Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !
Le Deal du moment :
eBay : Remise de 5 euros dès 15 euros ...
Voir le deal

 

 Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953)

Aller en bas 
AuteurMessage
Emjy
Bookworm
Emjy


Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953) Empty
MessageSujet: Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953)   Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953) Icon_minitimeDim 16 Aoû - 12:43

Après Le Prince de Hombourg de Bellocchio Arrow, j'avais envie d'ouvrir un sujet à un autre film italien que j'aime beaucoup : Pain, amour et fantaisie de Luigi Comencini.

Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953) 71okOKywaqL._SL1500_

Citation :
A Sagliena, petit village de la campagne profonde italienne, le nouveau maréchal-carabinier Antonio Carotenuto vient prendre ses fonctions, en provenance directe de Romagne. Séducteur célibataire d'un certain âge, il compte bien, sur place, trouver le calme nécessaire à la satisfaction de ses attentes culinaires et surtout sentimentales. Sous l'oeil des curieux, il va très vite faire la rencontre de Maria, dite La Bersagliera, pauvre fermière ravissante, et de Annarella, la mystérieuse et élégante sage-femme du village...

Ce film qui a été un triomphe commercial lors de sa sortie est devenu depuis un classique du cinéma transalpin. On lui avait toutefois reproché de mêler le néoréalisme alors très en vogue à l'époque à une tonalité plus légère et sentimentale, d'où l'appellation de "néoréalisme rose" que plusieurs critiques lui ont souvent accolée.
Entre vaudeville et comédie de caractères, le film tisse un imbroglio amoureux réjouissant sur fond de satire villageoise.
Le maréchal est affecté dans un ravissant petit village des Abruzzes, contrée de superstitions où rien n'échappe à l'œil et aux commentaires des commères. "Vieux beau" encore séduisant et resté célibataire, il semble vouloir courir après plusieurs lièvres à la fois dont la jeune et jolie "'La Bersagliera" (formidable Gina Lollobrigida) à qui personne ne résiste mais qui a su garder sa pureté d'âme malgré son caractère fantasque. Celle-ci est amoureuse du jeune soldat subordonné, le timide Pietro Stelluti qui ne sait pas comment se déclarer.
Le maréchal est aussi attiré par sa séduisante voisine, Annarella, une sage-femme qui vit seule et semble avoir un secret ...
J'ai été séduite par cette petite fantaisie italienne, mélange parfait entre délicatesse et causticité, fraîcheur et rusticité. Les personnages adoptent parfois des postures de fanfarons mais c'est pour mieux cacher leur sensibilité, c'est le cas bien sûr du personnage de la jeune sauvageonne qui ne peut qu'émouvoir.  
Ce film rayonne et séduit aussi par sa caricature fine d'intrigues de villages et sa galerie de personnages secondaires (la bonne et ses commentaires impudiques, le prêtre qui fait entendre raison aux commères superstitieuses Razz etc. ).
Le film, en dressant 2 portraits de jeunes femmes épatantes, se montre étonnamment moderne sur le sujet de la féminité.
Je termine par un extrait de la critique de DVDclassik qui résume très bien cela :

Citation :
Tour à tour colérique et rieuse, séductrice redoutable et petit chaton apeuré, amoureuse transie et furie revêche, saluée pour sa sensualité comme pour sa pureté d’âme, elle incarne - et avec quelle chair - toutes les femmes en une, devenant ainsi l’objet de tous les fantasmes masculins. Là encore, peu de cinématographies de par le monde ont su comme le cinéma italien magnifier à ce point leurs actrices, en leur proposant des rôles de femmes fortes, désirables et attachantes. Son sourire et sa voix chaude sont les atouts ultimes de cette comédie charmante, tout à fait symptomatique de la simplicité rayonnante dont le cinéma italien pouvait alors être capable.

 Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953) Critique-pain-amour-et-fantaisie-comencini8Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953) Critique-pain-amour-et-fantaisie-comencini5
Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953) Critique-pain-amour-et-fantaisie-comencini16Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953) Critique-pain-amour-et-fantaisie-comencini21
Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953) Critique-pain-amour-et-fantaisie-comencini11Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953) Critique-pain-amour-et-fantaisie-comencini10

_________________
Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953) Edu10
Revenir en haut Aller en bas
 
Pain, Amour et Fantaisie de Luigi Comencini (1953)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and travel on :: Auteurs d'autres nationalités :: Culture italienne :: Cinéma italien-
Sauter vers: