Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !

Partagez | 
 

 Delphine de Vigan, une plume sensible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Constance
Bookworm
avatar


MessageSujet: Delphine de Vigan, une plume sensible   Ven 7 Oct - 8:39

La rentrée littéraire c'est synonyme d'overdose de livres, la pression médiatique impose des auteurs comme des incontournables soit à travers les critiques littéraires ou les prix littéraires, Delphine de Vigan n'échappe pas à cela et pour cause, elle publie un roman assez remarquable Rien ne s'oppose à la nuit

Bien sur, je sais que peu sur le forum sont attirés par les auteurs contemporains, enfin il m'a semblé que cette auteure évoquait à travers ce roman le deuil de sa mère Lucille, un thème universel abordé par des auteurs brillants comme Hugo évoquant le deuil de sa fille Léopoldine, disparue tragiquement.

J'aurais trouvé dommage de ne pas l'évoquer, le sujet peut ne pas convaincre car il est sombre et ce serait dommage de s'arrêter à cela, l'auteure s'est employée à détailler avec précision la façon dont elle a écrit ce roman. Ainsi, lorsque j'ai commencé ma lecture, Delphine de Vigan commence par relater la vie de sa mère et l'histoire de sa famille avec pas moins de 9 frères et soeurs, j'étais un peu réticente de me faire spéctatrice d'une histoire personnelle et finalement, loin de là Delphine de Vigan insiste beaucoup sur ce fait que l'histoire de Lucille est fictionnelle, racontée d'après les souvenirs des frères et soeurs de cette dernière, d'apres des témoignages, des lettres, ce qu'elle raconte est vrai mais elle le retrace, à travers ce que les autres ont vécu. Elle écrit la vie de sa mère, avec une distance assez essentielle, afin que nous imaginions la petite fille qu'a été Lucille. Elle réussit à présenter cette famille avec beaucoup de pudeur, loin de nous donner de ce sentiment de pénétrer cette intimité.




Je ne vous raconterai pas l'histoire de Lucille, car elle est à découvrir. Delphine de Vigan amène une réflexion sur la maladie mentale, elle explique la souffrance de sa mère, alors que Lucille s'isole, s'enferme avec sa douleur, elle s'étiole et décline, elle perd le contrôle et sa raison petit à petit. Delphine de Vigan dut très jeune faire face aux crises de délires de sa mère, bien souvent suivis d'internement. Elle soulève la problématique des traitements chimiques, de la difficulté d'assumer un quotidien, un travail, une vie de famille normale. Là aussi, pas de grand discours, pas d'apitoiement, pas de terminologie médical, l'art de transmettre en toute simplicité.


Assurément d'avoir converti en lignes d'écritures tant de souffrance rend plus fort, Delphine de Vigan n'a pas échappé à ce démon intérieur de l'écriture, qui pousse l'écrivain à écrire si bien lorsque son âme souffre. Delphine de Vigan montre sa Lucille, sa mère comme vunérable, sensible, forte, malade mentale mais loin d'être une folle et lui transmet au final tout son amour, c'est sincère et ça se sent!

C'est vrai que d'évoquer ce sujet aussi ouvertement et de manière personnelle peu gêner, moi la première j'ai pas mal sourcillé au début du roman et finalement Delphine de Vigan donne un sens assez concret, elle oblige à porter un autre regard sur la difficulté à vivre une maladie mentale, sur ces personnes qui perdent le contrôle d'eux mêmes eux en public, elle arrive également à donner des explications sur la douleur que traverse ces personnes.

Alors je sais que ce roman est tres contemporain, il parle du mal être à vivre dans la société, et moi la première je préfère lire des romans à l'écriture légère. Pourtant je ne regrette pas du tout cette lecture et j'avais envie de dire que ca vaut la peine de le lire. Un peu comme ma nièce qui a lu No et moi du même auteur, parce qu'elle l'a étudié en cours me l'a glissé dans le sac pour que je le lise et donc je le lirais assurément, mais pas de suite quand même!


Avez vu lu d'autres romans de Delphine De Vigan ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandie
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Delphine de Vigan, une plume sensible   Ven 7 Oct - 9:34

Je n'ai encore jamais lu de romans de Delphine de Vigan, mais j'ai assisté hier à une présentation de romans de la rentrée littéraire et Rien ne s'oppose à la nuit y figurait. Les avis m'ont vraiment donné envie de le lire, et ta présentation ne fait que confirmer mon idée Very Happy
Donc je pense que je reviendrais poster mon avis dans ce topic prochainement Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
patacaisse
Locataire de Netherfield
avatar


MessageSujet: Re: Delphine de Vigan, une plume sensible   Sam 31 Déc - 14:53

J'ai adoré la lecture de "Rien ne s'oppose à la nuit". J'en ai un autre dans ma PAL de cette auteure.

Ce livre m'a énormément parlé (peut être du fait qu'en ce moment, l'ambiance avec ma famille n'est pas géniale) et j'ai beaucoup aimé sa plume. Il y a des passages entiers qui m'ont directement interpellé comme si l'auteure avait lu dans mes pensées.
Un très bon livre qui ne laisse pas du tout déprimée (je le dis au cas où le synopsis pouvait faire faire demi-tour à certaines ;-) ).

http://patacaisse.wordpress.com/2011/12/31/rien-ne-soppose-a-la-nuit-de-delphine-de-vigan/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Delphine de Vigan, une plume sensible   Lun 16 Jan - 18:30

J'ai lu No et moi de Delphine de Vigan, paru en 2007. Le thème social abordé dans ce roman est les Sans Abri, plus particulièrement jeune femme adolescente.

Lou Bertignac est une surdouée, elle est en classe de seconde alors qu'elle n'a que 13 ans et vit assez mal cette situation, elle s'isole et ne s'intègre pas dans sa classe. Sa famille est également source de tourments pour elle. Lorsque l'enseignant d'économie décide que chaque élèvre devra réaliser un exposé pour ces petits camarades, c'est l'angoisse total pour Lou, elle choisit le sujet des Sans abris, correspondant à une réalité sociale, statistiquement les jeunes femmes sont sur représentées dans la population des sans abris. Pour cela elle décide d'interviewer No, une jeune femme, qu'elle rencontre dans un café chaque jour, elle apprend à la connaître, l'écoute pour savoir comment elle vit et en bonne élève qu'elle est, réussit sans problème son exposé.

Citation :
... Il y a cette ville invisible, au coeur même de la ville. Cette femme qui dort chaque nuit au même endroit, avec son duvet et ses sacs. A même le trottoir. Ces hommes sous les ponts, dans les gares, ces gens allongés dans des cartons ou recroquevillés sur un banc. Un jour on commence à la voir. Dans la rue, dans le métro. Pas seulement ceux qui font la manche. Ceux qui se cachent. On repère leur démarche, leur veste déformée, leur pull troué. Un jour, on s'attache à une silhouette, à une personne, on pose des questions, on essaie de trouver un raison, des explications. Et puis on compte. Les autres, des milliers. Comme le symptôme de notre monde malade. Les choses sont ce qu'elles sont. Mais moi, je crois qu'il faut garder les yeux grands ouverts. Pour commencer.


A la fin de l'exercice, Lou ne peut se résoudre à laisser No dans la rue, aussi décide-t-elle de lui apporter son aide en lui proposant de l'héberger.

Ce roman se lit très vite, et là encore j'ai été conquise par le réalisme de ce roman, il fallait à mon avis éviter les clichés : la fatalité, le pas de chance, ou le c'est de sa faute. D de Vigan a bordé son sujet en choisissant les jeunes femmes sans abri, donc tout le circuit social est clairement expliqué, du samu social, suivi social, placement en chambres. Et surtout la violence à laquelle No est quotidiennement exposée, pas uniquement une violence physique, mais également tout ce qu'elle doit accepter pour survivre socialement, pour ne pas perdre son identité, alors qu'elle a déja perdu la plupart de ses repères. Tout ça est vu à travers le regard de Lou, c'est à la fois juste et prenant, car mis à la place de Lou le lecteur ne peut qu'approuver la main tendue par la jeune fille à No.

Pourtant D de Vigan va aller plus loin, elle va expliquer pourquoi No va éprouver tant de difficultes à se ré insérer, alors qu'elle a enfin trouvé un toît chez Lou et sa famille
Spoiler:
 

Ce qui rend ce roman aussi agréable est le personnage de Lou, sa famille et le milieu scolaire dans lequel elle évolue, j'aime beaucoup les passages ou les élèves évoquent leur profs sans démagogie, la naiveté de ce personnage et ses errances, il y a une belle histoire d'amour adolescente, et d'amitié, ça rend l'histoire humaine et profonde. D'autres point sur l'éducation sont abordés, là aussi sans jugements de valeur.

Ma nièce m'a forcé la main pour lire ce roman, car elle l'a étudié en cours l'année dernière et je ne regrette pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandie
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Delphine de Vigan, une plume sensible   Dim 5 Fév - 13:08

Ca y est, j'ai lu Rien ne s'oppose à la nuit et je trouve qu'il mérite amplement les récompenses qui lui ont été attribuées. Je ne dirais pas que j'ai aimé ce livre parce que vu le sujet cela semble déplacé et un peu malsain, mais je l'ai trouvé passionnant et très prenant.

La façon dont l'auteur raconte la vie de sa mère, ses problèmes et sa maladie m'ont beaucoup plu : ce n'était pas larmoyant ou trop glauque, mais en même temps c'était très touchant. Certains passages étaient un peu éprouvants à lire, mais je pense que cela vient surtout du fait qu'on sait que c'est vrai. On ne peut s'empêcher de penser, qu'avec tous les drames vécus, cette famille est un peu maudite.
Ce semblant de découpage entre moments joyeux et moments plus pénibles, plus sombres permet également d'atténuer le côté dramatique : le début avec l'enfance de Lucile est très agréable à lire, avec cette famille plutôt joyeuse et bohême. Tous les passages sur la maladie de Lucile, ses moments de répit, ses rechutes et la manière dont l'auteur les a vécus étaient bien traités également : on sent que cette période n'a pas été facile pour elle (et l'est encore), mais malgré tout cela ne l'empêche pas d'aimer profondément sa mère.

L'autre aspect qui m'a beaucoup plu dans ce livre concerne les petits apartés que Delphine de Vigan place dans son récit pour aborder la difficulté de l'exercice, parler de sa mère sans heurter la famille et sans partir dans le romanesque. Ces moments étaient très intéressants, tout comme ceux de sa recherche d'informations à travers les interviews familiales, les photos...

Un livre vraiment très fort et remarquablement bien écrit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poppée
Reindeer Jumper
avatar


MessageSujet: Re: Delphine de Vigan, une plume sensible   Jeu 22 Aoû - 13:28

Plus que Lucille c'est en fait l'histoire de la famille Poirrier tout à fait extraordinaire qui m'a le plus plu dans ce livre. Une jolie découverte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sookie
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Delphine de Vigan, une plume sensible   Lun 31 Aoû - 9:33

Je voulais découvrir cette auteure suite aux éloges de Rien ne s'oppose à la nuit, c'est chose faite mais avec No et moi. Comme l'a très bien écrit et décrit Constance, ce livre dépeint avec un grand réalisme la difficulté de se réinsérer pour un SDF dans une "vie normale" : vie de famille, boulot,... Je regrette juste d'avoir emprunté ce livre sans avoir vu la mention "extraits" Embarassed . Je pense que c'est un auteur à découvrir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnGee
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Delphine de Vigan, une plume sensible   Lun 31 Aoû - 11:12

Je n'ai lu que Rien ne s'oppose à la nuit de cette auteure, et j'ai été assez mitigée par ma lecture. J'ai trouvé que c'était bien écrit et que l'histoire était passionnante et fascinante. Néanmoins, je m'attendais à plus par rapport à la notoriété de ce livre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Delphine de Vigan, une plume sensible   Lun 31 Aoû - 17:28

Ah, j'ai lu deux titres de cette auteure ce mois ci

Les heures souterraines, qui traite d'un sujet sérieux le harcèlement moral mais pas que, les personnages de Delphine de Vigan, portent souvent à la réflexion sur la société

Cependant j'ai eu très envie de lire ce titre avant de me plonger dans son dernier livre, D'après une histoire vraie,





présentation éditeur a écrit:
« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L.
L. est le cauchemar de tout écrivain.Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais rencontrer. »
Dans ce roman, Delphine de Vigan raconte l’histoire d’une amitié. Séduction, dépression et trahison sont les trois temps de ce récit qui entraîne le lecteur dans les coulisses de la création, là où le doute, les apparences et les faux-semblants tendent un piège redoutable. Qui est le maître du jeu ?
« Tu sais parfois, je me demande s’il n’y a pas quelqu’un qui prend possession de toi. »



il faut dire que Rien ne s'oppose à la nuit m'avait transporté, et l'extrait qu'elle lit de son dernier roman dans l'émission les bonnes feuilles m'avait plutôt convaincu-

J'ai beaucoup aimé, un vrai coup de cœur   et me suis beaucoup amusée surtout à la fin, de plus c'est un exercice difficile d'en parler car en dévoilant son contenu, je prends le risque de vous couper l'herbe sous le pied- D'ailleurs je vous déconseille de lire trop d'avis ...

Alors comment vous parler de ce livre un vrai casse tête  scratch

Delphine est écrivain, suite au succès de son dernier livre, elle se trouve face à une situation qui la dépasse, elle ne s'attendait à être autant lue, elle doit passer à l'écriture de son prochain livre, et là elle rencontre L., une femme vénéneuse, une relation bien étrange va se tisser entre les deux femmes. Et là commence le calvaire pour Delphine, elle ne n'arrive plus à reprendre son travail d'écriture ...

Bon, autant le dire, c'est diabolique, jusqu'à la fin et  il faut vraiment aimer se faire manipuler, dans le bon sens du terme, se laisser surprendre.
De plus ses 300 pages se lisent assez vite, je pense que cela ne pourrait pas aussi bien fonctionner sur une intrigue plus conséquente.

Outre l'intrigue, Delphine de Vigan ne fait pas que manipuler le lecteur, elle l'interroge sans cesse sur son rôle de lecteur, son attrait pour la fiction, l'entraine sur des sujets épineux, la littérature peut-elle aujourd'hui rivaliser avec les scénarios de séries TV, pourquoi le lecteur cherche t il le vrai dans un roman de fiction, jusq'au l'auteur doit il aller dans l'écriture, elle fait réagir sur ses goûts en matière de littérature, vraiment c'est un régal.

Pourtant, j'ai presque envie d'écrire rien de neuf dans ce roman, on perçoit bien le clin d'œil au roman Misery de S King, cependant ça reste toujours un moment privilégié de partager avec un écrivain, à travers un roman son amour pour la lecture, les bons livres et la littérature.

Nul doute ce livre fera parler de lui, nul doute certains n'aimeront pas.

Sookie, j'espère que tu trouveras le roman No et moi   Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sookie
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: Delphine de Vigan, une plume sensible   Mar 1 Sep - 7:51

@Constance : Même si No et moi était "coupé" j'ai beaucoup aimé la plume de cette auteure dont je pense lire d'autres titres Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Cloetta
Locataire de Netherfield
avatar


MessageSujet: Re: Delphine de Vigan, une plume sensible   Jeu 8 Oct - 6:25

Je découvre cette auteure à travers Rien ne s'oppose à la nuit.
Son style, simple et abordable, son écriture fluide et marquante, son histoire à la fois très dure et très touchante m'ont complétement séduit. J'ai dévoré ce livre en quelques jours, j'ai eu parfois la gorge bien serrée, presque les larmes aux yeux surtout dans la première partie.

Une auteure que je veux encore découvrir, mon prochain roman sera No et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Delphine de Vigan, une plume sensible   

Revenir en haut Aller en bas
 
Delphine de Vigan, une plume sensible
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Delphine de Vigan, une plume sensible
» No et Moi [Delphine de Vigan]
» Rien ne s'oppose à la nuit - Delphine de Vigan
» RIEN NE S'OPPOSE A LA NUIT de Delphine de Vigan
» VIGAN, Delphine de

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and French it up :: Littérature française contemporaine-
Sauter vers: