Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !

Partagez | 
 

 Angela Carter

Aller en bas 
AuteurMessage
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Angela Carter   Sam 28 Avr - 12:08

Christian Bourgois vient de publier en poche quelques uns des principaux écrits de la grande romancière anglaise Angela Carter (1940-1992). Il était jusqu'ici relativement difficile de trouver ses ouvrages en français.
En Angleterre, Angela Carter est oubliée chez Virago.



Citation :
Peut-être la plus originale et la plus novatrice des romancières anglaises contemporaines, Angela Carter bénéficie aujourd’hui d’une importante reconnaissance. Dans les trois jours qui suivirent sa disparition, ses ouvrages furent épuisés et elle devint, sur les campus anglais, l’auteur contemporain le plus lu et étudié, devenant plus populaire que Virginia Woolf.




Citation :
Angela Carter adorait inventer des histoires ou réécrire celles que nous connaissons déjà. Ce faisant, elle réfléchissait sur les formes de l’imaginaire d’hier et d’aujourd’hui et sur les rapports entre sexes et classes sociales. Le Magasin de jouets magique, son deuxième roman, présente un mélange de très grande fantaisie romanesque, de pastiche et de réflexion sur le monde qui lui est propre. Il raconte l’histoire de Mélanie, jeune adolescente qui, à la suite de la mort de ses parents, quitte sa belle maison de campagne avec son frère et sa soeur pour aller vivre dans le petit appartement londonien de son oncle Philip. Très vite, ce dernier, monteur de marionnettes, va se muer en personnage immense et effrayant, Barbe-Bleue en son château aux portes closes. Tout au long du roman, marionnettes et pantins, photographies et tableaux, en léger décalage avec la réalité qu’ils imitent sans pourtant la reproduire exactement, produisent un effet de vertige, glissement dans le merveilleux, qui est le fondement même de l’art d’Angela Carter. Récit d’initiation, fable sur la confrontation du mal et de l’innocence, le roman d’Angela Carter est tout cela. Il joue des références littéraires et picturales : Lear, Carroll, mais aussi Coleridge, Melville et Poe sont convoqués dans cette histoire profondément mystérieuse et touchante.




Citation :
Angela Carter, exubérante, subversive et très imaginative consacra son oeuvre à revisiter les mythes établis, questionner à l’infini le visage féminin et son irrépressible liberté et se lancer à bride abattue dans le carnavalesque. Son roman, Bien malin qui connaît son père, appartient à cette veine. Le jour de ses soixante-quinze ans, Dora décide de raconter sa vie et celle de sa jumelle, Nora. Selon ses propres termes, les deux soeurs sont « identiques » mais pas « symétriques », ce qui les a préservées de la monotonie de la gémellité et leur a permis bien des aventures. La narratrice s’amuse et se grise de son propre récit désopilant et loufoque, retraçant quelques soixante années de l’histoire du théâtre et du cinéma de Londres à Manhattan et Hollywood, à travers le destin des deux jumelles, rejetons illégitimes d’un grand acteur shakespearien, lui-même issu d’une lignée de comédiens. Le lecteur est subjugué par l’atmosphère du roman et la densité de ses personnages des années soixante qui voient la décadence du puritanisme et la libéralisation débridée des moeurs, dans un texte qui n’a pas vieilli. Mélange parfait d’élégance et de grossièreté, l’écriture foisonne de calembours, avec un humour caustique qui ne cesse de briller.




Citation :
La veine inventive d’Angela Carter, sa fascination pour les travers de l’être humain, sa possible perversité et son analyse de la figure féminine se retrouvent dans Love. Publié pour la première fois en 1997 et inspiré du roman sentimental Adolphe de Benjamin Constant, Love raconte une oppressante histoire d’amour à trois entre Annabel, étudiante aux Beaux-arts issue de la bourgeoisie, Lee Collins, d’origine plus modeste et orphelin d’une mère folle et Buzz, son demi-frère déséquilibré, vivant ensemble dans la province anglaise au milieu du désordre et de la saleté d’un petit appartement. Dans cette relation, les émotions les plus subtiles côtoient les pulsions sexuelles les plus primaires et les névroses sentimentales les plus cruelles. Illuminé par la présence d’une héroïne aussi fragile que radieuse, ce livre vibrant représente la quintessence du talent d’Angela Carter, qui s’affirme d’emblée par une écriture énergique à la fois rude et cultivée. Mêlant violence et délicatesse, l’auteur britannique chamboule le familier pour créer un monde nouveau et étrange.




Citation :
Angela Carter a un double rapport à la littérature. D’une part, c’est pour elle un objet d’étude : elle a été chargée de cours dans l’atelier d’écriture de l’université de Sheffield. D’autre part, c’est son instrument de création et d’évasion : primée sur tous les continents, elle allie rigueur du style et ambiance quasi-fantastique. Les textes qui constituent Vénus noire se trouvent à la croisée de ces deux acceptions. Ce recueil forme une sorte de prisme kaléidoscopique qui met en lumière différentes facettes du thème de la « femme nouvelle », allant d’une inconnue accusée de meurtre aux États-Unis au XIXe siècle à la maitresse de Baudelaire. Qu’elle s’inspire de Shakespeare ou d’Edgar Allan Poe, Angela Carter garde la même façon oblique et inimitable de traiter ses sujets. Il ne s’agit pas seulement d’une relecture analytique, mais de variations romanesques à l’érotisme cruel, trouble et inquiétant. Ce qu’Angela Carter met en scène, c’est l’acte même de lecture, la dérive onirique qui s’empare du lecteur qui déchiffre un récit avec ses attentes, ses fantasmes, l’ombre portée de ses désirs et désillusions, l’empreinte de sa vie.

Connaissez-vous cet auteur ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shelbylee
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Angela Carter   Dim 29 Avr - 20:25

Je ne la connais pas du tout. Celui qui me tenterait le plus des 4 serait Love, mais je n'en fais pas une priorité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Angela Carter   Dim 29 Avr - 20:28

Celui qui me fait le plus envie est Bien malin qui connaît son père. Il me rappelle un peu Tessa de Margaret Kennedy que j'avais adoré.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sookie
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Angela Carter   Mar 6 Nov - 13:56

J'ai lu The magic toyshop que j'avais vu en librairie et dont j'avais adoré la couverture (j'ai un doute sur l'édition que je possède scratch ) . Par contre, je suis bien incapable de me rappeler si j’avais aimé ou non ce livre. Je pense que je lirais ces livres avec plaisir mais plutôt en VF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Angela Carter   Sam 15 Déc - 17:08

J'ai lu "Bien malin qui connaît son père …" il y a quelques mois et j'ai oublié de donner mon avis ! Pourtant j'ai adoré ce roman 



Ce roman est un sacré morceau de littérature ! Hommage vibrant et tourbillonnant à l’Angleterre bohême, au monde du spectacle et au théâtre anglais, il dresse un portrait attendri et facétieux d’une famille pas comme les autres, à travers la voix d’une septuagénaire qui revient sur ses origines. C’est piquant, drôle, fantaisiste, émouvant et terriblement pittoresque. Rien d’étonnant à ce qu’Angela Carter ait droit à un culte universitaire un peu similaire à celui de Virginia Woolf outre Manche. Elle a une voix bien à elle et quelle voix !
Je pense que je viens de découvrir un nouvel écrivain cher à mon cœur et je me réjouis d’avoir encore tous ses autres romans à découvrir  cheers

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LilyBart
Elizabethan actor
avatar


MessageSujet: Re: Angela Carter   Lun 17 Déc - 6:17

C'est une auteure que j'ai bien envie de découvrir, et ton avis m'en donne encore plus envie Emjy! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GoodBooksGoodFriends
Dingley Bell resident
avatar


MessageSujet: Re: Angela Carter   Lun 17 Déc - 11:59

Tu sais vraiment donner envie Emjy !
Je ne l'ai encore jamais lue, elle devrait faire partie de mes découvertes de 2019.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Angela Carter   Lun 17 Déc - 15:48

Contente de vous avoir donné envie, les filles ! C'est vraiment un auteur à découvrir !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Angela Carter   

Revenir en haut Aller en bas
 
Angela Carter
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Carter, Stephen] La dame noire
» Lynda Carter Wonder woman
» Carter D'huile !
» Enlever le roulement du carter moteur
» Carter d'embrayage Vertigo.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and fake a British accent :: Littérature britannique contemporaine - 1970 à nos jours-
Sauter vers: