Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !

Partagez
 

 Jonathan Coe

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Emjy
Bookworm
Emjy


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeLun 11 Jan - 13:40

J'ai lu le dernier roman en date de Jonathan Coe, La Pluie, avant qu'elle tombe, il y a de cela déjà quelques semaines.

Jonathan Coe 51GQ--O6Z0L._SL500_AA240_

Citation :
Rosamond vient de mourir, mais sa voix résonne encore, dans une confession enregistrée, adressée à la mystérieuse Imogen. S'appuyant sur vingt photos soigneusement choisies, elle laisse libre cours à ses souvenirs et raconte, des années quarante à aujourd'hui, l'histoire de trois générations de femmes, liées par le désir, l'enfance perdue et quelques lieux magiques. Et de son récit douloureux et intense naît une question, lancinante : y a-t-il une logique qui préside à ces existences ?

Je suis encore loin d'avoir lu tout ce qu'a écrit cet auteur mais j'ai eu quand même la nette impression que ce roman se démarquait du reste de son oeuvre et ce, pour diverses raisons. La Pluie avant qu'elle tombe est déjà un roman éminemment féminin. Ses héroïnes sont presque toutes des femmes. L'intrigue tourne aussi autour de leurs rapports, en particulier ceux entre les mère et les filles.
Dans cet ouvrage, Jonathan Coe délaisse la peinture politique et son ironie toute britannique pour proposer quelque chose de finalement plus intimiste. A la lecture de ce roman, il me semblait presque tourner les pages d'un album de famille. On y suit une famille à travers 3 générations. L'auteur montre ici qu'une mère ne transmet pas seulement son matériel génétique mais aussi peut-être ses troubles, ses doutes, ses frustrations.
La construction du récit a de quoi donner le vertige. L'auteur sait ponctuer son texte de références, d'échos entre le passé et le présent afin de montrer à quel point ses personnages oscillent constamment entre les deux.
Ces femmes dont Jonathan Coe nous brosse ici le portrait sont en quête d'un idéal et aussi et peut-être surtout de leur enfance perdue. Dans cette famille où les mères et les filles semblent se léguer le malheur en héritage, Rosamond, tente de remettre les pendules à l'heure en conjurant le passé. Affaiblie par la maladie, cette vieille dame décide d'enregistrer sur cassette un récit pour le moins intrigant, l'histoire de sa famille pour laquelle elle s'est beaucoup investie mais dont elle ne faisait pas non plus partie intégrante. Rosamond n'a finalement été "qu"'une cousine, une tante et enfin une vieille tante ...
Pour raconter cette histoire, elle décide de décrire d'une manière toute personnelle 20 photos de scènes qui ont marqué son existence, autant de moments instantanés et fugaces qui ont su laisser une trace en elle. La destinataire de cette cassette est une jeune fille non-voyante du nom d'Imogen...

Un roman à l'atmosphère feutrée et mélancolique, bien éloigné de la fougeuse ironie présente dans ses autres oeuvres. Néanmoins, on y retrouve d'autres de ses marques de fabrique : un style limpide et pur et une analyse psychologique très soignée. Jonathan Coe 911816

Mention spéciale au titre que je trouve tout bonnement magnifique ! Mais il faut avoir lu le roman pour en saisir toute la portée Jonathan Coe Icon_wink

Et vous, connaissez-vous cet auteur Jonathan Coe Icon_question Jonathan Coe Icon_biggrin

_________________
Jonathan Coe Edu10
Revenir en haut Aller en bas
JainaXF
Locataire de Netherfield
JainaXF


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeLun 11 Jan - 17:58

J'ai lu Bienvenue Au Club et j'ai beaucoup apprécié ! Pour le coup c'est bien une peinture politique avec beaucoup d'ionie mais j'ai trouvé le style agréable et l'histoire rapidement prenante ! Very Happy
J'ai beaucoup aimé lire en retrouvant les noms de célébrités de mes cours de cvii anglaise ! :queen:

J'ai aussi aimé que tout ne soit pas explicité;
Spoiler:
 

Le "stream of consciousness" à la fin m'a surprise et j'ai eu du mal à rentrer dedans au début, mais au final ça m'a plu, c'était quasiment le premier que je lisais et j'ai trouvé l'expérience intéressante ! Cool

Les personnages sont bien dépeints (on déteste rapidement Paul Evil or Very Mad ) ! Ils sont tous humains et complexes, il n'y a pas vraiment de gentils ou de méchants !

Il faut que je lise la suite maintenant, l'histoire n'est pas terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeLun 11 Jan - 18:07

Ton avis me donne très envie de le lire Emjy. I love you

De Jonathan Coe, j'ai lu et adoré Testament à l'anglaise (What a carve up!). J'ai été bluffée par ce roman d'une originalité et d'une intelligence à couper le souffle. L'histoire apparaît plutôt simple à première vue. Dans l'Angleterre des années 1980, Michael Owen, un écrivain dépressif et agoraphobe, a été chargé par la vieille Tabitha Winshaw d'écrire la chronique de son illustre famille. La dynastie Winshaw se taille la part du lion dans tous les domaines : presse, politique, armement, agriculture...et profite sans vergogne de ses attributions et de ses relations. Mais si la tante Tabitha , enfermée dans un asile, disait vrai ? Si les tragédies familiales jamais élucidées étaient en fait des crimes maquillées ?

L'auteur alterne les points de vue, mais aussi les styles : interview, journal intime, article de journal... L'ensemble est une plongée absolument passionnante dans l'Angleterre des années 1970-1980, quand Margaret Thatcher transformait en profondeur les relations sociales et économiques. du pays Avec de l'humour (souvent noir), Jonathan Coe nous offre un roman cinglant, une véritable satire politique pleine de rebondissements où les personnages sont inextricablement liés les uns aux autres. Si vous ajoutez à cela une pointe de roman policier, vous obtenez un cocktail pour le moins détonant.

J'ai tout aimé. Le style, l'histoire, les personnages et le fait qu'ils sont tous si liés les uns aux autres, le puzzle qui se met en place au fur et à mesure du roman et que l'on tente d'assembler au fil des pages. J'ai appris beaucoup sur l'Angleterre sous Margaret Thatcher. Je me suis surprise à sursauter, à éclater de rire devant les piques cinglantes et l'humour noir de l'auteur. Et la fin m'a laissé chancelante.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mona
Indian Shawl
Mona


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeLun 11 Jan - 22:26

Je n'ai lu que Bienvenue au club, et même si je ne me rappelle pas du tout de l'histoire, je sais que j'avais beaucoup aimé après avoir eu du mal à rentrer dedans... Il faudrait que je lise la suite, quel est le titre qui suit immédiatement Bienvenue au club ?
Revenir en haut Aller en bas
JainaXF
Locataire de Netherfield
JainaXF


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeMar 12 Jan - 7:21

La suite s'appelle Le Cercle Fermé !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeSam 30 Jan - 21:45

J'ai découvert cet auteur en août et j'ai adoré les trois livres que j'ai lus de lui (dans l'ordre): La maison du sommeil, Bienvenue au club et La pluie, avant qu'elle tombe. A chaque fois, j'ai l'impression que Coe flirte dangereusement avec le mélo et l'exagération, mais à chaque fois il s'en sort par sa subtilité et l'élégance discrète de son style. Je suis subjuguée.


Voici mes critiques "officielles" (raccourcies) des ces trois livres, par ordre de préférence (ben oui):


La maison du sommeil

L'histoire:
De bien curieux événements se déroulent à Ashdown, inquiétante demeure perchée sur une falaise des côtes anglaises. Naguère, c'était une résidence universitaire, où se sont croisés Sarah la narcoleptique, Gregory le manipulateur, Veronica la passionnée, Robert l'amoureux transi, Terry le cinéphile fou. Leurs destins ont divergé, mais les spectres du passé continuent de hanter Ashdown, devenue une clinique où le sinistre docteur Dudden se livre à de monstrueuses expériences sur les troubles du sommeil. Par quelles mystérieuses coïncidences tous les personnages vont-ils s'y retrouver ? Et quelles transformations vont-ils subir ?

L’histoire de ce roman est construite sur deux époques, l’une en 1983 durant les études des personnages de ce livre, l’autre en 1996, alors qu’ils sont dans la vie active et qu’ils vivent en quelque sorte les « conséquences » des faits survenus en 1983… Les vies de ces personnes vont s’entrelacer et se compléter de manière de plus en plus incroyable jusqu’à l’apothéose finale où tout le récit prend son sens et où l’on peut admirer l’art de la construction narrative de l’auteur.

Le personnage qui m’a le plus touchée est Robert, l’amoureux désespéré qui ira jusqu’à l’extrême pour pouvoir plaire à la femme de sa vie. Cette histoire aurait pu être simplement pathétique mais Coe arrive à donner à son personnage une telle sincérité, une telle naïveté qu’il en est absolument adorable et, de ce fait, très touchant. J’ai vraiment été émue par cette histoire, plus que je ne saurais le dire, plus que ce à quoi je m’attendais.

En fait, c’est le livre entier qui m’a complètement transportée. L’écriture, l’histoire, l’ironie (voire le sarcasme) de l’auteur, tout m’a séduit dans ce livre. J’ai adoré. Quelle première rencontre. Elle augure certainement une belle histoire d’amour !

En bref, La Maison du sommeil est un roman prenant, bien écrit, surprenant, abouti. Presque parfait (et heureusement, parce que la perfection est un peu ennuyeuse, non ?).



La pluie, avant qu'elle tombe

La pluie, avant qu'elle tombe est une histoire de famille racontée à travers ses femmes. L'enchaînement des évènements y est parfois un peu poussé et le lien de cause à effet trop « évident » pour sembler réel, mais il donne lieu a une belle narration, plutôt originale. En effet, la narratrice principale de ce récit enregistre des cassettes qu'elle veut faire parvenir à Thea, une fille aveugle qui a été éloignée de sa famille pour une raison que nous ne connaissons pas au début. Elle s'aide, pour construire son récit, d'une série de photos qui feront resurgir ses souvenirs. Loin d'être fastidieux, ce procédé apporte un réel plus à cette histoire qui, si elle avait été racontée bêtement de manière chronologique par quelqu'un d'extérieur, aurait semblé froide et vaine. Mais c'est là justement toute la force de cet auteur, pour ce que j'ai pu observer jusqu'à présent: son sens de la narration.

C'est que Jonathan Coe sait trouver la formule juste, celle qui parlera à son lecteur, celle qui arrivera à le toucher. Pour exemple, voici l'extrait qui explique le titre du livre (rassurez-vous, celui-ci ne dévoile rien de l'intrigue): « Je revois Thea fronçant les sourcils en méditant ces paroles, et puis elle a proclamé: « Eh bien moi, j'aime la pluie avant qu'elle tombe. » Rebecca s'est contentée de sourire, mais moi j'ai répliqué (de façon assez pédante, je suppose): « Tu sais, ma chérie, avant qu'elle tombe, ce n'est pas vraiment de la pluie. - Qu'est-ce que c'est alors? » Et j'ai expliqué: « C'est de l'humidité, rien de plus. De l'humidité dans les nuages. » […] J'ai continué: « Tu comprends, ça n'existe pas, la pluie, avant qu'elle tombe. Il faut qu'elle tombe, sinon ça n'est pas de la pluie. » C'était un peu ridicule de vouloir expliquer ça à un enfant, et je regrettais de m'être lancée là-dedans. Mais Thea ne semblait avoir aucun mal à saisir ce concept – bien au contraire: au bout de quelques instants, elle m'a regardée avec pitié en secouant la tête, comme si c'était éprouvant pour elle de discuter de ces matières avec quelqu'un d'aussi obtus. « Bien sûr que ça n'existe pas, elle a dit. C'est bien pour ça que c'est ma préférée. Une chose n'a pas besoin d'exister pour rendre les gens heureux, pas vrai? » » p.153.

Au final, un livre incroyable qui vous prend pour ne plus vous lâcher avant que vous ayez terminé la dernière page. Un moment intense qui me restera.



Bienvenue au club

L'histoire
Imaginez ! L'Angleterre des années soixante-dix, si pittoresque, si lointaine, avec ses syndicats prospères et sa mode baba cool. Une image bon enfant que viennent lézarder de sourdes menaces : tensions sociales, montée de l'extrême droite, et une guerre en Irlande du Nord qui ne veut pas dire son nom.
Mais dans ces années où le pays va basculer de l'État-providence au thatchérisme et de la musique planante au punk, Benjamin, Philip, Doug et leurs amis ont bien d'autres choses en tête : s'intégrer aux cliques et aux clubs d'un lycée archaïque, oser parler aux filles, s'affirmer comme artistes en herbe, s'échapper de Birmingham l'endormie pour des aventures londoniennes... Trop innocents pour saisir les enjeux et les intrigues qui préoccupent leurs parents. Jusqu'à ce que le monde les rattrape.
Dans ce roman foisonnant, qui comportera une suite, Jonathan Coe renoue avec la veine de Testament à l'anglaise, usant de tous les styles, entremêlant en virtuose récits et personnages, tirant d'une main experte tous les fils du destin, pour nous offrir à la fois une chronique adolescente tendre et drôle, un roman d'apprentissage nostalgique, et le tableau ample, grave et lucide d'un pays en pleine mutation.


Au départ, l'histoire n’est pas plus attrayante que ça. Nous nous retrouvons ici face à une sorte de chronique d’un groupe d’adolescents britanniques et de leurs parents dans le fond socio-politiques des années 70 (avec revendications syndicales à la clé). Cependant, Jonathan Coe arrive à donner du relief à un récit qui aurait pu être banal ou ennuyeux sous la plume d’un autre. Encore mieux, il sait comment apporter de la crédibilité à des retournements de situations qui sont pourtant parfois dignes de mauvais téléfilms (pardon, mais c’est vrai).

C’est cet art de transformer en diamant du simple charbon qui caractérise cet auteur selon moi. Coe arrive à piquer notre curiosité, et par ce qu’il nous raconte, et par la manière dont il nous le raconte. Le récit n’est pas construit sur une histoire continue narrée par la même personne, du même point de vue. Nous passons sans arrêts d’un personnage à un autre, mais aussi d’un mode de narration à un autre. Coe s’amuse en effet à nous faire passer - entre autres - par les pages d’un journal de lycée ou encore celles d’un journal intime. Ces changements continuels, aussi bien dans l’écriture que dans l’histoire, permettent d’éveiller sans cesse notre intérêt et de nous donner envie de continuer sans nous arrêter.

En bref, un très bon livre, rempli d’humour à tendance cynique, voire sarcastique (pour notre plus grand plaisir).



Fin du post de 2 km...
Revenir en haut Aller en bas
Somnambule
Mad Hatter



Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeSam 9 Juil - 11:51

Je viens de lire dévorer La Maison du sommeil... et je suis scotchée ! Ça faisait longtemps que je n'avais plus été accrochée à un livre comme ça, à ne pas savoir le déposer, à y penser constamment (et j'y pense encore !).

J'avais été attirée par le titre La pluie avant qu'elle tombe sans jamais acheter le livre. Ensuite, j'ai entendu parler mon libraire préféré du dernier titre avec enthousiasme. Mais là, non plus, je n'ai pas fait le pas. Puis, en arrivant ici, j'avais demandé des conseils pour me guider en littérature anglophone et on m'avait conseille La Maison du sommeil... mais je ne l'avais jamais trouvé ! Jusqu'au week-end dernier ! Et j'ai fait une sacrée découverte ! Je n'ai qu'une envie : filer en librairie pour m'en procurer d'autres ! mais je résiste, il faut que je résiste... au moins jusqu'à samedi prochain Razz
Revenir en haut Aller en bas
Mandarine
Star-crossed lover
Mandarine


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeSam 9 Juil - 12:44

Ah tu me fais me rappeler Somnambule que je l'ai dans ma PAL depuis un bon moment déjà.
Apparemment il t'a beaucoup plu, ca va me motiver pour le commencer ^^
Revenir en haut Aller en bas
Somnambule
Mad Hatter



Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeSam 9 Juil - 15:57

Mandarine a écrit:
Ah tu me fais me rappeler Somnambule que je l'ai dans ma PAL depuis un bon moment déjà.
Apparemment il t'a beaucoup plu, ca va me motiver pour le commencer ^^

N'hésite pas ! bounce
Revenir en haut Aller en bas
adtraviata
heroine in training
adtraviata


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: La vie très privée de Mr Sim   Jonathan Coe Icon_minitimeLun 5 Sep - 13:29

Quatrième de couverture :

Maxwell Sim est un loser de quarante-huit ans. Voué à l’échec dès sa naissance (qui ne fut pas désirée), poursuivi par l’échec à l’âge adulte (sa femme le quitte, sa fille rit doucement de lui), il s’accepte tel qu’il est et trouve même certaine satisfaction à son état. Mais voilà qu’une proposition inattendue lui fait traverser l’Angleterre au volant d’une Toyota hybride, nantie d’un GPS à la voix bouleversante dont, à force de solitude, il va tomber amoureux. Son équipée de commis-voyageur, représentant en brosses à dents dernier cri, le ramène parmi les paysages et les visages de son enfance, notamment auprès de son père sur lequel il fait d’étranges découvertes : le roman est aussi un jeu de piste relancé par la réapparition de lettres, journaux, manuscrits qui introduisent autant d’éléments nouveaux à verser au dossier du passé. Et toujours Max pense à la femme chinoise et à sa fille, aperçues dans un restaurant en Australie, dont l’entente et le bonheur d’être ensemble l’ont tant fasciné. Va-t-il les retrouver? Et pour quelle nouvelle aventure? Brouillant joyeusement les cartes de la vérité et de l’imposture, Coe l’illusionniste se réserve le dernier mot de l’histoire, qui ne manquera pas de nous surprendre.
Plus d’une génération va se reconnaître dans ce roman qui nous enchante avec un humour tout britannique, bien préférable au désespoir.



Ca y est, je le tiens, mon coup de coeur absolu des vacances ! Ah quel bonheur de retrouver Jonathan Coe, son art de dresser un portrait, de nous entraîner dans une aventure improbable, de nous faire rire... et de s'en tirer avec une de ces pirouettes... à laquelle je ne m'attendais, mais alors pas du tout !

Dans ce billet, j'espère que vous lirez entre les lignes l'enthousiasme, la joie de retrouver celui que j'ai découvert dans Testament à l'anglaise , qui m'a fait mourir de rire dans La maison du sommeil, et qui m'a emportée dans l'Angleterre tatchérienne grâce à Bienvenue au club. (J'ai lu aussi Une touche d'amour et Les nains de la mort, son premier roman.) Il me reste dans la PAL La pluie, avant qu'elle tombe. Et je me rends compte que je n'ai hélas pas beaucoup de souvenirs des histoires racontées. Si ma PAL n'était aussi gigantesque (ou grotesque, ça dépend du point de vue), je me mettrais à relire tous ces bouquins, comme ceux d'un ami fidèle que je retrouve avec plaisir ! (Ok, ok, ce billet est aussi une déclaration d'amour à Jonathan Coe.)

J'étais donc, ces jours-ci, en train de suivre avec intérêt, ardeur, impatience, les aventures de Max. J'ai été à la fois amusée et horrifiée par ses échecs à répétition, et je me demandais où cela allait arriver. Une fois de plus, Jonathan Coe a su user de genres différents pour construire un puzzle où lettres, journal intime, devoir de psycho et nouvelle d'écrivain en herbe se conjuguent au monologue intérieur de Max pour extirper la racine de son mal-être. Cela semble se résoudre de façon magistrale... quand la finale vous tombe dessus sans crier gare !

Et donc, ce qui était jusque là un roman bien construit, habilement mené, qui, mine de rien, nous faisait réfléchir un peu à la solitude, à la notion d'amitié aujourd'hui, au vrai et au faux, au trucage, devient un livre sur la création littéraire, les sources d'inspiration, le rapport aux personnages... J'ai été bluffée, menée en bateau sur toute la ligne et j'ai aimé ça !!

Petite anecdote de lecture personnelle : tout le monde (ou presque) connaît ou a entendu parler de la célèbre page 113 de Sukkwan Island (David Vann). Eh bien, la page 113 de La vie très privée de Mr Sim a eu beaucoup d'effet sur moi aussi. Ceux qui ont déjà lu le livre se souviendront que c'est le moment où Max, de retour d'Australie, épluche désespérément son courrier, sa page Facebook pour se rendre compte que plus personne ne pense à lui. Mais ô joie,Outlook lui révèle la présence de 137 messages... vous vous souvenez ? Ca m'a fait pleurer de rire, les pages 114 à 117 !

Quant à vous qui avez la chance de devoir encore découvrrir ce génial auteur, vous l'aurez compris : faites-vous du bien, lisez ce livre !!


Dernière édition par adtraviata le Lun 5 Sep - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emjy
Bookworm
Emjy


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeLun 5 Sep - 13:31

Ton avis donne diablement envie, adtraviata !cheers J'essaierai de me pencher sur son dernier roman bientôt ... mais il faudra quand même que je finisse par lire Testament à l'anglaise, depuis le temps qu'il est dans ma PAL Rolling Eyes

_________________
Jonathan Coe Edu10
Revenir en haut Aller en bas
resmiranda
Bookworm
resmiranda


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeDim 6 Nov - 19:32

J'ai terminé "La Pluie, avant qu'elle tombe".

Quel beau roman ! Il se dégage une telle mélancolie de ce livre. J'ai vraiment beaucoup aimé l'écriture de Jonathon Coe que je découvrais pour la première fois. L'histoire de Rosamond m'a beaucoup émue, elle qui n'a vécu qu'à travers les autres femmes de son entourage et dont le dernier acte est un acte manqué quand on y réfléchit
Spoiler:
 
.

L'auteur a su donner une vraie profondeur à ses personnages je trouve, tout en ne négligeant à aucun moment son "décor".

Et puis le titre est vraiment très beau. Tout comme son explication Jonathan Coe 557349 .

C'est sans hésiter que je découvrirais les autres romans de cet auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Emjy
Bookworm
Emjy


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeDim 6 Nov - 19:37

Jonathan Coe 947336 Je garde le souvenir d'un roman terriblement beau et mélancolique avec des portraits de femmes très réussis.

Citation :
C'est sans hésiter que je découvrirais les autres romans de cet auteur.
Je crois que Testament à l'anglaise est son meilleur. Wink

_________________
Jonathan Coe Edu10
Revenir en haut Aller en bas
Miss Virginia
Bookworm
Miss Virginia


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeVen 30 Déc - 16:52

Je viens de terminer Bienvenue au club, et j'ai vraiment beaucoup aimé. La peinture politique de l'époque est très intéressante (j'avais un peu l'impression d'être dans un film de Ken Loach). J'ai bien aimé aussi les allusions à la musique.
En revanche, j'ai eu un peu de mal à lire le flux de conscience de la fin.
En tout cas, c'est une belle découverte!
Revenir en haut Aller en bas
Miss Virginia
Bookworm
Miss Virginia


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeJeu 12 Jan - 17:33

J'ai terminé Testament à l'anglaise : j'ai beaucoup aimé le mélange des voix narratives, et les différentes formes utilisées par l'auteur. Un excellent roman!

J'ai aussi lu Les Nains de la Mort : un roman policier qui se déroule dans le monde de la musique et que j'ai beaucoup aimé également!
Revenir en haut Aller en bas
Popila
Bookworm
Popila


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeSam 10 Mar - 18:25

Grâce à Resmiranda, j'ai pu découvrir mon premier roman de Jonathan Coe : La pluie avant qu'elle tombe. Wink

J'ai trouvé l'intrigue extrêmement bien menée, avec cette femme qui décède mais laisse en héritage une série de cassettes où elle commente vingt photos de famille pour expliquer à Imogen, la petite fille de sa meilleure amie, son histoire si particulière.

C'est un roman très féminin (il y a très peu de personnages masculins dans l'intrigue), très bien écrit et très mélancolique, puisqu'il met en avant des histoires familiales extrêmement tourmentées, et le rôle du hasard et peut-être de l'hérédité dans ce qui arrive aux différents personnages.

En fait, j'ai pris grand plaisir à le lire, jusqu'à ce que je referme la dernière page :
Spoiler:
 

Dans le même genre, j'ai préféré L'étrange disparition d'Esme Lennox, qui m'a davantage touchée et laissée sur une meilleure impression ; je pense cependant que l'écriture de Jonathan Coe est supérieure à celle de Maggie O'Farrell. Voilà en tout cas deux romans qui présentent des points communs, et dont la lecture est vraiment passionnante.

La lecture de La pluie avant qu'elle tombe m'incite à essayer de lire d'autres livres de cet auteur ; surtout que pour la plupart, vous semblez d'accord, sur ce topic, pour signaler que c'est un roman un peu à part dans sa bibliographie. sunny

_________________
Jonathan Coe Ban_em10
Revenir en haut Aller en bas
Somnambule
Mad Hatter



Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeLun 12 Mar - 20:26

Oh oui ! Continue ta découverte de cet auteur !
Mon préféré reste La Maison du Sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Popila
Bookworm
Popila


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeLun 12 Mar - 20:32

Merci du conseil ! Wink

_________________
Jonathan Coe Ban_em10
Revenir en haut Aller en bas
Barb
Elizabethan actor
Barb


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeMer 14 Mar - 19:34

J'avais aussi beaucoup aimé "Testament à l'anglaise", (mon préféré!), puis "bienvenue au club" et sa suite, ainsi que "la maison du sommeil".
Je n'ai rien lu d'autre de cet auteur mais ce que vous en dites me tente bien! study
Revenir en haut Aller en bas
Miss Virginia
Bookworm
Miss Virginia


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeMar 3 Juil - 18:47

Je viens de terminer La pluie avant qu'elle tombe. C'est vrai que c'est un roman très différent de ce qu'a pu écrire Jonathan Coe.
J'ai trouvé que c'était un roman très bien écrit. J'ai trouvé cette histoire de destins entrelacés bouleversante. L'idée de commenter vingt photos en s'enregistrant sur un magnéto était aussi très intéressante.

Comme Popila, je trouve un peu bizarre cette focalisation sur cette enfant que Rosamond a peu connue, je pense pour ma part qu'elle veut combler un désir de maternité et peut-être réparer ce qu'elle n'a pas pu faire avec Théa...Mais bon, je ne suis pas très sûre...
Revenir en haut Aller en bas
Popila
Bookworm
Popila


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeMar 3 Juil - 19:39

Miss Virginia a écrit:
Comme Popila, je trouve un peu bizarre cette focalisation sur cette enfant que Rosamond a peu connue, je pense pour ma part qu'elle veut combler un désir de maternité et peut-être réparer ce qu'elle n'a pas pu faire avec Théa...
Oui, sûrement. Wink

_________________
Jonathan Coe Ban_em10
Revenir en haut Aller en bas
sookie
Bookworm
sookie


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeMar 12 Mar - 15:57

A force d'entendre parler de cet auteur dans mon club littéraire je me suis plongée dans La femme du hasard et je dois dire que j'ai abandonnée ma lecture à la moitié du livre. L'auteur/narrateur nous plonge dans la vie d'une jeune fille qui ne trouve rien de bien à la vie. Par exemple elle ne sourit que lorsque cela est nécessaire, elle n'a que peu d'amis (voire aucun). J'ai trouvé cette lecture déprimante... Est-ce quelqu'un l'a lu et aimé?
Il me reste encore La pluie avant qu'elle ne tombe
Revenir en haut Aller en bas
Somnambule
Mad Hatter



Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeMar 12 Mar - 16:42

sookie a écrit:
A force d'entendre parler de cet auteur dans mon club littéraire je me suis plongée dans La femme du hasard et je dois dire que j'ai abandonnée ma lecture à la moitié du livre. L'auteur/narrateur nous plonge dans la vie d'une jeune fille qui ne trouve rien de bien à la vie. Par exemple elle ne sourit que lorsque cela est nécessaire, elle n'a que peu d'amis (voire aucun). J'ai trouvé cette lecture déprimante... Est-ce quelqu'un l'a lu et aimé?
Il me reste encore La pluie avant qu'elle ne tombe

Je pense que La Femme de hasard n'est pas le meilleur ouvrage pour découvrir cet auteur. Je n'ai pas lu La pluie avant qu'elle tombe, donc je ne peux pas donner mon avis à son propos. Mais celui que je te conseille vraiment, c'est La Maison du Sommeil et en second (pour moi), Testament à l'anglaise.
Revenir en haut Aller en bas
Miss Woodhouse
Bookworm
Miss Woodhouse


Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeJeu 6 Mar - 17:26

study  j'ai lu et beaucoup aimé "la pluie avant qu'elle tombe" mon 1er roman de J. Coe et quelle belle découverte !!
Il me tarde de luire les autres, j'ai testament à l'anglaise dans ma PAL mais je pense lire également la maison du sommeil et d'autres encore...

Pour ce qui est de l'attachement de Rosamond pour Imogen je pense également qu'elle comble un manque de maternité mais aussi qu'elle regrette d'avoir "perdu" la garde de Théa et de l'avoir abandonner à son sort en la laissant repartir avec Béatrix qui est à l'évidence une mauvaise mère.
Elle pense avoir une dette envers Théa.

Ha quelle histoire triste, pleine de mélancolie et qui pourtant se lit très facilement (je n'aime pas les livres déprimants...), le passage du chien stupide qui se sauve, celle de la fugue d'une nuit... ce roman est rempli de moments magiques.
Une beau moment!
Revenir en haut Aller en bas
Somnambule
Mad Hatter



Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitimeMer 25 Juin - 13:25

Je viens de lire La vie très privée de Mr Sim et c'est avec bonheur que j'ai retrouvé Jonathan Coe Jonathan Coe 557349 Ce roman n'est pas mon préféré de l'auteur mais, encore une fois, il a réussi à me mener par le bout du nez jusqu'à la fin... J'admire avec quelle maîtrise Jonathan Coe tisse ses récits, je suis bluffée à chaque fois. Je n'ai qu'une envie : le retrouver encore !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Jonathan Coe Empty
MessageSujet: Re: Jonathan Coe   Jonathan Coe Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Jonathan Coe
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [MU] Steppin' 2 [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and fake a British accent :: Littérature britannique contemporaine - 1970 à nos jours-
Sauter vers: