Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !
Participez au swap William Shakespeare !

Partagez | 
 

 Les pastiches de Nicholas Meyer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shelbylee
Bookworm



MessageSujet: Les pastiches de Nicholas Meyer    Mar 8 Juil - 13:46


Nicholas Meyer a écrit 3 pastiches des aventures de Sherlock Holmes.

Ils sont réputés pour être parmi les meilleurs du genre.

Archipoche a eu la bonne idée de rééditer La solution à 7 % qui était épuisé depuis très longtemps.

Citation :
Depuis son mariage avec Mary Morstan, le Dr Watson n’a guère l’occasion de voir son vieil ami, l’enquêteur Sherlock Holmes.
Un soir, ce dernier s’invite dans son cabinet. Il se dit poursuivi par son ennemi héréditaire, l’odieux professeur Moriarty. Mais l’agitation de Holmes, ses propos incohérents font redouter le pire à Watson : le détective s’est drogué au-delà de toute mesure. Son addiction à la cocaïne a atteint un stade irréversible. Désormais, sa vie semble en danger.
Avec le concours de Mycroft Holmes, son frère, Watson décide d’emmener son ami se faire soigner à Vienne par un éminent spécialiste – et le seul à ce jour – du traitement de la toxicomanie. Un certain Sigmund Freud…
Fondé sur « un manuscrit retrouvé du Dr Watson », La Solution à 7 % a été eadapté au cinéma en 1976, avec Laurence Olivier dans le rôle de Freud.

Archipoche avait réédité la 2e aventure en 2010 : Sherlock Holmes et le fantôme de l'Opéra

Citation :
1891. Alors que toute l'Angleterre le croit mort et enterré, Sherlock Holmes, fin mélomane, vivote à Paris en donnant des cours de musique sous un nom d'emprunt.
Apprenant que le prestigieux orchestre de l'Opéra recrute un violoniste, il parvient à se faire engager. Mais, très vite, il découvre que le Palais Garnier est le théâtre d'événements étranges.
Le fantôme de l'Opéra existerait-il ? À défaut, comment expliquer les accidents qui y surviennent ? Et les voix que chacun dit entendre résonner dans le labyrinthique édifice ?
Chargé de protéger une jeune soprano, le célèbre détective va se lancer dans une chasse à l'homme à travers le Paris nocturne et souterrain. Une course contre la montre... et la police française.

Espérons qu'ils rééditeront la dernière aventure (qui a été publiée avant le fantôme de l'Opéra, mais qui se lit après): L'horreur du West End où Sherlock affronte Jack l’Éventreur.

_________________


Dernière édition par Shelbylee le Mar 8 Juil - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diana
Bookworm



MessageSujet: Re: Les pastiches de Nicholas Meyer    Mar 8 Juil - 16:33

Je ne connaissais pas du tout.
Le livre La solution à 7 % a l'air très intéressant et même surprenant. Cela doit être pas mal du tout , cette confrontation Sherlock/Sigmund  Wink 
Les deux suivants ont l'air très bien également.
Je rajoute cela à ma très longue Pàl  Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shelbylee
Bookworm



MessageSujet: Re: Les pastiches de Nicholas Meyer    Mar 8 Juil - 16:36

J'ai acheté La solution à 7%, je pense le lire bientôt  Very Happy 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandie
Bookworm



MessageSujet: Re: Les pastiches de Nicholas Meyer    Mar 8 Juil - 16:45

Shelbylee a écrit:
J'ai acheté La solution à 7%, je pense le lire bientôt  Very Happy 

J'attends ton avis avec impatience car je ne connaissais pas du tout ces pastiches mais je suis grandement intéressée !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Virginia
Bookworm



MessageSujet: Re: Les pastiches de Nicholas Meyer    Mar 8 Juil - 19:49

:+1: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
katy
Ecrivain en herbe



MessageSujet: Challenge A British Literary Tour    Mar 16 Sep - 21:37

La Solution à 7 % de Nicholas Meyer



Citation: "J'ai eu la chance insigne d'être le témoin, le chroniqueur et, parfois, le second de M. Holmes... Les dix années qui se sont écoulées depuis sa mort m'ont donné tout le temps de méditer sur sa personnalité... J'en suis venu à prendre conscience que l'émotivité était un élément de sa nature qu'il chercher à supprimer... et il prenait aussi de la cocaïne. "

Résumé: Le manuscrit inédit de Watson révèle que  l'addiction du célèbre détective avait atteint un stade irréversible, au point de déclencher des crises de paranoïa. La conclusion s'impose à Watson le jour où son ami se dit poursuivi par son ennemi le professeur Moriarty. Mais l'agitation de Holmes, ses propos incohérents font redouter le pire à Watson qui décide d'emmener Holmes se faire soigner à Vienne par Sigmund Freud. Bientôt, le génial enquêteur et le détective de l'âme se trouvent mêlés à une machination dont une jeune fille semble l'innocente victime...

Mon avis: Nicholas Meyer nous plonge ici dans un récit brillant relatant l'une des plus grande aventure de Sherlock Holmes et du Dr Watson.
L'histoire démarre dans un Londres brumeux pour se poursuivre en Autriche.
Comme toujours, Watson est le narrateur de cette épopée ce qui renforce l'idée que les personnages de Conan Doyle sont réels.
Nous y trouvons un Sherlock très affaibli par la drogue. Il est quelque part rassurant de pouvoir partager avec Watson cette faiblesse du détective, cette partie sombre qui le rend en même temps bien plus humain.
Il est dommage que Moriarty ne fasse pas partie intégrante de l'histoire. Mais  nous prenons un certain plaisir à découvrir Sigmund Freud et ses études sur l'hystérie. On découvre un médecin doué d'une certaine répartie et d'une bonne déduction ce qui plaira à Holmes.
L'aventure en elle-même est très bien écrite et possède un  bon rythme. De pages en pages le mystère perdure jusqu'au dernier chapitre.
Au final, grâce à Sigmund Freud, nous en apprenons beaucoup plus sur la jeunesse  de Sherlock Holmes  ainsi que sur son addiction.

J'ai pis beaucoup de plaisir à lire ce livre. J'ai lu également Sherlock Holmes et le Fantôme de l'Opéra. J'apprécie le rythme de chaque chapitres.
Je ne rentre pas en détaille dans l'histoire en elle-même car il faut garder un peu de mystère Smile
Mais gardez dans l'idée que si vous aimez Conon Doyle, il y aurait de fortes chances que les romans de Meyer vous plaisent beaucoup.

J'espère que mon premier avis dans ce challenge vous conviendra Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shelbylee
Bookworm



MessageSujet: Re: Les pastiches de Nicholas Meyer    Ven 19 Sep - 12:56

Merci pour ton avis !

Je ne l'ai toujours pas lu pour l'instant, même si j'avais dit que j'allais le lire vite Razz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shelbylee
Bookworm



MessageSujet: Re: Les pastiches de Nicholas Meyer    Dim 8 Mar - 9:20

J'ai enfin lu La solution à 7 % et je l'ai trouvé très réussi !

1891. Suite à son mariage avec Mary Morstan, Watson voit moins Sherlock Holmes. Celui-ci semble succomber de plus en plus à son addiction à la cocaïne. Sous l’emprise de la drogue, il évoque son pire ennemi : le professeur Moriarty (ce qu’il ne fait jamais quand il a l’esprit clair). Peu de temps après, ce même Moriarty vient voir Watson pour lui révéler que Sherlock Holmes le harcèle et le menace. Il jure qu’il n’est qu’un simple professeur de mathématiques et prévient Watson qu’il risque de porter plainte contre Sherlock. Aidé par Mycroft, Watson décide de sauver Sherlock Holmes malgré lui et de lui faire rencontrer un médecin viennois qui a publié un article expliquant qu’il pouvait guérir les personnes atteintes d’une addiction en utilisant l’hypnose.


Il y a tout d’abord un avant-propos, écrit par Nicholas Meyer lui-même, qui nous explique comment ce manuscrit inédit de Watson lui est parvenu entre les mains. Il dit qu’il l’a retouché pour la publication, ce qui explique que l’on ne reconnaisse pas le style habituel du docteur Watson.
Il y a ensuite des « pages liminaires » où cette fois c’est Watson lui-même qui nous explique qu’il a rédigé ce manuscrit en 1939. Il dit qu’il avait promis qu’il ne révélerait pas cette histoire tant que les protagonistes seraient vivants, mais le dernier vient justement de mourir. Il nous précise aussi qu’il rédige cet ouvrage sans notes, ce qui peut expliquer qu’il diffère un peu de ses histoires habituelles. Enfin, il y il avoue qu’il a menti dans Le dernier problème et La maison vide pour dissimuler des événements bien trop graves pour être racontés à l’époque. Mais, il va enfin nous livrer la vérité.
J’ai beaucoup aimé ces deux prologues car ils permettent à l’auteur de nous faire entrer dans son jeu. Il sait qu’il n’est pas Doyle et donc il nous informe qu’il va y avoir un changement de style. Il sait que son histoire va différer du canon et il nous prévient que deux nouvelles seront particulièrement touchées. À nous de savoir si on va le suivre ou pas. Pour ma part, j’ai apprécié cette façon originale de nous faire adhérer à ses théories.

Tout au long du livre, l’auteur fait référence à de nombreuses nouvelles du canon et l’on croise des personnages des aventures passées comme par exemple Stamford, celui qui a présenté Watson à Holmes , ou bien encore le valeureux chien Toby qui joue une fois de plus un rôle important. Il y a aussi beaucoup d'humour.

Dans la première moitié du livre, les événements s’enchaînent à un rythme effréné. On passe de Londres à Vienne. Le médecin qu’Holmes doit rencontrer n’est nul autre que Sigmund Freud ! Cet aspect est très réussi. L’auteur insiste sur les points communs entre les deux personnages en particulier au niveau des méthodes de déduction et de la capacité d’analyse. Freud lui présente une patiente muette qui a tenté de se suicider. Evidemment Holmes va réussir à déduire sa vie rien qu’en l’observant.

J’ai un peu moins apprécié la deuxième partie parce que tout un peu « gros » (il y a une histoire de complot et une folle course poursuite en train). Même si j’ai un peu moins accroché à cause du manque de plausibilité de l’intrigue, le rythme reste haletant et les pages défilent rapidement. Cela ne m’a pas beaucoup dérangée car il faut dire que ce genre de mésaventure m’est aussi arrivé avec les écrits de Conan Doyle (par exemple au cours de la digression en Amérique pour Une étude en rouge).

Par contre, la fin est très réussie car on nous apprend qui est Moriarty, quel est le lourd secret qu’il partage avec la famille Holmes et pourquoi Sherlock Holmes a commencé à se droguer.
A la fin de l’ouvrage, Holmes quitte Watson (ce qui sera le début de ses années perdues), pour aller jouer du violon, en lui disant de raconter qu’il a été assassiné par Moriarty, ce qui fait que l’on retombe sur nos pieds avec Le dernier problème.

Enfin, dans un post-scriptum, Nicholas Meyer nous révèle les sources de ses théories (qui est Moriarty ? qu’est-il arrivé à Sherlock dans son enfance ? ) qui , loin d’être tombées du ciel, s’appuient sur des ouvrages de paralittérature holmésienne, ce que j’ai trouvé particulièrement intéressant.
On sent que Nicholas Meyer aime vraiment ses personnages et qu’il essaye de faire coller tout le canon ensemble (alors qu’on sait bien qu’il existe des contradictions dans ce qu’a écrit Conan Doyle).

J’ai lu, au sujet de l’auteur, un très intéressant article du New York Times Arrow , qui explique qu’il a écrit ce livre en réaction aux Sherlock Holmes avec Basil Rathbone car ceux-ci ont donné une image trop policée du détective, mais aussi l’impression que Watson était un balourd (je ne les ai pas vus). Meyer voulait donc évoquer un Holmes imparfait, plus proche de la vision de Doyle et donner plus de crédit à Watson (qui explique par exemple que s’il apparaît un peu lent à suivre Holmes dans ses aventures, c’est parce que c’est le sentiment qu’il a face à un esprit aussi vif, mais cela ne veut pas dire qu’il soit bête).
L’article du NYT dit que Meyer a « réinventé » Sherlock Holmes ce qui a ouvert la voie à nos adaptations contemporaines avec un personnage beaucoup moins lisse. Je laisserai aux spécialistes le soin de trancher la question, mais j’ai trouvé cet article intéressant.


Le livre a été adapté en film sous le pitoyable titre français de Sherlock Holmes attaque l’Orient Express (alors qu’on ne parle même pas de ce train dans le livre ; on parle certes de trains viennois mais tous ne sont pas ce train mythique). J’essaierai de le voir surtout qu’il a un casting assez incroyable (Laurence Olivier, Alan Arkin, Robert Duvall et Vanessa Redgrave).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diana
Bookworm



MessageSujet: Re: Les pastiches de Nicholas Meyer    Dim 8 Mar - 14:38

Ce livre semble passionnant. Tu donnes vraiment envie de le lire.
Je vais le rajouter à ma pàl Smile
En apprendre plus sur Moriarty m’intéresse, tout comme la rencontre Sherlock/Sigmund Freud!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shelbylee
Bookworm



MessageSujet: Re: Les pastiches de Nicholas Meyer    Dim 8 Mar - 15:12

Je ne veux pas spoiler pour Moriarty, mais c'est très étonnant. Ca peut déplaire. Personnellement, j'ai beaucoup aimé cette théorie, mais elle est très iconoclaste...

Je trouve que le livre ressemble presque à un jeu entre ce qu'on sait de Sherlock et ce que l'auteur imagine. C'est cet aspect qui m'a vraiment plu.

La rencontre entre Sherlock et Freud est intéressante car on insiste sur leurs points communs, ce qui ne me serait pas forcément venu à l'idée !

Je suis en train de lire Sherlock et le fantôme de l'Opéra qui me plaît aussi.

J'ai oublié de dire que le 3e et malheureusement dernier pastiche vient de ressortir chez Archipoche !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandie
Bookworm



MessageSujet: Re: Les pastiches de Nicholas Meyer    Dim 8 Mar - 16:08

Merci beaucoup pour ton avis, qui donne très envie de découvrir ce roman Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shelbylee
Bookworm



MessageSujet: Re: Les pastiches de Nicholas Meyer    Sam 21 Mar - 20:21

J'ai fini Sherlock Holmes et le fantôme de l'Opéra qui m'a un peu moins plu parce que je trouve que l'histoire de Leroux est devenue un peu un carcan, Meyer a eu du mal à s'en affranchir.
Mais ça reste quand même un divertissement très agréable à lire.
D'ailleurs, je ne vais pas tarder à me pencher sur L'horreur du West end !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les pastiches de Nicholas Meyer    Aujourd'hui à 18:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Les pastiches de Nicholas Meyer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livre - "Sherlock Holmes et le fantôme de l'opéra" de Nicholas Meyer
» Twilight [Stephenie Meyer]
» [Meyer, Stephenie] Les âmes vagabondes
» Meyer Stephenie - L'appel du sang : la seconde vie de Bree Tanner
» Site officiel de Nicholas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and fake a British accent :: Littérature britannique (XIXème siècle et antérieure) :: Arthur Conan Doyle-
Sauter vers: