Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !
Participez au swap William Shakespeare !

Partagez | 
 

 Arthur Conan Doyle, personnage de fiction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shelbylee
Bookworm



MessageSujet: Arthur Conan Doyle, personnage de fiction   Dim 3 Nov - 21:32


Le célèbre auteur est devenu sous la plume de beaucoup d'écrivains un personnage de fiction.

Il mène souvent l'enquête comme dans la série de Gyles Brandreth Arrow consacrée à Oscar Wilde mais dont Conan Doyle est un personnage récurrent.

Dans 221B Baker Street de Graham Moore, il retrouve Bram Stoker pour enquêter dans Whitechapel (mais il n'y a pas d'éventreur à l'horizon).

Il joint ses forces à Houdini dans Nevermore de William Hjortsberg où cette fois les deux hommes mènent une enquête face à un criminel qui met en scène les histoires d'Edgar Allan Poe.

Dans Arthur et George de Julian Barnes, un condamné fait appel à lui pour essayer de démontrer son innocence.

Mark Frost a écrit 2 livres dont Arthur Conan Doyle est le personnage principal : La liste des 7 et Les 6 messies.

Dans L'instinct de l'équarisseur, Thomas Day décrit un monde parallèle où Conan Doyle rencontre le véritable Sherlock Holmes qui lui demande d'être son biographe officiel.


Avez-vous lu l'un de ces livres ? Connaissez-vous d'autres aventures dont Arthur Conan Doyle est le héros ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shelbylee
Bookworm



MessageSujet: Re: Arthur Conan Doyle, personnage de fiction   Dim 29 Déc - 22:15

J'ai lu L'instinct de l'équarrisseur. Vie et mort de Sherlock Holmes. de Thomas Day qui, comme son nom ne l'indique pas, est français.

Arthur Conan Doyle est appelé par John Halliwell Watson pour venir assister à une enquête de Sherlock Holmes dans la ville de Londen car l’ « assassin royal » se lance les traces de Jack l’Eventreur.

J’ai adoré l’humour de l’auteur et son univers ultra référencé (par rapport à Sherlock Holmes, mais aussi à l’histoire, à la littérature et au cinéma), même si l’ouvrage est un peu inégal.
Dans cette histoire, il existe deux mondes parallèles : celui d’Arthur Conan Doyle et le monde dans lequel vit le vrai Sherlock Holmes, assassin royal sans pitié, marié à une indienne, mais toujours adepte de drogues et maître de la déduction. Il est engagé dans une grande partie d’échecs avec Moriarty dont l’enjeu au départ est d’arriver à résoudre l’énigme de l'identité de Jack l’Eventreur.
John Watson est un inventeur célèbre. C’est le meilleur ami de Sherlock Holmes et il l’accompagne dans ses missions pour la reine Epiphany Ire.
Arthur Conan Doyle a été choisi pour relater les aventures de Sherlock Holmes, mais celles-ci sont trop extraordinaires pour qu’il les raconte telles qu’elles, alors il transforme la réalité pour qu’elle soit acceptable pour la société victorienne.
Tout au long de l’ouvrage, on croise avec plaisir des personnages célèbres dont les rôles sont plus ou moins importants et plus ou moins détournés : Oscar Wilde, Richard Burton, Sigmund Freud, Jack London, Butch Cassidy et Sundance Kid...

L’ouvrage est composé de trois parties (en plus d’une introduction drôlissime).
La première partie est absolument formidable : nos héros se lancent sur les traces de Jack l’Eventreur qui sévit à Londen comme à Londres (ce qui se passe dans l’un des mondes à une réciprocité dans l’autre). J’ai particulièrement aimé la résolution du l’énigme à Londres.
La deuxième partie m’a paru un peu longue car on se concentre sur Moriarty et sa complice.
Mais la troisième partie est plus intéressante. On retrouve nos trois héros du départ. On plonge un peu plus dans le côté fantastique puisque Moriarty se lance à la recherche du secret de l’immortalité et de ce que l’on appelle l’instinct de l’équarrisseur au pied du Machu Picchu. On va aussi découvrir l’origine du peuple Worsh qui contrôle une partie de Londen.

J’ai été séduite par l’humour un peu particulier de l’auteur (et parfois un brin graveleux). Je vous cite quelques passages :
Citation :
"Pour descendre jusqu’à celui-ci, Watson et Holmes se laissèrent glisser le long d’un mât métallique et inoxydable comme celui qu’utilisent les pompiers de Portsmouth pour gagner du temps en cas d’incendie. Il y avait sans doute quelque symbole phallique, voire une forme peu banale de communion homosexuelle dans ce rituel enfantin, mais il était probablement déconseillé de faire ce genre de remarques à quelqu’un d’aussi fasciné par la violence que Sherlock Holmes, et qui, selon les dires de son fidèle compagnon, John Halliwell Watson, claudiquait à cause d’une relation homosexuelle ayant mal tourné."


Citation :
" – Malgré votre grossièreté flagrante et votre manque d’éducation qui ferait passer une putain slave imbibée à la vodka frelatée pour une lady d’Oxford, il me reste quelque humanité me poussant à vous prévenir : si nous revenons à Baker Street sans ces ouvrages, Monsieur Holmes sera très mécontent." [Arthur Conan Doyle s’adresse ainsi au libraire de Londen Richard Burton]."

Citation :
"Ici, les armes sont en vente libre, que dis-je, le gouvernement vous en offre une pour Noël si vous avez tué dans l’année écoulée plus de deux criminels recherchés, cent crotales, un prêtre papiste ou un Indien renégat. Et vous pouvez cumuler ! Il est quasiment impossible de mourir de vieillesse dans ce pays." [au sujet des Etats-Unis dans le monde de Sherlock Holmes].

Citation :
"Planté au beau milieu du hall de l’établissement hôtelier comme une endive en terre qui n’a pas encore connu les joies de la cuisson enroulée dans une tranche de jambon, bien plus intéressé par la peinture et son ostentation que par le billet de leur informateur-mystère, Arthur remarqua que se trouvaient, perdues au milieu de ces chefs-d’œuvre picturaux si délicats, quelques croûtes affreuses, indignes, signées par un trembloteux portant le nom par barbaresque de Pablo Ruiz Blasco y Picasso – un Mexicain ? – ; il s’agissait pour la plupart d’autoportraits d’une laideur à faire avorter une nonne."

Citation :
"Holmes alluma sa pipe, toussa et regarda le Worsh avec un air d’inquisiteur espagnol venant de mettre la main sur une pleine cargaison de sorcières dénudées et vociférantes."

A noter qu'à la fin, il y a une bibliographie commentée par l'auteur des ouvrages qu'il a utilisés pour écrire le livre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandie
Bookworm



MessageSujet: Re: Arthur Conan Doyle, personnage de fiction   Lun 30 Déc - 10:01

Je ne connaissais pas ces romans mais tu me donnes drôlement envie de les découvrir  Very Happy En plus, j'aime bien les romans policiers où ce sont des écrivains ou autres célébrités qui mènent l'enquête !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Virginia
Bookworm



MessageSujet: Re: Arthur Conan Doyle, personnage de fiction   Lun 30 Déc - 22:27

Je ne connais pas non plus mais tu en parles très bien Shelbylee!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shelbylee
Bookworm



MessageSujet: Re: Arthur Conan Doyle, personnage de fiction   Lun 30 Déc - 22:40

J'avais aussi lu 221B Baker Street de Graham Moore (et j'attaque bientôt Nervermore!). Voici ce que j'avais écrit sur mon blog :

Citation :
Les amateurs de Sherlock Holmes se réunissent pour une conférence exceptionnelle : on aurait retrouvé le journal perdu d'Arthur Conan Doyle portant sur la fin de l'année 1901. Mais le plus éminent des sherlockiens est assassiné et le journal a disparu. Harold White, dernier membre intronisé de la "confrérie" des Baker Street Irregulars décide de mener l'enquête sur la mort de leur plus célèbre figure, meurtre qui ressemble étrangement à celui d'Une Etude en rouge. Pendant ce temps, nous découvrons au fur et à mesure le journal de Conan Doyle.

Mon avis : J'évite en général de lire des livres qui se passent à la fois dans le présent et dans le passé, car je ne trouve pas çà des plus heureux en général (et c'est devenu une espèce de mode). Mais ici, je n'ai pu résister à Sherlock.

Une plongée sympathique dans le petit monde des Sherlockiens.
Décidément, les Sherlockiens sont une coterie bien particulière où le meurtre semble être monnaie courante (voir Le Mystère Sherlock). Ici, Harold White se lance dans une énigme digne de son détective préféré. D'ailleurs, il décide d'employer la science de la déduction pour résoudre le meurtre d'Alex Cale. Notre sherlockien se lance alors dans un espèce de gigantesque jeu de piste qui va le mener des Etats-Unis jusqu'à Londres puis au pied des chutes de Reichenbach. Les références sont innombrables et l'auteur maîtrise l'humour.

A la découverte de Conan Doyle et Bram Stoker
Nous rencontrons Conan Doyle au moment où il va tuer Sherlock Holmes. Il n'en peut plus de ce personnage et de la place qu'il occupe dans la vie des gens. L'auteur veut passer à de la littérature sérieuse et abandonner le héros qui lui a valu d'être connu (d'ailleurs, il considère que Sherlock sera vite oublié). Il se trouve toutefois mêlé à la disparition de jeunes filles et va apporter son aide aux nouveaux policiers de Scotland Yard. Pour l'aider dans son enquête, il va faire appel à son ami Bram Stoker, responsable du théâtre du Lyceum mais qui maîtrise aussi le dédale des rues de Whitechapel. Ils vont se retrouver face à un meurtrier qui laisse à côté de ses victimes une robe de mariée. Ils vont aussi devoir plonger dans le monde des suffragettes. Pour résoudre cette affaire, Conan Doyle va utiliser la science de la déduction qu'il a mis utilisé dans ses romans.

Quand moi aussi j'utilise la science de la déduction...
Je m'arrête et je réfléchis (dans mon fauteuil comme Sherlock et accessoirement comme Harold, le héros du livre). J'ai du mal à lâcher ce livre qui n'est pas trop mal écrit, assez drôle, ultra-référencé mais qui n'a pourtant pas de bonnes notes sur Babelio, ni sur Goodreads. Soit mes amis lecteurs sont extrêmement difficiles dans leurs avis , soit l'auteur a fait quelque chose de très mal à la fin. Vous aussi vous sentez s'épanouir en vous la science de la déduction ?

Ce qui devait arriver arriva.
Spoiler:
 

Mais ce serait quand même dommage de passer à côté de ce livre.

Parce que les Sherlockiens sont des personnes éminemment sympathiques même si elles ont un gros problème pour distinguer la réalité de la fiction (à la convention, pour ne pas vexer la moitié de la salle, on considère Conan Doyle comme l'agent de Watson et non pas comme l'auteur des livres...). Parce qu'énormément de faits utilisés dans ce livre sont inspirés de la vie de Conan Doyle (il a vraiment aidé Scotland Yard, il était vraiment ami avec Bram Stoker pour ne citer que ceux-là). Parce qu'il y a un passage avec un déguisement qui est très drôle. Parce que l'auteur pose d'intéressantes questions sur les rapports entre le public et un personnage fictif. Parce que les deux enquêtes sont résolues de manière assez originales.

En quelques mots : Une très bonne idée et un bon livre gâché par un final en partie décevant. Mais les réflexions que l'auteur nous livre sur Sherlock et son auteur sont souvent intéressantes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zahlya
Jurisfiction agent



MessageSujet: Re: Arthur Conan Doyle, personnage de fiction   Mar 31 Déc - 8:56

Thomas Day j'ai lu deux de ses livres, censés être des hommages respectivement aux films de Tarantino et au livre La pierre et le sabre d'Eiji Yoshikawa, bah j'ai détesté les deux. Je ne me lancerais donc pas dans celui sur Conan Doyle. Par contre, je me laisserai peut-être tenter par 221B Baker Street un jour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandie
Bookworm



MessageSujet: Re: Arthur Conan Doyle, personnage de fiction   Ven 30 Mai - 16:55

J'ai lu 221b Baker Street et j'ai adoré ! J'aime beaucoup ce type de roman policier, où c'est un personnage historique qui mène l'enquête : je trouve que cela permet d'en savoir plus sur lui et son travail de manière assez amusante. Et je me suis vraiment régalée ici car Graham Moore a truffé son roman de références et de citations sur les écrits d'Arthur Conan Doyle (principalement Sherlock Holmes, mais pas seulement) et en même temps, étant donné qu'il s'est basé sur des faits réels, on en découvre plus sur la vie du père du détective du 221b Baker Street.
Les deux enquêtes policières, celle qui se passe en 1900 et celle qui se passe en 2010, m'ont toutes les deux plu même si j'ai eu une petite préférence pour la première : outre le fait qu'elle est menée par Conan Doyle et Bram Stoker, j'ai trouvé qu'elle avait une atmosphère beaucoup plus sombre et inquiétante et le dénouement m'a bien plu (notamment les aspects qui avaient trait aux conséquences des enquêtes de Sherlock Holmes sur le public de l'époque). L'enquête dans le présent est intéressante également et plus tournée sur l'humour et la critique des "sherlockiens" mais certains détails m'ont un peu agacé (le personnage de Sarah par exemple).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shelbylee
Bookworm



MessageSujet: Re: Arthur Conan Doyle, personnage de fiction   Ven 30 Mai - 20:07

La chute ne t'a pas perturbée ?
Spoiler:
 

J'en garde toutefois toujours un bon souvenir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Virginia
Bookworm



MessageSujet: Re: Arthur Conan Doyle, personnage de fiction   Ven 30 Mai - 20:14

Merci pour ton avis sandie! Ça a l'air chouette!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandie
Bookworm



MessageSujet: Re: Arthur Conan Doyle, personnage de fiction   Sam 31 Mai - 6:42

@ Shelbylee : non, pas plus que ça  lol! Je crois que c'est lié à la manière dont l'auteur le présente : j'ai eu l'impression qu'Arthur Conan Doyle y est un peu obligé, il n'a pas eu d'autre alternative étant donné le caractère du tueur et aussi le fait que la police s'en fichait totalement.
Et puis, je trouve intéressant les conséquences qu'à ce geste sur ses œuvres : il ressuscite Sherlock Holmes mais les enquêtes sont beaucoup plus sombres et son héros plus agressif, plus désabusé un peu à l'image de son créateur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arthur Conan Doyle, personnage de fiction   Aujourd'hui à 12:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Arthur Conan Doyle, personnage de fiction
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arthur Conan Doyle, personnage de fiction
» LE RETOUR DE SHERLOCK HOLMES (Tome 2) de Sir Arthur Conan Doyle
» Le Monde Perdu de Sir Arthur Conan Doyle:
» [Doyle, Sir Arthur Conan] Le signe des quatre
» Sir Arthur Conan Doyle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and fake a British accent :: Littérature britannique (XIXème siècle et antérieure) :: Arthur Conan Doyle-
Sauter vers: