Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !

Partagez | 
 

 L'époque victorienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tina
Delicious silence
avatar


MessageSujet: L'époque victorienne   Ven 29 Juil - 14:31

Je ne sais pas où placer ma question (un peu générale), alors je la mets ici.
L'époque victorienne fait l'unanimité comme période littéraire préférée, quand on évoque l'Angleterre.

Pourquoi ?

Pour dire les choses autrement, qu'est-ce qui peut bien ensorceler les lecteurs à ce point là ?

Le 18è est aussi super riche avec Sterne, Fielding et bien d'autres que je n'ai pas le plaisir de connaître...(et drôle en + !)


Mal élevée comme je suis, je commence à répondre.

Pour ma part, j'aime bien la fantaisie de cette époque. Disons celle qu'on trouve chez Dickens par exemple. On n'a pas des descriptions abruptes. Il y a toujours en plus ce petit quelque chose d'original, d'insolite (ex : le personnage de Pip).

Et vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emjy
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: L'époque victorienne   Ven 29 Juil - 19:41

Très bonne idée de sujet, Tina. J'espère qu'on sera nombreux à participer car il me semble qu'il y a beaucoup de choses à dire ! Very Happy



Je me suis aussi toujours demandée pourquoi la littérature victorienne avait été si riche et productive. Est-ce dû au fait que les auteurs d'alors se sentaient enfermés dans une sorte de carcan socio-culturel et que, par une sorte d'esprit de contradiction, ils poussaient leur fantaisie, leur imagination et leur force d'inspiration au maximum ?

Dickens est certainement l'un des exemples les plus marquants de cette littérature. Il parvenait à faire cohabiter la fantaisie et la misère, l'humour et le chagrin, l'insolite et le terre à terre ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazy Daisy
Ecrivain en herbe
avatar


MessageSujet: Re: L'époque victorienne   Jeu 16 Aoû - 0:21

Parce que la littérature est le reflet de la société dont elle est issue. Et la société victorienne, normes sociales mises à part, résonne dans une moindre mesure avec la notre : les innovations techniques qui se multiplient et leurs applications qui se généralisent, spéculations boursières, la machine économique qui s'emballe...C'est la première société moderne et on s'y retrouve.

Le 19e au royaume-uni, c'est pêle-mêle (et avec de gros raccourcis) : les inventions techniques (le train) et le bond en avant artistique (par exemple, la peinture face à l'invention de la photographie ou même du daguerréotype, le mouvement Arts and Craft) la révolution industrielle, des relations commerciales et politiques fructueuses avec les états-unis, la naissance de la classe ouvrière et moyenne, les nouveaux défis sociaux qui ont amené à repenser la place de l'individu dans la société (les femmes, le travail des enfants, l'éducation des masses, les suffragettes, les philosophies sociales : Marx et Engels observent ce qu'ils appellent le lumpenproletariat des usines anglaises qui les conduira à leur fameux manifeste). Le monde du savoir n'est pas en reste : l'histoire devient une science avec l'engouement pour l'archéologie (merci les colonies), les grandes découvertes et pillages qui s'ensuivent (mais sans ça pas de Bristish Museum tel qu'on le connait aujourd'hui). Les sciences se spécialisent, elles ne doivent plus leurs découvertes et recherches aux dilettantes aristocrates fortunés mais à des universitaires et ingénieurs formés. (La chimie est exemplaire dans ce domaine).
Tout bouge aussi politiquement : Napoleon a laissé sa marque dans toute l'Europe, et c'est aussi le temps de l’éveil national, la notion de peuple gagne les pays d'europe qui sont soit sous l'empire ottoman (comme la Grece qui devient indépendante en 1821), soit prusse, austro-hongrois ou russe (et Victoria, cette maligne, a marié tous ses gamins dans ces monarchies)

Le 19eme est effervescent, tout bouge d'un coup, dans absolument tous les domaines de la vie, pour toutes les catégories de personnes : prostituée, femme de chambre, ouvrière, employée, commerçante, bourgeoise, aristocrate...
Pas étonnant que la littérature victorienne évoque toutes ces facettes.

En ce qui concerne la naissance des genres fantastique et policier, le roman gothique du début du 19eme en contient tous les prémices (Walpole, Radcliffe, Shelley, De Quincey) et l'interet de toute la société pour l'occultisme et ses phénomènes traverse tout le siècle sans s'essoufler, une matière toute trouvée pour la littérature !

En parallèle (et aussi pour un retour au magique et au surnaturel ancestral) un travail de collecte et compilation contes et légendes se fait dans toute l'Europe (les frères grimm, les compilations quasi ethnographiques de contes et légendes estoniennes, les contes et légendes celtiques) Ces compilations systematiques ne sont pas étrangères à la naissance d'un sentiment de culture et de langue commune, un des fondements de l'idée de peuple, de nation. Qui dit nation, dit pays. Qui dit pays dit velléité d'independance...et on arrive aux tensions nationalistes qui ont abouti à la premiere guerre mondiale.
Bref la boucle est bouclée, et bien que la reine victoria soit morte en 1901, je situerais la fin de la littérature victorienne et de la belle époque dans cette même période. Pour avoir une idée de l'ambiance, Le livre des enfants d'AS Byatt restitue cette période à merveille.

L'abondance de la production littéraire (dont seulement une partie est parvenue jusqu’à nous) s'explique par l'explosion de la presse : les romans s'y publient en feuilleton, et les écrivains y sont souvent journalistes. Bref, il y a une quantité de journaux parce qu'il y a une foultitude de lecteurs (plus de gens savent lire). Et ils en redemandent. La littérature victorienne est assez plébiscitée en somme, et un romancier comme Trollope est déjà très populaire de son vivant.

Désolée, je me suis un peu lâchée, mais un topic pareil, c'est comme agiter un foulard rouge devant un taureau : il fonce. Et moi je viens de me comparer à un bovidé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: L'époque victorienne   Jeu 16 Aoû - 8:32

Je ne sais pas si c'est l'époque victorienne spécifiquement, ou le XIXème siècle en règle générale. En France aussi, cette époque a été marquée par une production littéraire intense qui reste beaucoup plus lue que les auteurs des siècles précédents.
Je trouve l'écriture des romans du XIXème beaucoup plus "moderne" que celle des romans des siècles précédents. Il y a une rupture assez nette qui se produit, dans la construction d'une intrigue, la mise en place des personnages (il n'y a quasiment aucune description dans les romans pré-XIXème), les histoires qui sont racontées, qui n'ont pas vraiment changé depuis.

Je pense que cette "révolution" est aussi due à la plus grande éducation des masses populaires à cette époque. Quand 5% de la population savait lire, il n'y avait aucune raison de publier des romans, à part pour une élite cultivée. C'est le théâtre qui, à cette époque, était très dynamique, et on le voit encore avec tous les auteurs de théâtre du XVIIIème et du XVIIème qu'on lit encore.
Avec l'avènement de l'éducation "de masse" et des journaux qui permettaient aux auteurs de publier facilement leurs textes, le roman devient la distraction culturelle par excellence.

Il y a donc eu énormément de romans publiés à cette époque, donc forcément quelques uns qui étaient bons et qui sont restés connus aujourd'hui. Si on mélange la masse de romans publiés, avec un style d'écriture qui devient plus "lisible" pour nous, lecteurs modernes, et une société à la fois banale et totalement exotique : ça ne m'étonne pas vraiment que le roman victorien soit si populaire aujourd'hui encore.

En plus, je pense qu'il aborde des thèmes qui nous touchent beaucoup en ce moment (peut-être plus que dans les années 80, par exemple). Le XIXème nous parle de féminisme en évoquant la situation de la femme à cette époque ; il nous parle d'inégalité dans la société ; il nous parle des dommages fit à l'environnement par l'industrialisation galopante ...
Ce sont des préoccupations très modernes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Popila
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: L'époque victorienne   Jeu 16 Aoû - 11:17

Lazy Daisy a écrit:
Pour avoir une idée de l'ambiance, Le livre des enfants d'AS Byatt restitue cette période à merveille.
Il est bien, ce livre là ? Le seul roman d'A.S. Byatt que j'ai lu m'a laissé de tellement mauvais souvenirs... Evil or Very Mad

Merci d'avoir fait remonter le sujet, en tout cas ; il m'avait complètement échappé. Je trouve vos contributions tout à fait passionnantes. Wink

Je n'aurais pas pensé à convoquer tous ces arguments ; en ce qui me concerne, je trouve les livres de l'époque victorienne que j'ai lus vraiment dignes d'intérêt, dans la mesure où leurs auteurs vivaient dans une société extrêmement corsetée ; cela transparaît dans leurs livres, en même temps qu'une dimension subversive, souvent. Je pense évidemment aux livres des soeurs Brontë, qui choquèrent au moment de leur publication, mais aussi au regard extrêmement aiguisé que Thackeray porte sur la société de son temps dans La foire aux vanités, à travers une héroïne moralement très peu recommandable et pourtant diablement séduisante et moderne.

C'est cette dimension là que j'aime dans les romans que je viens de citer. Je trouve la littérature de cette époque assez audacieuse, le plus souvent.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazy Daisy
Ecrivain en herbe
avatar


MessageSujet: Re: L'époque victorienne   Mar 28 Aoû - 7:40

j'ai ouvert un topic sur le livre des enfants des enfants de Byatt, tellement il est riche, notamment au niveau du brassage des idées quui préoccupaient artistes et intellectuels de l'époque : liberté sexuelle, feminisme, communauté artistiques proches de la nature, anarchisme...Décrit comme ça on pourrait penser qu'on parle des années 60, mais pas du tout ! C'est incroyablement réaliste : les personnages mentionnés ne serait-ce qu'une fois ont réellement existé (comme William Beckford, moins connu des français que Walpole par exemple)
et je suis tout a fait d'accord avec Akina : la littérature victorienne a écrit sur des themes qu'on continue d'explorer aujourd'hui, parce que nos préocuppations n'ont guere changé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Popila
Bookworm
avatar


MessageSujet: Re: L'époque victorienne   Mar 28 Aoû - 10:06

Ah oui, effectivement, je n'avais pas vu que tu avais créé ce topic ; je poste un lien dans sa direction : Arrow Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'époque victorienne   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'époque victorienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exposition: Désirs et voluptés à l'époque victorienne
» L'époque victorienne
» Amelia B. Edwards et le fantastique à l'époque victorienne
» Mrs Riddell et le fantastique à l'époque victorienne
» Ruth Goodman, l'experte de l'ère victorienne!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and drink a cup of tea :: Le Coin des Lecteurs :: Thématiques littéraires-
Sauter vers: