Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !
Participez au swap William Shakespeare !

Partagez | 
 

 The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Dim 8 Juil - 20:18

Comme je le disais dans le topic sur le cinéma des années 50, j'ai vu dernièrement un film qui me faisait de l'oeil depuis déjà quelques temps, The Long, Hot Summer de Martin Ritt. J'avais l'intention de le découvrir dans le cadre de notre animation sur le Sud des Etats-Unis mais après m'être rendue compte que le DVD n'était pas disponible en France, j'ai dû y renconcer. Heureusement, Opening a eu l'heureuse idée de le rééditer en DVD et Blu Ray en juin dernier sunny


Chassé de son village par le conseil des anciens qui le rend responsable d'un incendie, Ben Quick (Paul Newman), métayer ambitieux, se fait embaucher dans une petite ville du Sud que possède le puissant Varner (Orson Welles). Ben devient l'homme de confiance du riche propriétaire, au détriment du propre fils de celui-ci, Jody (Anthony Franciosa), homme faible et humilié. Varner voudrait que sa fille Clara (Joanne Woodward) épouse Ben que tout d'abord elle méprise...

L'arrivée de cet étranger dans cette petite ville du Sud endormie, au cours de ce chaud et long été, reveillera des rancoeurs et révélera les secrets et les personnalités de chacun...

Ce film est très librement adapté de plusieurs histoires de William Faulkner mais dans l'esprit, rappelle aussi certaines pièces et nouvelles de Tennessee Williams. On y retrouve l'atmosphère dramatique, suintante et moite (quoique cette fois moins pernicieuse) du Sud des Etats-Unis ...
L'intrigue du film se noue autour de l'arrivée d'un étranger dans une petite bourgade du Mississippi. Ben Quick est interprétée par un Paul Newman au top de sa forme et de sa beauté (avouons le tout de suite Razz ). Il crève l'écran dans chacune de ses scènes et livre une performance aiguisée et empreinte d'un charisme assez exceptionnel. L'autre acteur du film est indéniablement Orson Welles. Il avait été assez vivement critiqué à l'époque pour sa prestation dans ce film, on lui reprochait son cabotinage incessant et exaspérant. Je dois dire que j'ai personnellement été plutôt convaincue par son jeu. Après l'avoir adoré dans le rôle de Rochester dans Jane Eyre, j'étais déjà concaincue par son talent d'acteur, talent dont semblent d'ailleurs douter beaucoup de personnes apparemment scratch (d'après ce que j'ai pu lire sur le net ...).
Clara, héroïne fougueuse et déterminée, est quant à elle incarnée par Joanne Woodward. Je l'ai aimée dès sa première apparition dans le film ! I love you C'est une jeune femme vive d'esprit, intelligente, avec un vrai sens de la répartie. Clara est indépendante, travaille comme institutrice et a parfois du mal à se faire entendre de son despote de père. Elle ne voit pas forcément d'un bon oeil l'arrivée de ce Ben Quick, de ses yeux bleus glacés (elle le dit elle-même) et de ses airs séducteurs et cyniques ...

Voici un extrait d'une des répliques prononcées par Clara lorsqu'elle tente d'éconduire Ben. La référence devrait vous plaire Wink



Pour l'anecdote (si on peut appeler ça une anecdote Wink ), c'est à la suite du tournage de ce film, que Paul Newman et Joanne Woodward se sont mariés. Quand on sait qu'ils sont restés ensemble 50 ans (jusqu'à la mort de l'acteur, en 2008) - fait absolument rarissime à Hollywood, leur couple dans ce film apparaît d'autant plus touchant et romantique, je trouve ...

A noter également qu'Angela Lansbury joue la maîtresse du personnage d'Orson Welles dans ce film et qu'elle y est très amusante Wink

The Long, Hot Summer n'est pas exempt de défauts mais je lui ai trouvé beaucoup de saveur et de charme.
Même si ce film semble s'inscrire dans la vague de mélodrames produits par Jerry Wald (Elle et lui en 1957, en est un des exemples les plus marquants), il me semble bien différent. On peut difficilement le comparer à un vrai mélodrame et encore moins à un soap opera tel que Peyton Place (très populaire à l'époque) car il ne recherche pas à atteindre la tension, le mélodrame et le lyrisme à tout prix pour raconter son histoire. Il se fait plus léger, plus humain aussi peut-être finalement (et en ce sens, n'évite pas quelques maladresses, notamment dans le traitement de certains de ses personnages).

En plus de bénéficier d'un casting remarquable, d'un héros au charme ravageur , d'une romance piquante et jamais mièvre comme je les aime, de dialogues pétillants et d'une intrigue assez captivante, le film s'illumine grâce à la photographie de Joseph LaShelle, l'un des directeurs de la photographie les plus talentueux de l'époque et collaborateur d'Otto Preminger, John Ford, Billie Wilder, Mankiewicz ...


Quelques gifs trouvés sur un tumblr consacré à Paul Newman Wink







Une des scènes les plus romantiques et connues du film Very Happy




Et je vous laisse enfin avec la chanson du générique, interprétée par Jimmy Rodgers :




Et vous, connaissez-vous ce film Question Very Happy



_________________


Dernière édition par Emjy le Lun 9 Juil - 7:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Dim 8 Juil - 21:18

Oui, oui, oui, moi ! Je l'ai vu... Peut-être 10 ou 12 fois (ou plus?) !
Je suis tellement ravie que tu en parles ici, Emjy !!! ça me touche à un point ! Car ce film est longtemps resté invisible! Des décennies!
Et que quelqu'un de jeune en parle, là ! ça m'émeut beaucoup !

C'est le film de mes 17 ans, quand j'adorais le Sud, Tennessee W, William F, Carson Mc C, Flannery O...
Je les adore toujours, bien sûr. Mais en ce temps-là, tout cela avait une texture spéciale, un goût particulier. J'avais la photo de Paul Newman sur mes classeurs de révisions du bac...
Cet été-là, j'ai fait du stop jusqu'à Avignon pour aller écouter Mankiewicz dans la cour du Palais des papes.
Bon, alors, le film (qui n'est pas de Mankiewicz mais de Martin Ritt, grand démocrate, anti-ségrégation, qui a fait, dans les années 60, la marche de Martin Luther King, en compagnie de Sidney Poitier et... de Paul Newman et J.Woodward !)...

Bon, le film, dis-je... Alors, d'accord, il n'est pas parfait. Mais j'étais comme toi, je ne trouvais pas Orson Welles si mauvais (honnêtement, j'ai revu le film il y a 2 ou 3 mois pour la première fois depuis vingt-cinq ans au moins, eh bien, il faut avouer que, oui, il cabotine, oui il surjoue et en il rajoute des louches, mais il impressionne toujours. En plus, il portait, comme dans presque tous ses films, un faux nez, et là, ça se voit, c'est pas beau, c'est mal fait, et pourtant quelle autorité il a !!!
Et j'adore le personnage de Joanne Woodward. Et l'alchimie avec son superbe futur mari est parfaite.
J'aime beaucoup aussi Lee Remick.
Bref, on est d'accord, ça manque un peu de légèreté, ça appuie un peu trop, et souvent, mais il y a un réel charme, un réel bonheur à le voir. Et ça contient tellement de ces choses qu'on aime !
J'aime bien aussi ce générique final , très années 30 dans son concept, où défilent les acteurs sur... un twist inattendu. A l'époque, j'arrivais à la séance d'avant , juste pour le plaisir de le voir 2 fois.
Mercy Emji !!!
PS : et quelle bonne idée de parler de Joseph La Shelle, découvert par Preminger et génial chef op' de "Laura" (parmi beaucoup d'autres films sublimes..)


Dernière édition par Juniper Sling le Dim 8 Juil - 21:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Dim 8 Juil - 21:27

Je suis ravie de voir que tu étais toi aussi tombée sous le charme de The Long, Hot Summer, Juniper Sling ! Razz J'ai passé un moment tellement délicieux devant ce film que je compte parler de lui à tout mon entourage Laughing

Citation :
J'aime beaucoup aussi Lee Remick.
Je ne connaissais pas cette actrice mais j'aime beaucoup le personnage qu'elle incarne dans ce film. On croit que ce n'est qu'une petite écervelée mais finalement elle ne l'est pas tant que ça. D'une manière générale, j'aime beaucoup les femmes de ce film, Joanne Woodward en tête of course. Wink

Citation :
Bon, alors, le film (qui n'est pas de Mankiewicz mais de Martin Ritt, grand démocrate, anti-ségrégation, qui a fait, dans les années 60, la marche de Martin Luther King, en compagnie de Sidney Poitier et... de Paul Newman et J.Woodward !)...
J'ai fait quelques recherches à son sujet et je me suis dit que ce réalisateur avait une personnalité des plus intéressantes, à la fois engagée et attachante. J'ai très envie de voir d'autres de ses films. Tu me conseillerais le(s)quel(s) ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Dim 8 Juil - 21:52

Lee Remick est une très grande (et ravissante) comédienne qui venait de l'Actor's studio. Elle a explosé à la fin des années 50 avec "Autopsie d'un meurtre" de Preminger avec James Stewart (magistral!).
Elle est magnifique dans "Le Fleuve sauvage" de Kazan et "Le jour du vin et des roses" de Blake Edwards". Elle a aussi joué dans "les Européens" de James Ivory, d'après Henry James, mais je n'en ai plus aucun souvenir.

Quant à Martin Ritt... Eh bien, j'ai vu pas mal de ses films. Tous ceux avec Paul Newman notamment, mais je crains que "Long hot summer" soit probablement un de ses meilleurs. J'avais beaucoup aimé, dans les années 70/80, "Conrack" avec Jon Voight, le papa d'Angelina Jolie, qui y était vraiment formidable. Mais je demande à le revoir....
Franchement, j'aime plus ses intentions que ses réalisations. Je pense que ce devait être un mec vraiment bien, mais au talent cinématographique limité. ça m'embête et me désole de dire ça, mais soyons lucides. Je ne suis pas sûre que " Norma Rae" soit aussi bien que dans mon souvenir de l'époque.
J'ai revu, il y a 3 semaines, pour les besoins de mon travail actuel, "The Front" avec Woody Allen. Eh ben, c'est drôlement ennuyeux.
Le truc qu'on peut lui reconnaître, c'est d'être un bon directeur d'acteurs. Il a fait remporter un Oscar à Sally Field dans un rôle d'ouvrière militante, par exemple.
Là, dans "Long hot", il avait Joanne Woodward qui a sans doute été une des meilleures de sa génération (quoique fort discrète, il faut la voir dans les films réalisés par son mari, elle est renversante d'émotion! et pourtant, elle "ne la ramène pas") et Martin Ritt a su vraiment saisir quelque chose qui est lié à la relation hors-film de ses deux vedettes. Je pense que le film tient le coup grâce à ça.
C'est sans doute le secret du charme indéfinissable de ce film.
Revenir en haut Aller en bas
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Dim 8 Juil - 22:09

Je note tous ces titres (surtout Autopsie d'un meurtre !). Mais ma priorité en ce moment est de voir plus de films avec Paul Newman Razz

Citation :
[...]Martin Ritt a su vraiment saisir quelque chose qui est lié à la relation hors-film de ses deux vedettes. Je pense que le film tient le coup grâce à ça.
C'est sans doute le secret du charme indéfinissable de ce film.
Je le pense aussi mais quelle formidable réussite quand même. Je sais que je prendrai beaucoup de plaisir à voir et revoir ce film ...
Tu as lu Le Hameau de Faulkner, dont le film est adapté ?

Sinon, la scène du pique-nique où Ben enchérit pour acheter le panier de Clara m'a fait penser à un épisode de la saison 2 de Gilmore Girls dans lequel Jess et Rory se retrouvent dans exactement la même situation. Je me demande si Amy Sherman Palladino s'en est inspiré. Ca ne m'étonnerait pas du tout ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Dim 8 Juil - 22:51

Tu imagines que je m'étais jetée sur Faulkner après ça (et avant aussi d'ailleurs). Ce film est en fait, un panachage de 2 ou 3 nouvelles. Autour du personnage d'une nouvelle, Ben Quick, il a rajouté des personnages d'autres récits.
En revanche, je ne me souviens pas de cette séquence des Gilmore. Mais c'est un classique des "americanas", surtout celles du Sud. J'ai l'impression que, ces kermesses avec concours de pies et de pickles, on en a vu des douzaines de fois au cinéma! Et la scénariste des Gilmore, je peux t'assurer que c'est une cinéphile aguerrie qui connaît super bien ses classiques !!! Au moins aussi bien que moi, c'est dire...! rendeer rabbit
Quant à Paul Newman.... My love !
Je n'avais pas résisté à la réédition de la zone1, cet hiver. Est-ce que dans cette version zone2, il y a les mêmes bonus? L' interview, par exemple, de Paul et Joanne, dans les années 2000, qui relatent leurs souvenirs de tournage? Ou bien y a-t-il d'autres bonus ?
En tout cas, en le revoyant , ma vieille passion pour Paul s'est ravivée, et pour ma plus grande joie! Lui aussi était un mec très bien, un grand démocrate, et son talent s'est affiné et s'est approfondi avec le temps.
J'aime beaucoup "l'Arnaqueur" . Et "Harper. Et "Butch Cassidy".
"La Chatte sur un toit brûlant" aussi.
Pas de lauriers pour les tueurs" est assez charmant. Et même "Le rideau déchiré" , très peu apprécié des " hitchcockiens", je trouve que c'est quand même plein de séquences très fortes, très réussies.

En fait, je crois que j'ai tout vu (et revu) , avec lui, sauf "Une bouteille à la mer" , et "Buffalo Bill est les Indiens" d'Altman. Newman, c'est mon péché mignon. J'aimerais beaucoup revoir "La brune brûlante" de Leo Mac Carey, j'avais beaucoup ri quand je l'ai vu (il y a 2 ou 3 décennies!). Sans doute la toute dernière des screwball comedies !

Sais-tu que "Long hot summer" a eu un remake TV avec Don Johnson ? J'en ai vu une demi-heure quand il est passé à la télé en France (ce devait être dans les années 90, je crois), et j'ai vite éteint...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Dim 8 Juil - 23:36

post

Ce qu'il y a de passionnant avec un acteur comme Newman c'est que sa carrière est si longue et, surtout, pile à cheval entre l'ancien star system hollywoodien et le cinéma moderne que, voir ses films, c'est aller de Robert Wise, Preminger, Michael Curtiz, Leo Mc Carey, Richard Brooks, Hitchcock.... jusqu'à Sam Mendes, Martin Scorsese, les frères Coen, en passant par Robert Altman, Sidney Pollack , Sidney Lumet...
C'est une très belle carrière, variée, militante, intelligente, cohérente.

J'ai vu "Empire Falls" (dans ma crise "revival" Paul Newman d'il y a 3 mois) , une série TV de HBO avec Ed Harris , Philip Seymour Hoffman et Joanne Woodward (distribution éblouissante, non?!) , une adaptation du roman de Richard Russo. C'est Vraiment réussi et Newman y est somptueux en père farfelu, fringué comme un clodo, de Ed Harris. Il a reçu, je crois, le golden Globe, pour sa composition. Je trouve juste qu'on ne le voit pas assez. Mais c'est sans doute que j'étais en manque de Newman à ce moment-là.

Le café-restau que tient Ed Harris a une ambiance qui m'a beaucoup rappelé celui de Luke des Gilmore ! Et la petite ville d'Empire Falls en Nlle Angleterre est la grande soeur sérieuse de Stars Hollow. Quant à Joanne Woodward , elle y a un rôle qui pourrait être une sorte de mère-de-la-mère de Lorelei.
Tout cela en version sérieuse , mais la distance et l'ironie sont là.
J'ai trouvé cette mini-série excellente.



Dernière édition par Juniper Sling le Lun 9 Juil - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Haydée
Star-crossed lover
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Lun 9 Juil - 7:25

Il faudrait être de pierre pour ne pas être irrésistiblement attiré par ce film après une telle présentation ! A vous deux, c'est un feu d'artifice ! Razz
Oh là là ! ce que j'ai envie de voir ce film maintenant (je ne le connaissais pas du tout) et puis Paul + Joanne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Virginia
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Lun 9 Juil - 8:38

Au vu de ces avis enthousiastes, je ne peux faire qu'une chose: me jeter dessus!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caelan
Helstone rose
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Lun 9 Juil - 10:10

Haydée a écrit:
Il faudrait être de pierre pour ne pas être irrésistiblement attiré par ce film après une telle présentation ! A vous deux, c'est un feu d'artifice ! Razz

Tout à fait ! Razz
Je me mets en quête de ce film. Wink Merci pour la présentation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Lun 9 Juil - 11:17

Je me joins à l'avis général : vous donnez très envie.
Et puis, Orson Wells, quoi. Déjà ça, ça me donne envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Lun 9 Juil - 11:35

@ Haydée, Miss Virginia, Caelan et Akina : Ravie de voir que mon sujet a atteint son but ! Razz J'espère que vous aurez bientôt l'occasion de découvrir ce film pour qu'on puisse en discuter ensemble.

@ Juniper Sling :
Citation :
En revanche, je ne me souviens pas de cette séquence des Gilmore. Mais c'est un classique des "americanas", surtout celles du Sud. J'ai l'impression que, ces kermesses avec concours de pies et de pickles, on en a vu des douzaines de fois au cinéma! Et la scénariste des Gilmore, je peux t'assurer que c'est une cinéphile aguerrie qui connaît super bien ses classiques !!! Au moins aussi bien que moi, c'est dire...!
Ah, Amy
Je me doute bien que cette tradition américaine doit être représentée dans de nombreux films mais la scène de The Long, Hot Summer ressemble teeeeellement à celle de Gilmore Girls, que je me suis dit qu'il était presque impossible que les scénaristes de la série ne s'en soient pas inspirés ! Wink Tout comme Ben Quick, Jess enchérit sur le prétendant / petit ami (plus ou moins) officiel (et un peu ennuyeux aussi Razz ) de l'héroïne au point de finalement remporter son panier de pique nique, au grand agacement de celle-ci et pour le plus plaisir du spectateur lol!

Pour en revenir à ce cher Paul Newman, je compte bien (re)découvrir sa filmographie cet été. Je n'ai toujours pas vu Butch Cassidy and the Sundance Kid et il me fait très envie.

Sinon, qu'est ce que tu me donnes envie de découvrir Empire Falls ! J'ai vu que le DVD n'était pas cher sur amazon, je me laisserai peut-être tenter ! Tu as lu le roman de Richard Russo ? Le titre du livre est bien Le Déclin de l'Empire Whiting en VF ? Si la série est aussi réussie que tu le dis, il lui faudrait un topic ! Razz

Bon, pour revenir au sujet qui nous occupe, voici quelques photos prises lors du tournage de The Long, Hot Summer




avec Orson Welles :








_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Virginia
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Lun 9 Juil - 11:50

J'aime beaucoup ces photos surtout la dernière!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Lun 9 Juil - 22:23

Je sais. Complètement hors-sujet puisque ce n'est pas tiré du film dont on cause ici...
Mais ça vaut un arrêt sur l'image, il me semble. :cyclops:

Bon, mais revenons à nos moutons : Paul Newman, pour The Long hot summer, a remporté le Prix d'Interprétation au Festival de Cannes en 57 ( 58?). Quand même.
Faut dire qu'il a super bien bossé son accent du Deep South. Et quand il dit Yes M'êm' ou I'm gonna kisshh you, on y croit !

Revenir en haut Aller en bas
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Mar 10 Juil - 6:58

De quelle film est extraite cette image, Juniper Sling ? Very Happy

Citation :
Faut dire qu'il a super bien bossé son accent du Deep South. Et quand il dit Yes M'êm' ou I'm gonna kisshh you, on y croit !
Ah mais complètement !! Razz

Je viens de me rendre compte que j'ai oublié de répondre à ta dernière question. L'édition DVD française n'est pas mal mais pour ce qui est de la qualité des bonus, on repassera.Rolling Eyes Pas d'interview de Paul et Joanne, juste un doc de 30 min sur William Faulkner et la bande-annonce ...

Sinon, j'ai commencé Le Hameau de Faulkner. Je savais que le scénario du film avait pris énooooormément de libertés mais pas à ce point là ! Shocked

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Mar 10 Juil - 8:23

Si tu as de quoi lire de la zone 1, je te prêterai la version que j'ai. Ainsi qu' Empire Falls si tu n'es pas décidée à l'acheter. L' interview de Paul et Joanne est très touchante. Ils sont dans leur maison du Connecticut, ils racontent (à demi-mots car ils sont polis, mais certains silences en disent long) qu' Orson Welles était, disons, "difficile" sur le tournage (mais je ne connais personne qui ne se plaigne pas de lui, sur aucun tournage! Quel ogre! Quel ours! ) . Et il y a Angela Lansbury, qui parle aussi du tournage (et d'O.Welles... pareil !) .

La photo ci-dessus est tirée de "Winning" ("Virages" en VF). Un film sur les bagnoles et les courses.... Au scenario ultra banal. Rien, rien, rien, à priori, pour m'attirer ! Et portant... Newman est au top de sa forme , là-dedans ! C'est un film de copains, dans une ambiance copains et ça se sent. Joanne et lui ont des scènes pas évidentes, dont ils se sortent avec brio et maestria ! Leur complicité est un plaisir...
Il y a une scène où il conduit, seul, où il a une série de sourires absolument irrésistibles. La minette en moi en perd totalement son esprit critique. Car la réalisation est quand même ultra plate, voire proche de zéro.

Quant à "The Hamlet" de Faulkner, n'essaie pas de chercher The Lot hot summer là-dedans. A l'époque, j'avais fait comme toi et je m'y étais cassé les dents. Mais on ne perd rien, de toute façon, à lire le grand William, n'est-ce pas.
Il me semble qu'il y en a un peu plus à se mettre sous la dent (même si pas énormément plus) dans les 2 nouvelles :
1°) "The Spotted Horses" (c'est dans celle-là, si ma mémoire est bonne, qu'il y a le personnage de Quick et la scène de la vente du cheval mal en point.)
2°) The Barn burning. Là aussi mon souvenir est fort lointain, mais il me semble qu'il y est question de cette relation forte entre le héros pyromane employé par un maître de maison tout-puissant. Cette nouvelle existe dans un des recueil de nouvelles Gallimard, mais faudra que je retrouve lequel.

Je n'y avais jamais pensé mais tu as raison: il y a un lien indéniable entre Lizzie Bennet et Clara Varner !! ! A ma décharge, quand j'ai découvert le film, je n'avais pas encore lu P&P.
Revenir en haut Aller en bas
Summerday
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Mar 10 Juil - 8:33

Vos derniers échanges me donnent envie de découvrir ce film, surtout la référence à P&P, et puis Paul Newman aussi bien sûr Razz J'espère trouver le dvd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Mar 10 Juil - 11:10

@ Juniper Sling : Je suis plus qu'intéressée par le zone 1 de The Long, Hot Summer et Empire Falls ! cheers Merci ! Very Happy

Et j'essaierai aussi de voir Winning même s'il a l'air tout à fait dispensable dans la filmographie de Paul Newman Razz

Citation :
Je n'y avais jamais pensé mais tu as raison: il y a un lien indéniable entre Lizzie Bennet et Clara Varner !! ! A ma décharge, quand j'ai découvert le film, je n'avais pas encore lu P&P.
J'adore Clara. I love you C'est une héroïne moderne comme je les aime. Elle est romantique et sensible mais elle garde aussi la tête sur les épaules ainsi qu'une vivacité et une indépendance d'esprit qui sont tout à son honneur, surtout avec un père comme le sien Razz

@ Summerday : J'ai acheté le DVD à Gibert le week end dernier. Je dis ça, je dis rien Razz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séverine
Overbearing Master
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Mar 10 Juil - 14:58

Ah mon dieu !!! La photo ''arrêt sur image" de Juniper Sling m'a complètement achevé, dois-je dire...

Bon bref, sinon, il me faut ce film absolument pour plusieurs bonnes raisons :

- Paul
- Paul
- le Sud des États-Unis, ma grande passion
- adaptation d'un écrit faulknerien,
- l'avis d'Emjy qui te donne pas du tout envie de tout de suite là maintenant toutes affaires cessantes de te jeter sur une fenêtre amazon et de cliquer sur ajouter au panier,
- Paul, me semble pas avoir donner cette raison encore. Non ?
- la petite référence à Jane Austen, c'est c*n mais moi, ça me fait dire que si on y parle de Jane, c'est que ça doit forcément être un film bien...
- mes yeux ont vu passer les mots ''Gilmore Girls", donc bah comme pour Jane, s'il est fait référence de ce film dans GG, c'est que ça doit être un bon film (même si nelles doivent quand même regarder un sacré tas de films très moyens, ça ne doit pas être le cas de celui dont on parle ici)
- ah ben oui, et Paul, quoi...

Je ne puis malheureusement pas me procurer ce dvd maintenant (problème de souuus, pfff !) mais j'espère pouvoir le faire assez vite.
Merci Emjy et Juniper Sling !

Nan, et les gifs, quoi !!!! Ce mec me rend totalement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Mar 10 Juil - 15:35

@ Séverine : Ton post est juste à mourir de rire ! Razz Tu as parfaitement su énumérer les raisons pour lesquelles IL FAUT voir ce film, et Paul en fait effectivement partie, c'est plus que certain Laughing <= ce smiley est génial lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Mar 10 Juil - 20:24

@Severine, je pense que tu as oublié Paul parmi les raisons essentielles de voir ce film.... drunken
Revenir en haut Aller en bas
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Mer 11 Juil - 11:39

D'autres photos du film, juste pour le plaisir Wink Laughing














@ Juniper Sling : J'ai vu quelques images du remake TV des années 80. Que ça a l'air mauvais ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Mer 11 Juil - 22:59

Vouiiiiii...!! J'ai été voir sur U-toub et... Mon Dieu, ces brushings Eighties !
ça vous enlève 80% du pouvoir de la sex bomb ! Pauvre Don Johnson, il fait ce qu'il peut... Mais entre un metteur en scène qui étire, étire les scènes comme un fil d'araignée, et une partenaire aussi sexy qu'une branche de sassafras, il rame sec.

Sinon, j'ai découvert une autre CURIOSITE ! Un truc, je ne savais pas que ça existait : Une série de 1965, intitulée THE LONG HOT SUMMER, avec la même chanson de générique. Les acteurs sont Roy Thinnes, entre 2 épisodes des "Envahisseurs", pour reprendre le rôle de B.Quick, et Edmond O' Brien (excellent, excellent comédien au cinéma! Tiens, dans LA COMTESSE AUX PIEDS NUS par exemple) pour celui du vieux Varner.
Et, bref, comme il y a plusieurs épisodes de 50 minutes, eh bien, ils ont ajouté un tas de péripéties, de trucs farfelus... Un genre de sequel avant l'heure, quoi.
M'a l'air pas piqué des coccinelles !...
Moi, dès le générique (à 0' 48") en tout cas, ça me déclenche des fous-rires nerveux!!!
Je vous laisse apprécier....

... De 35'30'' à 36'00 environ, Roy Thinnes est croquignolet enroulé dans cette vieille couv' qui lui cache, bien haut, le nombril et lui fait une démarche, euh, de bûcheron.
Et puis un feu de bois... et le Hot summer s'en va.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Jeu 12 Juil - 0:06

Emjy a écrit:
@ mais la scène de The Long, Hot Summer ressemble teeeeellement à celle de Gilmore Girls, que je me suis dit qu'il était presque impossible que les scénaristes de la série ne s'en soient pas inspirés ! Wink Tout comme Ben Quick, Jess enchérit sur le prétendant / petit ami (plus ou moins) officiel (et un peu ennuyeux aussi Razz ) de l'héroïne au point de finalement remporter son panier de pique nique, au grand agacement de celle-ci et pour le plus plaisir du spectateur

Je me demande soudain si cette scène n'existe pas dans un vieux film (genre un film de la Warner avec Bette Davis, ou Olivia de Havilland, ou quelqu'un dans ce genre), ça me dit vaguement quelque chose... Auquel cas, Amy "Gilmore" et Martin Ritt se seraient tous deux inspirés d'un même tiers film antérieur. Ce qui me semble tout-à-fait plausible.

Emjy a écrit:
@ le roman de Richard Russo ? Le titre du livre est bien Le Déclin de l'Empire Whiting en VF ?
Oui. Absolument, c'est bien LE DECLIN. Un gros pavé vachement bien pour la plage. Je le dis sans note péjorative, n'est-ce pas! Bien au contraire. La lecture de plage doit bosser deux fois plus pour garder son lecteur....

Revenir en haut Aller en bas
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   Dim 15 Juil - 18:58

Je rebondis sur notre échange au sujet de la scène du pique-nique en postant quelques captures d'écran de la séquence en question dans le film et de celle de la série Gilmore Girls (épisode 4 de la saison 2 intitulé A-Ticket, A-Tasket) Wink








Troublant, n'est-il pas ? Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» The Long, Hot Summer de Martin Ritt (1958)
» Parc naturel des vallées de la Burdinale et Mehaigne
» Roger Martin du Gard (1881-1958)
» Hayley Long - Lottie Biggs n'est presque pas cinglée
» Le top 5 des mangas les plus long que vous ayez lu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and live the American dream :: Cinéma américain :: L'Age d'or hollywoodien :: Autres films et réalisateurs fétiches...-
Sauter vers: