reconnais totalement dans ton choix de termes. Il y a quelque chose de presque christique dans la manière dont ils sont dépeints (heureusement, Higgins est un peu colérique et va parfois au pub, ce qui le rend plus humain Smile ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: chapitre 9-15 : Premières impressions   

Revenir en haut Aller en bas
 
chapitre 9-15 : Premières impressions
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ne pas se fier aux premières impressions...
» [INFO] Premières impressions du HTC Evo 3D par rapport au HTC Sensation
» Les Âmes Croisées, premières impressions.
» Présentation, photos, premières impressions
» [E-craft] premières impressions et commentaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and drink a cup of tea :: Club de lecture :: Nord et Sud d'Elizabeth Gaskell: Lecture commune-
Sauter vers: