Whoopsy Daisy Forum
Bienvenue sur Whoopsy Daisy, le forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise ! Pour profiter pleinement de notre forum, nous vous conseillons de vous identifier si vous êtes déjà membre. Et surtout n'hésitez pas à nous rejoindre si vous ne l'êtes pas encore !


Forum des amoureux de la littérature et de la culture anglaise
 
AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Whoopsy Daisy

Animation spéciale sœurs Brontë pour le bicentenaire de Charlotte !

Participez à notre marathon Agatha Christie !

Whoopsy Daisy n'est pas un blog, mais un forum participatif: participez !

Partagez
 

 Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu

Aller en bas 
AuteurMessage
sookie
Bookworm
sookie


Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Empty
MessageSujet: Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu   Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Icon_minitimeVen 24 Sep - 10:33


Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Christ10

Christopher Marlowe (baptisé le 26 février 1564 – mort le 30 mai 1593) était un dramaturge, poète et traducteur anglais de l'ère élisabéthaine. Tragédien élisabéthain le plus connu après Shakespeare, il est connu pour sa maîtrise du pentamètre iambique, pour ses protagonistes emblématiques, ainsi que pour sa mort prématurée et entourée de mystère. Il passe pour l'un des précurseurs de la tragédie moderne, et pour père fondateur du drame élisabéthain. (source wikipédia Arrow)



Pourquoi cet auteur? Je l'ai connu suite à un devoir d'anglais pour lequel il nous été demandé de faire un exposé sur un poète britannique et vu que Shakespeare était trop courant je me suis intéressant un son prédecesseur alias Christopher. Suite a cet exposé je me suis mise à la recherche de ses oeuvres qui hélas ne sont pas encore (plus) publier en français donc je me suis offert (il ya quand même 2 ans) l'intégral de ses oeuvres en anglais.

Dans le cadre du challenge "pièce de théâtre" je me suis dis que c'était l'occasion de les lire. Pour l'instant je n'ai lu que la pièce (en 2 parties) de Tamburlaine the Great.


Citation :
The play opens in Persepolis. The Persian emperor, Mycetes, dispatches troops to dispose of Tamburlaine, a Scythian shepherd and at that point a nomadic bandit. In the same scene, Mycetes' brother Cosroe plots to overthrow Mycetes and assume the throne.

The scene shifts to Scythia, where Tamburlaine is shown wooing, capturing, and winning Zenocrate, the daughter of the Egyptian king. Confronted by Mycetes' soldiers, he persuades first the soldiers and then Cosroe to join him in a fight against Mycetes. Although he promises Cosroe the Persian throne, Tamburlaine reneges on this promise and, after defeating Mycetes, takes personal control of the Persian Empire.

Suddenly a powerful figure, Tamburlaine decides to pursue further conquests. A campaign against Turkey yields him the Turkish king Bajazeth and his wife Zabina as captives; he keeps them in a cage and at one point uses Bajazeth as a footstool.

After conquering Africa and naming himself emperor of that continent, Tamburlaine sets his eyes on Damascus; this target places the Egyptian Sultan, his father-in-law, directly in his path. Zenocrate pleads with her husband to spare her father. He complies, instead making the Sultan a tributary king. The play ends with the wedding of Zenocrate and Tamburlaine, and the crowning of the former as Empress of Persia.

In Part 2, Tamburlaine grooms his sons to be conquerors in his wake as he continues to conquer his neighbouring kingdoms. One of his sons, Calyphas, preferring to stay by his mother's side and not risk death, incurs Tamburlaine's wrath. Seeing this son as a coward, Tamburlaine kills him in anger after a battle in which he refuses to fight. During this time, Bajazeth's son, Callapine, plans to avenge his father's death. Finally, while attacking an Islamic nation, he scornfully burns a copy of the Qur'an and claims to be greater than God. Suddenly, Tamburlaine is struck ill and dies, giving his power to his remaining sons, but still aspiring to greatness as he departs life. (source wikipédia)


Désolé je n'ai pas trouvé de résumé en français Embarassed .

Citation :
Tamburlaine the Great est une pièce de Christopher Marlowe écrite avant 1587 et publiée en 1590. Elle est librement inspirée de la vie de Tamerlan. S'il y a peu de doute sur le fait que cette pièce contient une critique des dogmes religieux, plusieurs interprétations de l'intention de Marlowe existent. Certains commentateurs y voient une manifestation d'athéisme et une critique du christianisme alors que d'autres insistent sur la veine anti-musulmane du texte, illustrée par exemple par une scène où l'on brûle le Coran. Fin 2005, cette même scène a été à l'origine d'une polémique autour de la mise en scène de David Farr, pour laquelle le texte était légèrement altéré pour « adoucir » l'aspect spécifiquement anti-Islam et en faire une critique « plus puissante » de l'ensemble des religions.


Mon avis: une histoire très intéressante dans laquelle on est emporté dans cette guerre entre plusieurs protagonistes qui mélange religion et egocentrisme d'un "roi" qui veut posséder toute les régions. J'ai eu quelques difficultés dans cette lecture :
*un anglais un peu trop dur pour mon niveau mais à la fin de mon ouvrage (Oxford Classics) il ya ddes annotations, des traductions en anglais contemporain
*une lacune au niveau de la présentation des protagonistes en début de pièce ce que je trouve dommageable vu leur quantité donc je m'en mélais les pinceaux pour savoir qui était le gentil, le méchant, la concubine...

Au delà de ces problèmes de compréhension je relirais avec joie les trois autres oeuvres: Le tragic destin du Dr Faustus, Le juif de Malte et Edward II


Dernière édition par sookie le Ven 24 Sep - 11:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JO
Bookworm
JO


Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Empty
MessageSujet: Re: Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu   Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Icon_minitimeVen 24 Sep - 11:01

Pour moi, Christopher Marlowe, c'est Rupert Everett dans Shakespeare in love... On a les références qu'on peut...

En effet, ça doit être ardu... Déjà Shakespeare en VO... pff Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu 346347
Il faut voir ce que ça donne en français...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sookie
Bookworm
sookie


Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Empty
MessageSujet: Re: Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu   Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Icon_minitimeVen 24 Sep - 11:39

Je trouve que tu as de très bonnes réferences JO lol! . Si tu arrives a trouver des références de livres en VF je serais intéressé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
resmiranda
Bookworm
resmiranda


Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Empty
MessageSujet: Re: Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu   Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Icon_minitimeVen 24 Sep - 11:46

JO a écrit:
Pour moi, Christopher Marlowe, c'est Rupert Everett dans Shakespeare in love... On a les références qu'on peut...

👍 Après les chansons des années 80, Christopher Marlowe Razz Wink

ça m'intèresse aussi mais ce niveau d'anglais n'est vraiment pas pour moi malheureusement No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Delicious silence
tina


Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Empty
MessageSujet: Re: Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu   Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Icon_minitimeSam 15 Jan - 21:27

La Tragique Histoire du Docteur Faust

L’histoire de Faust, ce médecin si curieux qu’il sortit des limites rassurantes de la science « officielle » de son époque pour sonder les mystères des sciences occultes, est toute récente quand Marlowe écrit sa pièce.

C’est déjà un mythe ayant dépassé les frontières mais sa réalité historique (sans doute celle d’un savant Germanique s’adonnant à la magie noire) est proche dans le temps.

Au 16è siècle, on n’a pas encore le recul nécessaire pour en faire une légende, mais Marlowe participe à l’élan littéraire qui fera de lui un symbole universel.

Faust est présenté par Marlowe comme un homme cherchant l’ivresse du pouvoir et les biens matériels. Pas le savoir.

Il décrit donc l’évolution de ce vaniteux, entrant au service des forces maléfiques pour 24 ans, avec promesse de tout avoir. Mais à l’issue de ce délai, il donnera son âme à Satan...

Les états d’âme, justement, sont bien décrits : le scepticisme avant le pacte, la griserie du triomphe, puis le doute, les angoisses, la lucidité et enfin la frayeur finale.

La pièce est émaillée de scènes anti-cléricales qui ont valu à l’auteur sa réputation d’athéisme.

Il est difficile de se rendre compte des effets de scène en lisant une pièce de théâtre. A vue d’œil, celle-ci est dynamique et sans emphase. Des passages drôles aussi.

Pourtant, les monologues de Faust n’atteignent pas l’intensité dramatique que j'espérais.

Je me suis demandé si cela tenait au style de l’auteur. Plus terre à terre que Shakespeare.

Si on le lit sans déplaisir, je trouve qu’il manque quand même au Faust de Marlowe une « grandeur métaphysique ».

Son héros est terriblement humain, donc faible, voire fade.

Certains ont fait un parallèle entre le personnage et l’écrivain.

Marlowe, tué dans une sombre taverne, un soir...
Lors d’un règlement de comptes ?
Marlowe était-il espion ?

Bref, 2 mythes pour le prix d’un : Faust et Marlowe.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina
Bookworm
Akina


Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Empty
MessageSujet: Re: Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu   Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Icon_minitimeMer 20 Avr - 6:54

Je viens de lire Dr Faustus de Marlowe, et j'ai bien aimé, même si je garde quelques réserves. Je n'ai pas trop aimé les passages un peu "burlesques" où Faust profite de ses nouveaux pouvoirs pour embobiner son monde. De même, je trouve qu'il y a beaucoup de rôles qui ne sont pas vraiment nécessaires : le "Clown", le valet ... Je suppose que c'est une manière de s'adapter au public de l'époque, mais j'aurais préféré une pièce centrée sur Faust et Méphistophélès.
Car, comme le dit Tina, c'est une pièce consacrée aux état d'âme de Faust : donner ou non son âme au Diable ? Dieu peut-il pardonner ? Est-ce que 24 ans de toute puissance sont une juste rétribution pour une éternité passée dans les flammes de l'enfer. Il y a de très beaux passages : la scène où Faust donne son âme au Diable est splendide. J'ai beaucoup aimé aussi les dialogues entre son bon ange et son mauvais démon. Ca m'a rappelé Tintin !
Et donner des regrets à Mephistophélès, même en demi-teinte, est une idée splendide !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WithinMyDreamingSide
Locataire de Netherfield
WithinMyDreamingSide


Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Empty
MessageSujet: Re: Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu   Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Icon_minitimeMer 2 Sep - 13:20

LA FAMEUSE TRAGÉDIE DU RICHE JUIF DE MALTE sera jouée du 4 au 29 Novembre 2015 au Théâtre de L’Épée de Bois (Cartoucherie de Vincennes), si il y en a que ça intéresse. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Empty
MessageSujet: Re: Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu   Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Christopher Marlowe: un dramatuge méconnu
» Un texte non connu de P. J. Bonzon
» Un constructeur un peu méconnu. Tokina
» Comment avez-vous connu Buffy ?
» le site connu : desfillesetuneaiguille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whoopsy Daisy Forum :: Keep calm and fake a British accent :: Littérature britannique (XIXème siècle et antérieure)-
Sauter vers: