Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !

Partagez | 
 

 Simone de Beauvoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akina
Bookworm
avatar


MessageSujet: Simone de Beauvoir   Mer 26 Jan - 16:15

Je viens ici vous parler d'une auteure que je découvre et qui m'enchante à chacun des romans que je lis d'elle : Simone de Beauvoir. D'elle, je ne connaissais que sa relation avec Sartre, leur place comme figure de proue de l'intellectualisme parisien germano-pratin, son militantisme féministe. Autant vous dire que ça ne me donnait pas très envie de la découvrir...

Jusqu'au moment où j'ai ouvert un de ses livres, et où j'ai découvert un style hors du commun, une humanité bouleversante, une description des sentiments humains fine et attendrissante. Bref, je suis tombée amoureuse de cette auteur, et je compte bien lire toute son oeuvre :
Spoiler:
 

Je n'ai lu d'elle pour l'instant que la première partie des Mandarins et Le sang des autres, que je viens de finir dans le cadre du challenge Dames de lettres.

Les mandarins raconte l'immédiate après guerre, dans le milieu intellectuel parisien germanopratin. Tous les personnages se sont engagés dans la Résistance, créant des journaux, participant aux actions, risquant leur vie, voyant leurs proches mourir ou être déportés. Ils ont survécus et reviennent dans une vie normale, simple, sans danger. La vie d'avant, qui se révèle finalement bien plus complexe difficile qu'ils ne le croyaient.
Le roman est raconté à travers deux narrateurs. Henri Perron est un écrivain engagé, de gauche, mais non communiste, rédacteur en chef d'un journal créé pendant la guerre, l'Espoir. Il se retrouve confronté à une terrible angoisse de la page blanche, et à une crise conjugale qui le poussent à consacrer de plus en plus de temps à l'Espoir. D'autant plus que son journal est l'objet de beaucoup d'attentions, en particulier de son mentor Robert Dubreuilh, qui souhaite l'utiliser politiquement. (Quand j'écris ça, je me rends compte à quel point cette histoire semble compliquée. Je vous rassure, tout est très clair dans le roman !)
L'autre personnage est Anne Dubreuilh, l'épouse de Robert, une psychiatre célèbre, qui se retrouve complètement perdue dans sa nouvelle vie pacifique. Elle voit son époux qu'elle adore changer ; sa fille Nadine fuir dans un tourbillon de plaisir la tristesse causée par la mort de son fiancé pendant la guerre ; et tous ses amis s'écharper pour des questions politiques.

Et une citation :
Citation :
Il y avait une route qui serpentait à travers les châtaigneraies et qui descendait vers la plaine en lacets rapides ; ils entrèrent gaiement dans la petite ville dont les platanes annonçaient déjà la chaleur et les parties de boules du Midi ; Anne et Henri s'assirent à la terrasse déserte du plus grand café et ils commandèrent des tartines pendant que Dubreuilh allait acheter les journaux ; ils le virent échanger quelques mots avec le marchand et il traversa l'esplanade à pas lents, tout en lisant. Il posa les feuilles sur le guéridon et Henri vit l'énorme manchette : "Les Américains lâchent une bombe atomique sur Hiroshima."

Je trouve Le sang des autres encore meilleur. Le genre de chef d'oeuvre dont on sort changé, ému, bouleversé en se jurant de le relire. Le genre de chef d'oeuvre qui nous parle d'engagement, de responsabilité, de remords, de regrets, de vie que l'on essaie de vivre et qui nous dépasse, en le mêlant avec une belle histoire d'amour, tragique.
Le roman commence au chevet d'Hélène, blessée, mourante. A ses côtés, Jean revient sur leurs vies et les faits, les actes qui les ont conduits là, Hélène à mourir, lui à veiller la femme qu'il aime. Est-il responsable ? Si elle ne l'avait pas connu, elle ne serait pas là, dans ce lit. N'est-il qu'un cailloux que le pied de la jeune femme a cogné et qui l'a emmenée, de son propre choix, à résister et à mourir ? Ou est-il la cause première de ce décès ?
Jean est un jeune bourgeois, un intellectuel communiste qui, ayant honte de sa situation familiale, est devenu ouvrier. Il pensait ainsi décharger sa conscience de la culpabilité de classe. Il n'a réussi qu'à en gagner de nouvelles raisons de se torturer : est-il responsable si un jeune homme qu'il a convaincu d'adhérer se fait tuer lors d'une manifestation ? Est-il coupable si un de ses discours conduit des hommes à la guerre ? Est-il coupable s'il ne fait pas ce discours, que son pacifisme lâche permet au nazisme de se répandre sur l'Europe ?
Hélène, qui partage la parole avec Jean, est une femme qui vit. Qui ne veut pas penser, mais saisir la vie à pleines dents. Face à Jean et à sa générosité sans limite, Hélène est égoïste : elle vit pour elle. Ce qu'elle veut, elle l'obtient, et elle suppose que les autres font de même. Qu'ils se défendent tout seuls comme elle se défend toute seule.Mais, quand elle se trouvera face à l'horreur, quand les atrocités cesseront d'être lointains et qu'elle verra de ses yeux, elle luttera. Avec peut-être plus de courage que Jean.

Et quelques citations (je vous jure que je me suis retenue... Au début de ma lecture, je cornais toutes les pages !

Citation :
Assassin. Assassin. Je marchais dans la nuit, je titubais, je courais, je fuyais. Il était là, tranquille, au milieu de ses poèmes et de ses livres. Je l'ai pris par la main, je lui ai donné un revolver et je l'ai poussé sous les balles. Assassin. En haut de l'escalier, il y a Marcel, qui lit ou qui dort, dans l'odeur de peinture à l'huile, près de l'hippocampe immobile ; il attend Jacques. Je monte l'escalier ; je ne peux pas monter, je ne peux pas descendre, il faut que le temps s'arrête, s'engloutisse, que Marcel s'engloutisse, que le monde s'engloutisse ; et les marches sont solides sous mes pieds, chaque barreau est à sa place. Derrière la porte Marcel attend Jacques ; et moi, je suis là, et je vais parler. Un mot, et la chose va exister, elle ne cessera plus jamais d'exister. Un claquement sec, un mot, et le temps s'est lézardé, il est coupé en deux tronçons qu'on ne pourra jamais rejoindre. Je frappe à la porte.

Citation :
Je pouvais payer avec mon corps, avec mon sang ; mais les autres hommes n'étaient pas une monnaie à mon usage ; quelle pensée souveraine se permettrait de les comparer, de les compter, de prétendre connaître leur juste mesure ?

Citation :
Tranquillement, comme on croque une pomme, il lançait des grenades, il déchargeait son fusil. Les canons tiraient sur les chars et sur les camions blindés ; lui, son travail, c'était de tirer sur des hommes.Mais le béton, l'acier, la chair tout était matière. Il n'était qu'un rouage dans la machine de fer et de feu qui barrait la route à une autre machine.

Citation :

L'air sentait la verdure et l'eau, avec des relents de friture. Déjà les ombres s'allongeaient. Une belle journée. Un petit tas de poussière dorée, presqu'impalpable, que le vent chasserait dans l'éther vide.

Citation :
Je songeais à ce film que j'avais vu avec mon ami Marcel : une ville enfouie dans les entrailles de la terre, où les hommes se consumaient dans la souffrance et dans la nuit tandis qu'une race orgueilleuse goûtait sur de blanches terrasses toutes les splendeurs du soleil ; l'histoire finissait par une inondation, une révolte et dans un grand désordre d'alambics brisés, par une réconciliation lumineuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
patacaisse
Locataire de Netherfield
avatar


MessageSujet: Re: Simone de Beauvoir   Mer 26 Jan - 17:15

J'aime beaucoup son style, sa façon de raconter mais je dois avouer que je laisse tomber à chaque fois en cours de route. J'ai à la maison "les confessions d'une jeune fille rangée" et "tous les hommes sont mortels". C'est le premier que je commence toujours et que je laisse tomber en cours de route. Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Simone de Beauvoir   Ven 28 Jan - 11:40

J'ai honte, je n'en ai jamais lu! Embarassed
Lequel me conseillez-vous en premier? Le sang des autres?
Revenir en haut Aller en bas
Séverine
Overbearing Master
avatar


MessageSujet: Re: Simone de Beauvoir   Ven 28 Jan - 11:47

Mémoires d'une jeune fille rangée reste l'un de mes meilleurs souvenirs de lectures d'il y a deux ans (il n'a même pas fait deux jours) et ça me paraît pas mal de commencer par ça. On plonge dans sa vie, dans la vie de l'époque, c'est merveilleusement écrit par dessus le marché... Mais bon, si tu voulais un roman et non une autobiographie, ce n'est pas la peine. Je dois encore me pencher sur ces romans et je crois que les deux qu'Akina a présenté me font très envie notamment le deuxième, Le sang des autres ainsi que ces écrits sur le féminisme et sa correspondance. En fait, je crois que j'ai, moi aussi, envie de tout lire d'elle. Cette femme me fascine sans que je puisse vraiment dire pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Simone de Beauvoir   Mer 29 Juin - 17:25

Simone

Je suis en train de lire son premier roman, L'Invitée. Une grande fan de Beauvoir m'a conseillé de commencer par celui-là en précisant que c'était le plus facile à lire et j'accroche vraiment.

Connaissant dans les grandes lignes la vie de Simone de Beauvoir de par le téléfilm "Les Amants du Flore" (avec Anna Mouglalis et Lorant Deutsch), et le très bien fait hors-série du Monde paru il y a quelques mois, j'imagine évidemment les trois personnages représentant de Beauvoir, Sartre, et Olga Kosakiewicz et ça permet de mieux comprendre comment cette expérience "d'amour à trois" a été vécue par le Castor.

J'ai hâte de le terminer pour pouvoir enchaîner sur ses mémoires, cette femme est réellement une grande inspiration pour moi, notamment par ses actions et écrits féministes. Je sais que sa vie n'est pas un modèle à suivre pour n'importe qui, sous les apparences de liberté et de parfaite maîtrise d'eux-mêmes sa relation avec Sartre a dû parfois beaucoup les faire souffrir, non seulement eux mais toutes les autres personnes que ça impliquait... mais je soutiens néanmoins que Simone de Beauvoir était et restera une grande dame qui mérite d'être connue, autant pour sa production littéraire que pour son parcours et sa vie Smile
Revenir en haut Aller en bas
Miss Butterfly
Indian Shawl
avatar


MessageSujet: Re: Simone de Beauvoir   Sam 17 Sep - 19:01

Ah, Simone !

J'admire cette femme au-delà des mots. C'est mon écrivain préféré. J'aime la femme, l'artiste. Quand j'ai commencé à la lire, ce fut comme si je découvrais un fabuleux trésor Razz

Néanmoins, je préfère sa plume de philosophe. Il faut vite que je me lance dans la lecture du tome II du Deuxième Sexe Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Simone de Beauvoir   Mar 27 Sep - 16:35


Bonjour,

Simone de Beauvoir cette femme de lettres française m'a fascinée dans ma jeunesse,et continue au delà des printemps que j'accumule... avez vous lu le "Deuxième sexe?"son essai féministe....je me souviens à l'époque de son statut particulier de femme indépendante et libérée.


Revenir en haut Aller en bas
Miss Butterfly
Indian Shawl
avatar


MessageSujet: Re: Simone de Beauvoir   Mar 27 Sep - 19:45

marseillaise a écrit:

Bonjour,

Simone de Beauvoir cette femme de lettres française m'a fascinée dans ma jeunesse,et continue au delà des printemps que j'accumule... avez vous lu le "Deuxième sexe?"son essai féministe....je me souviens à l'époque de son statut particulier de femme indépendante et libérée.



J'ai lu le premier tome et je suis en train de lire le second. Ils sont découpés en plusieures parties, elles-mêmes développées en sous-parties. C'est très bien expliqué ; les exemples sont pertinents.
Néanmoins, je pense qu'il faudra que je relise le premier tome Razz
C'est vraiment excellent, et encore plus lorsque l'on imagine qu'il est paru en 1949 cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Simone de Beauvoir   Mar 27 Sep - 20:36

Miss Butterfly a écrit:
marseillaise a écrit:

Bonjour,

Simone de Beauvoir cette femme de lettres française m'a fascinée dans ma jeunesse,et continue au delà des printemps que j'accumule... avez vous lu le "Deuxième sexe?"son essai féministe....je me souviens à l'époque de son statut particulier de femme indépendante et libérée.



J'ai lu le premier tome et je suis en train de lire le second. Ils sont découpés en plusieures parties, elles-mêmes développées en sous-parties. C'est très bien expliqué ; les exemples sont pertinents.
Néanmoins, je pense qu'il faudra que je relise le premier tome Razz
C'est vraiment excellent, et encore plus lorsque l'on imagine qu'il est paru en 1949 cheers

Quand le livre est paru ma maman avait 18 ans elle me racontait que à l'époque il avait fait scandale......quand elle a pu, elle l'a acheté mais en cachette de ses parents. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Miss Butterfly
Indian Shawl
avatar


MessageSujet: Re: Simone de Beauvoir   Mar 27 Sep - 20:56

Tu m'étonnes Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Simone de Beauvoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Simone de Beauvoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Simone de BEAUVOIR: Les mandarins
» Simone de BEAUVOIR: Mémoires d'une jeune fille rangée
» Simone de BEAUVOIR: Les belles images
» Simone de BEAUVOIR: Tous les hommes sont mortels
» Simone de BEAUVOIR: Le sang des autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and French it up :: Littérature française contemporaine-
Sauter vers: