Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !

Partagez
 

 Shakespeare : Macbeth

Aller en bas 
AuteurMessage
Akina
Bookworm
Akina


Shakespeare : Macbeth Empty
MessageSujet: Shakespeare : Macbeth   Shakespeare : Macbeth Icon_minitimeMar 26 Oct - 19:57

Voici une (merveilleuse) première lecture pour le challenge Théâtre !
Lorsque Macbeth commence, la guerre que l'Ecosse mène contre la Norvège et la Suède vient de se terminer victorieusement. Un des généraux du roi s'est particulièrement illustré lors de cette guerre : Macbeth, thane de Glamis.
Le roi, Duncan, un homme sage et bon, décide de le féliciter en lui donnant le domaine d'un traître, et de le nommer thane de Cawdor.

Sur une sombre lande, Macbeth et Banquo rentrent de la guerre, sans rien savoir des décisions du roi. Leur chemin croise celui de trois sorcières, qui s'agitent sur la lande. Elles le saluent :
Citation :
Première sorcière : Salut, Macbeth ! salut à toi, thane de Glamis !
Deuxième sorcière : Salut, Macbeth ! salut à toi, thane de Cawdor!
Troisième sorcière : Salut, Macbeth, qui plus tard seras roi !

Ces titres étonnent Macbeth et Banquo. Mais lorsqu'ils croisent le roi Duncan, et que celui ci annonce sa promotion à Macbeth, leur esprit est troublé : les sorcières diraient-elles vrai ?

Tant et si bien que Macbeth écrit à sa femme, lady Macbeth, pour lui dévoiler son plan : assassiner Duncan. Mais quand il la retrouve, il perd courage, aimant trop Duncan pour le tuer. Lady Macbeth prend alors les choses en main, et pousse son mari au meurtre du roi.
Les fils du roi, ayant fuit, sont accusés, et Macbeth devient roi à son tour, réalisant ainsi la prophétie des sorcières.

Mais il y avait une deuxième partie, dans cette prophétie : Banquo sera père de roi, et cela, Macbeth ne l'oublie pas. De peur de se faire assassiner, il fait tuer Banquo, mais le fils de celui-ci s'échappe.
C'est dans ce "mais" qu'est le climax de la pièce. Le reste n'est plus que chute : regrets coupables, bain de sang, trahisons, et nouvelles prophéties des sorcières, traîtres celles-là (mais les premières ne l'étaient-elles pas ?).

Citation :
Venez, venez, esprits qui assistez les pensées meurtrières ! Désexez-moi ici, et du crâne au talon, remplissez moi de toute la plus atroce cruauté ; épaississez mon sang ; fermez en moi tout accès, tout passage au remords. Qu'aucun retour compatissant de la nature n'ébranle ma volonté farouche et ne s'interpose entre elle et l'exécution ! Venez à mes mamelles de femme, et changez mon lait en fiel, vous, ministres du meurtre, quelque soit le lieu où, invisibles substances, vous aidiez à la violation de la nature. Viens, nuit épaisse, et enveloppe-toi de la plus sombre fumée de l'enfer : que mon couteau aigu ne voie pas la blessure qu'il va faire ; et que le ciel ne puisse pas poindre à travers le linceul des ténèbres et me crier : 'Arrête ! Arrête !'

J'ai du mal à parler de cette pièce : c'est un chef d'oeuvre (mais j'ai pas l'impression d'être très originale en disant cela). Mon seul regret, c'est sa brieveté : tout va vite, très vite et j'aurais aimé que quelques passages soient plus développés. C'est un bijou de folie et de violence, plein de poésie.
Les personnages m'ont beaucoup touchés : il y a une forme de démence qui parcourt la pièce, comme si la première apparition des sorcières chassait la raison. Macbeth en particulier, m'a émue. Cet homme, cette marionnette dans les mains des femmes (les sorcières et sa femme), qui se laisse mener, obéit à des prophéties auto-réalisatrices, gomme en lui (ou du moins le tente) toute forme de sentiment et de eremors et se rend compte dans un moment de désespoir de la vanité des actions humaines :
Citation :
Seyton : La reine est morte, monseigneur.
Macbeth : Elle aurait dû mourir plus tard. Le moment serait toujours venu de dire ce mot là !... Demain, puis demain, puis demain glisse à petits pas de jour en jours, jusqu'à la dernière syllabe du registre des temps ; et tous nos hiers n'ont fait qu'éclairer pour des fous le chemin de la mort poudreuse. Eteins-toi, éteins-toi, court flambeau ! La vie n'est qu'un fantôme errant, un pauvre comédien qui se pavane et s'agite durant son heure sur scène et qu'ensuite on n'entend plus ; c'est une histoire dite par un idiot, pleine de fracas et de furie et qui ne signifie rien...

(je n'ai qu'un mot à dire : Ah ! C'est grandiose !!)
Il ne me reste plus qu'un seul souhait maintenant : le relire en anglais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
resmiranda
Bookworm
resmiranda


Shakespeare : Macbeth Empty
MessageSujet: Re: Shakespeare : Macbeth   Shakespeare : Macbeth Icon_minitimeVen 29 Oct - 14:41

Merci pour ce topic Akina. Macbeth est une des tragédies shakespearienne que je préfère et tu en parles très bien.

C'est vrai que cette pièce est vraiment violente. Toute cette folie, tous ces remords donnent de la force à cette tragédie.

J'aime beaucoup cette réplique de la scène III de l'acte IV :

Citation :
"Donnez la parole à la douleur. Le chagrin qui ne parle pas murmure au coeur gonflé l'injonction de se briser"

D'ailleurs, il existe une réplique à peu près similaire dans Richard III scratch

J'aime beaucoup la dernière réplique que tu as citée. J'en ai une traduction un peu différente (celle d'Yves Bonnefoy), je vais la mettre, c'est toujours intéressant de comparer les traductions :

Citation :
"La vie n'est qu'une ombre qui passe, un pauvre acteur
Qui s'agite et parade une heure, sur la scène,
Puis on ne l'entend plus. C'est un récit
Plein de bruit, de fureur, qu'un idiot raconte
Et qui n'a pas de sens"

Et si tu as l'occasion de lire le tome 3 des aventures de Thursday Next de Jasper Fforde, tu pourrais y trouver une chouette surprise Wink

Et tant qu'on reste dans les références à cette pièce, j'ai bien aimé aussi la chanson de la chorale dans l'adaptation de HP3 qui reprend les paroles des 3 sorcières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Shakespeare : Macbeth Empty
MessageSujet: Re: Shakespeare : Macbeth   Shakespeare : Macbeth Icon_minitimeMar 4 Jan - 12:32

Une de mes préférées aussi.
Par contre, je n'ai jamais lu Shakespeare autrement qu' en version originale, ça me fait un pu bizarre d'en voir une traduction.
Tiens, je crois que ça va être ma prochaine mission, le lire en français. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Akina
Bookworm
Akina


Shakespeare : Macbeth Empty
MessageSujet: Re: Shakespeare : Macbeth   Shakespeare : Macbeth Icon_minitimeMer 5 Jan - 16:33

resmiranda a écrit:

Et si tu as l'occasion de lire le tome 3 des aventures de Thursday Next de Jasper Fforde, tu pourrais y trouver une chouette surprise Wink
J'ai beaucoup aimé l'apparition des trois sorcières Smile.
Et je ne peux pas m'empêcher de penser à Trois soeurcières, de Pratchett !

Je reverrais de le lire en anglais, mais j'ai peur de ne pas avoir le niveau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Shakespeare : Macbeth Empty
MessageSujet: Re: Shakespeare : Macbeth   Shakespeare : Macbeth Icon_minitimeJeu 6 Jan - 9:25

Citation :
Je reverrais de le lire en anglais, mais j'ai peur de ne pas avoir le niveau...
En fait la chance que nous avions en Norvège, c'est que peu de livres sont traduits. Il n'y a pas comme chez vous un effort de tout ramener à la lngue locale. C'est à peu près pareil pour les films, les dessins animés pour les plus petits. Mais ce n'est pas parce qu'on lit anglais et regarde les films en anglais qu'on parle entre nous anglais, au contraire lolol! Et ce même par rapport aux autres pays limitrophes. Il ya certes des nuances entrele suédois, danois , finnois etc, mais on se comprend bien.
Donc en gros, très tôt on est dans le bain de la langue étrangère en occurrence l'anglais. Pas de mérite pour un norvégien d'être doué en anglais, et d'en d'autres langues tout simplement, c'est un automatisme ambiant chez nous. C'est ce que je dis toujours!
Revenir en haut Aller en bas
Léodagan
Vicar's daughter
Léodagan


Shakespeare : Macbeth Empty
MessageSujet: Re: Shakespeare : Macbeth   Shakespeare : Macbeth Icon_minitimeJeu 27 Jan - 21:05

Macbeth est clairement ma pièce préférée de Shake. C'est une tragedie pure, où l'essence du mal dans l'homme est exploitée a son maximum.
J'ai vu il y a quelques années Macbeth au theatre. Je fus satisfait de tout sauf de l'acteur jouant Macbeth. Macbeth est un personnage empli de colere, de peur et de folie. Je n'ai ressenti aucune de ces choses chez cet acteur. D'ou ma question : le role de Macbeth (et de sa femme accessoirement) est il tres difficile a jouer?

Cette pièce m'a tellement marqué que je cours voir "la folie de lady macbeth" quand je vais au louvre, pour me représenter la noirceur de la piece.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Shakespeare : Macbeth Empty
MessageSujet: Re: Shakespeare : Macbeth   Shakespeare : Macbeth Icon_minitimeDim 15 Jan - 19:07

Concernant la traduction, c'est aussi parce que les français ont un niveau déplorable en anglais... Shakespeare : Macbeth 686569 et pour avoir du interpréter Lady Macbeth lors d'un cours de théâtre, oui c'est un rôle particulièrement difficile dans son génie persuasif et sa folie destructrice.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Liddell
gothic novel reader
Alice Liddell


Shakespeare : Macbeth Empty
MessageSujet: Re: Shakespeare : Macbeth   Shakespeare : Macbeth Icon_minitimeDim 15 Jan - 20:46

Au cours de mon premier semestre, j'ai eu a étudier cette pièce en long, en large et en travers, du coup j'y ai découvert pas mal de choses dont je ne soupçonnait pas l'existence.

Pour en revenir à la question posée : Est-il difficile de jouer Macbeth ?
Je pense que oui. D'un côté on peut penser qu'il est déjà un peu psy au départ et que la prédiction des trois sorcières va affirmer cette folie, et donc le rendre complètement dingue. On peut aussi penser qu'il est très naïf et qu'il croit à cette prédiction et, que sous l'influence de sa femme, il la réalise lui même tout en éprouvant des remords suite à son acte.
Macbeth est clairement un personnage rempli de doutes, jusqu'à la toute fin de la pièce. Il est aussi très changeant.

J'avais étudié la question de l'influence des trois sorcières sur Macbeth, et j'en avais conclu qu'elles ne sont là qu'en annonciatrices des faits et que c'est Macbeth qui prend son destin en main suite à son choix de croire à la prédiction.

Je pense donc que Macbeth est un rôle très dur à jouer. En effet, tout dépend comment le metteur en scène ressent la pièce. Il faut savoir s'adapter à ce rôle qui peut être vu de multiples façons. L'acteur n'était peut-être pas mauvais, mais le metteur en scène a simplement choisit de ne pas mettre Macbeth tant en valeur que ça, ou simplement de le rendre plus fragile pour que le public comprenne l'influence des trois sorcières et de sa femme.

Et oui, j'ai vraiment adoré cette pièce Shakespeare : Macbeth 874389
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Bookworm
Constance


Shakespeare : Macbeth Empty
MessageSujet: Re: Shakespeare : Macbeth   Shakespeare : Macbeth Icon_minitimeLun 18 Mai - 17:41

Je remonte le sujet histoire de me lancer à lire cette pièce, avant d'en voir l'adaptation, je m'attends à une plongée dans la folie pas ordinaire ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Shakespeare : Macbeth Empty
MessageSujet: Re: Shakespeare : Macbeth   Shakespeare : Macbeth Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Shakespeare : Macbeth
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shakespeare : Macbeth
» Shakespeare, Macbeth
» Shakespeare retold : Macbeth
» Shakespeare, William - MacBeth
» Anonymous, de Roland Emmerich (biopic inspiré par Shakespeare)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and fake a British accent :: Littérature britannique (XIXème siècle et antérieure) :: William Shakespeare :: Ses oeuvres-
Sauter vers: