Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !

Partagez
 

 Agatha Christie, An Autobiography.

Aller en bas 
AuteurMessage
Popila
Bookworm
Popila


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeLun 11 Jan - 19:38

S'il y a bien un ouvrage qui vaut vraiment le détour, y compris pour les lecteurs qui n'auraient jamais lu un seul roman policier d'Agatha Christie, c'est bien son autobiographie. Wink

Voici l'édition grand format (15 euros) et l'édition de poche (plus jolie et moins chère) :

Agatha Christie, An Autobiography. Ac_bmp10 Agatha Christie, An Autobiography. Agatha10

C'est un ouvrage passionnat que je ne me lasse jamais de relire et que je ne saurais trop vous recommander ; vous la trouverez aux éditions du Masque : elle s'intitule tout bêtement une autobiographie et a été excellement traduite par Jean-Michel Alamagny - mais on peut aussi se la procurer en anglais.

Le désir de faire le récit détaillé de sa vie est venu à Agatha Christie à l'âge de 59 ans, à Nimrud, en Irak, le 2 avril 1950, comme elle le raconte elle-même dans son livre :

Citation :
Je suis censée m'atteler à un roman policier, mais succombant à la tentation naturelle de l'écrivain d'écrire tout sauf ce dont il est convenu, me voilà prise du désir inattendu de rédiger mon autobiographie. Cette irrépressible envie nous guette tous tôt ou tard, me suis-je laissé dire. Elle m'est venue d'un coup.
Voilà, le ton est donné. Cette autobiographie, Agatha l'achèvera en 1965 ; elle ne paraîtra qu'après sa mort, en 1977.

En la lisant, vous découvrirez ce que fut son enfance au sein d'une famille de la bonne bourgeoisie de Torquay, puis sa jeunesse, au temps de la belle époque, et son mariage avec le séduisant Archibald Christie, juste avant la guerre de 14. Pendant la guerre, elle devient préparatrice en pharmacie ; c'est en travaillant dans son laboratoire qu'elle eut l'idée d'écrire un roman policier. Ce sera La Mystérieuse affaire de Styles, prélude à une longue carrière... Wink

Faire le résumé complet du livre serait trop long et risquerait de vous dissuader d'en faire la lecture, mais sachez que contre toute attente, Agatha Christie a eu une vie absolument passionante, qu'elle a fait plusieurs fois le tour du monde, rencontré des gens tout à fait singuliers, et que, last but non least, elle était dotée d'un formidable sens de l'humour, qui se manifeste à chaque page, pour notre plus grand bonheur. sunny

D'ailleurs, je ne résiste pas au plaisir de vous citer l'une des nombreuses anecdotes qui émaillent ce livre où l'on ne s'ennuie jamais. Il faut savoir qu'après son divorce, Agatha Christie fut l'objet de nombreuses avances ; à ce sujet, elle écrit :

Citation :
Au début, je n'arrivais pas à déterminer si j'étais heureuse ou fâchée de ces attentions. En gros, plutôt heureuse, songeai-je. On n'est jamais trop âgée pour aimer ce genre d'offense. D'un autre côté, cela entraînait parfois de pénibles complications, ainsi une fois avec un Italien. Je m'étais fourrée dans ce guêpier par ma méconnaissance des conventions italiennes. Il me demanda si le bruit du ravitaillement en charbon du bateau ne m'empêchait pas de dormir, la nuit. Je répondis que non parce que ma cabine était à tribord, à l'opposé du quai.
-Ah bon! fit-il, je croyais que vous étiez à la 33.
-Pas du tout, répondis-je, la mienne a un numéro pair : 68.
Conversation, de mon point de vue, tout à fait innocente, n'est-ce pas? Or, j'ignorais que demander le numéro de votre cabine était manière, pour un Italien, de solliciter la permission de vous y rendre visite. Notre dialogue s'arrêta là, mais, peu après minuit, le voilà qui apparut. Une scène tout à fait cocasse s'ensuivit. Je ne parlais pas sa langue, il connaissait à peine quelques mots d'anglais, ce qui donna lieu à un furieux échange de chuchotements en français, moi pour exprimer mon indignation, lui la sienne, mais d'une autre nature. D'où une altercation du genre :
-Comment osez-vous venir à ma cabine?
-Vous m'y avez invité.
-Jamais de la vie!
-Si. Vous m'avez dit que votre numéro était le 68.
-Et alors? C'est vous qui me l'avez demandé.
-Bien sûr! Et si je vous l'ai demandé, c'était justement pour venir à votre cabine. Vous m'avez même dit que je pouvais.
-Absolument pas.
Cela se poursuivit un certain temps, avec quelques éclats plus véhéments qui m'obligèrent à lui faire baisser la voix : j'étais persuadée que le très guindé médecin d'ambassade et sa femme qui occupaient la cabine voisine de la mienne imaginaient les pires turpitudes. Je lui enjoignis vertement de déguerpir. Lui insista pour rester. Son indignation s'éleva au point de dépasser la mienne, et c'est moi qui finis par m'excuser auprès de lui de ne pas m'être aperçue que sa question était en fait une proposition. Il me laissa enfin, toujours vexé mais admettant malgré tout que je n'étais pas la mondaine expérimentée qu'il supposait. Je lui expliquais également, ce qui parut le calmer encore davantage, que j'étais anglaise et donc froide de nature. Il compatit avec moi, et l'honneur -son honneur- fut sauf. La femme du médecin d'ambassade me lança un regard glacial le lendemain matin.
Et tout est de la même eau! Mais le livre ne se borne pas à être une succession d'anecdotes amusantes ; il est l'occasion pour Agatha Christie de nous livrer sans lourdeur aucune ce que son expérience lui a appris.

Nul besoin, en tout cas, d'avoir lu ses romans policiers pour savourer cet ouvrage, qui permet toutefois aux initiés de mieux comprendre son oeuvre, et le pourquoi du comment de l'atmosphère unique qui caractérise ses livres.

A bien des égards, Agatha Christie est l'héritière des femmes de l'époque victorienne : elle éprouvait d'ailleurs une grande nostalgie pour cette période, mais avait suffisamment de bon sens pour apprécier les avantages procurés par le présent.

Amoureuse du théâtre, elle sut donner au roman policier ses lettres de noblesse en le transformant en un rituel régi par des codes extrêmement stricts.

Intelligente et sensible, elle avait une idée bien précise de ce qu'est le mal et le considérait sans complaisance aucune.

Cependant, ce qui frappe surtout à la lecture, et laisse une impression durable, c'est cet extraordinaire optimisme, qui n'a rien de stupidement béat, tant s'en faut :

Citation :
J'aime la vie. Il m'est arrivé d'être profondément malheureuse, éperdue de chagrin, au comble du désespoir, mais, en dépit de tout, je maintiens que le simple fait de vivre est merveilleux.
On aimerait conclure sa vie comme elle conclut la sienne, sur ces mots :

Citation :
Un enfant dit :
-Merci, mon Dieu, pour cet excellent repas.
Que vais-je dire, moi, à 75 ans?
-Merci, mon Dieu, pour cette excellente vie et tout l'amour qui m'a été donné.
Une formidable leçon de vie.
Et un livre à mettre entre toutes les mains.

_________________
Agatha Christie, An Autobiography. Ban_em10
Revenir en haut Aller en bas
Emjy
Bookworm
Emjy


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeLun 11 Jan - 19:55

Je me suis acheté ce livre pas plus tard qu'hier (sur tes conseils avisés, Popila Agatha Christie, An Autobiography. Icon_razz ). Je ne sais pas quand je vais pouvoir m'y mettre mais j'ai déjà lu la 1ère page pour avoir une idée et il fallu que je me fasse violence pour ne pas continuer ! ^^ Cette autobiographie m'a l'air passionnante !
D'ailleurs, j'ignorais que l'édition brochée était si jolie... Je regrette un peu d'avoir opté pour l'édition poche, mais bon, elle était moins chère Agatha Christie, An Autobiography. Icon_razz

_________________
Agatha Christie, An Autobiography. Mai11
Revenir en haut Aller en bas
Popila
Bookworm
Popila


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeLun 11 Jan - 21:01

Je suis très contente que tu te sois laissée tenter, Emjy, et j'espère que tu apprécieras cette lecture. Wink

Emjy a écrit:
D'ailleurs, j'ignorais que l'édition brochée était si jolie... Je regrette un peu d'avoir opté pour l'édition poche, mais bon, elle était moins chère.
Ah, c'est curieux ; pour ma part, je trouve l'édition de poche plus jolie. Razz

_________________
Agatha Christie, An Autobiography. Ban_em10
Revenir en haut Aller en bas
kary
Locataire de Netherfield
kary


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeLun 11 Jan - 21:11

C'est un vrai délice cette autobiographie ! Je la conseille à tout le monde !

Un peu HS : je viens de me souvenir que j'ai lu cette bio à la suite d'un conseil de ma prof d'anglais en première. Elle m'avait intriguée en disant qu'elle avait eu une vie "très spéciale". Comme quoi ! cheers

Sinon bonne lecture Emjy !!
Revenir en haut Aller en bas
Popila
Bookworm
Popila


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeMar 12 Jan - 22:36

Je me rappelle que j'avais lu ton avois sur ce livre avec beaucoup d'intérêt, Kary ! Wink

kary a écrit:
C'est un vrai délice cette autobiographie ! Je la conseille à tout le monde !
Je ne peux qu'appuyer ! cheers

_________________
Agatha Christie, An Autobiography. Ban_em10
Revenir en haut Aller en bas
Laly
Mad Hatter
Laly


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeMar 9 Mar - 12:34

cette autobiographie m'a fait découvrir une Agatha Christie drôle, attachante, modeste dans ses propos... elle ne cesse, et je pense sans fausse modestie de sa part, d'être suprise par l'engouement des gens envers ses oeuvres! recevoir des distinctions la gênaient, elle semblait tellement discrète... elle s'est révélée très discrète envers la vie de sa fille. j'ai trouvé cette dernière assez "ingrate", et pourtant A. Christie semblait presque lui trouver des excuses. c'est du moins l'impression que j'ai eu. J'aimais beaucoup l'écrivain, je me suis attachée à la femme qu'elle était, et, bien que ce soit ridicule puisque j'ai lu le livre l'an dernier, donc Agatha Christie était éteinte depuis 32 ans, j'ai eu presque envie de pleurer d'avoir "perdu" quelqu'un d'aussi bien dans mon paysage littéraire...
Revenir en haut Aller en bas
Popila
Bookworm
Popila


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeMar 9 Mar - 14:22

Je suis très contente que tu aies aimé cette autobiographie, Laly. sunny

Agatha était quelqu'un de très attachant, et c'est vrai qu'on ne la quitte qu'à regret, mais je te recommande La romancière et l'archéologue, qui est un appendice utile à son autobiographie (cf le topic que je lui ai ouvert). C'est un témoignage très drôle et tout à fait passionnant sur ses expéditions avec son mari en Orient. Very Happy

Au sujet des relations entre Agatha et sa fille, c'est intéressant que tu en parles, parce que je pense qu'elles étaient très complexes.

Rosalinde était la fille unique d'Agatha, née de son premier mariage avec Archibald, dont elle divorça. D'après ce qu'elle nous en dit, Rosalinde ressemblait beaucoup à son père et l'aimait beaucoup. Je pense que ce n'était pas évident à vivre pour sa mère, qui avait beaucoup souffert de son infidélité et qui avait finalement peu de points communs avec son premier mari.

Je crois que quelque part, même si elle ne l'avoue pas, elle aurait rêvé d'une fille qui lui ressemble davantage... en même temps, on sent qu'elle a un attachement certain pour sa fille, même si Rosalinde et Agatha étaient assez indépendantes l'une de l'autre, et avaient besoin d'un peu de distance entre elles deux pour s'apprécier mutuellement. Elles avaient probablement du mal à exprimer leur affection l'une pour l'autre, Agatha ayant peur d'être trop expansive, Rosalinde n'étant pas du tout, semble-t-il, quelqu'un de sentimental...

_________________
Agatha Christie, An Autobiography. Ban_em10


Dernière édition par Popila le Dim 12 Sep - 19:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Laly
Mad Hatter
Laly


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeMar 9 Mar - 14:42

je ne sais pas si Agatha Christie aurait voulu que sa fille lui ressemble davantage (j'ai lu le livre il y a plusieur mois, donc j'ai oublié certaines impressions que j'avais eues alors), mais je me rappelle l'avoir trouvé presque trop indulgente avec sa fille. par ex, cette dernière ait mis 24H à lui annoncer le décès de son époux. Sa mère lui trouve des excuses. 24H!! c'était la guerre, elles n'étaient qu'entre elles avec le jeune fils de Rosalinde! je m'attendais à plus de solidarité, plus de confiance. j'ai l'impression qu'elle essayait de tenir sa mère loin d'elle. lui en voulait-elle du divorce avec Archie? j'ai cette impression qu'Agatha Christie n'avait cessé de se rendre responsable de ce divorce, jsutement. était-ce parce qu'elle aimait toujours Archi ou bien est-ce parce que le divorce était mal vu à l'époque?

je m'étais beaucoup amusée sur son point de vue de l'époque victorienne : les femmes qui, sous leurs aires de sexes faibles, influençaient énormément leurs maris, et qui pouvaient, toujours sous prétexte de leur "faiblesse", rester au lit, ou ne rien faire. bref, on leur foutait la paix. voilà un aspect de la condition de la femme pendant cette période que je n'avais pas du tout soupçonné Wink

je pense que je devrais relire ce livre, et découvrir la romancière et l'archéologue.

Cette femme est un personnage à elle seule. J'aime le recul qu'elle a pris pour écrire sa vie. aucune aigreur, aucune méchanceté dans ses propos. j'ai vraiment envie de me replonger dans son "monde" (ses romans et ses (auto)biographies).
Revenir en haut Aller en bas
Popila
Bookworm
Popila


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeMar 9 Mar - 16:00

Laly a écrit:
Je ne sais pas si Agatha Christie aurait voulu que sa fille lui ressemble davantage (j'ai lu le livre il y a plusieur mois, donc j'ai oublié certaines impressions que j'avais eues alors), mais je me rappelle l'avoir trouvé presque trop indulgente avec sa fille. par ex, cette dernière ait mis 24H à lui annoncer le décès de son époux. Sa mère lui trouve des excuses. 24H!! c'était la guerre, elles n'étaient qu'entre elles avec le jeune fils de Rosalinde! je m'attendais à plus de solidarité, plus de confiance. j'ai l'impression qu'elle essayait de tenir sa mère loin d'elle. lui en voulait-elle du divorce avec Archie? j'ai cette impression qu'Agatha Christie n'avait cessé de se rendre responsable de ce divorce, jsutement. était-ce parce qu'elle aimait toujours Archi ou bien est-ce parce que le divorce était mal vu à l'époque ?

En lisant l'autobiographie d'Agatha Christie, la façon dont elle présente sa fille m'avait laissé un goût bizarre dans la bouche. Agatha se présente comme quelqu'un d'assez timide et réservé, mais je crois qu'elle pouvait aussi être exubérante, et je me suis demandée si sa fille ne cherchait pas à la tenir loin d'elle. Pour le décès de l'époux de Rosalinde pendant la guerre, je ne me rappelle pas bien du passage, mais je me dis que sous le coup de la douleur, on préfère peut-être rester seul pour lécher ses plaies avant d'en parler à autrui. Quant au divorce, oui, il était très mal vu à cette époque, en particulier par le milieu dont Agatha était originaire, ce qui explique qu'elle ait si mal vécu cette perspective.

Citation :
Je m'étais beaucoup amusée sur son point de vue de l'époque victorienne : les femmes qui, sous leurs aires de sexes faibles, influençaient énormément leurs maris, et qui pouvaient, toujours sous prétexte de leur "faiblesse", rester au lit, ou ne rien faire. bref, on leur foutait la paix. voilà un aspect de la condition de la femme pendant cette période que je n'avais pas du tout soupçonné Wink
Ce passage du livre est effectivement très savoureux : sous leurs airs évaporés, les femmes de l'époque victorienne portaient en fait la culotte, si l'on en croit Agatha Christie, parce qu'elles savaient donner l'impression à leurs époux que c'était eux qui prenaient les décisions, alors que c'était tout le contraire. Wink

Citation :
Je pense que je devrais relire ce livre, et découvrir La romancière et l'archéologue.
Les deux sont vraiment très très bien. Very Happy

Citation :
Cette femme est un personnage à elle seule. J'aime le recul qu'elle a pris pour écrire sa vie. aucune aigreur, aucune méchanceté dans ses propos. j'ai vraiment envie de me replonger dans son "monde" (ses romans et ses (auto)biographies).
C'est très vrai, c'est un livre plein d'humanité. Smile

_________________
Agatha Christie, An Autobiography. Ban_em10
Revenir en haut Aller en bas
Johansson
gothic novel reader
Johansson


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeLun 2 Avr - 0:56

Laly a écrit:
Recevoir des distinctions la gênait […]
La seule distinction dont Agatha semble avoir été fière sans arrière-pensée est le déjeuner qu'elle a pris avec la reine Elizabeth II ; je ne me souviens plus si c'était un déjeuner en tête-à-tête ou avec d'autres personnes ; il s'agit d'une sorte de rêve d'enfant, car une cuisinière de sa mère lui avait dit un jour qu'il était inutile d'apprendre à se comporter à la Cour — on apprenait ce genre de connaissances aux enfant de son milieu à l'époque — puisque jamais elle n'y serait admise.

Il est vrai qu'Agatha était naturellement modeste. Un de ses biographes (je pense qu'il s'agit de Jared Cade, le spécialiste des Eleven Missing Days — sa célèbre « fugue ») raconte qu'elle était invitée à une soirée de gala (en son honneur, de plus) et que le portier lui ayant dit que les invités ne pouvaient pas entrer tout de suite, au moment où elle s'est présentée (Agatha était toujours très en avance ou très en retard), elle était allée attendre sagement l'heure d'entrer au gala dans un salon de thé voisin.
Revenir en haut Aller en bas
Popila
Bookworm
Popila


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeLun 2 Avr - 18:36

Johansson a écrit:
La seule distinction dont Agatha semble avoir été fière sans arrière-pensée est le déjeuner qu'elle a pris avec la reine Elizabeth II ; je ne me souviens plus si c'était un déjeuner en tête-à-tête ou avec d'autres personnes ; il s'agit d'une sorte de rêve d'enfant, car une cuisinière de sa mère lui avait dit un jour qu'il était inutile d'apprendre à se comporter à la Cour — on apprenait ce genre de connaissances aux enfant de son milieu à l'époque — puisque jamais elle n'y serait admise.
Ah oui, je me rappelle de ce passage ; ça a été le couronnement de toute une vie. Wink

_________________
Agatha Christie, An Autobiography. Ban_em10
Revenir en haut Aller en bas
Johansson
gothic novel reader
Johansson


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeLun 2 Avr - 22:30

Popila a écrit:
Ah oui, je me rappelle de ce passage ; ça a été le couronnement de toute une vie.
Sans doute… Je pense à Christie, puis à Mallowan, puis à sa fille… qui l'ont tous déçue d'une manière ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Agathe
Indian Shawl
Agathe


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeLun 7 Mai - 12:42

J'ai terminé il y a peu cette autobiographie et j'ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture.
D'une part elle m'a permis de mieux appréhender les divers romans et connaitre leur contexte d'écriture mais, surtout, j'ai vraiment découvert la personne d'Agatha. Je l'ai moi aussi trouvée très attachante.
Cependant je ne partage pas complètement votre point de vue sur sa fille. Dans le livre elle semble assez indépendante vis à vis de sa mère mais, de part les circonstances surement, elle n'a pas vraiment été élévée dans la proximité de sa mère...
Enfin c'est ce que j'ai cru comprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Popila
Bookworm
Popila


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeMar 8 Mai - 13:33

J'aime moi aussi beaucoup cette autobiographie. Agatha Christie, An Autobiography. 557349

Concernant sa fille, c'est juste un ressenti. C'est sujet à caution, dans la mesure où ce n'est pas explicite dans le texte. Je crois qu'Agatha aimait beaucoup sa fille, mais était déconcertée qu'elle soit si différente d'elle. Et peut-être aussi que pour Rosalinde, il était nécessaire de prendre du champ par rapport à sa mère, qui si ça se trouve était très possessive. J'ai eu l'impression que les deux s'aimaient beaucoup, mais avaient du mal à cohabiter de manière suivie.

_________________
Agatha Christie, An Autobiography. Ban_em10
Revenir en haut Aller en bas
Agathe
Indian Shawl
Agathe


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeMer 9 Mai - 6:52

Oui oui moi aussi c'est du domaine du ressenti, mais il m'a semblé que Rosalinde avait été confiée à sa tante assez souvent, je crois que c'est là qu'elle attrape la pneumonie, Agatha se trouve en voyage à ce moment là et rentre en catastrophe...
Loin de moi l'idée de penser qu'Agatha n'aimait pas sa fille et inversement mais comme tu le dis Popila elles s'aimaient peut être dans la distance...
Revenir en haut Aller en bas
Popila
Bookworm
Popila


Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeMer 9 Mai - 12:22

Sûrement. Wink

_________________
Agatha Christie, An Autobiography. Ban_em10
Revenir en haut Aller en bas
hélo17
Ecrivain en herbe



Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: bonjour aidez moi s'il vous plait   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitimeLun 29 Avr - 8:25

bonjour , je fait un exposé en anglais sur agatha christie et je n'arrive pas a trouvé la réponse a cette question : quesque agatha christie aime pas ? aidez moi s'il vous plait ou plus vite


merci d'avance
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Agatha Christie, An Autobiography. Empty
MessageSujet: Re: Agatha Christie, An Autobiography.   Agatha Christie, An Autobiography. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Agatha Christie, An Autobiography.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La disparition d'Agatha Christie.
» Agatha Christie
» [Christie, Agatha] Les sept cadrans
» [Martinetti, Anne & Rivière, François] Crèmes et châtiments
» [Christie, Agatha] La 3è fille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and fake a British accent :: Littérature britannique contemporaine - 1900-1970 :: Agatha Christie :: Les autres facettes d'Agatha-
Sauter vers: